Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'indifférence

Aller en bas 
AuteurMessage
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9806
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: L'indifférence   Ven 16 Jan 2009 - 9:01

Je viens de tomber sur un "rapport général sur la question sociale de l'année 1981" d'une association Maçonnique.
Je vous en livre le contenu que je recopierai par étapes.

I. - Qu'est-ce que l'indifférence?
II.- La société moderne cause de l'indifférence
a) Une société fondée sur le profit
b) Une société de conditionnement
c) Une société d'assistés

[color=blue]Plus sournoise que la violence, toute aussi meurtrière, une nouvelle tare de notre société s'installe: L'indifférence.
Lucide et fraternel, comment le Franc-Maçon peut-il réagir devant l'indifférence?

I. - Qu'est ce que l'indifférence?


L'indifférence manifestée à tout ce qui n'est pas soi, à l'homme, à l'événement local, ou international, se place plus directement dans l'optique du travail demandé.
Elle peut être apathie réelle ou affectée et, dans ce cas, il convient de se demander s'il n'est pas une forme d'indifférence qui corresponde à un choix délibéré, une indifférence "volontaire" en quelque sorte, qui soit refus de la précipitation des préjugés, et par là recherche de la maîtrise de soi.
Les philosophes de l'école d'Epicure, et aussi les stoïciens cherchaient à atteindre "l'ataraxie" ou absence de troubles, en contrôlant émotions, désirs et passions. Ne pas souffrir et, pour cela s'éduquer au "manque" leur semblait la voie de la sagesse.
En ce qui concerne l'homme du XXe siècle, on peut comprendre que devant les "stress" de la vie moderne, il adopte une attitude de défense, de recul, refusant à la fois le matraquage et la dispersion. Mais peut-on appeler cela l'indifférence ? Opérer des choix, contrôler ses pulsions, sélectionner ses interventions, me semble relever du sens de la survie, du bon sens, et même de l'efficacité. Nul n'est totalement disponible à tout et à tous...
Par contre la résignation fataliste à ce qui se passe lorsque la prise de conscience est claire, mérite davantage la réprobation de Constantin Weyer :

"Je n'aime point l'humble résignation : Job a une âme d'esclave. Il n'atteint pas la sérénité, mais à une vertu très médiocre : l'indifférence."


Quant à l'excès d'analyse, preuve de scrupule et de probité dans beaucoup de cas, il peut être fort paralysant, même s'il est effort de connaissance.
"Cette indifférence que je sens lorsque je ne suis pas emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d'aucune raison", nous dit descartes, "est le plus bas degré de la liberté et fait plutôt paraître un défaut dans la connaissance qu'une perfection dans la volonté.

(...)
l'absence de réaction, la non intervention devant la douleur, l'oppression, l'injustice sont souvent non point réflexion, mais négation pure et simple de l'autre, en tant que personne, et constitue bien une "tare" au sens étymologique du mot 'de l'italien "tara" venant lui même de l'arabe) : décompte, défectuosité quantitative ou qualitative, diminuant la valeur de l'objet.
Cette indifférence-là est bien le résultat d'une éthique de société qui vise à anesthésier l'individu, à le tétaniser.
Meurtrière à tous égards, et d'abord pour l'indifférent lui-même.


A suivre...


Dernière édition par jean le Mer 21 Jan 2009 - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11389
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: L'indifférence   Ven 16 Jan 2009 - 14:14

Très intéressante analyse de l'état actuel de notre société ; on attend la suite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'indifférence   Ven 16 Jan 2009 - 16:14

Très intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
Tibouc
Libre-penseur spirituel
avatar

Masculin Nombre de messages : 1677
Age : 29
Localisation : Pas de ce Monde
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Re: L'indifférence   Ven 16 Jan 2009 - 16:47

Super texte :0a6:
Revenir en haut Aller en bas
http://quetedugraal.forumgratuit.org
chat-man
A.A
avatar

Masculin Nombre de messages : 6282
Age : 53
Localisation : Quantiquement vôtre
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: Re: L'indifférence   Ven 16 Jan 2009 - 19:49

Je pense comme en biologie que la fréquence des stimulis provoque une accoutumance et que seul l'accroissement du seuil d'intensité finit par provoquer une réaction.
On va de plus en plus dans l'ultra violence parce qu'on est soumis dès le plus jeune age à des images de violence au travers de films, de jeux videos cretins et l'exacerbation de la concurrence individualiste ou nationaliste.

On est dans une epoque de M.... ou l'epicurisme est assimilé à la philosophie du plaisir des exces et ou l'amour de l'autre n'est toujours pas enseigné dans les écoles publiques.
L'indifference ne se traduit plus par une attitude de modération mais par une pathologie du sentiment ce que fait ressortir cet article. A force de tout voir nous ne voyons plus l'essentiel mais chacun doit essayer de se guerir à sa façon si la société echoue dans sa proposition d'etablir un projet ou l'humain garde une place centrale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.phim-sculpture.com/
maktub
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 102
Age : 59
Localisation : 03360
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: L'indifférence   Lun 19 Jan 2009 - 19:26

Qu'est ce que l'indifférence et nos sociétés modernes en sont-elles responsables...

A mon sens deux plaies idéologiques ont successivement meurtri puis aliéné l'humanité, deux modèles didactiques de pensée unique ...

L'une (dépassée) est le communisme, centré sur le collectivisme et le nécessaire à acquérir, et l'autre (d'actualité) est le libéralisme, axé sur le superflu à satisfaire, deux révolutions socioculturelles philosophiquement contradictoires qui sont paradoxalement parvenu à un résultat identique car le manque ou l'excès engendrent tous deux la détresse et la misère l'unique différence étant qu'elle soit matérielle et physique chez les uns et existentielle et psychique chez les autres !

Selon moi l'indifférence est né de cette misère existentielle ressentie par les individus et elle est du au fait que ce système capitaliste a sciemment scotomisé collectivement la conscience individuel à son profit nous emmenant progressivement à culturellement fuir nos émotions, enfouir nos sentiments, pour mieux nous dénaturer puis contrôler et uniformiser nos réactions, jusqu'à atrophier nos sens, et ce conditionnement comportemental axé sur l'égotisme et l'égocentrisme est désormais quasiment inné les primaires instincts de survie ayant planétairement été au fil du temps ramenés aux seuls désirs basics consistant pour chacun d'entre nous à conquérir son espace environnemental durant des rapports de force entrainant soit l'étalage grossier de différence de classe sociale soit occasionnant des actes violents et sociologiquement stériles ou bestiales ...

Manger, dormir, excréter, exulter lors de relations sexuelles se résumant malheureusement pour la plupart médiocrement, et pour l'essentiel, à d'odieux simulacres émotionnels !

En fait les régimes démocratiques sont à l'existentialisme ce que l'industrie pornographique est au voyeurisme. Tous deux façonnent nos choix comportementaux et nos fantasmes, nourrissant l'imagination populaire, emprisonnant nos sens, nous assujettissant collectivement, sous prétexte libéral, à tous les excès et au final nous sommes non seulement le produit de nos gènes mais également le résultat de nos sociétés qui sciemment nous égarent et nous déshumanisent au sein d'un système axé non sur notre bonheur mais sur nos afflictions et nos échecs car ce sont eux qui nous enferre dans cette indifférence...

J'ai pas mal bourlingué dans ma vie et j'ai pu observer qu'à rares exceptions près, plus les gens sont humbles et dépourvus du strict nécessaire et plus ils sont hospitaliers, généreux, et même heureux de partager et d'offrir le peu qu'ils possèdent avec gentillesse et simplicité...

De ce fait ils sont dignes et nobles dans leurs misères et ils paraissent non pauvres mais riche d'un bien rare et précieux qui ne s'acquiert qu'en dehors de l'indifférence...
Et ce bien se nomme humanité !


Je vais vous livrer le fond de ma pensée...

Seul les riches peuvent se payer le luxe d'être indifférent...
Et si jamais vous croisez un indifférent pauvre alors dite vous bien qu'à coup sur... c'est un con !!!


Kalvin -- philosophe et romancier --
Revenir en haut Aller en bas
http://bilkiss.artblog.fr
Tibouc
Libre-penseur spirituel
avatar

Masculin Nombre de messages : 1677
Age : 29
Localisation : Pas de ce Monde
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Re: L'indifférence   Lun 19 Jan 2009 - 20:44

Le probléme maktub. C'est que le capitalisme est l'inégale répartition des richesses alors que le communisme était l'égale répartition de la misère !
Le communisme place la société sur un piedestal en méprisant l'individu ; le capitalisme place l'individu sur un piedestal, détruisant ainsi petit à petit la société...
Le juste milieu n'a pas encore été atteint.

En politique, je pense que le pouvoir devrait etre un moyen et non une fin en soi. Le problème est que le pouvoir corrompt les hommes ; quiconque a le pouvoir veux le garder par tous les moyens (et de la viennent bon nombre de nos malheurs).
Alors je pense que nous devons cesser de laisser l'Etat guider nos vies. C'est nous qui devons guider l'Etat et non l'inverse !


Par contre, je vois pas le rapport avec l'existencialisme. Peux-tu m'expliquer ce que tu entends par la phrase "les régimes démocratiques sont à l'existentialisme ce que l'industrie pornographique est au voyeurisme."
Revenir en haut Aller en bas
http://quetedugraal.forumgratuit.org
maktub
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 102
Age : 59
Localisation : 03360
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mar 20 Jan 2009 - 11:32

Salut tibouc...

En démocratie c'est le libéralisme qui mène le bal et ce sont les publicitaires qui nous font danser ainsi les régimes démocratiques sont à l'existentialisme de que l'industrie pornographique est au voyeurisme, tous deux façonnent nos choix comportementaux des plus abjects aux plus banaux, nourrissant l'imagination populaire, emprisonnant nos sens...
Je puis même ajouter que tous deux génèrent, enracinent et façonnent sciemment nos déviances comportementales et dans les deux cas c'est au fin d'en tirer profit...
Revenir en haut Aller en bas
http://bilkiss.artblog.fr
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31186
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mar 20 Jan 2009 - 12:33

Lorsque l'on est victime de l'indiférence, on se sent inutile et transparant, c'est très douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Tibouc
Libre-penseur spirituel
avatar

Masculin Nombre de messages : 1677
Age : 29
Localisation : Pas de ce Monde
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mar 20 Jan 2009 - 14:53

maktub a écrit:
Salut tibouc...

En démocratie c'est le libéralisme qui mène le bal et ce sont les publicitaires qui nous font danser ainsi les régimes démocratiques sont à l'existentialisme de que l'industrie pornographique est au voyeurisme, tous deux façonnent nos choix comportementaux des plus abjects aux plus banaux, nourrissant l'imagination populaire, emprisonnant nos sens...
Je puis même ajouter que tous deux génèrent, enracinent et façonnent sciemment nos déviances comportementales et dans les deux cas c'est au fin d'en tirer profit...

Que les publicitaires créent en nous des désirs futiles, je totalement d'accor maktub. Mais je désolé je vois pas le rapport avec l'existentialisme.
L'existentialisme c'est considérer que l'existence précède l'essence. Quel rapport avec la société de consommation qui caractérise nos démocraties ?
Revenir en haut Aller en bas
http://quetedugraal.forumgratuit.org
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9806
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 11:39

Suite 1
(...)
Tout comme la violence, l’indifférence tue : laisser mourir est plus facile, moins voyant que de tuer directement,,mais le résultat est identique et sans risque le plus souvent. Dans cet ordre d’idées, Guy Fehlman nous montre clairement à quel point les deux notions se recoupent :
« La violence, ça n’est pas seulement la délinquance grande ou petite, c’est aussi un feu rouge brûlé qui tue l’innocent, le rejet des vieux qu’on ne veut plus voir, des jeunes livrés à eux-mêmes, des étrangers qu’on trouve volontiers trop nombreux sans trop oser le dire, c’est aussi la spéculation foncière qui interdit aux moins fortunés de posséder leurs quatre murs, la gestion suicidaire d’entreprises naguère florissantes qui laisse des milliers d’ouvriers sans travail… Et pourtant, qui oserait taxer de violent ce comportement apparemment anodin ?

Le bon sens était autrefois la chose du monde la mieux partagée ; il semble que ce soit désormais le laxisme, cet égoïsme frileux et dénué d’imagination qui accepte tout ce qui ne lui porte pas directement ombrage.
Cette bonté apparente dissimule en fait une totale indifférence. »

Lâcheté, peur, égoïsme, ne sont nullement indifférence à ce qui se passe, au contraire, mais ils provoquent un comportement équivalent à celui de l’indifférence, c’est à dire une absence de réaction à l’événement. Cette passivité enfonce l’homme dans l’aliénation et dans l’anonymat. Nous savons trop le prix de ces comportements pour n’en pas tenir compte..
Au début de "La peste ", Camus montre à quel point la ville qui tourne le dos à la mer (ô symbole), la ville stérile d’Oran, peut constituer la proie rêvée du fléau qui va venir. Et à ceux qui pensent s’en sortir par la fuite, un personnage fait observer : " Cela nous concerne tous." Personne n’est hors du coup ; c’est folie de le croire.
L’histoire - ancienne ou contemporaine – nous montre à quel point la politique de l’autruche est vouée à l’échec et à la mort.

En 1937, le pasteur allemand Martin Niemoëller écrivait ;
" Quand les nazis s’en sont pris aux communistes,
Je me suis tu car je n’étais pas communiste.
Quand ils on emprisonné les sociaux démocrates,
Je n’ai rien dit, car je ne suis pas social démocrate.
Quand ce ut le tour des catholiques,
Je n’ai pas protesté car je ne suis pas catholique.
Quand ils ont emmené les Juifs,
Je n’ai pas bougé car je n’étais pas Juif.
Quand ils sont venus chez moi,
Il n’y avait plus personne pour protester."

(...)

Comment en sommes-nous venus à cette absence d’yeux et d’oreilles, à ce " silence qui tue " ?
Comment cette préservation farouche du " moi " a-t-elle pu s’élargir au petit groupe (cellule familialle – immeuble – catégorie professionnelle – syndicat etc.) à la nation entière ? (Rappelons-nous " mourir pour Dantzig " !)
Montesquieu en avait admirablement flétri l’attitude :
" Si je savais une chose utile à ma patrie et préjudiciable à l’Europe, ou bien utile à l’Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime… Si je savais une chose utile à ma nation, qui fût ruineuse à un autre, je ne la proposerais pas à mon prince, parce que je suis un homme avant d’être français, ou bien parce que je suis nécessairement homme et que je ne suis français que par hasard. "

L’attitude indifférente, certes, n’est pas née avec le siècle : les esclaves de l’antiquité n’avaient guère droit à la pitié, les guerres civiles étaient noyées dans le sang, les combats de gladiateurs passionnaient les foules… Dans notre pays, les jacqueries [révoltes paysannes]ont subi de dure répressions, et le sort des paysans n’émouvaient ou ne scandalisait que quelques hommes de cœur…

Mais avec l’industrialisation et l’avènement des économies modernes, l’aliénation a franchi un pas important ; l’indifférence a pris des proportions inquiétantes, bien en rapport avec le développement de la société moderne. L’exploitation de l’homme suppose évidemment qu’on ne le tienne pas pour une " personne "Zola a fait des milieux ouvriers et de leur misère des peintures suffisamment éloquentes.

Et cette société qui est la notre ? Comment a-t-elle contribué à l’installation généralisée de l’indifférence ?

II.- La société moderne, cause de l’indifférence


Il n’est pas question ici d’envisager une étude détaillée des différents aspects de la société actuelle, mais bien d’essayer de déterminer ce qui, en elle développe les conditions de l’indifférence, c’est à dire l’aliénation.

Quels que soient les exemples qui s’offrent à nos yeux dans ce monde en pleine crise de civilisation, nous sommes obligés de constater que la valeur " homme " n’a pas été préservée : tout d’abord parce que le principe en est le profit, ensuite parce que ce profit implique le conditionnement, et enfin parce que notre société est une société d’assisté, donc d’irresponsables.


A suivre…


Dernière édition par jean le Mer 21 Jan 2009 - 16:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 12:33

[/b]Jean a ecrit,[b]
Citation :
Comment en sommes-nous venus à cette absence d’yeux et d’oreilles, à ce " silence qui tue " ?
Comment cette préservation farouche du " moi " a-t-elle pu s’élargir au petit groupe (cellule familialle – immeuble – catégorie professionnelle – syndicat etc.) à la nation entière ? (Rappelons-nous " mourir pour Dantzig " !)


Malheureusement,l'homme n'est pas pret à concevoir l'altruisme tel que nous le concevons"Nous"une petite minorité d'etres évolués.Car il faut savoir que 80%
des hommes sont incapables de faire preuve de vigilence,de bonté de coeur vis à vis
du malheur des autres...C'est une bien triste révélation!
Fatalisme? que nenni! II y a du pain sur la planche les amis,on a pas fini d'en voir
des injustices...


Elle s'appèle aussi l'innocence
Voilée d'un masque,l'indifférence
Au fond d'un mirroir vous défie.

Vous appèle de l'autre coté,
Puis en un instant c'est la fuite
Elle m'a happée,puis rejetée...

Mais le coeur garde sa vigilence
Connait une autre indifférence
Qui bientot relève le défi.

Le détachement...Tant négligé,
Qui tout en douceur nous acquite
De l'empirique réalité....
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31186
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 12:55

L'indiférence

La solitude à deux, est la pire de toute,
Je me sens invisible et je n’existe plus,
Je me plie, je me tasse et aussi je me voûte,
Je crie, je pleure en vain, en quoi t’ai-je déplu ?

Tu m’entends, mais tu ne m’écoutes pas,
Je ferais aussi bien de parler à tes fesses,
Tu me vois, mais tu ne me regardes pas,
J'ai envie de tuer, c'est laid, je le confesse.

Tu prends toute la place, tu occupes le lit,
Je ferais aussi bien d’aller dormir par terre,
Je te dis bonne nuit, tu es déjà assoupi,
Je m’enroule dans les draps, je dors en cimetière.

Une fois déjà, tu es parti sans moi,
Tu m’avais oublié, sur l’aire d’autoroute,
Les gendarmes m’ont dit, en toute bonne foi,
Que l’on trouve de tout, sur les bords de la route.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9806
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 16:31

Je pensais que j'aurais pu mettre l'ensemble du rapport qui expliquait comment les espoirs d'améliorations techniques se sont effectués dans un but de rentabilité et non d'amélioration du sort de l'homme; la mise en place d'une économie de marché qui consiste non à fabriquer du durable, mais des marchandises qui se casseront ou qui ne rempliront qu'une partie de leur fonction d'où la nécessité d'acheter un appareil complémentaire etc. ...

Mais je constate que ce texte semble long et ennuyeux, puisque d'autres textes se sont interférés.
Je m'y suis probablement mal pris...

Ce genre de texte à probablement plus sa place sur un blog que sur un forum. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31186
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 16:35

Il y a le blog du forum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 17:22

jean a écrit:
Suite 1
(...)
Tout comme la violence, l’indifférence tue : laisser mourir est plus facile, moins voyant que de tuer directement,,mais le résultat est identique et sans risque le plus souvent. Dans cet ordre d’idées, Guy Fehlman nous montre clairement à quel point les deux notions se recoupent :
En 1937, le pasteur allemand Martin Niemoëller écrivait ;
" Quand les nazis s’en sont pris aux communistes,
Je me suis tu car je n’étais pas communiste.
Quand ils on emprisonné les sociaux démocrates,
Je n’ai rien dit, car je ne suis pas social démocrate.
Quand ce ut le tour des catholiques,
Je n’ai pas protesté car je ne suis pas catholique.
Quand ils ont emmené les Juifs,
Je n’ai pas bougé car je n’étais pas Juif.
Quand ils sont venus chez moi,
Il n’y avait plus personne pour protester."

(...)
L’attitude indifférente, certes, n’est pas née avec le siècle : les esclaves de l’antiquité n’avaient guère droit à la pitié, les guerres civiles étaient noyées dans le sang, les combats de gladiateurs passionnaient les foules… Dans notre pays, les jacqueries [révoltes paysannes]ont subi de dure répressions, et le sort des paysans n’émouvaient ou ne scandalisait que quelques hommes de cœur…

Quels que soient les exemples qui s’offrent à nos yeux dans ce monde en pleine crise de civilisation, nous sommes obligés de constater que la valeur " homme " n’a pas été préservée : tout d’abord parce que le principe en est le profit, ensuite parce que ce profit implique le conditionnement, et enfin parce que notre société est une société d’assisté, donc d’irresponsables.


A suivre…

Espérons que la prise de conscience qui semble naitre grandira!
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11389
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: L'indifférence   Mer 21 Jan 2009 - 17:48

Non, jean, tu n'as pas à regretter ; ce texte est le bienvenu, même si on ne peut pas le commenter dans tous ses détails.

Je retiens aussi, comme critique de l'indifférence, ce texte de Martin Niemoëller :

En 1937, le pasteur allemand Martin Niemoëller écrivait ;
" Quand les nazis s’en sont pris aux communistes,
Je me suis tu car je n’étais pas communiste.
Quand ils on emprisonné les sociaux démocrates,
Je n’ai rien dit, car je ne suis pas social démocrate.
Quand ce ut le tour des catholiques,
Je n’ai pas protesté car je ne suis pas catholique.
Quand ils ont emmené les Juifs,
Je n’ai pas bougé car je n’étais pas Juif.
Quand ils sont venus chez moi,
Il n’y avait plus personne pour protester."
(...)


A chacun d'en faire l'application dans sa conduite personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'indifférence   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'indifférence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Mythes et légendes :: Révélations/Interprétations/Théories :: Médias Actualités :: Politique, économie et société.-
Sauter vers: