Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau monothéisme

Aller en bas 
AuteurMessage
météo
Curieux
Curieux
météo

Nombre de messages : 21
Localisation : Europe
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Un nouveau monothéisme   Ven 26 Mai 2006 - 5:37

Message envoyé par un membre d'un groupe yahoo, le 24 avril 2006. Ci-dessous, après ce message, se trouve l'explication de l'auteur.





Après 21 jours de coma, je me réveille avec un rêve qui bouleverse
toutes mes croyances.

Le 21 mars 2006, à aux environs de 6H du matin, j'ai ouvert les yeux
dans une chambre d'hôpital que je ne reconnaissais pas. Mais, du
moment que je me sentais en plein forme, ça n'avait aucune
importance. Le plus important était ce rêve que je venais de faire.
Un rêve si étrange, si réel et si précis que je ne pensais qu'à une
seule chose, l'écrire au plus vite. Au pied du lit était accroché un
support contenant quelques feuilles et un stylo. Ça devait être des
notes médicales me concernant. Je m'en étais servi pour écrire sans
perdre une seule seconde.
Tout le rêve se déroule dans un noir absolu, sous forme d'un
dialogue avec une présence étrange. C'est un mystérieux compagnon du
noir qui s'est mis à m'interroger sur mes croyances comme s'il n'en
avait aucune connaissance. Et, à chaque fois que je lui en faisais
part, il s'amusait à me les reproduire avec une ironie et une
moquerie aussi logique que déconcertante. Au point ou je venais, à
chaque fois, à en douter aussitôt après les avoir confirmés. Et
après, il m'a étalé une autre philosophie de notre existence. Une
autre perception de la vie, de la mort, de Dieu et de l'au-delà. Une
perception dont je n'avais encore jamais entendu parler. Le plus
étrange, c'est que, plus je cherchais à contester ses propos, plus
je m'en trouvais convaincu.

Je me rappelle avoir été dans une obscurité absolue, la plus noire
que je n'avais encore jamais vécu. Non seulement, je ne pouvais pas
voir mes propres mains, mais, je ne les sentais même pas. Je
n'avais, en fait, aucune conscience réelle de mon corps. Je criais
de toutes mes forces sans être capable d'entendre je le moindre son
de ma voix. Tout ce dont j'étais conscient, c'est que je cherchais à
savoir où j'étais, et pourquoi j'y étais. Mais, je ne cherchais
absolument pas en sortir. Je n'en avais même aucune envie.

Le temps passait dans la solitude et la monotonie les plus absolues,
un temps lourd et pénible nettement plus réel que le temps dans les
rêves. Alors que cette situation commençait à devenir insupportable,
je sentais progressivement une présence étrange autour de moi. Je
n'entendais certes rien, et je ne voyais rien non plus, mais j'étais
de plus en plus convaincu que je n'étais plus seul.
J'étais censé avoir peur, mais il n'en était rien. Cette présence
n'avait absolument rien de menaçant, bien au contraire, j'y trouvais
même une certaine forme de sécurité. J'ai décidé alors de tenter de
communiquer avec elle:
« Qui est là ? S'il vous plait, répondez-moi …»
Aucune réponse …. Si je ne pouvais même pas entendre mes propres
mots, alors comment pourrais-je entendre la réponse de ce mystérieux
compagnon du vide. Néanmoins, puisqu'il n'y avait rien à faire
d'autre, je persistais encore et encore. En fin, après plusieurs
dizaines de tentatives, cette chose répondit :
« Voulez-vous vous calmer un peu … ! »
Je mentirais si je disais que j'avais entendue cette phrase. Non, je
n'ai absolument rien entendue. Mais je savais que cette chose
étrange voulait que je me calme. Et je savais aussi que la
communication entre nous était possible.
Tout ce qui va suivre sera représenté sous forme d'un dialogue. Un
dialogue qui n'est autre qu'une transcription aussi fidèle que
possible d'un échange de pensées avec cette mystérieuse présence.
Moi : « Ecoutez …, Je voudrais savoir ce qui se passe, c'est quoi
cet endroit et pourquoi j'y suis ? Et vous…, qui êtes vous? Et
pourquoi êtes-vous ici avec moi ? »
Lui : « Le corps qui vous a supporter depuis que vous êtes dans ce
monde, est actuellement endommagé. Vous occupez provisoirement un
autre support en attendant que votre corps puisse se remettre en
état. »
Il était clair qu'il se foutait éperdument si j'allais comprendre ou
pas. Moi non plus, je ne m'attendais pas à une réponse aussi
directe et sèche. Néanmoins, il ne m'a pas fallut beaucoup de temps
pour la comprendre. Cette réponse venait seulement confirmer et
expliquer une réelle conscience d'une totale absence de mon corps.
Moi : « Dois-je comprendre que ce noir absolu, démuni de tout sens,
est actuellement mon corps ? »
Lui : « Provisoirement »
Moi : « Et Vous… Qui êtes-vous ? Et pourquoi êtes vous venu ?»
Lui : « Je ne suis pas venu. J'étais là. Seulement, il vous a fallut
un peu de temps pour réaliser ma présence. Je vous ai aidé à venir
ici. Et mon rôle est probablement de vous aider à reprendre
possession de votre corps »
Moi : « Vous venez de dire que vous allez `probablement' m'aider à
reprendre possession de mon corps ? »
Lui : « Effectivement »
Moi : « Mais, pourquoi `probablement' ? »
Lui : « Si votre corps s'avère définitivement endommagé, alors, je
vais plutôt être chargé de vous aider à quitter ce monde »
Et là, un sentiment de panique m'a brusquement envahit.
Moi : « Je suis mort ! C'est ça ?…. Quitter ce monde pour aller où ?
En enfer, c'est ça … c'est ça … dites moi … ? S'il vous plait …»
Mais, à ma grande surprise …
Lui : « Quel enfer !? »
Moi : « L'enfer !… quoi ! …le feu, la souffrance les ténèbres … là
où Dieu nous punira pour tous nos péchés … Vous voyez de quoi je
parle…? »
Lui : « Non ! Je ne vois pas du tout … !»
Moi : « Vous vous foutez de moi ou quoi ? »
Lui : « Surveillez votre langage s'il vous plait, Je ne vois
absolument pas de quel `enfer' vous voulez parler ! »
Moi : « Ok ! Vous devez sûrement appeler ça autrement. Je
m'explique : Dieu, quand il nous a créés, il nous a envoyé dans ce
monde pour nous mettre à l'épreuve. Si on pratique notre religion
correctement, si on fait ce que Dieu nous a demandé de faire et on
renonce à ce qu'il nous a interdit, on ira au paradis pour se faire
récompensé de jouissance, de plaisir et de bonheur et ce, pour
l'éternité. Sinon, on ira en enfer pour se faire punir de
souffrances et de malheurs. »
Lui : « Alors, Dieu aurait créé un lieu horrible appelé `enfer'
pour vous y punir. Probablement, aussi, pour l'éternité ? »
Moi : « Probablement »
Lui : « Et `religion', c'est quoi ? »
Moi : « Visiblement on ne va en finir … ! `Religion' c'est une
croyance et un mode de vie qui nous a été dicté par Dieu par
l'intermédiaire de son messager »
Lui : « Si je comprends bien, dés que Dieu vous a créé, il vous a
jugé, à priori, indigne d'être au paradis, il vous a, plutôt, envoyé
dans ce monde où il vous a communiqué par l'intermédiaire d'un
messager, une religion sous forme de consignes strictes que vous
devez respecter à la lettre. Autrement c'est la souffrance et le
malheur (`enfer') qui seront au rendez-vous. »
Moi : « Non, pas exactement… Primo, en ma connaissance, il y a trois
religions qui reconnaissent l'existence de Dieu. Toutes les trois
sont semblables mais différentes. Seulement, il n'y a qu'une et une
seule qui soit la vraie. Et qu'on doit adopter »
Lui : « Et … deuxio …? »
Moi : « Deuxio … Dieu ne nous a pas immédiatement envoyé dans ce
monde. Le premier couple d'Humains (Adam et Ève), fût créé, plutôt,
au paradis où tout était permis sauf un arbre fruitier qu'il ne
fallait pas approcher. Certains disent que c'était l'arbre de
l'immortalité, d'autre de la connaissance. Importe peu. L'essentiel
… Devant l'encouragement du diable, Adam et Eve ne résistèrent pas à
la tentation de cueillir un fruit de ce maudit arbre pour le croquer
et désobéir ainsi à Dieu. Alors ils se sont retrouvés tous les deux
dans ce monde, et nous avec »
Lui : « C'est quoi ce … `diable' ? »
Moi : « Tu ne vas pas recommencer … ? »
Lui : « Je suis très sérieux, c'est quoi ? »
Moi : « Le diable est une créature maléfique qui a causé notre perte
et qui continue à nous pousser vers le péché pour nous éloigner du
paradis et nous approcher de l'enfer »
Lui : « Et qui a créé ce `diable' ? »
Moi : « Quelle question ! Dieu, bien sûre »
Lui : « Bon ! Récapitulons … Dieu Créa un couple d'Humains
perfectibles (Adam et Eve), les installa au paradis et décida de les
mettre à l'épreuve. Il ne leur a pas interdit de couper les arbres
ni de déraciner les plantes, il leur a interdit de manger un fruit.
Ce couple était obéissant et s'est abstenu d'approcher cet interdis
sans se poser de questions. Jusqu'à ce que le `diable', que Dieu
avait créé, et qui savait exactement où était cet interdit, vienne
les encourager à le violer. Et, curieusement, Dieu, n'a rien fait
pour empêcher ce `diable' de perturber une mise à l'épreuve aussi
importante que décisive pour l'espèce humaine. »
Moi : « En effet, si Adam avait plutôt fichu une bonne claque à Eve
au lieu de lui cueillir ce fruit ou de la laisser le faire, on n'en
serait pas arrivé là … non, je rigole. En fait, Il y en a qui
croient que Dieu avait prédestiné l'espèce humaine à être sur terre
jusqu'au jour du jugement dernier. »
Lui : « Ce pauvre `diable' n'y était pour rien alors… ! Dieu voulait-
il seulement le piéger ? Et pourquoi, alors, toute cette mascarade
de faut paradis et de fruit extraordinaire à ne pas croquer ? Dieu
cherchait-il des prétextes pour faire ce qu'il avait préalablement
l'intention de faire ? »
Moi : « Non, Dieu Voulait seulement … ! Je ne sais plus ce qu'il
voulait ! Un petit moment ! C'est quoi cette insolente manière
d'invoquer Dieu ? Ne seriez-vous pas le diable, par hasard ? »
Lui : « Comment mes propos peuvent-ils vous paraître insolents alors
que je ne fait que répéter ce que vous me dites ? Et puis, pensez-
vous vraiment que je sois ce `diable' ? »
Moi : « Pourquoi pas ? »
Lui : « Après que ce `diable' vous aura chassé du paradis, et après
qu'il vous aura empoisonné toute une vie sur terre, Dieu, lui-même,
l'aurait chargé à venir personnellement s'occuper de votre mort !
Croyez-vous que Dieu puisse vous mépriser à ce point ? »
Franchement, je savais plus quoi répondre. Après un moment de
silence, il ajouta :
Lui : « Parlons un peu de ces trois religions. Vous disiez que Dieu
vous a envoyé trois messagers dans trois régions différentes pour
vous communiquer trois religions semblables mais différentes ! Et
qu'il vous fallait savoir laquelle de trois vous deviez adopter ! »
Moi : « Qu'est ce que c'est que ce délire …! Non, Dieu n'a pas
envoyé trois messagers, il en a envoyé plusieurs. Et pas dans
différentes régions, c'était, successivement, dans différents
peuples, mais pratiquement la même région. Et pas trois religions
mais une seule. C'est nous qui en avions fait trois »
Lui : « Pourquoi ? L'humanité était-elle regroupée dans une même
région de la terre ? »
Moi : « Non, les humains étaient disséminés sur pratiquement toute
la planète »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.anti-religion.net
météo
Curieux
Curieux
météo

Nombre de messages : 21
Localisation : Europe
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   Ven 26 Mai 2006 - 5:38

Lui : « Alors, Dieu aurait décidé d'en prévenir quelques uns et
d'ignorer les autres ! »
Moi : « Non ! Ceux qui avaient été prévenus devaient prévenir les
autres. Et … »
Lui : « Et … ? »
Moi : « Des guerres horribles avaient éclaté pour ça »
Lui : « Donc, Dieu qui avait eu pitié de cette espèce humaine perdue
dans ce monde, décida de les prévenir. Alors, au lieu d'envoyer
simultanément plusieurs messagers dans différentes régions pour
appeler simultanément à une même religion et éviter toute guerre
religieuse possible, il aurait plutôt choisi d'envoyer
successivement plusieurs messagers dans différents peuples d'une
même région avec un seul et unique message dont ils devront assurer
la propagation par tous les moyens, y compris la guerre !? Résultat,
malgré l'unicité du message et la succession des messagers, l'espèce
humaine s'est retrouvée confuse devant trois différentes
religions ? »
Moi : « Ooof ! … Ecoutez … Ce que Dieu a fait ou n'a pas fait,
aurait fait ou n'aurait pas fait, ne me regarde pas. Moi, je vous
dis ce que je croyais, et c'est tout ! »
Lui : « Y croyiez-vous vraiment ? »
Moi : « Je n'en sais trop rien !! »
Lui : « Revenons à ces fameuses religions. Vous disiez qu'elles
étaient semblables. En quoi consistaient-elles ? »
Moi : « On dirait que vous me passez un examen !? »
Lui : « Répondez s'il vous plait, ça m'intéresse de savoir »
Moi : « Elles consistaient d'abord en une croyance puis en une bonne
conduite et en fin, et c'est le plus important, en une pratique »
Lui : « Une pratique … ? »
Moi : « La pratique c'est un comportement quotidien particulier qui
diffère d'une religion à l'autre. Des prières et des rituels à
accomplir, une façon d'être et parfois même une apparence physique
caractéristique à adopter »
Lui : « Et si on parlait un peu de la punition que Dieu vous
réserverait après la mort cet `enfer' tant redouté ? Selon vous
pourquoi Dieu vous punirait-il ? »
Moi : « Parce qu'on l'aura mérité ! Quelle question ! »
Lui : « Je vais vous la reformuler autrement … Supposons que vous
avez, par malheur, adopté la mauvaise religion, ou que vous en avez
adopté la bonne mais sans la pratiquer correctement, ou que vous
avez pratiqué correctement la bonne religion mais que votre conduite
laissait à désirer ou que vous aillez été un horrible Tiran
responsable d'affreux génocides et massacres. Alors dans quel but
croyez-vous que Dieu pourrait vous châtier. Est-ce pour vous
corriger afin que vous ne fassiez plus la même erreur ? Ou pour
donner l'exemple aux autres afin qu'ils ne s'avisent pas à en faire
autant que vous ? Ou pour vous mettre hors d'état de nuire ? Ou,
tout simplement, par pure vengeance et mépris ? »
Moi : « Effectivement, … Je ne vois pas ce que ça pourra être
d'autre qu'une vengeance … ! Mais, ce que vous semblez oublier,
c'est que c'est Dieu. Et il a le droit de nous punir comme bon lui
semble. Par vengeance ou même par mépris, on est pas en mesure de
contester quoique ce soit »
Lui : « Contester quoi ? Ce ne sont que vos croyances ? Je me
demande en quoi ça vous arrange de croire des choses aussi horrible
sur Dieu ?! Vous vous rendez compte ? Vous croyez que Dieu pourrait
faire subir à sa propre création une souffrance éternelle pour la
punir de s'être mal comporter dans un monde cruel où elle devait
affronter maladies et misères, guerres et famines, sécheresses et
catastrophes, et ce, dans la confusion la plus totale, l'incertitude
la plus absolue et l'injustice la plus absurde. Et tout cela, par
pure vengeance ou par simple mépris ! »
Moi : « Alors quoi ? Monsieur je sais tout. Si Dieu était si gentil.
Comment aurais-je pu mériter de vivre paralysé depuis ma naissance.
Les maladies, les misères, les injustices et les catastrophes, si ce
n'est pas Dieu qui les aurait provoquées, pourquoi n'a-t-il rien
fait pour les empêcher ? Allez-vous me dire que Dieu n'existe pas et
que notre naissance, notre vie, notre mort et toute notre existence
n'est qu'une succession de réactions chimiques s'effectuant dans le
respect le plus absolu des lois bien établis de la physique
quantique ? Allez-vous me dire que dieu n'est qu'une inconsciente
puissance infinie qui se confond avec la nature, avec nous même et
avec l'univers ? Je préfère mille fois croire en un Dieu Horrible
comme vous dites plutôt que de croire en ces débilités. »
Lui : « Qu'est ce que vous racontez ? Si Dieu n'existait pas, on ne
serait pas entrain de discuter dans le noir. Et puis, qu'est ce qui
vous empêcherait de croire en ces débilités ? »
Moi : « Je veux bien y croire. Mais, pour ça, il aurait fallut que
ma vie ne soit pas comme elle l'a été. Une suite infernale de
souffrance et de douleur. Je ne vous donnerais jamais le droit de me
priver de l'espoir d'une existence meilleur après ma mort »
Lui : « Il y a un moment, vous aviez plus la trouille d'allez en
enfer que l'espoir d'aller au paradis. Qu'avez-vous à vous
reprocher ? »
Moi : « Je ne saurais quoi vous dire. Il n'y a rien dans ce foutu
monde qui puisse vous encourager à faire du bien, à commencer par
nos propres croyances. Dieu, l'espoir en le paradis et la crainte de
l'enfer, faisait partie de mon quotidien. Ca ne m'a pas, pour
autant, empêché de faire plein de choses dont je ne peux être fier.
Et puis l'handicap dont j'étais victime depuis ma naissance faisait
que j'en voulais à tout le monde, y compris moi-même. C'est curieux,
je viens de me rendre compte que je ne ressens aucune
souffrance !? »
Lui : « Ce n'est que lorsque vous allez reprendre possession de
votre corps terrestre que vous allez pouvoir de nouveau souffrir.
Ici, vous ne pouvez ni souffrir ni ressentir du plaisir. C'est un
support totalement neutre »
Moi : « N'est ce pas Dieu qui nous a donné ce corps qui nous fait
souffrir ? »
Lui : « Si. »
Moi : « Ne venez-vous pas de confirmer, vous-même, que Dieu n'est
pas si gentil que ça ? »
Lui : « Ecoutez …, tout ce que vous venez de me raconter, je le
savais. Je voulais seulement vous l'entendre dire. Maintenant, c'est
à moi de prendre la parole.
Vous pouvez croire que Dieu n'existe pas ou que Dieu n'est qu'une
notion philosophique abstraite que chacun peut comprendre à sa
manière (la nature, l'infini, … etc). Mais, ce qui ne risque que
d'ajouter cruauté à la cruauté de votre monde, c'est de croire que
Dieu soit une puissance absolue, consciente et, au même temps,
cruelle et capable du pire à votre égard. Ca ne vous aide absolument
en rien. Bien au contraire.
Ce qu'est la nature de Dieu, je ne saurais vous le dire. Mais, je
peux vous aider à l'imaginer de la meilleure manière qui soit. Ca
pourrait vous aider à mieux apprécier les instants de joie et de
bonheur, et à mieux accepter les souffrances et les malheurs que
vous endurez dans ce monde. Je vous demanderais seulement de mettre
de coté tout ce que vous avez pu croire jusqu'à maintenant et
d'accepter de vous livrez à un petit jeu avec moi. Ce jeu qui
s'appelle : `Pouvez-vous imaginer' n'a qu'une seule règle : `ne peut
être imaginé que ce qui est techniquement et matériellement
possible'. Êtes-vous prêt ? »
Moi : « Je vous écoute … »
Lui : « Avec les réseaux de communication rudimentaires dont vous
disposez actuellement, pouvez vous imaginez que tous les Hommes de
la planète puissent mettre en commun leurs intelligence, leurs
savoir et tout leur potentiel afin de constituer une seule et unique
puissance capable d'agir d'une manière cohérente, coordonnée et
parfaitement synchronisée dans le but lutter contre les maladies,
les misères et les injustices et toutes le horreurs qui rongent
votre monde ? »
Moi : « C'est un peu l'idéal. Mais, techniquement, c'est possible. »
Lui : « Considérant les nouvelles conditions idéales où évoluera
cette puissance, pouvez-vous imaginer que cette dernière puisse
développer une parfaite maîtrise d'elle-même, de son environnement
ainsi que des énergies et des richesses de son univers ? »
Moi : « Parfaites maîtrise … ! C'est trop ambitieux. Mais, avec le
temps, ce n'est pas exclu »
Lui : « Parfait ! Maintenant, essayez de projeter votre imagination
plus loin dans le future. Pouvez-vous totalement exclure que cette
puissance réussira, un jour, à développer un savoir biochimique
suffisamment avancé, lui permettant de créer, de toute pièce, une
nouvelle cellule `vivante' capable d'absorber des éléments
nutritifs, de grandir, de se débarrasser de ses déchets et de se
reproduire ?»
Moi : « C'est contre mon éthique religieux. Mais, je ne peux nier
que même maintenant, la vie, d'un point de vue chimique n'a plus,
vraiment, beaucoup de mystère pour nous. Elle est, certes, trop
complexe. Mais on sait comment elle fonctionne. Je ne peux pas
totalement exclure que cela serait possible un jour. Surtout, en
considérant les conditions idéales supposées »
Lui : « Ne croyez-vous pas que se serait, tout de même, un premier
pas sur le chemin de la divinité. Ne seriez pas vous-même `Dieu'
pour cette nouvelle forme de vie, aussi rudimentaire soit-elle ?»
Moi : « C'est du n'importe quoi ! »
Lui : « Passons à la deuxième étape du jeux. Supposons que
l'avancement de vos recherches en bio-création et en biochimie, vous
a permis, par améliorations génétiques successives, de faire
évoluer votre cellule vivante en un micro-organisme complexe,
capable de juger si le milieu où il évolue est suffisamment
favorable pour sa reproduction. Et aussi, qui soit capable de
décider, lui même, de se reproduire ou de ne pas se reproduire en
conséquence. Puis, vous lui avez permis d'évoluer dans un milieu
relativement favorable »
Moi : « Pourquoi relativement favorable ? Ce sera le milieu le plus
favorable possible. »
Lui : « Ok, le plus favorable possible. Mais, malgré ça, après
quelque temps, vous observez que certains individus refusent de se
reproduire (décident de faire le mauvais choix) ? »
Moi : « Etant donné que je devrais m'y attendre à ce choix de
comportement, j'essaierais de leur faire changé d'avis »
Lui : « Comment ? »
Moi : « J'essaierait de leur faire gouter un milieu un peu moins
favorable avant de les remettre dans leur milieu initial. Ils
changeront sûrement d'avis »
Lui : « Et s'il y en a qui ne changent toujours pas d'avis ? »
Moi : « Il seront placés dans des milieux de moins en moins
favorables jusqu'à ce qu'il changent d'avis »
Lui : « Et si malgré avoir séjourné dans le milieu le moins
favorable possible, certains individus persistent à faire ce mauvais
choix ? »
Moi : « Il seront privés de cette liberté de choix ainsi que de la
capacité de se reproduire. Et ils seront définitivement placés dans
leur milieu initial. Ils seront certes moins avantagés que les
autres de point de vue capacités, mais je ne peux pas faire mieux. A
quoi ça rime tout ça ? »
Lui : « Pouvez-vous réaliser ce que vous venez de dire ?
Quand il vous a été possible de créer un être vivant que vous avez
pu doter d'une certaine capacité de jugement et d'une liberté de
comportement, vous avez immédiatement décidé de lui offrir le
meilleur environnement possible (un paradis), et ce, sans même vous
demander s'il va pouvoir en faire bon usage.
Ce n'est que lorsqu'il aura fait le mauvais choix, que vous avez
choisi de dégrader progressivement son environnement (enfer). Non
pas pour le punir, mais, uniquement, pour lui permettre de mieux
apprécier son environnement initial afin qu'il se décide à renoncer
à sa mauvaise décision.
Au pire, quand vous avez perdu tout espoir, vous lui avez,
seulement, retirez cette capacité de jugement et cette liberté de
comportement ainsi que l'avantage que ça lui procurait. Mais, vous
l'avez, tout de même, autorisé à mener une existence paisible dans
son paradis initial.
A aucun moment vous n'avez pensé que cette bestiole avait,
délibérément, abusé de la liberté que vous lui avez offerte. Et
qu'il vous faudra la doté d'une certaine capacité de souffrance dans
le but de la punir pour s'être mal comporté. »
Moi : « C'est débile. Le principe de punition, dans ce que vous
avancez, n'a absolument aucun sens. Quoi que cette chose puisse
s'apparenter à un être vivant, ça ne constitue à mes yeux qu'une
succession complexe de réactions chimiques sans plus. Comment,
pourrais-je concevoir de punir une réaction chimique ? »
Lui : « Nous y voilà. Et si cette chose vivante que vous identifiez
comme une vulgaire réaction chimique avait effectivement conscience
d'elle-même, de ses capacités, de sa liberté de comportement et de
vous-même. Si, malgré le fait que vous soyez son créateur, et que
vous lui avez offert les meilleures conditions d'existence
possibles, elle persiste à profiter de sa liberté de choix pour vous
en réclamer encore davantage ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.anti-religion.net
météo
Curieux
Curieux
météo

Nombre de messages : 21
Localisation : Europe
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   Ven 26 Mai 2006 - 5:38

Moi : « C'est totalement irrationnel ce que vous êtes entrain de
dire. Si cette chose que j'ai créée de toute pièce doit avoir une
conscience ou un esprit, il va falloir que ce soit moi qui lui en
donne … Maintenant, si vous me dites directement ce que c'est que
cette autre perception de Dieu. »
Lui : « Ok. Vous serait-il possible de considérer Dieu comme une
puissance consciente et immatérielle de cet Univers disposant d'un
pouvoir absolu sur la matière et ayant une parfaite maîtrise de la
dimension spirituelle ? »
Moi : « Moi, je croyais que c'était Dieu qui avait créé l'Univers ! »
Lui : « Qu'il en soit ainsi. Avant de créer l'esprit humain
conscient, libre et intelligent, Dieu aurait orienté les richesses
et les ressources infinis de cet Univers vers la création d'un monde
idéal capable d'accueillir sa noble création dans les meilleures
conditions possibles. Il canalisa ensuite le comportement de la
matière vers le création d'un corps humain parfait, permettant à cet
esprit de mener une existence idéale dans le plaisir, la joie et le
bonheur les plus absolus et en totale absence de toute forme de
souffrance et de malheur. Des centaines de centaines de milliards
d'humains évolueront à la perfection et en parfaite adéquation avec
leurs environnement au ressources illimitées. »
Moi : « Ca, c'est votre rêve. Ca n'a rien à avoir avec la réalité
amère de notre monde ? »
Lui : « Cet humain c'est bien vous et ce monde est bien le votre »
Moi : « Expliquez-vous … »
Lui : « Malgré le caractère paradisiaque de cette existence que Dieu
a offert aux humains, certains individus, dont vous faites
personnellement partie, jugeront qu'il en faudrait plus. Et leur
caractère prétentieux va les conduire à se comporter d'une manière
qui menacerait l'équilibre de ce paradis. Ce qui va leur couter de
se retrouver, le temps d'une vie, dans ce monde imparfait où vous
venez de passer vos 28 dernières années. Et qui serait le seul enfer
que je connaisse »
Moi : « Je ne n'arrive pas à vous suivre, là … . Vous dites que moi,
j'aurais été dans un paradis. Et que, pour une raison ou une autre,
j'ai jugé que ce paradis n'était pas assez bon pour moi. Alors, en
voulant prétendre à plus, je me serais si mal comporté que je
commençais à constituer une menace pour l'équilibre de ce monde
magnifique. Alors Dieu m'a condamné à mener tout une vie dans ce bas
monde terrestre »
Lui : « En effet … »
Moi : « Et tous les hommes qui sont dans ce monde, même, les plus
favorisés, sont entrain de payer le prix de s'être mal comporté
alors qu'ils étaient au paradis ? »
Lui : « Effectivement … »
Moi : « Si c'est le cas, pourquoi observe-t-on autant de disparité.
Pourquoi ne somme-nous pas punis de la même manière ? »
Lui : « Ce n'est pas une punition. C'est uniquement une dégradation
de votre environnement vital, afin que vous puissiez mieux apprécier
votre paradis initial pour ne plus risquer de le mettre en péril. »
Moi : « Vous n'avez toujours pas répondu à ma question. Pourquoi,
moi, ai-je été puni plus qu'un autre ? »
Lui : « Vous n'avez pas été puni … vous … »
Moi : « J'ai compris … appelez ça comme bon vous semble, mais
répondez à ma question, aurais-je commis un délit plus grave au
paradis ? »
Lui : « Non !... Le paradis des Humains est beaucoup trop précieux
pour que Dieu attende que votre comportement soit une réelle menace
pour son équilibre. Alors, au moindre petit dérapage dans le mauvais
sens, et c'est la bascule imminente dans le bas monde…. »
Moi : « Alors … ? »
Lui : « Laissez-moi terminer s'il vous plait. »
Moi : « Je m'excuse »
Lui : « Une fois sur terre, Dieu n'intervient plus pour vous
empêcher d'agir dans le mauvais sens. Et cette totale liberté que
Dieu vous donne, vous met face à une multitude de responsabilités
que vous n'auriez jamais connu au paradis : La responsabilité envers
votre santé et votre bienêtre, votre environnement, votre
descendance et votre ascendance, votre avenir, votre entourage …
etc. Assumer toutes ces responsabilités, doit être fait dans le
strict respect des responsabilités des autres. Vous devez
impérativement faire appel à votre intelligence pour éviter d'user
de moyens qui peuvent s'inscrire dans le cadre du mal. Autrement,
votre comportement sur terre risque de vous couter une autre
condamnation. Les conditions de cette nouvelle condamnation
découleraient de l'équilibre du mal et du bien accumulés à votre
actif durant la condamnation antérieure. Ainsi, au lieu de retrouver
le paradis, vous pourriez vous faire condamner à vivre dans des
conditions de plus en plus cruelles. Et ce, tant que vous persistez
à agir dans le sens du mal »
Moi : « Et pourquoi …, Mais … ! »
En fait je ne savais plus quoi dire il fallait que je prenne un peu
de temps pour réfléchir à tout ça. Ce n'est pas tous les jours qu'on
se retrouve face à de tels propos.
Moi : « Mais pourquoi je ne me rappelle pas du paradis ou des de mes
éventuelles vie antérieures ? »
Lui : « Quand vous serez de retour au paradis, vous allez pouvoir
vous rappelez de ce que vous avez endurez dans ce bas monde. Et ça
va vous permettre de mieux apprécier votre existence paradisiaque.
Par contre, le moindre souvenir de ce paradis alors que vous êtes
dans ce monde terrestre, serait beaucoup trop cruel. »
Moi : « Et que dites des plus favorisés de ce monde ? »
Lui : « Croyez-vous qu'il existe un humain sur terre qui soit à
l'abri de la souffrance ? En plus, le plus fort et le plus agréable
des plaisirs sur terre, n'est que dérisoire devant le bienêtre
paradisiaques »
Moi : « Les guerres et le génocides, ce serait plutôt bien. Ca
délivrerait un max d'humains de cet enfer ! »
Lui : « Chaque humain quittant ce monde sera de nouveau jugé. Il ne
reprendra sa place au paradis que lorsqu'il aura prouvé qu'il en est
digne. »
Moi : « Pourquoi je porterais secours à une personne en danger. Je
devrais plutôt la laisser partir ! »
Lui : « Il ne revient qu'à vous, et exclusivement à vous, de juger
de ce qui est bien et de ce qui est mal. Néanmoins, je vais vous
aidez un peu. Supposons que vous soyez en situation de danger.
Souhaiteriez-vous que quelqu'un vienne vous porter secours ? »
Moi : « Ca dépend … »
Lui : « Ca dépend de quoi ? »
Moi : « Premièrement, il faut que je sois sûre que ce danger va me
tuer au lieu de faire souffrir ou de me donner un handicap.
Deuxièmement, il faut que je sois sûre de m'être totalement acquitté
de ma dette envers Dieu. Troisièmement, Il faut je sois sûre que
j'aie suffisamment agi dans le bon sens pour que mon bilan me
permette de rentrer au paradis. »
Lui : « Et … »
Moi : « Je ne peux être sûre de rien … »
Lui : « Alors … »
Moi : « Je souhaiterais qu'on me porte secours. »
Lui : « Si on commençait par adopter une règle très simple : Faites
pour les autres ce que vous auriez sincèrement souhaité qu'ils
fassent pour vous. Et évitez de leur infliger ce que vous redoutez
de leur part. Essayez de mesurer l'impacte de vos agissements et
tirez en les leçons qui s'imposent. »
Moi : « Qu'en est-il des religions et des croyances ? »
Lui : « Vous pouvez croire à quoi bon vous semble. Seulement il faut
qu'il vous semble réellement bon. N'acceptez rien sans être capable
de le juger par vous-même. Les trois religions dont vous m'aviez
parlé au début, contiennent plein de bonnes choses. Prenez en ce que
vous jugez être le meilleur. En adopter une, en bloc, aveuglement
ou rejeter le tout en bloc, serait une grave erreur.
Si vous jugez sincèrement que ce que je suis entrain de vous
avancer, est mal. Et que vous décidez de le rejeter en bloc. Ca vous
appartient de le faire. Le plus important est que vous le jugiez
réellement par vous-même. Et non pas parce que quelqu'un d'autre
vous a dit que c'est mal et que vous le croyez sur parole. »
Après quelques instants de silence …
Lui : « Si c'était cette vision de l'existence qu'on vous a inculqué
depuis votre naissance … ? »
Moi : « Je crois que j'aurais mieux tolérer mon handicap, j'aurais
mieux apprécié les rares moments de plaisir et de bonheur que j'ai
eu la chance de vivre. J'aurai mieux résisté à certains gestes
abominables que j'ai toujours regrettés. J'aurais cru en un Dieu Bon
et gentil auquel je n'aurais jamais rien à reprocher. Toute la
colère qui résultait de ma souffrance se serait convertie en en
bonnes actions e en amour envers moi-même et envers les autres. Il y
quelque chose qui cloche. Pourquoi je n'en avais jamais entendu
parler. Pourquoi, personne n'y avait encore jamais pensé ? »
Lui : « Contrairement au religions, c'est une pure pensée
individuelle. Il n'y a aucun signe apparent. Aucune pratique. Vous
n'êtes d'ailleurs même pas obligé d'y croire. Elle ne peut procurer
aucun moyen de suprématie ni de pouvoir. Personne ne peut se
proclamer représentant de Dieu pour contrôler les autres, parce que
de part cette pensée même, il n'est pas mieux que les autres. »




L'explication de l'auteur, envoyée par le même membre le 30 avril 2006.




"Je ne peux pas croire en dieu parce qu'il est athée !"

Je suis né dans une religion dont j'ai très vite réalisé
l`aberration pour ne pas hésiter à la rejeter de manière
inconditionnelle. Et ce, avant de rejeter toutes les autres
religions qui ne sont à mon sens que des inventions ingénieuses
permettant à des hommes plutôt futés d'en contrôler d'autres qui le
sont beaucoup moins.

Une amie d'études m'avait accompagné dans cette révolte contre notre
religion et contre la religion en général. Ensemble, on avait
commencé à aborder l'athéisme d'un point de vue logique, puis comme
conviction, et on a fini par en avoir une absolue certitude.

Mon amie est morte avant de pouvoir souffler sa 22ème bougie. Elle
est morte d'un cancer particulièrement affreux.

Pendant qu'elle soufrait le martyre en comptant ses derniers jours,
j'étais allé lui rendre visite. On s'est dit bonjour, puis, un
profond silence envahit la chambre. Plusieurs minutes durant je la
regardais en n'ayant qu'une seule envie en tête, trouver le moyen de
partager ne serait ce qu'une petite partie de sa souffrance. Avant
de la quitter pour la dernières fois je lui avais demandé si je
pouvais faire quelque chose pour elle. Elle me fixa d'un regard
implorant que je ne pourrais jamais oublier et me demanda avec ces
mots : « y a-t-il un moyen croire que ma mort ne sera qu'un passage
vers un monde meilleur où je pourrais trouver l'amour et la joie que
je n'ai pas eu le temps de vivre dans ce monde … ? ».

Elle ne m'avait pas laissé le temps de satisfaire sa requête.

Aujourd'hui, je soumettre à votre critique, une nouvelle vision de
notre existence et de notre vie. Mais qui suppose l'existence d'un
dieu, un dieu loin de toute religion. C'est une vision qui nous
permettrait aussi bien de vivre pleinement nos instants de bonheur
et de bien-être pour mieux les savourer, que d'accepter nos malheurs
et nos fatalités pour mieux les contenir et les combattre. Une
visions qui nous aiderait, à faire bien meilleur usage de notre
liberté, en agissant spontanément pour le bien et en résistant
farouchement à la tentation du mal. Une vision qui ne nous privera
pas de l'espoir en en une vie meilleur après notre mort.
Je sais que vous n'allez pas y croire. Moi non plus je n'y crois
pas. Je l'ai inventé. Je voudrais seulement que, à travers une
critique logique, vous puissiez me convaincre que cette idée n'est
qu'une débilité inutile qui vient s'ajouter aux autre spour ne
constituer qu'un parasite supplémentaire pour l'athéisme.
Cette idée je l'ai enveloppé sous forme d'un « Rêve durant le
coma. » Intitulé Un autre monothéisme:
(http://fr.groups.yahoo.com/group/combattrelemonotheisme/message/708)
. Bien sûre c'est un faux rêve d'un faux coma d'un faux « moi ».
Tout est fiction.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.anti-religion.net
Ze Guru
Professeur
Professeur


Nombre de messages : 579
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   Ven 26 Mai 2006 - 10:13

C'est bien...
juste une chose...

si l'objectifs est de s'occuper d'un environnement paradisiaque.
et des conserver des envirronements dégrader...

lors on auras tendance à préserver et consolider le monde parfait.
et on délaisseras l'envirronement dégrader...

il est possible même que l'on se réjouisse que le monde imparfait se dégrade encore plus...

on peut dirent que que le but de la punition et d'offrir un environnement dégrader qui peut comprendre aussi des limitations pas uniquement de l'envirronement, mais aussi des possibilité de limité le sujet de l'observation afin de pouvoir lui donner la dégradation approprier à sa personnalité afin de le faire vivre à niveau égale dans un univers dégrader.

Sinon un monde devrais corresponds à chaque défaut et ses univers ne cohabiterais pas tous ensemble...

Donc la souffrance, tant qu'elle ne détruit pas rends plus fort...
mais surtout elle permet de vivre ensemble, elle ne doit pas
être un obstacle à la communauté...
Comme dans le cadre de l'amitié ou les défauts de l'autre sont connue
et accepter comme partie de l'autre et aimer aux même titre que ses qualités.
Revenir en haut Aller en bas
météo
Curieux
Curieux
météo

Nombre de messages : 21
Localisation : Europe
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   Dim 28 Mai 2006 - 12:26

C'est pour cela que l'incertitude est nécessaire. Si les les gens étaient sûrs d'aboutir dans un monde meilleurs après la mort ils ne feraient plus rien ici, on aurait des suicides de masse. Ils laisseraient leurs conditions de vie sans s'en soucier. De l'autre côté, la certitude qu'il n'y a rien après la mort présente de grands inconvénients. Notamment: c'est déprimant. Il me semble que la solution optimale est l'incertitude.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.anti-religion.net
Ashoka
Curieux
Curieux
Ashoka

Masculin Nombre de messages : 34
Age : 36
Localisation : Près de Calais (62)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   Ven 2 Mar 2007 - 1:20

Aussi faux que puisse être ce coma, et ce "moi", le message n'a jamais était aussi proche de ce qui est probablement la vérité. Enfin, je ne peux affirmer véritablement que c'est la vérité. Mais si je dis cela, c'est parce que je suis devenu déiste, en réflechissant sur l'univers, la vie et le créateur et que finalement, sans même avoir lu cet auteur où un autre parlant d'une telle vision, j'en suis arrivé à la même.

Depuis quelques semaines, je parle de me vision à des tas de gens que je rencontre. Une athée qui ne jure que par les molécules fut surprise et très interessé par ma vision. Elle m'a dit (et étant une amie, je peux la croire) qu'elle en parlerait à son mari, alors que je lui parlais de ça sans souhaiter répendre la vision. J'en ai parlé à une autre amie qui est déiste. Mais, cette fois je n'ai dis que quelques mots, sans vraiment résumer l'idée. Voyant qu'on partageait tout les deux un certain goût pour la spiritualité, elle me raconta sa vision. Je fus surpris quand je vis s'écrire devant moi (à travers un tchat), mot pour mot, ma vision. Ainsi, j'étais presque sur le point de devenir réellement déiste, du moins prendre ceci pour une certitude. Elle me cita le livre "conversations avec dieu".
J'ai lu des extraits et j'ai constaté que l'auteur faisait dire à dieu une description quasi similaire à ma vision. Les coincidences étaient insolentes Very Happy

Aujourd'hui encore, j'ai donner énoncé rapidement une idée qui tirait son inspiration de ma vision à des personnes. Une parmis elles, qui n'était pas du genre à être d'accord avec moi et qui montrait un désintéré pour la spiritualité ou la philosophie, me dit que mon analyse était bonne et qu'elle était d'accord. Ensuite, nous avons discuté, et j'ai exprimé un peu plus une partie de ma vision de la vie et du créateur, et elle fut attentive. Et ceux qui la connaissent vous dirait que ça ne peut tenir que du miracle Very Happy

Alors, je vois maintenant ce texte et je me dis, mais qu'est-ce qui ce passe ? J'oubliais de dire que tout à leur je parcourais le forum et voyais des discussions où les intervenants se retrouvaient d'accords sur des points qui se trouve justement dans ma vision. Je n'ai pas posté d'interventions.

C'est comme-ci par le raisonnement, il était possible de toucher uen vérité qui nous semblait innaccessible. Selon ma vision, cela est tout à fait possible, puisqu'en fait, nous sommes une partie du créateur et donc, nous savons, mais nous sommes juste amnesiques :)
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
florence_yvonne

Féminin Nombre de messages : 31864
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   Ven 2 Mar 2007 - 8:02

j'ai toujours été persuadée que nous avons dans nos gènes sous forme de mémoire atavique, le souvenir de ce que nous avons été dans notre état divin, c'est à dire, avant cette vie matérielle, et c'est à cet état 'que certains pourront qualifier d'angélique) que nous retournerons, une fois libérés de nos entraves de chair que représente notre corps mortel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau monothéisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau monothéisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le monothéisme, les monothéismes.
» Polythéisme et monothéisme, une autre façon de voir
» Le monothéisme, la plus grande imposture de tous les temps
» Le Judaïsme est-il davantage une monolâtrie qu\'un monothéisme ?
» L'imposture des monothéismes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Autres religions :: Animisme-Chamanisme - Nouvelles croyances-
Sauter vers: