Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les nazaréens, disciples de Jésus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Les nazaréens, disciples de Jésus   Mer 9 Juil 2008 - 10:07

Colloque: Rome, Jérusalem ou Qoumran d’où vient le christianisme
Les nazaréens, disciples de Jésus (36 mn)
http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/4/4/module_2376.php
François Blanchetière, Professeur émérite d'université
Alliance israélite universelle-Collège des études juives - Paris, mars 2007

La naissance d’une nouvelle religion
00 :14
« Comme le dit un historien, Il est bon de poser des questions là où les autres n’en voient pas »

En conséquence, je vais poser deux questions.
- A compter de quelle date, est-on HISTORIQUEMENT fondé à parler de Christianisme ? Même si l’usage prévaut.
-Deuxième question : Dans quelle mesure le mouvement généré par la personnalité de Jésus de Nazareth, peut-être qualifié de nouvelle religion ?

Il est bien certain que je parle ici d’un point de vue non pas théologique ou religieux au sens où on l’entend traditionnellement, mon approche sera socio-culturelle et historico-critique.

- D’abord, mettons-nous d’accord sur les mots…
- Parce que comme dit Malraux: Raisonner avec un vocabulaire inexact, c’est peser avec de faux poids

- Donc abordons pour commencer, le terme de religion. D’origine latine, et sans exact équivalant tant en grec qu’en hébreu, le mot a reçu une multitude de définitions; vous me permettrez donc, d’y ajouter la mienne.
- Pour moi, le concept de religion recouvre un système de convictions et de pratiques qui structurent, motivent et justifie l’existence d’un individu ou d’un groupe tout en lui fournissant un ensemble de réponses sur les grandes questions métaphysiques qu’il se pose.
-Donc, ce qu'il est important de retenir ici, ce sont les deux termes de convictions et de pratiques
- Revenons donc sur les convictions, de ceux que personnellement, j’appelle "NAZARÉENS" - Je m’expliquerai tout à l’heure. -

- Les convictions de ces Nazaréens, en tant que Juifs, sont celles que vous connaissez bien, et qu’ils partagent avec les Juifs… ce n’est pas sans incidences.
- D’abords, le monothéisme strict, puis la conviction d’une appartenance au peuple d’Israël, à la descendance d’Abraham, en tant que tributaire de l’alliance ; Je vous renvois, si c’est utile au chapitre 9 et 11 de l’épître aux romains de Paul.
- Troisième élément fondamental, à mes yeux, une même interprétation des écritures, des mêmes principes herméneutiques, c’est à dire, des mêmes principes d’analyses et de commentaires, même si les interprétations peuvent diverger.
- Nous connaissons à l’intérieur du christianisme lui-même des interprétations d’un même verset de Matthieu
- L’homme quittera son père et sa mère pour sa femme et ils deviendront un, en une seule chair *. Pour certains courants, ceci exclue le divorce, pour certains courants, ceci n’exclue pas le divorce absolument.
- La position catholique exclue le divorce absolument… Avec des aménagements…Oui ! on en a connu quelques-uns uns, à commencer par celui de Napoléon… pour ne citer qu’un cas historique assez lointain.]

- Autre élément fondamental, l’attachement à la terre d’Israël " Eretz Israël "
- Autre élément encore, une façon de penser et de s’exprimer plus fonctionnelle que spéculative, plus historique que métaphysique.
- Par exemple, l’idée que "Dieu est mon rocher" voilà quelque chose qui est typiquement de tradition sémitique, alors que d’autres interprétations diffèrent.
- Enfin, nous revenons à quelque chose que nous évoquions tout de suite :
- La conscience de constituer le Verus Israël, l’Israël authentique de l’ère eschatologique, c’est à dire de la fin des temps; ce qui était déjà la position de la communauté des Esséniens.

Non seulement les convictions, mais les Nazaréens partageaient aussi les pratiques et là, ce n’est pas la peine d’entrer dans les détails qui sont connus.
Je ne retiendrai qu’un seul point, c’est le fait de la pratique que l’on appelle techniquement quartodécimans de la Pâque. Jésus a célébré la Pâque comme les Juifs le 14 Nissan, et pendant des siècles cela a été une controverse extrêmement importante…,
(…)
- Pendant des siècles tout un courant du mouvement des disciples de Jésus a continué de célébrer la Pâque le 14 Nissan. A telle enseigne, qu’il a fallu une décision du concile de Nicée dont le libellé est extrêmement intéressant… qui interdit la célébration de Pâque en même temps que PESSAH
… parce qu’il n’est pas question que le jour de notre salut, nous fêtions en même temps que ceux qui ont été les responsables de la crucifixion de Jésus… - Nous sommes au quatrième siècle… Attention, respectons, et cela, est extrêmement important, l’évolution chronologique.
- En résumé cet attachement aux préceptes de la torah leur vaudra la dénomination de JUDAÏSANT de la part des chrétiens - et là j’utilise le terme CHRÉTIEN – de culture hellénistique, qui est l’autre courant à l’intérieur du mouvement des disciples de Jésus.

En résumé, Jésus de Nazareth et ses disciples de culture sémitique étaient des Juifs comme les autres qui vivaient en Palestine avant la première grande révolte contre Rome entre 66 et 72, leur seule particularité est qu’ils suivaient la HALAKHA de leur maître comme le faisaient les disciples de ( E.?) le sage ou les esséniens, disciples du maître de justice.
- Juifs ils se considéraient, et c’est pour ça que le terme de Judéo-chrétien forgé par un spécialiste allemand au XIXe siècle est inadéquat, mais reçu, malheureusement et il fait force de loi maintenant…
Donc, Juifs ils se considéraient, Juifs ils étaient aux yeux des occupants romains
– Ils constituaient une secte, un courant... Ne mettez pas derrière le mot secte tout ce que nous mettons, nous, aujourd’hui, c’est comme le terme grec hérésie, ce n’est pas une hérésie au sens moderne du terme… Le vocabulaire évolue.
-Donc ils constituent au sens où l’utilise l’historien Juif Flavius Josèphe, une secte, ou pour reprendre l’expression figurant dans les actes des apôtres, ils se présentent comme une voie, que les autorités juives… parce que le texte dit "eux ", mais c’est dans un contexte ; que les autorités juives, je redis bien que les autorités juives qualifient de secte (acte 24,14).
- Dan Jaffé préfère le terme de confrérie, il n’a peut être pas tord, pour la raison que ça dédouane le terme de secte qui a pris des aspects très négatifs de nos jours.

Une secte quand même, à côté de bien d’autres, mais certainement pas une religion, qui plus est, si nous relisons les évangiles, Jésus ne s’adresse pas à d’autres qu’ aux brebis dispersées de la maison d’Israël, donc Jésus est resté à l’intérieur des limites d’Israël, sauf en une seule occasion disent les évangiles, et encore il faut voir le contexte, il est resté à l’intérieur des limites géographiques d’Israël, selon les critères de la littérature et des sages de l’époque.
Il s’adresse uniquement aux brebis dispersées de la maison d’Israël

- Quand il accepte d’agir pour un non juif, - je pense à l’épisode du centurion par exemple, dont il va guérir le serviteur - La démarche vient de l’extérieur, ce n’est pas Jésus qui vat vers lui, c’est l’autre qui vient, et j’utilise le terme "autre, il vient vers Jésus et il lui donne son EMOUNA, il lui donne sa confiance… il ne lui donne pas sa foi dans le sens de croyance, sauf si nous redonnons au terme foi son vieux sens français; je te donne ma foi qui figurait jadis dans les formules de mariage, je te donne ma confiance. La dérive du terme dans le credo est beaucoup plus tardive, c’est Tertullien qui a chargé le sens pour lui donner ce que nous lui connaissons aujourd’hui.
- Donc, maintenant, venons en au deuxième terme, c’est le terme de Christianisme,
- Le terme de christianisme ou plutôt le terme de chrétien est apparût dans les années 40 du premier siècle à Antioche, à un moment très trouble, alors que l’empereur Caligula, veut introduire son effigie, sa statue dans le temple de Jérusalem, et ça a fait beaucoup de remous un peu partout.
Si j’en crois l’étude d’un des professeurs de l’école biblique de Jérusalem, le père Justin Taylor.

- Donc le terme apparaît à Antioche de Syrie, ainsi que nous le précisent les actes des apôtres, et si les autorités connaissent cette dérivation de CHRIST, ce dont témoignent les anales de Tacite, nous sommes à la fin du 1er siècle début du 2e, exactement au même moment où écrit Ignace, le responsable d ‘une des communautés d’Antioche

- En revanche le concept de christianisme n’est pas attesté avant la fin du 1er s. début du 2e. s., précisément chez Ignace d’Antioche qui oppose judaïsme et Christianisme.
- L’utiliser donc pour les tout début du mouvement généré par le Rabbi Jésus le nazaréen, constitue un anachronisme, aussi pour conserver l’indétermination, parce que ce n’est pas facile, et contre l’usage qui veut que l’on parle du christianisme, dès la mort de Jésus et le début de l’action de ses apôtres, je préfère parler du mouvement des disciples de Jésus, incluant des Juifs de culture sémitique que j’appelle "Nazaréens" et des Juifs de culture hellénistique que j’appelle « Chrétiens »
- Alors, l’étymologie du terme « NAZARÉEN », ou « NAZORÉEN », est éminemment contestée. (...)
Pour certains, il constituerait une dérivation du mot « Nazir » ce qui veut dire « ascète » et que l’on peut éclairer assez rapidement par le personnage de Jean le Baptiste.
Pour d’autres, il voudrait dire "observant", "scrupuleux"
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: (suite)- les nazaréens disciples de Jésus   Mer 9 Juil 2008 - 10:07

- Sans vouloir entrer ici, comme je vous le disais, dans le détail, il semble avoir été rattaché à Nazareth pour souligner l’origine de Jésus. Je me permets au passage de souligner qu’on ne dit jamais Jésus de Bethléem et que l’on dit toujours Jésus de Nazareth.
- Dans les évangiles et les actes des apôtres, le terme nazaréen, revient essentiellement pour caractériser Jésus le nazaréen ou Jésus le nazoréen, ou Jésus de Nazareth.

Par la suite et dans le milieu des disciples, on aurait, c’est mon hypothèse, procédé à une réinterprétation symbolique du terme à la lecture d’un verset à forte coloration messianique emprunté au livre d’Isaïe au chapitre 11 verset 1; le fameux verset qui nous donne l’arbre de Jessé dans les vitraux des cathédrales.
« Un rejeton sortira de la souche de Jesse (le père de Davis) un surgeon (netzer), de ses racines – netzer, notzri, … Nazaréen
(…)/(…)
- Une difficulté résulte de l ‘évolution du vocabulaire, et toute rétroversion aujourd’hui impose que nous nous remettions dans la peau de ceux qui pour la première fois, ont entendu le terme, ce qui nécessite obligatoirement, toute une mécanique, toute une mise en branle des méninges.
- De cette façon aurait été justifiée (entre guillemets) à posteriori, la qualité messianique de Jésus dont les disciples seraient les messianistes

- Des juifs de stricte observance, Jacques le frère du Seigneur, son frère, Jésus est le premier né, mais jacques est celui qui prendra sa succession, Jacques le frère du Seigneur, là il n’y a pas de problème enfin… si… il y a un problème, même pas mal de problèmes, Mais Jésus est le premier né de Marie, mais il est seulement monogène dans la trinité…
Et là, nous coupons avec l’histoire, et nous entrons dans la théologie, ce qui est une toute autre affaire qui nous amènera ailleurs, pour le moment.
– Donc ce sont des Juifs de stricte observance qui croyaient que Jésus était le messie attendu… et ça ne pose pas de problème puisque rabbi Akiba lui-même, un des maîtres, ô combien respecté dans la tradition juive a cru que le messie était advenu et ce n'est pas pour cela qu’il a été rejeté par la communauté d’Israël.

Donc ce n’est pas sur la question messianique que le problème s’est joué de la séparation et de la rupture, et nous revenons sur ce que Dan Fay vient d’évoquer, à côté de bien d’autres, comme disciple, saint, serviteur de Dieu, fidèle adepte de la voie, l’expression adepte de la voie.
Des écrivains postérieurs, nous affirment que le terme de NAZARÉEN ou NAZORÉEN, a constitué la plus ancienne dénomination des disciples de Jésus. Qu’ils se la soient donnée ou quelle leur ait été imposée par d’autres, cela, nous ne pouvons pas le préciser.
Je citerai Tertullien, un rhéteur de Carthage, fin IIe s., début du IIIe s., qui nous dit avec deux autres auteurs, qui eux sont palestiniens : Eusèbe de Césarée qui s’est proclamé le fondateur de l’histoire ecclésiastique, et surtout Epiphane de Salamine, pour lequel je n’ai pas une sympathie particulière, c’est un grand pourfendeur d’hérésie, mais c’est un homme important, il est né à Beth… (?) Donc, c’est un homme d Palestine,‘d Eretz Israël et qui nous dit, pour Eusèbe, dans un de ses ouvrages l’onomasticon, une espèce de lexique.
Au terme Nazareth, il nous dit exactement :
- Sur la base de ce nom, le Christ (lui, il parle au IVe siècle) fut appelé « Nazaréen » et nous qui sommes présentement dénommés chrétiens avons reçu dans le passé le nom de Nazaréen.- Et Epiphane de Salamine, confirme pareillement, tous les Chrétiens furent autrefois appelés Nazaréens. …/…
Ceci donc, va nous amener à notre dernière interrogation

Dans quelle mesure, sommes nous appelés à parler de nouvelle religion ?

Si nouveau, est pris comme synonyme d’original, de commencement absolu, de création de quelque chose qui n’existait pas antérieurement
"béréchit bara élohim 'èt hachamayim vé'èt ha'arets "..
(Au commencement les élohims créèrent les cieux et le terre)...
Là on démarre de rien, non ?

- Pendant longtemps, c’était quand même une position établie dans le courant chrétien, prenant le NT comme quelque chose : Enfin on va faire du nouveau. Il y a des gens qui parlent de rupture. Eh bien NON !
- Jésus n’a certainement pas tendu à constituer une nouvelle religion.
Matthieu met en effet dans sa bouche ou dans la bouche de son maître ces paroles : - N’allez pas croire que je sois venu abroger la Loi et les prophètes, je ne suis pas venu abroger, mais accomplir.
- Et là, j’ai une petite divergence d’interprétation avec Dan Iaffé, car le verbe ‘plerum’ qui est derrière, nous n’avons pas le texte en hébreu… Le verbe ‘plerum’ veut bien dire réaliser, accomplir, de plus l’idée de nouvelle religion est certainement en dehors des mentalités et des conceptions religieuses de l’époque, en Palestine, parmi les Juifs.
C’est quelque chose d’aberrant par rapport à tout ce que …
Et je citerai ce que me disait un jour, un de mes maître... (...)
Il me disait : Tu vois François, quand je prends le NT et surtout les évangiles, je n’ai pas de problème, moi, en tant que Juif, jusqu’au moment où commence le récit de la passion, là, ça commence à se compliquer, mais pour le reste, je n’ai pas de problème.
Et parmi les intervenants de ce jour, je cite Dan, et tout à l’heure vous allez entendre Dani Sxartz et je pense à bien d’autres…..-(citation de plusieurs noms)- Voilà des gens …… qui citaient et travaillaient à pleines pages, sur les textes du NT.

Donc, comme tous ces devanciers, les prophètes d’Israël, en ne s’adressant qu’aux brebis dispersées de la Maison d’Israël, en demeurant dans le limites géographisue d'Israël, Jésus le prophète de Nazareth, se situe comme un homme du renouveau
Un promoteur de l’authentique VERUS ISRAËL , un promoteur d’un retour à la TORAH, à la torah SELON SA HALAKA, un prophète du retour à Dieu dans l’accomplissement de la torah selon son Esprit et de la torah telle que le résume le shma Israël
Rien de nouveau dans tout cela dans tout cela, le nazaréisme est une sorte de revaevoir

Lazarre Landeau a écrit … et j’ai plaisir à le citer :
" Le rapport du judaïsme au christianisme n’est pas celui de la fusée porteuse à son « satellite, une fois que le satellite est mis sur orbite, la fusée n’a plus de raison d’être et vient se désintégrer dans l’atmosphère."
Et je complèterai ce qu’à écrit Lazare Landeau, en rappelant le texte de l’épître aux Romains : " C’est la racine qui te porte "
- Il y a un lien existentiel entre le Judaïsme et le mouvement des disciples de Jésus, et c’est précisément au moment ou a commencé de se perdre la conscience de ce lien existentiel, parce que l’on ne le connaissait plus, on n’avait plus ce lien vital qu’un Juif a à la Torah, à l’écriture, à ce que les Chrétiens appellent, l’ancien testament, parce que ce lien s’est perdu, parce que les interprétations se sont multipliées, ont divergées, qu’à ce moment là quelque chose de nouveau est apparût et ceci est certainement, relativement, postérieur, mais pour l’époque qui m’importe, le premier siècle de notre ère et le début du II e siècle, nous-nous rendons compte qu’il y a une base, et comme le dit l’Ecclésiaste, " il n’y a rien de nouveau sous le soleil "
- Notre image du matin de la chrétienté est à recomposer, a écrit quelque part mon collègue Daniel Marguera

Je peux dire, que l’histoire du Judaïsme, à la fin de l’époque du second temple et au début de l’époque de la Michna et du Talmud, c’est à dire autour de 135 cette période là est aussi à reconsidérer.

Je me réjouis de voir dans le travail de Dan Iafé " le talmud et les origines juives du christianisme " un élément important de cette reconsidération (…)
Fin de la retrancription de la conférence
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10718
Age : 89
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Mer 9 Juil 2008 - 10:53

Un grand merci, Jean, pour ce compte-rendu de la conférence de François Blanchetière.

J’ai le souvenir de François Blanchetière comme un des participants aux deux émissions de Mordillat et Prieur sur Arte : « Corpus Christi » et « L’origine du christianisme », émissions qui ont été pour moi un tournant dans ma compréhension des écrits du « Nouveau Testament ».

Deux remarques :

- François Brunetière, « Professeur émérite d'université » est un homme de science à qui on peut se fier pour la connaissance de l’histoire de ces premiers temps du « christianisme » ; on pourra noter également qu’il prend les textes des évangiles sans a priori systématique de méfiance, bien au contraire, dirais-je.

- Par ailleurs, je me demande s’il ne minimise pas la diversité des courants « proto-chrétiens » existant dans le courant du Ier siècle après J-C, et qui ont donné naissance au christianisme. Il les réduit essentiellement à deux :
Code:
[b]des Juifs de culture sémitique que j’appelle "Nazaréens" et des Juifs de culture hellénistique que j’appelle « Chrétiens ». [/b]
Quid, dans ce cas, des courants dont on retrouve les traces dans les divers évangiles « apocryphes » ?


Pour ce qui concerne la « nouveauté » de la religion chrétienne, je reprends le passage suivant de sa conférence :

Code:
Et je complèterai ce qu’à écrit Lazare Landeau, en rappelant le texte de l’épître aux Romains : " C’est la racine qui te porte "
- Il y a un lien existentiel entre le Judaïsme et le mouvement des disciples de Jésus, et c’est précisément au moment ou a commencé de se perdre la conscience de ce lien existentiel, parce que l’on ne le connaissait plus, on n’avait plus ce lien vital qu’un Juif a à la Torah, à l’écriture, à ce que les Chrétiens appellent, l’ancien testament, parce que ce lien s’est perdu, parce que les interprétations se sont multipliées, ont divergées, qu’à ce moment là quelque chose de nouveau est apparût et ceci est certainement, relativement, postérieur, mais pour l’époque qui m’importe, le premier siècle de notre ère et le début du II e siècle, nous-nous rendons compte qu’il y a une base, et comme le dit l’Ecclésiaste, " il n’y a rien de nouveau sous le soleil ".

De ce point de vue, le christianisme est essentiellement issu de la religion juive. Mais qu’en est-il des éléments issus des mythologies et religions « païennes » dont on peut identifier la présence évidente dans divers aspects des rites chrétiens ?
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Ven 11 Juil 2008 - 16:21

Citation :
Citation :
des Juifs de culture sémitique que j’appelle "Nazaréens" et des Juifs de culture hellénistique que j’appelle « Chrétiens ».

Quid, dans ce cas, des courants dont on retrouve les traces dans les divers évangiles « apocryphes » ?

Dans un premier temps, comme il est dit, le mouvement généré par le nazaréen est essentiellement juif. (On ne peut être Juif, si on n’est pas circoncis)

La récupération postérieure, le syncrétisme pratiqué par des non-juifs ou des juifs hellénisants; « les apocryphes » ne sont pas pris en compte puisque postérieur ou étrangers à la pensée juive stricte.

Jésus était juif. Ses disciples étaient juifs. Le mouvement messianique se produisit sur
le sol juif. L’espérance messianique était une espérance juive.

Donc, si on enlève ce Nazaréen « Jésus » du christianisme, que reste t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10718
Age : 89
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Ven 11 Juil 2008 - 17:12

Code:
Donc, si on enlève ce Nazaréen « Jésus » du christianisme, que reste t-il ?

Il n'est pas question de nier les racines juives du christianisme mais d'inventorier les autres sources de cette "nouvelle religion".

A propos des "apocryphes" est-ce que tu penses que les courants dont les écrits n'ont pas été retenus dans le "canon" sont plus tardifs que ceux dont les écrits ont été retenus ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Jeu 4 Sep 2008 - 16:53

Bien le bonjour Mr Mouvaux,je suis de lille,..Je viens de m'inscrire dans ce forum,et je dois dire que ça m'interresse,ce que vous dites...
Je dirais que la bible est un ecrin dans lequel se trouve la parole d'or de jésus...Et elle y demeure à jamais,comme le flot d'une riviere tranquille dans son lit de tourbe...
Revenir en haut Aller en bas
le serpent
Expert
Expert


Nombre de messages : 1188
Age : 50
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Jeu 4 Sep 2008 - 19:51

"elle", je présume qu'il s'agit de la parole ?
Revenir en haut Aller en bas
Lucael
Exégète
Exégète


Masculin Nombre de messages : 4390
Age : 105
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Jeu 4 Sep 2008 - 20:45

Le mot "nazir" en hébreu signifie "pur, séparé, consacré". C'est le nom donné aux Juifs qui font voeu d'ascétisme (Nombres 6, 1-21). Pour certains auteurs, Jésus serait le naziréen et non le nazaréen. Il faut rappeler que les voyelles n'existent pas en hébreu... Naziréen signifierait le plus illustre des nazirs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Jeu 4 Sep 2008 - 21:24

Citation :
Lucael : Naziréen signifierait le plus illustre des nazirs.
L’idée est intéressante !
Revenir en haut Aller en bas
Bourrique
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Jeu 27 Juin 2013 - 20:45

Bonjour Admin, comment allez-vous?
Depuis bien longtemps je ne suis pas repassé par ici, et aujourd´hui  me voilà.

Je suis en train d´écouter les 12 épisodes de L´Apocalypse, voici le lien pour vous:

http://www.youtube.com/watch?v=yX0IGDoZJTI
Revenir en haut Aller en bas
elmakoudi
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 196
Age : 31
Localisation : Maroc
Date d'inscription : 02/05/2011

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Sam 29 Juin 2013 - 22:03

On pense souvent que "Jésus le Nazaréen "signifie "Jésus de Nazareth". Mais ce n'est la qu'une interpolation : Le village de Nazareth n'existait probablement pas à cette époque (L'évangile de Luc -IV, 29 dit que Nazareth est située sur une colline. Or la ville de Nazareth actuelle a été bâtie non sur une colline, mais dans une vallée, au pied d'un cercle de petites collines). Aucun auteur du Ier siècle, juifs y compris, ne mentionne le nom de la bourgade.
Revenir en haut Aller en bas
elmakoudi
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 196
Age : 31
Localisation : Maroc
Date d'inscription : 02/05/2011

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Sam 29 Juin 2013 - 22:04

J-P Mouvaux a écrit:
Code:
Donc, si on enlève ce Nazaréen « Jésus » du christianisme, que reste t-il ?

Il n'est pas question de nier les racines juives du christianisme mais d'inventorier les autres sources de cette "nouvelle religion".

A propos des "apocryphes" est-ce que tu penses que les courants dont les écrits n'ont pas été retenus dans le "canon" sont plus tardifs que ceux dont les écrits ont été retenus ?
Il est possible cependant que Jésus n'ait pas été le fondateur de cette secte mais n'ai fait que prendre la tête d'un groupe pré-existant.
En effet, se basant sur des écrits de Marcus Agrippa (63-12 av.JC), Pline l'ancien (23-79 ap.JC) écrit dans le livre 5 de ses "Histoires Naturelles" qu'il y avait des Nazôréens en Syrie occidentale, vers Apamée, avant JC (il parle d'une "tétrarchie des Nazériniens").
Hippolyte, au 3ème siècle ap JC, dans sa "Réfutation de toutes les hérésies 29, 6", disait que "l’hérésie nazaréenne existait avant le Christ et ne le connaissait pas.". .
Et Épiphane disait au 4ème siècle ap JC, dans le "Contre les hérésies" : "Il y eut des Nazaréens avant le Christ et le Christ n’en a pas eu connaissance".
Revenir en haut Aller en bas
Bourrique
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   Dim 30 Juin 2013 - 14:54

elmakoudi a écrit:
J-P Mouvaux a écrit:
Code:
Donc, si on enlève ce Nazaréen « Jésus » du christianisme, que reste t-il ?
A propos des "apocryphes" est-ce que tu penses que les courants dont les écrits n'ont pas été retenus dans le "canon" sont plus tardifs que ceux dont les écrits ont été retenus ?
Il est possible cependant que Jésus n'ait fait que prendre la tête d'un groupe pré-existant.

Nul besoin de Jésus pour le christianisme, puisqu`à Paul de tarse est attribué l´entête de ce mouvement belliciste- lui-même étranger à Jésus et ne l´invoquant qu´en tant que notoriété.
Entête qui ne deviendra Eglise que par Constantin, lui-même christos theou uios sol.

Les apocryphes ne sont pas écartés pour motif de chronologie, mais pour raison de non conformité au canon voulu pour unifier la direction de l´Eglise.

Eliezer, d´ascendance davidique semble t-il, père de Judas le Gaulanite, fonda un mouvement de résistance au temps d´Antipater.
Son fils le reprendra quand Quirinus asservira la Judée à un tribut. Comme jadis Pinhas qui recut le sacerdoce perpétuel en récompense, Judas le gaulonite apparaît comme jaloux de la gloire divine, ce qui lui vaut le soutien de sadocites écartés de la prêtrise depuis l´assassinat de Yohanan (= Onias) à l´instigation de Menelas, appuyé par son frère syncrétiste et phillène Jason.

Cependant les temps et le milieu ont changé, il mourut sans reconnaissance alors que son épouse Myriam était enceinte d´un fils qu´elle appellera Yeshou.

Myriam reprendra homme et aura de Joseph, dit Clopas, 2 fils Shimôn et Yacov qui poursuivront la résistance clanique, dans une forme non armée  comme Yeshou le leur avait transmise.
Résistance clanique encore vivace à l´époque de Trajan, selon Hugh Schonfield. Trajan a mis un terme à sa revendication, soit par la mort soit par la fuite de ses membres. Le dernier aurait été le vieux Shimôn qui présidait le bet din de Jerusalem.

L´appellation donnée à ce clan et à ses militants "Nazôreen" viendrait de 2 mots signifiant "victoire d´El": nazâr + El
En hébreu, les chrétiens sont appelés aujourd´hui encore Notsrîm.

Tout cela restera à décortiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les nazaréens, disciples de Jésus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les nazaréens, disciples de Jésus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les nazaréens, disciples de Jésus
» LES DISCIPLES D'EMMAÜS
» “ Je vous le dis, si Mes disciples se taisent, les pierres crieront. ” (Luc 19,40)
» L'envoi des 72 disciples
» Méditation 217: Les premiers disciples.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: SCIENCES :: Sciences humaines-
Sauter vers: