Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jehan
Chercheur
Chercheur


Nombre de messages : 64
Age : 58
Localisation : Pas-de-Calais
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.   Jeu 14 Aoû 2008 - 20:26


Jésus s'était retiré vers la région de Tyr et de Sidon.
Voici qu'une Cananéenne, venue de ces territoires, criait : « Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. »
Mais il ne lui répondit rien. Les disciples s'approchèrent pour lui demander : « Donne-lui satisfaction, car elle nous poursuit de ses cris ! »
Jésus répondit : « Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues d'Israël. »
Mais elle vint se prosterner devant lui : « Seigneur, viens à mon secours ! »
Il répondit : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens. -
C'est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. »
Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l'heure même, sa fille fut guérie. (Mt 15,21-28.)






De Galilée, Jésus s’est retiré quelques temps dans la région de Tyr et de Sydon. C’est là une terre de perdition, une terre en tout point étrangère. …..
Destination sans doute troublante pour les disciples entraînés par le Maître.

Sa réputation de thaumaturge l’ayant certainement précédé, une femme syro-phénicienne, dont la fille est malade, le supplie de prendre pitié d'elle. Jésus refuse d’abord de l'entendre. La malheureuse se jette à ses pieds. Les disciples interviennent en faveur de la suppliante et, devant son humilité, Jésus cède et, d'un mot, guérit l'enfant et loue hautement sa foi.

La méditation de ce texte impose généralement un thème qui d’ailleurs revêt aujourd’hui une grande actualité : l’accueil de l’étranger.

Et précisément Jésus ne se refuse pas, là sur cette route, à l'étrangère. Depuis la création, Dieu vient vers tous les hommes, il est le Dieu de toutes les nations. Nous savons bien par les Évangiles que l'amour, la grâce, la parole de Dieu ne sont jamais limités dans leur destination.

Ainsi Jésus ne pose pas de barrières infranchissables qui rendraient les groupes humains étrangers les uns aux autres. Bien au contraire, il manifeste une ouverture qui, de fait, brise les limites rigides de l'appartenance à un peuple, à une nation et à une religion……
Avec lui, cette appartenance cesse d'être déterminante. Ce qui compte à ses yeux, c'est d'apparaître comme le prochain…… Celui-ci peut se présenter à nous sous les traits de tout homme, étrangers de tous pays...

Tel est l' « universalisme » concret et effectif de Jésus. Ouverture non pas seulement aux membres de son propre groupe social - qu'il s'agisse de famille, de nation, d'ethnie, de classe, de parti, d'Église; mais surtout ouverture sans limites et dépassement des ségrégations quelles qu'elles soient.

Ainsi, dans une société qui peine tant à intégrer "l'étranger" et qui, scandaleusement, n'accueille le flux de pauvreté qu'en fonction de ses besoins, il est important de garder cet enseignement dans notre cœur. Nous qui savons que cet « universalisme » de l'Amour, le Christ l'a accomplis jusqu'à se donner pour les hommes sur la croix…… Nous enfin qui savons que c'est justement cet « universalisme » de son Évangile, parce qu'il heurtait les traditions, a conduit le Christ à la croix.

« Alors le roi dira à ceux qui sont à droite : "Venez les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès l'origine du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger et vous m'avez recueilli ; Les justes répondront : "Seigneur, quand vous avons-nous vu avoir faim, avoir soif, quand vous avons-nous vu étranger ?- Et le roi leur répondra : "En vérité je vous le dis, toutes les fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits de mes frères, c'est à moi que - vous l'avez fait. » (Mt 25,34-45)


Jean
Revenir en haut Aller en bas
bruno59
Chercheur
Chercheur
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 49
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.   Mar 19 Aoû 2008 - 18:18

J'aime beaucoup cette page de l'Évangile. Elle nous montre que l'amour de Dieu est devenir et ouverture à l'autre. Jésus, d'abord enfermé dans ses a-priori et la culture dont il est originaire, qui se laisse convaincre par la foi de l'autre, l'étrangère. Notre président-chanoine Sarkozy serait peut-être bien inspiré de relire Matthieu. ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Lucael
Exégète
Exégète


Masculin Nombre de messages : 4390
Age : 105
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.   Mer 20 Aoû 2008 - 9:38

Jehan a écrit:
Jésus s'était retiré vers la région de Tyr et de Sidon.
Voici qu'une Cananéenne, venue de ces territoires, criait : « Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. »

Fils de David fait référence aux revendications politiques des Juifs de l'époque. Le messie ne pouvait être qu'un descendant de David, qui eût été à la fois prêtre et roi, comme Salomon, et qui aurait rétabli la grandeur supposée du passé. Beaucoup de romantisme là-dedans. Mais ce qui est curieux c'est que selon les évangélistes eux-mêmes, Jésus descende de David par le biais de Joseph qui n'est pourtant pas le père, vu la conception virginale.

Citation :
Jésus répondit : « Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues d'Israël. »
Mais elle vint se prosterner devant lui : « Seigneur, viens à mon secours ! »
Il répondit : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens. -

Une Cananéenne est une descendante des habitants du pays de Canaan massacrés par les Hébreux à l'époque de l'Exode. C'est une rescapée d'un génocide, donc. Pourquoi Jésus semble-t-il considérer que cette femme a moins de valeur que les descendants des génocidaires? Pour les peuples sémites, être traité de chien est une insulte particulièrement gratinée.

Citation :
C'est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. »
Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l'heure même, sa fille fut guérie. (Mt 15,21-28.)

La conclusion de cette anecdote est choquante: c'est en s'humiliant et en renonçant à sa dignité qu'on obtient la grâce.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meditation dominicale 196: Jésus et l'étrangère.
» Méditation dominicale : De la richesse
» Meditation 196: Jésus et "l'étrangère".
» Meditation sur l'amour altruiste.
» MEDITATION DU 05 MAI 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum oecuménique-
Sauter vers: