Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Être juif à Anvers ( Belgique )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah
Professeur
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 834
Age : 68
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Être juif à Anvers ( Belgique )   Jeu 21 Juin 2007 - 23:03

Être Juif à Anvers

Anvers - l’étincelante, Capitale mondiale du diamant, Capitale Culturelle de l’Europe. Anvers, la Jérusalem du Nord, Anvers la Catholique.

Anvers la Cosmopolite, Anvers la Brune...

Autant de noms attribués à cette ville, autant de témoins qui racontent l’histoire des Juifs d’Anvers

« Les Juifs d’Anvers, c’est une longue histoire. Ils font parti du paysage flamand, ils sont un peu l’âme de cette ville » me raconte une vieille commerçante du Centre-ville.

En effet, l’histoire des juifs d’Anvers commence en 1832. De nombreux juifs venus d’Europe centrale et orientale ainsi que quelques juifs portugais s’installent dans la ville pour fuir les persécutions. Anvers, ville portuaire de première importance, est une des étapes sur la route de ceux qui partent pour les Etats-Unis.
La communauté ashkénaze, Shomre Hadas s’organise rapidement en créant ses propres Institutions. La religion juive est reconnue officiellement par la Belgique.
A la fin du 19e Siècle, les plus belles synagogues d’Anvers, la Synagogue hollandaise de la Bouwmeestertraat et la Synagogue de la Van den Nestlei (Romi Goldmuntz) illuminent la ville. L’Ecole Tachkemoni, crée par le Rabbin Mochè Avigdor Amiel, dispensera un enseignement juif et profane.

De 1940 à 1945, la communauté juive n’échappe pas à la tourmente nazie et aux grandes rafles de la SS Flamande, aidés par la Police Belge. La déportation vers les camps de la mort sera massive : Sur les 25.000 Juifs de Belgique qui périrent, les deux-tiers étaient Anversois. Contrairement à la France, des excuses officielles n’ont jamais été présentées par la Belgique pour sa responsabilité dans la déportation des juifs belges.

De retour des Camps, les survivants reconstruisent leurs Institutions. La communauté juive d’Anvers renaît peu à peu.

Le quartier des diamantaires s’étend sur dix hectares et quatre rues entre la Hovenierstraat et la Schupstraat. Le quartier est barré, les voitures ont besoin d’un laissez-passer spécial pour accéder aux Bourses du diamant. Malgré les vigiles armés, l’ambiance est chaleureuse. Plus de 80% de la communauté juive travaille dans ce secteur. Parés de Chapeaux noirs et de Papillottes, les juifs hassidiques et Orthodoxes circulent dans ce quartier se mélangeant aux européens et Indo-Pakistanais, très nombreux dans le quartier.
Un îlot, une enclave, une sorte de Shetle qui ressemble plus à Méa Sharim qu’à une ville européenne. Même si les juifs d’Anvers sont polyglotes, seul le Yiddish est utilisé pour traiter les affaires. La suprématie de l’Industrie du diamant est détenue par les Hindous du Gujarat mais comme dit l’un d’eux : « Les juifs ont marqué la tradition du commerce du diamant, nous disons comme eux Mazal, à la conclusion d’une affaire ! ».
Le restaurant de la Bourse est strictement cacher et les Entreprises juives portent toutes à l’extérieur une Mézouza.

Le quartier juif de la Pelikanstraat est accolé à ce quartier, près de la gare centrale du Centre-ville. La communauté juive d’Anvers représente environ 20 000 personnes, constituée de juifs traditionnels et d’Orthodoxes. Le Centre Culturel Romy Goldmuntz a sa propre librairie juive où de nombreux jeunes aiment se retrouver. Radio Judaïca et le journal Regards sont très appréciés des étudiants. Il y a de nombreuses synagogues et les deux grandes écoles juives, l’école Tachkemoni et Beit Ya’akov accueillent plus de 85% d’enfants juifs. Mais être un enfant juif à Anvers, c’est aussi devoir aller dans des écoles qui ressemblent plus à des prisons qu’à des lieux éducatifs. Un grand mur entoure l’école, des fils de barbelés sont tendus pour éviter le jet de grenades à main. Des gardes armés se relayent devant l’entrée. Les familles, les plus aisées, habitent les banlieues huppées de Braschaat et Wilrijck qu’ils préfèrent pour des raisons de sécurité. En effet, le quartier juif du centre ville jouxte Borgerhout, le quartier marocain et les insultes envers les juifs orthodoxes font parties du folklore.

La suite arrive


Dernière édition par le Jeu 21 Juin 2007 - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sarah
Professeur
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 834
Age : 68
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Être juif à Anvers ( Belgique )   Jeu 21 Juin 2007 - 23:06

Anvers « La Brune »

Actuellement, l’antisémitisme d’Anvers connaît un renouveau même si son histoire est ancienne. Les Vitraux de la Cathédrale des Saints Michel-et-Gudule porte le sceau de l’antisémitisme catholique [1] médiéval. Mais les derniers incidents sont le fait de la communauté musulmane : le cocktail Molotov, jeté contre la synagogue, l’écolier poignardé à Wilrijck, le grand Rabbin Guigui molesté à Bruxelles...Il faut dire que le contexte politique de ce pays n’arrange rien.

Le Parti d’extrême droite le Vlaams Blok de Filip Dewinter a remporté plus de 30% des voies dans la ville d’Anvers. Un résultat expliqué par une délinquance accrûe et par la peur des Flamands catholiques face à l’accroissement de la population musulmane. Ce parti a changé son discours vis à vis des juifs, croyant trouver un allié parfait contre les Musulmans. Mais la communauté juive de cette ville n’est pas dupe. Le Parti Nationaliste Flamand renferme encore de nombreux révisionnistes dans ses rangs et prône toujours le droit du sang.

Un jeune marocain explique « De nombreux policiers sont membres de ce Parti d’extrême droite. Pour surveiller la Police, nous avons dû créer à Anvers, une Ligue arabe européenne ».
Son dirigeant : Abou Jahjah, naturalisé belge et d’origine libanaise. Il s’affirme en harmonie avec le Hezbollah et ses propos tenus dans la Presse laissent planer l’inquiétude : « Anvers est la première base sioniste d’Europe, nous devons en faire le premier centre de la solidarité avec le peuple palestinien ». En Avril 2002, ces " brigades de surveillance " : des groupes de jeunes gens vêtus de noir ont déclenché, lors d’un appel à une manifestation pro-palestinienne, des débordements dans le quartier juif de Pelikan’s avec des actes de vandalisme dans une rue commerçante. Le 5 mai 2003, lors des célébrations de la fin de l’occupation allemande dans le royaume batave, ces « jeunes » ont scandé des slogans antisémites, tentant aussi de brûler un drapeau israélien avant d’être arrêtés par la Police.

Concernant, le Parti Socialiste, proche jadis de la communauté juive, il se tourne désormais vers un électorat qui a démographiquement plus de poids. Joël Kotek, professeur à l’ULB explique : « Le Parti Socialiste n’est pas antisémite mais l’antisionisme de ses dirigeants est érigée en véritable religion civique. Le Sénateur socialiste, Pierre Galand, Président de l’Association belgo-palestinienne ne cesse de diaboliser Israël !
Aujourd’hui, la parole antisémite se libère. L’antisionisme se manifeste sans arrêt : Un parlementaire appelle au boycott général des produits israéliens, un militant des Droits de l’homme appelle au renvoi des Juifs sionistes de la fonction publique. Faut-il s’étonner de la décision du gouvernement flamand de geler la coopération scientifique avec Israël, décision toujours appliquée ! Un chorégraphe flamand clôt son spectacle par l’incendie des deux seuls drapeaux israélien et américain. Les sites Internet accentuent cette hystérie anti-israélienne en publiant de fausses photos de cadavres d’enfants qui auraient été dépecés par l’armée israélienne à seule fin de voler leurs organes vitaux. Toutes les thèses antisémythes se rejoignent. De plus, même si au niveau communautaire, les juifs sont bien organisés, la communauté juive d’Anvers souffre d’une manifeste aboulie politique ».

Les représentants officiels de la communauté juive d’Anvers restent prudents et refusent de montrer leurs inquiétudes. Le Rabbin Guigui, Grand Rabbin de Belgique témoigne : « Nous ne voulons pas d’un choc frontal entre les communautés. Le gouvernement a promis des mesures de prévention et de répression plus actives et nous espérons que cela suffira. Je crois toujours à la Fraternité des peuples ».

Peut-on encore être un juif heureux en Belgique ? A cette question, certains juifs me répondent que cela dépendra de la volonté du gouvernement. D’autres plus religieux, lèvent les yeux vers le ciel.

paru dans Actualité Juive le 4 octobre 2004

Olivia Cattan
Journaliste
Actualité Juive
http://www.actuj.com
Revenir en haut Aller en bas
 
Être juif à Anvers ( Belgique )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Être juif à Anvers ( Belgique )
» Bourses aux coquillages de l'A.F.C
» FSSP au Québec
» [BELGIQUE] Antwerpen - Anvers
» Zoo d'Anvers : des éléphants s'en vont, d'autres arrivent...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Mythes et légendes :: Révélations/Interprétations/Théories :: Médias Actualités :: Actualités des religions-
Sauter vers: