Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Origine idéologique et philosophique du christiannisme

Aller en bas 
AuteurMessage
maktub
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 102
Age : 59
Localisation : 03360
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Dim 17 Mai 2009 - 18:02

Une légende prétend que Jésus n’était pas juif car les Galiléens convertis de force au judaïsme étaient en Israël considérés comme des étrangers historiquement issus d’une généalogie de colons celtes Gaëls, d’où la thèse de Rosenberg prêtant à Jésus une ascendance Aryenne, mais jusqu’ou le Christianisme est-il une religion Sémitique sachant que l’idée religieuse de la vierge Mère n’existe pas dans le judaïsme alors qu’elle est présente avec la déesse Déméter typiquement Grec et que les celtes, proches parents des hellènes, vénéraient également la virgo paturae, la vierge noire ancêtre généalogique et mythique de marie la vierge blanche, et de fait le Christianisme s’apparente plus idéologiquement à une religion Gréco-égyptienne que Sémite l’apport égyptien étant l’Osirianisme et l’apport Grec le Pythagoricisme, l’une et l’autre tradition plongeant ses racines dans la tradition hyperboréenne, ainsi au début de l’ère Chrétienne existait-il deux courants de pensées distinctes le courant Helléno-Chrétien qui par les esséniens se rattachait au pythagoricisme et à l’orphisme, représentant la tradition primordiale figurée par l’église de Jean le Baptiste, et un courant Judéo-Chrétien qui fit cadrer son histoire avec les prophéties d’un messie attendu par Israël en n’hésitant pas, face au refus de ces derniers de reconnaitre dans Jésus le sauveur de la maison de Jacob, à apporter par la suite des adjonctions évangéliques aux textes Bibliques originaux et c’est l’église de Pierre !
Par définition le Christianisme trouve ses origines chez les esséniens, communauté d’inspiration ésotérique pythagoricienne, et la gnose Chrétienne trouve sa source dans l’école d’Alexandrie héritière de la pensée Orphique et néo-platonicienne ainsi ses deux fleuves de pensées ont un temps mêlé leurs eaux avant de se séparer la gnose devenant alors le plus grand écueil rencontré par la barque de Pierre lorsque l’église amorça ses premières manœuvres destinées à jeter le voile sur les origines ésotériques du Christianisme, dissimulant de ce fait au monde entier une conception d’ensemble de l’histoire et de l’œuvre du salut et une création originelle offrant aux fidèles une intelligence plus profonde de leur foi, ainsi l’église Catholique Romaine commit l'irréparable erreur de dissocier l'ésotérisme de l'exotérisme laissant alors place dans le cœur des hommes aux doutes et à tous les égarements...
Historiquement jusqu’à la fin du premier siècle le Christianisme a végété se limitant à quelques communautés juives du proche orient qui sous le manteau annonçaient prudemment la bonne nouvelle « le seigneur est ressuscité » ces groupes se préparant à l’apocalypse, et croyant le retour du Christ imminent, ne songeant pas encore à convertir les gentils et ce n’est que par la suite, bien plus tard, que l’église Chrétienne voulut rétrospectivement donner à la vie du Christ un sens alchimique, celle du corps matière sacrifié et transmuté dans l’athanor temporel pour devenir esprit universel, allant dans son aveuglement jusqu’à faire de sa naissance un événement divin irrationnel et incompréhensible à l’entendement et la raison, du fait de la consubstantialité, cependant qu’en réalité Jésus n’a rien à voir avec ce que les prélats prétendent ainsi selon l’évangile de saint Matthieu, qui fut détruit car il y était écrit que Jésus était né de semence d’homme, celui qui devint le Christ était un initié et rien d’autre, un maître de la tradition Chaldéenne et à cette époque lointaine la secte Chrétienne qui après sa mort transmettait le plus fidèlement cette tradition à laquelle appartenait jéhovah était celle des ébionites, plus connus sous le nom des Nazaréens, adhérant à la théorie de l’émanation des hiérarchies angéliques et cosmiques opposées à celle d’un créateur universel, une gnose issue de Sophia Acomoth la sagesse divine représentant la partie féminine du verbe présente en Marie de Bethleem, une secte à laquelle appartenait en ces temps lointains les parents de celui qui allait devenir le Christ.
En fait c’est Saül de Tarse plus connu sous le nom de saint Paul, et non les apôtres de l’église de Pierre engoncée dans la matière, qui en voyageur inlassable fit du Christianisme ce qu’il est en propageant un message Christique interprété par ses soins aux travers des épitres usant d’un langage emprunté tantôt au platonicien qu’il avait été, utilisant les archétypes de la pensée Grecque et les intelligences de Pythagore, tantôt à un Kabbalisme auquel il fut initié avant sa rencontre avec Jésus sur le chemin de Damas et c’est son sens inné de l’action qui lui fit saisir le parti qu’il pouvait tirer d’un monde Païen à la recherche de l’unité divine en adaptant le Christianisme au prosélytisme de masse de l’époque, tel un instrument qu’il n’était pas jusqu’alors, enfin bien plus tard l’empereur Constantin, fils d’une servante d’auberge, arrivé au pouvoir à la force du poignet hésita longtemps entre Mythra et Jésus, au point tel qu’il ne se fit baptiser que sur son lit de mort, et le concile de Nicée qui sous son impulsion sépara le bon grain de l’ivraie évangélique, et posa en l’an 325 le crédo que les Catholiques récitent encore aujourd’hui, institua une orthodoxie qui fit de tous ceux qui ne s’y ralliaient pas aveuglément des hérétiques effectuant en cela une vaste manœuvre politique destinée dans le même temps à mettre fin aux dissensions de l’église et surtout à redonner un grand souffle de vie unitaire spirituelle au corps exsangue de l’empire.
Maktub
Revenir en haut Aller en bas
http://bilkiss.artblog.fr
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9814
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Dim 17 Mai 2009 - 22:04

Bien... J'ai tout lu...
Ben là... ya du boulot pour démêler ce patchwork
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
maktub
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 102
Age : 59
Localisation : 03360
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Lun 25 Mai 2009 - 20:36

Si il n'y en a qu'un qui y parvient tu seras celui là !!!

Maktub
Revenir en haut Aller en bas
http://bilkiss.artblog.fr
nonette
Etudiant
Etudiant
avatar

Nombre de messages : 218
Age : 70
Localisation : france
Date d'inscription : 18/03/2009

MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Mar 26 Mai 2009 - 15:13

Enfin, pour une fois que l'on ne tombe pas sur Saint Paul, réjouissons-nous !
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11431
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Mer 27 Mai 2009 - 15:41

En élaguant un peu le patchwork, on a un panorama assez juste de l’histoire des débuts du christianisme.

Code:
le Christianisme est-il une religion Sémitique sachant que l’idée religieuse de la vierge Mère n’existe pas dans le judaïsme

Très juste. Le christianisme a opéré une synthèse de la tradition juive et des mythologies grecque, égyptienne et mésopotamienne, pour ne citer que les apports principaux.

Code:
le Christianisme trouve ses origines chez les esséniens, communauté d’inspiration ésotérique pythagoricienne, et la gnose Chrétienne trouve sa source dans l’école d’Alexandrie héritière de la pensée Orphique et néo-platonicienne ainsi ses deux fleuves de pensées ont un temps mêlé leurs eaux avant de se séparer la gnose devenant alors le plus grand écueil rencontré par la barque de Pierre

Juste. Le courant plus « rationnel », qui a en son aboutissement dans l’église romaine, a obligé le courant gnostique à se retirer dans la clandestinité, avec des émergences ultérieures, toujours durement réprimées, dans l’histoire, par exemple : les cathares.

Code:
Historiquement jusqu’à la fin du premier siècle le Christianisme a végété se limitant à quelques communautés juives du proche orient qui sous le manteau annonçaient prudemment la bonne nouvelle « le seigneur est ressuscité » ces groupes se préparant à l’apocalypse, et croyant le retour du Christ imminent,

En fait c’est Saül de Tarse plus connu sous le nom de saint Paul, et non les apôtres de l’église de Pierre engoncée dans la matière, qui en voyageur inlassable fit du Christianisme ce qu’il est en propageant un message Christique interprété par ses soins aux travers des épitres usant d’un langage emprunté tantôt au platonicien qu’il avait été, utilisant les archétypes de la pensée Grecque et les intelligences de Pythagore, tantôt à un Kabbalisme auquel il fut initié avant sa rencontre avec Jésus sur le chemin de Damas et c’est son sens inné de l’action qui lui fit saisir le parti qu’il pouvait tirer d’un monde Païen à la recherche de l’unité divine en adaptant le Christianisme au prosélytisme de masse de l’époque

enfin bien plus tard l’empereur Constantin, fils d’une servante d’auberge, arrivé au pouvoir à la force du poignet hésita longtemps entre Mythra et Jésus, au point tel qu’il ne se fit baptiser que sur son lit de mort, et le concile de Nicée qui sous son impulsion sépara le bon grain de l’ivraie évangélique, et posa en l’an 325 le crédo que les Catholiques récitent encore aujourd’hui, institua une orthodoxie qui fit de tous ceux qui ne s’y ralliaient pas aveuglément des hérétiques effectuant en cela une vaste manœuvre politique destinée dans le même temps à mettre fin aux dissensions de l’église et surtout à redonner un grand souffle de vie unitaire spirituelle au corps exsangue de l’empire.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9814
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Ven 29 Mai 2009 - 17:09

Il ne suffif pas d'écrire les choses pour qu'on les croient, de même on ne peut tout nier si cela ne correspond pas à ce que l'on sait.

Maktub a écrit:
Une légende prétend que Jésus n’était pas juif car les Galiléens convertis de force au judaïsme étaient en Israël considérés comme des étrangers historiquement issus d’une généalogie de colons celtes Gaëls,

Quelle légende?

Pourquoi les Galiléens auraient été convertis de force et par qui ?
Que signifie, "convertir de force au judaîsme ?"

Comment étaient définies les frontières d'Israël par rapport à la région où s'installent les colons Celtes et à quelle période ?
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11431
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   Sam 30 Mai 2009 - 11:38

Selon l'hypothèse que je retiens des deux "royaumes", disons plutôt "principautés" :
Israël au Nord et Juda au Sud,
la "principauté" d'Israël a été détruite par les ninivites vers la fin du VIIIe siècle avant J-C et ce territoire a été alors peuplé de colons.
Quant à la "principauté" de Juda, elle est passée, sans être détruite, sous la coupe des babyloniens vers le début du VIe siècle avant J-C

Ainsi on peut dire que les galiléens ne sont pas des judéens, pas des "vrais" juifs ; pas plus que les samaritains, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Origine idéologique et philosophique du christiannisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Origine idéologique et philosophique du christiannisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Origine idéologique et philosophique du christiannisme
» Henri Duquesne, "l'origine philosophique du druidisme"
» Le mythe d'Isis: l'origine de l'angéologie et de la représentation angéologique chrétienne?
» L'origine de la mer...
» origine géographique de l'immigration bretonne en armorique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum judaïque-
Sauter vers: