Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
antinéa
Curieux
Curieux


Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 11:16

devant les grands poètes
sans cesse tu te répètes
"quand donc viendra mon tour?"
mais le pourrais-je un jour?

tu écris quelques mots
les ratures aussitôt
rimer c'est difficile
vraiment je suis débile!

y a l'Odyssée d'Homère,
et aussi Jacques Prévert
Verlaine, Villon, Rimbaud
et puis Victor Hugo

qui es-tu pour oser
vouloir et espérer
affronter les plus grands?
un rêveur à mi-temps!
Antinéa


Dernière édition par antinéa le Jeu 7 Mai 2009 - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 11:23

j'adore la poésie, et la dévore sous toutes ses formes
en voici une, bien connue, mais dont je ne me lasse pas:

le dormeur du val,


C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil de la montagne fière,
Luit; C'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pale dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font plus frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au coté droit.

Arthur Rimbaud

Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 11:33

et une autre, beaucoup moins connue, du XXe siècle

(sans titre)
-Raconte-moi le passé.
-Il est trop vaste.
Raconte-moi le vingtième siècle.
-Il y eu des luttes sanglantes.
Puis Lénine,
Puis l'espoir.
puis d'autres luttes sanglantes.
- Raconte-moi le temps.
-Il est trop vieux.
-Raconte-moi mon temps à moi.
-Il y eut Hitler,
il y. eut Hiroshima
-Raconte-moi le présent.
-Il y a toi,
et encore toi,
et le bonheur qui ressemble au soleil sur les hommes.
-Raconte-moi...
-Non, mon enfant,
c'est toi qui doit me raconter
l'avenir
Alain Bosquet
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11375
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 15:56

Elle mérite d'être connue, celle d'Alain Bosquet.

Quant à Rimbaud, depuis mes 18 ans, où il me fascinait sans que j'y comprenne rien, je continue à y trouver un de mes préférés.

Et c'est vrai que "le dormeur du val" est un de ses plus beaux textes, court, et compréhensible, celui-là.

Il me fait toujours penser aussi à la chanson de Mouloudji : "Comme un p'tit coquelicot".

J'espère que nous parviendrons à faire vivre cette rubrique "poésie".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 16:40

Incarnation

O psyché l’immortel, il est l’instant
De quitter les splendeurs
Des célestes Demeures
Pour parfaire ici-bas le travail qui t’attend.

Aux portes de la Terre, après t’avoir bénie
Ton Génie t’a quittée.
Dès lors, épouvantée
Tu ressens tout le poids de tourments infinis.

Prise entre deux puissances : Matière, Esprit,
De ta source divine
N’oublie pas l’origine,
Le revoir de ton ciel ne sera qu’à ce prix.

A ta nuit cependant a succédé l’aurore.
Sous le baiser solitaire
Tu as la vision claire
Que ses divins rayons guideront ton essor.

Tu n’as point dit adieu là-haut, mais au revoir.
De l’ombre prisonnier
Pour trouver la lumière
C’est au sein de l’Amour qu’il te faut te mouvoir.

Pour garder toute pure l’essence de ton rêve
Par instant fulgurent,
Du monde dévorant
Laisse tous plaisirs car l’ombre sera brève.

O Sacrifice, es-tu un dieu si exigeant
Qu’avec toi le chemin va toujours s’allongeant?
Tu n’es plus un enfant; maintenant prends le rang
Sur la route suivie par les grand conquérants.
Mais si je monte encor que vais-je donc atteindre?
Dans un sourire que seul un archange eut su peindre:
< Le Choeur des Séraphins >


Iris
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 19:04

c'est un poème perso?
c'est très beau!

en voici un autre, très récent,(1999)
extrait de "l'horloge de Linné " de Werner Lambersy

Le fini et l'infini
faisaient route ensemble

L'un dit
me voici arrivé

Crois-tu dit l'autre
et il prit sur ses épaules
son frère encore
trop jeune

Celui-ci
du haut de son perchoir
racontait la route
commentait le paysage

Car l'autre était aveugle
de naissance
et ne pouvait regarder
qu'en lui-même

Mais le chant
l'avait choisi pour cela
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9806
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 19:58

JPM a écrit:

J'espère que nous parviendrons à faire vivre cette rubrique "poésie".

J' veux bien participer!


Viens boire un ptit coup à la maison
Dans l'aquarium il ya les poissons
Crois moi pour eux l'eau c'est du poison
Viens buvons un coup à l'unisson.


C'est court, mais je débute... Je me sens particulièrement poétique
Que personne rigole !!! Hein.

Hier soir j'ai revu le film "Bienvenue chez les Chtis", ça m'a inspiré...
Jonas n'est plus là, il disait que j'étais un assassin de poètes...

Je lis avec intérêt ce que vous écrivez, mais je crois que je n'ai pas une âme poétique.
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11375
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 21:33

Code:
Je lis avec intérêt ce que vous écrivez, mais je crois que je n'ai pas une âme poétique.

Mais si ; mais si, jean. Dans la poésie, il y a aussi la poésie satirique.

Continue de participer ; l'important n'est-il pas de participer, comme disait l'autre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 21:51

Au Paradis

Par un beau jour dans les jardins du Paradis,
Jésus, en personne, sillonnait les allées
Non pour y découvrir des jeux interdits
Mais s’enquérir du bien de la gente ailée

Lorsqu’il remarqua, à l’ombre d’un cyprès
Un vieux homme, triste, la tête entre les mains.
Jésus surpris s‘approcha de lui, au plus près
Il vit son visage usé comme un parchemin.

Mais honnête brave homme que me vaut ce chagrin ?
N’êtes-vous pas ici dans un endroit merveilleux ?
Un murmure : je cherche mon fils, mon gamin
J’ai fouillé partout, tous les recoins de ce lieu.

Comment vous appelez-vous ? Joseph il lui dit.
Que faisiez vous sur Terre ? j’étais charpentier
Joseph le charpentier répéta Jésus, oui
Ils se regardèrent attendris fiers et altiers.

Jésus, très ému, prit le vieil homme dans ses bras
L’embrassa, le serra encore puis cria : Papa
Le vieil homme s’écarta un peu, le dévisagea
Il eut un sourire, reprit son souffle et hurla :

Pinocchio………… Very Happy


De Fulcanelli
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 7 Mai 2009 - 22:42

j'adore!
en voici une un peu coquine,
de Louise Labé qui j'imagine,
devrait bien plaire à l'ami Jean
pour son humour, assurément!

Baise m'encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m'en un de tes plus savoureux,
Donne m'en un de tes plus amoureux :
Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise.

Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j'apaise,
En t'en donnant dix autres doucereux.
Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,
Jouissons-nous l'un de l'autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soi et son ami vivra.
Permets m'Amour penser quelque folie :

Toujours suis mal, vivant discrètement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moi ne fais quelque saillie
Revenir en haut Aller en bas
chat-man
A.A
avatar

Masculin Nombre de messages : 6259
Age : 53
Localisation : Quantiquement vôtre
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 8 Mai 2009 - 0:24



Dernière édition par chat-man le Ven 8 Mai 2009 - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.phim-sculpture.com/
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 8 Mai 2009 - 0:38

je ne comprends pas l'anglais, mais là!!!pas de soucis, j'ai tout compris!
Revenir en haut Aller en bas
Chribou
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 10004
Age : 58
Localisation : Québec
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 8 Mai 2009 - 0:53

Léo Ferré aurait certainement très apprécié ce vidéo...!

Ainsi que vos choix de poésie bien sûr! ☎
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 8 Mai 2009 - 3:25

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 8 Mai 2009 - 3:46

Le poète silencieux,

Il aurait aimé vous réciter ses poèmes.
Oui, mais, il est muet.
Alors, il vous a imprégné de ses mots noirs sur une feuille blanche.

Il aurait aimé entendre vos poèmes.
Oui, mais, il est sourd.
Alors, il les a senti vibrer dans son cœur.

Il aurait aimé votre regard poétique.
Oui, mais, il pense qu’on se moque de lui.
Alors, il parle aux fleurs.

Il aurait aimé se faire comprendre d’elles.
Oui, mais, il pense qu’elles sont sourdes comme lui.
Alors, ils leur parlent par le toucher.

Il aurait aimé comprendre leurs langages.
Oui, mais, il pense ne pas comprendre.
Alors, les abeilles et les papillons sont là pour lui traduire.

Il aurait aimé tant de choses.
Oui, mais, la vie ne lui a pas offerte.
Alors, il a simplement partagé le peu qu’il avait.


Thierry MAFFEI
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 8 Mai 2009 - 23:06

La retraite

Aux bords de ton lac enchanté,
Loin des sots préjugés que l'erreur déifie,
Couvert du bouclier de ta philosophie,
Le temps n'emporte rien de ta félicité ;
Ton matin fut brillant ; et ma jeunesse envie
L'azur calme et serein du beau soir de ta vie !

Ce qu'on appelle nos beaux jours
N'est qu'un éclair brillant dans une nuit d'orage,
Et rien, excepté nos amours,
N'y mérite un regret du sage ;
Mais, que dis-je ? on aime à tout âge :
Ce feu durable et doux, dans l'âme renfermé,
Donne plus de chaleur en jetant moins de flamme ;
C'est le souffle divin dont tout l'homme est formé,
Il ne s'éteint qu'avec son âme.

Etendre son esprit, resserrer ses désirs,
C'est là ce grand secret ignoré du vulgaire :
Tu le connais, ami ; cet heureux coin de terre
Renferme tes amours, tes goûts et tes plaisirs ;
Tes voeux ne passent point ton champêtre domaine,
Mais ton esprit plus vaste étend son horizon,
Et, du monde embrassant la scène,
Le flambeau de l'étude éclaire ta raison.

Tu vois qu'aux bords du Tibre, et du Nil et du Gange,
En tous lieux, en tous temps, sous des masques divers,
L'homme partout est l'homme, et qu'en cet univers,
Dans un ordre éternel tout passe et rien ne change ;
Tu vois les nations s'éclipser tour à tour
Comme les astres dans l'espace,
De mains en mains le sceptre passe,
Chaque peuple a son siècle, et chaque homme a son jour ;
Sujets à cette loi suprême,
Empire, gloire, liberté,
Tout est par le temps emporté,
Le temps emporta les dieux même
De la crédule antiquité,
Et ce que des mortels dans leur orgueil extrême
Osaient nommer la vérité.

Au milieu de ce grand nuage,
Réponds-moi : que fera le sage
Toujours entre le doute et l'erreur combattu ?
Content du peu de jours qu'il saisit au passage,
Il se hâte d'en faire usage
Pour le bonheur et la vertu.

J'ai vu ce sage heureux ; dans ses belles demeures
J'ai goûté l'hospitalité,
A l'ombre du jardin que ses mains ont planté,
Aux doux sons de sa lyre il endormait les heures
En chantant sa félicité.
Soyez touché, grand Dieu, de sa reconnaissance.
Il ne vous lasse point d'un inutile voeu ;
Gardez-lui seulement sa rustique opulence,
Donnez tout à celui qui vous demande peu.
Des doux objets de sa tendresse
Qu'à son riant foyer toujours environné,
Sa femme et ses enfants couronnent sa vieillesse,
Comme de ses fruits mûrs un arbre est couronné.
Que sous l'or des épis ses collines jaunissent ;
Qu'au pied de son rocher son lac soit toujours pur ;
Que de ses beaux jasmins les ombres s'épaississent ;
Que son soleil soit doux, que son ciel soit d'azur,
Et que pour l'étranger toujours ses vins mûrissent.

Pour moi, loin de ce port de la félicité,
Hélas ! par la jeunesse et l'espoir emporté,
Je vais tenter encore et les flots et l'orage ;
Mais, ballotté par l'onde et fatigué du vent,
Au pied de ton rocher sauvage,
Ami, je reviendrai souvent
Rattacher, vers le soir, ma barque à ton rivage.


Alphonse de LAMARTINE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Sam 9 Mai 2009 - 21:08

Artiste: Alain Souchon
Chanson: C'est Comme Vous Voulez

Sans opinion, chanteur,
J'vous suis dans toutes vos combines.
J'ai aucun point d'honneur.
Cool, je suis les consignes.
J'peux faire des choses fines
En disant cocaïne,
Un clip de hard lourd
En disant Pearl Harbour.

{Refrain}

Ku Klux Clan Baba Cool GreenPeace et Moon imbéciles,
Karl Marx Brothers et beau dollar infantile,
Bob Dylan dans ta caverne
Ou petit nazi moderne.

C'est comme vous voulez... {2x}
Où vous irez, j'irai.
C'est comme vous voulez,
Comme vous voulez...

Vous m'dites : "La samba, c'est beau.",
J'vous fais d'la samba ghetto.
Vous m'dites : "La biguine, OK !",
Je f'rai l'antillais.
Mouton, mouton,
Soumis, docile et sans rébellion,
Bêê, bêê, j'suivrai :
Tout c'qui vous plaît m'plaît.

{Refrain:}
C'est comme vous voulez... {2x}
Où vous irez, j'irai.
C'est comme vous voulez,
Comme voulez...

J'vous ai suivi jusqu'à Hanoï
Pour sauver votre empire.
Obéissant, p'tit boy,
Bye. Faut s'tirer : on s'tire.
Debout, couché, la patte, assis Messahoud.
J'ai suivi, pour l'honneur, l'horreur,
Mouton suiveur.

Vous m'dites : "Rencard à Kaboul."
A Kaboul, moi, j'déboule.
Dites : "Go à Santiago".
A Santiago je go.
Mouton, mouton,
Soumis, docile et sans rébellion.
Bêê, bêê, j'suivrai
La guerre ou la paix.

{Refrain}

Ku Klux Clan Baba Cool GreenPeace et Moon imbéciles,
Karl Marx Brothers et beau dollar infantile,
Bob Dylan dans ta caverne
Ou petit nazi moderne.

C'est comme vous voulez... {2x}
Où vous irez, j'irai.
C'est comme vous voulez,
Comme vous voulez...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Dim 10 Mai 2009 - 11:57

Artiste: Alain Souchon
Chanson: Foule Sentimentale

Oh la la la vie en rose
Le rose qu'on nous propose
D'avoir les quantités d'choses
Qui donnent envie d'autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c'est d'avoir
De l'avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale
On a soif d'idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

Il se dégage
De ces cartons d'emballage
Des gens lavés, hors d'usage
Et tristes et sans aucun avantage
On nous inflige
Des désirs qui nous affligent
On nous prend faut pas déconner dès qu'on est né
Pour des cons alors qu'on est
Des

Foules sentimentales
Avec soif d'idéal
Attirées par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

On nous Claudia Schieffer
On nous Paul-Loup Sulitzer
Oh le mal qu'on peut nous faire
Et qui ravagea la moukère
Du ciel dévale
Un désir qui nous emballe
Pour demain nos enfants pâles
Un mieux, un rêve, un cheval

Foule sentimentale
On a soif d'idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Dim 10 Mai 2009 - 13:16

liberté, liberté chérie


j'aime la liberté

J'aime la liberté, et languis en service,
Je n'aime point la cour, et me faut courtiser,
Je n'aime la feintise, et me faut déguiser,
J'aime simplicité, et n'apprends que malice ;

Je n'adore les biens, et sers à l'avarice,
Je n'aime les honneurs, et me les faut priser,
Je veux garder ma foi, et me la faut briser,
Je cherche la vertu, et ne trouve que vice !

Je cherche le repos, et trouver ne le puis,
J'embrasse le plaisir, et n'éprouve qu'ennuis,
Je n'aime à discourir, en raison je me fonde :

J'ai le corps maladif, et me faut voyager,
Je suis né pour la Muse, on me fait ménager ;
Ne suis-je pas, Morel, le plus chétif du monde ?


Joachim du Bellay
Recueil : Les Regrets
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Dim 10 Mai 2009 - 13:32

un petit merci à ce poète belge
qui m'entraîne avec lui dans un monde parallèle.

A la gloire des cieux
Emile Verhaeren

L'infini tout entier transparaît sous les voiles
Que lui tissent les doigts des hivers radieux
Et la forêt obscure et profonde des cieux
Laisse tomber vers nous son feuillage d'étoiles.

La mer ailée, avec ses flots d'ombre et de moire,
Parcourt, sous les feux d'or, sa pâle immensité ;
La lune est claire et ses rayons diamantés
Baignent tranquillement le front des promontoires.

S'en vont, là-bas, faisant et défaisant leurs noeuds,
Les grands fleuves d'argent, par la nuit translucide ;
Et l'on croit voir briller de merveilleux acides
Dans la coupe que tend le lac, vers les monts bleus.

La lumière, partout, éclate en floraisons
Que le rivage fixe ou que le flot balance ;
Les îles sont des nids où s'endort le silence,
Et des nimbes ardents flottent aux horizons.

Tout s'auréole et luit du zénith au nadir.
Jadis, ceux qu'exaltaient la foi et ses mystères
Apercevaient, dans la nuée autoritaire,
La main de Jéhovah passer et resplendir.

Mais aujourd'hui les yeux qui voient, scrutent là-haut,
Non plus quelque ancien dieu qui s'exile lui-même,
Mais l'embroussaillement des merveilleux problèmes
Qui nous voilent la force, en son rouge berceau.

Ô ces brassins *de vie où bout en feux épars
A travers l'infini la matière féconde !
Ces flux et ces reflux de mondes vers des mondes,
Dans un balancement de toujours à jamais !

Ces tumultes brûlés de vitesse et de bruit
Dont nous n'entendons pas rugir la violence
Et d'où tombe pourtant ce colossal silence
Qui fait la paix, le calme et la beauté des nuits !

Et ces sphères de flamme et d'or, toujours plus loin,
Toujours plus haut, de gouffre en gouffre et
D'ombre en ombre,
Si haut, si loin, que tout calcul défaille et sombre
S'il veut saisir leurs nombres fous, entre ses poings !

L'infini tout entier transparaît sous les voiles
Que lui tissent les doigts des hivers radieux
Et la forêt obscure et profonde des cieux
Laisse tomber vers nous son feuillage d'étoiles.




brassin= cuve (où l'on brasse la bière)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 14 Mai 2009 - 11:25

Hé oui,malheureusement il n'y a pas que de l'eau de rose dans la poésie.........


Artiste: Alain Souchon
Chanson: On S'aime Pas

Tu vois, on danse.
Le corps, on le balance.
On s'touche.
On s'embrasse la bouche.
Tiens, même, v'là qu'on s'dit qu'on s'aime
Mais c'est que de la crème,
De la pommade rose
Pour cacher les choses,
Du p'tit plaisir
Pour pas tout seul dormir.

{Refrain:}
Tu vois pas qu'on s'aime pas ?
Tu vois pas qu'on s'aime pas ?
On s'aime pas.

Alors là, t'es seul.
Ça t'pique dans ton œil.
T'as envie
D'parler, de faire guili-guili,
Mais, pomme,
T'es là pour personne
Et c'est tout le monde pareil.
Retourne dans ta piaule :
Même si tu miaules,
Le monde s'en fout. {2x}

{Refrain}

Fil, fil mur,
T'as pas vu le fil dur ?
Marqué privé,
Ici c'est chez nous.
Pas pour vous,
Rien qu'pour nous.
Si c'est à tout le monde, chez nous,
C'est du sale mélange
Et ça nous dérange.
Attention aux autres. {2x}

{Refrain}

Pan ! Pan ! Pan !
Y a la guerre tout l'temps.
On fait le civil
Puis on s'envoie les missiles.
On s'le fait le coup du calumet de la paix
Mais c'est du cirage,
De la gomina
Pour cacher le cra-cra
Et zoom zoom télé,
Toutes ces belles photos saignées.

Tu vois pas qu'on s'aime pas ? {4x}
On s'aime pas... {8x}
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 14 Mai 2009 - 13:49

qui ne connaît pas le fameux "Sonnet d' Arvers?

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu.
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

Hélas ! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
Ce murmure d'amour élevé sur ses pas ;

À l'austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.



mais savez- vous qu'il en existe de nombreux pastiches?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Ven 15 Mai 2009 - 21:56

Les mal-aimés

perdus dans une société qui les étrangle
battus, forcés de tenir leur langue
dans ce tunnel sans lueur
où ils souffrent et meurent

incompris, fermés dans leurs solitudes
obligés d'agir, de travailler en adulte
ils n'ont personne à aimer, à détester
seulement une vie à renier

ils n'ont pas d'enfance, seulement les silences
de leur monde d'indifférence
larmes sur les joues, cernes sous les yeux
ils se demandent comment être heureux

ils n'ont personne à qui parler
même pas personne à écouter
n'ont pas d'avenir à espérer
pas plus de rêves à inventer

les enfants mal-aimés
les gens les voient, les reconnaissent
personne ne crie pour que ça cesse
quelque chose doit changer, pour les enfants mal-aimés

ils sont battus, violés, tués
sont amoindris par la famine
ils n'ont pas demandé à renaître
ils ne peuvent que souhaiter disparaître

ils n'ont de vie que l'apparence
n'ont pas d'amis, pas de chance
ils n'ont que des coups, que des poux
aucun mot doux, que des gifles sur les joues

fragiles comme feuilles d'automne
brisés par tant de violence
chétifs devant tant de souffrances
pour aimer ils n'ont personne

ils survivent dans l'attente
d'un avenir incertain
descendant la pente
d'une vie sans lendemain

ils dorment sur des lits de bois
et ils n'ont aucun choix
quant à leurs dires, quant à leurs rires
ils n'ont qu'une enfance à bannir

arrivés à l'âge béni
où le monde côtoie l'enchanteur
il ne devient dans leurs vies
que le spectre du malheur

ils ne sont pas responsable des malheurs de la terre,
des horreurs de la guerre
ils ne sont pas à juger pour ce que nous avons créé,
avons laissé aller
ils ne sont que l'espoir de demain,
laissons-les suivre leurs chemins.
ils veulent vivre au jour le jour,
ne demandant que notre amour.

problèmes d'amour, problèmes d'argent
nous font oublier bien trop souvent,
qu'un jour nous avons déjà aimé
et qu'il serait facile de recommencer.


Dominic Therrien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Mer 10 Juin 2009 - 18:25

[center] Maxime le forestier: PASSER MA ROUTE

Laissez-les dans les cartons les plans d'la planète
Faites-les sans moi, n'oubliez pas les fleurs
Quand ces rétroviseurs là m'passent par la tête
J'ai du feu sur le gaz et j'm'attends ailleurs

Je fais que passer ma route
Pas vu celle tracée
Passer entre les gouttes
Evadé belle

Parole après parole, note après note
Elle voulait tout savoir sur ma vie
J'ai tourné sept fois ma clé dans ses menottes
Sept fois ma langue dans sa bouche et j'ai dit

Je fais que passer ma route
Pas vu celle tracée
Passer entre les gouttes
Evadé belle

Est-ce que c'est un marabout, un bout d'ficelle
Un gri-gri qu'j'aurais eu sans l'savoir
Chez les tambours des sorciers, sous les échelles
Dans les culs d'sac infestés de chats noirs

Je fais que passer ma route
Pas vu celle tracée
Passer entre les gouttes
Evadé belle

☎
Revenir en haut Aller en bas
antinéa
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 64
Localisation : banlieue
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 11 Juin 2009 - 13:17

..Tu es la goutte et l'océan,
..... Tu es la bonté, la colère,
.........Tu es le sucre , le poison,
.............Ne me rends pas plus malheureux.

...............Tu es la chambre du Soleil,
................Tu es la maison de Vénus,
.................Tu es le jardin de l'espoir,
..................Ô ami, laisse-moi entrer.

.................Tu es le jour, tu es le jeûne,
................Tu es le fruit de la misère,
...............Tu es l'eau et tu es le vase,
..............Donne-moi de l'eau cette fois.

............Tu es le grain, tu es le piège,
.........Tu es le vin, tu es la coupe,
.......Tu es cru, tu es cuit aussi,
....Moi, ne me laisse pas tout cru.

Roumi, poète persan du XIIIe siècle
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11375
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   Jeu 11 Juin 2009 - 13:39

Très beaux tous ces derniers textes !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT   

Revenir en haut Aller en bas
 
CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» CHANSON DU PLUS LEGER QUE LA MORT
» Ces chats qui nous font rire !
» Je cherche un poème en rapport avec le théâtre et avec la peine de mort
» La vie après la mort
» Du nouveau sur la mort subite du nourrisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: FORUMS DIVERS :: La page Blanche :: L'atelier d'écriture-
Sauter vers: