Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la methamphetamine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 26750
Age : 56
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: la methamphetamine   Ven 22 Juin 2007 - 22:01

Qu'est ce que la méthamphétamine ?
La méthamphétamine appartient à une famille de drogues appelées les amphétamines, puissants stimulants qui accélèrent le système nerveux central. Dans les années 1930, la méthamphétamine a été commercialisée comme décongestionnant nasal. Il est encore possible de se la procurer aux États-Unis, sur prescription médicale, dans le cadre du traitement de l'obésité. L'utilité de la méthamphétamine en médecine est limitée à cause de la sévérité de ses effets indésirables et de la dépendance importante qu'elle peut entraîner. On ne peut pas se procurer légalement de la méthamphétamine au Canada.

cliquez ici

cliquez ici

les dégats de la la methamphetamine



Dernière édition par le Ven 29 Juin 2007 - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://labibleaupeignefin.exprimetoi.net/
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 26750
Age : 56
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: la methamphetamine   Ven 22 Juin 2007 - 22:04

Au Nouveau-Mexique, un père a décapité son fils, qu'il avait pris pour un démon

En janvier dernier, le sort de Mike Wamsley et de sa petite amie, Janelle Hornickel, a effaré les habitants du tranquille Etat du Nebraska. Le jeune couple est mort de froid dans sa voiture, après avoir communiqué pendant des heures, jusqu'à l'extinction des batteries de leurs téléphones portables, avec des secours incapables de les localiser. Et pour cause: tous deux, drogués à la méthamphétamine, se disaient prisonniers dans un appartement à Omaha. On a retrouvé leurs corps gelés deux jours plus tard, dans une voiture en parfait état dont ils n'avaient pas même allumé le chauffage. Au Nouveau-Mexique, un père a décapité son fils de 14 ans après l'avoir pris pour un démon. Un autre, dans l'Idaho, s'est acharné à la barre à mine sur un «intrus» qui n'était autre que son nouveau-né.

«Cette drogue est une calamité sans précédent, qui parasite l'éthique américaine, constate l'agent Steve Freng, un psychologue recruté par la Drug Enforcement Administration, la police fédérale antidrogue, pour organiser de Seattle un véritable plan Orsec contre la meth. Ses adeptes ne souhaitent pas se marginaliser mais au contraire se stimuler, travailler plus, se sentir en pleine possession de leurs moyens. Ils y parviennent un temps, avant de sombrer dans un véritable désastre personnel, social et économique.» Freng ouvre ses albums de photos montrant des labos clandestins du Nord-Ouest récemment visités par ses services: des cloaques jonchés de conteneurs de produits chimiques et maculés de résidus toxiques et cancérigènes, qui tiennent lieu de logement à des familles entières. Des faillites humaines et des gouffres financiers pour les municipalités. Chaque kilo de meth produit sept fois plus de déchets dangereux, dont la collectivité assure la décontamination au prix de 70 000 à 100 000 dollars par maison. Dans ces «meth houses», où les membres des équipes sanitaires n'entrent que revêtus de scaphandres, on trouve aussi, 4 fois sur 10, des enfants perclus d'ulcères et de brûlures, dont la moyenne d'âge ne dépasse pas 7 ans. En imposant, depuis 2004, le placement obligatoire des «meth kids», les gouverneurs et les municipalités ont vite saturé les institutions et le maigre réseau des familles d'accueil. Dans l'Oklahoma, faute de foyers, les enfants sont entassés dans des refuges. L'Oregon ne sait plus que faire de ses 5 500 gosses en rade, et l'Etat de Washington, qui en a placé 7 000 en cinq ans pour un coût annuel de 50 millions de dollars, étudie maintenant des alternatives, comme celle de les rendre aux mères qui s'engagent à lâcher la meth. Dans le sud de Tacoma, sur Martin Luther King Jr. Way, 10 femmes toxicomanes partagent une maison de trois étages pleine de fauteuils élimés et de tables à langer. La Phoebe House, un foyer cofinancé par la ville, leur permet de vivre avec leurs enfants après six mois de désintoxication, à condition d'entamer des études ou une formation professionnelle. «C'est un chantage, oui, reconnaît Sabra Lytle, 28 ans, chef de la maisonnée et ancienne meth kid. Mais c'est l'un des rares moyens de leur redonner un but dans la vie. Vous n'imaginez pas l'effet de cette dope.» Sabra, dont le père «cuisinait» le «speed» pour toute la famille, a perdu définitivement, en 2001, la garde de deux de ses cinq enfants pour cause de rechute. Ulisa, la seule Noire du groupe, et Brandi, fille d'un ingénieur de Seattle, évoquent leurs vies d'esclaves sous la coupe de leurs jules cuistots. 35% des accros sont des femmes.

La meth était pourtant l'apanage des guerriers. Synthétisées en 1919 par des chimistes japonais, les amphétamines nourrissaient le fanatisme des kamikazes de la Seconde Guerre mondiale et l'endurance des fantassins de l'empire, dont beaucoup étaient revenus accros. Dans le Japon d'après guerre, qui comptait près de 1,5 million de drogués aux psychostimulants, les troupes d'occupation américaines ont été initiées en masse. Mais l'Amérique n'était pas si candide. Ses pilotes lors de la guerre du Pacifique se dopaient eux aussi à la benzédrine, dont Jack Kerouac fit grand usage en 1957 pour écrire Sur la route en un temps record. Les ménagères soignaient alors leur blues et leur embonpoint à la Dexedrine, un médicament du même ordre. Les restrictions imposées dans les années 1960 aux prescriptions de stimulants ont consacré le monopole des Hells Angels sur la fabrication et la vente de meth aux camionneurs en quête d'un dopant pour les longs trajets de nuit. En 1987, des étudiants ont découvert dans les archives de l'Université de Californie à Berkeley la méthode utilisée par les troupes allemandes pour produire leurs amphétamines sur le front russe. La fameuse «méthode nazie», plus rapide et moins odorante, est aujourd'hui la plus utilisée dans les labos clandestins américains. Elle requiert un ingrédient indispensable: la pseudo-éphédrine, contenue dans les banals remèdes contre le rhume. Il aura fallu cinq ans de lutte des associations antidrogues contre le lobby de l'industrie pharmaceutique pour que ces produits, toujours distribués sans ordonnance, soient au moins retirés des rayons libre-service des grandes surfaces dans 27 Etats, et vendus uniquement sous le contrôle des pharmaciens. Les sénateurs du Midwest tentent de faire voter des restrictions nationales. Mais l'épidémie court. A Lakewood, une petite ville dans l'Etat de Washington, Larry Saunders, chef de la police locale, a dû se résoudre à fonder une brigade des stups. «A mon arrivée, en 1998, je passais mon temps à répondre aux violences dues à la drogue, maris cogneurs et conducteurs défoncés. Maintenant, je suis confronté aux effets du trafic de dope.» Le marché se professionnalise. Les dealers rétribués par les cartels mexicains vendent leurs doses entre 20 et 100 dollars à des camés sans le sou. Profitant de l'ouverture des frontières due aux accords de libre-échange nord-américains, les «pros» passent celles-ci sans problème avec des cargaisons d'éphédrine importées de Chine via Vancouver ou Mexico, qu'ils répartissent en divers points stratégiques des routes transcontinentales, dans des «superlabos» où leurs complices peuvent produire jusqu'à 40 kilos de meth par jour. La défonce entre dans l'ère industrielle. 70% des doses saisies cette année par la DEA provenaient non plus des forêts du Midwest, mais des usines de la mafia.

A New York, les Alcooliques anonymes ont ouvert en 2000 leur premier groupe de Crystal Meth Anonymous. On en compte aujourd'hui 28, fréquentés en majorité par des toxicomanes homosexuels. «La drogue a toujours été présente dans la communauté gay, admet Johnny, membre d'un groupe du West Village. Mais, cette fois, on frôle le désastre.» Ce professeur de littérature a perdu sa chaire pour cause de meth. «Il y a dix ans, lorsque j'ai appris que j'étais séropositif, je me suis vu comme un mort en sursis et j'ai cru trouver dans la dope, et bientôt dans la meth, un antidépresseur idéal. Mieux, une fête pour l'ego et le sexe.» Les flics du Midwest trouvent des piles de magazines pornos dans les labos qu'ils perquisitionnent. La frénésie sexuelle induite par la meth se mue en obsession et cette drogue constitue le principal carburant des parties du circuit gay. Une catastrophe pour les malades du sida, qui ne se soignent plus et développent des formes résistantes, foudroyantes, du virus. A la réunion du mercredi de Crystal Meth Anonymous, dans la 13e Rue de Manhattan, «Bobby» un transfuge quinquagénaire de Floride, séropositif et édenté, se raconte devant une centaine d'autres toxicos. «J'ai quitté Tampa pour me fuir, autant que fuir cette saloperie qui me hante. J'étais le roi des boîtes, le roi du monde. Et me voilà le roi des cons.»

Post-scriptum
En juillet, les représentants des policiers ont été sondés sur la lutte antidrogue dans 45 Etats: pour 60% d'entre eux, la meth est leur nouvel ennemi n° 1, loin devant la cocaïne et le crack (19%).

source : L'Express du 24/11/2005
Revenir en haut Aller en bas
http://labibleaupeignefin.exprimetoi.net/
 
la methamphetamine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la methamphetamine
» Les religions et autres ,une mythomanie
» Présentation de Lys999
» le repentir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Mythes et légendes :: Révélations/Interprétations/Théories :: Médias Actualités :: Actualités des religions-
Sauter vers: