Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dieu sans religion VS religion sans pratique

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant
AuteurMessage
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mar 23 Nov 2010 - 17:54

Il me semble que certaines religions, dites monothéistes, insultent grave l’intelligence humaine ainsi que le sens même de l’intelligence divine. Selon ces dernières, Dieu qui est partout, qui voit tout, qui peut tout et qui sais tout, exige, pour avoir créé l’être humain et lui avoir accordé le « libre arbitre », que ce dernier lui fasse régulièrement des prières tout au long de sa vie. Faute de quoi, il veillerait éternellement à lui infliger les plus horribles des souffrances. Dieu ne se contenterait jamais de prières discrètes intimes, même provenant du cœur et profondément sincères. Il lui faut impérativement que ça se passe dans des lieux de culte, sinon, il faut que ce soit fait avec des gestes précis (parfois-même toute une gymnastique précise), en des moments précis et en prononçant des mots précis. En échange de cette rigueur, Dieu qui a créé cet être humain, passera l’éternité à être à ses petits soins et à répondre à ses envies et ses désirs d’une manière inconditionnelle.

Ces religions qui semblent être les plus répandues sur la planète, affirment que Dieu existait depuis l'éternité dans l’inactivité la plus totale. Elles affirment qu'un jour, Dieu a décidé de créé cet Univers, pour y créer des humains, pour pouvoir les juger un autre jour. Au delà de ce jour de jugement dernier, Dieu va pouvoir passer le restant de son éternité à infliger les plus horribles des souffrances à certains parmi ces humains qu'il a créés et à servir inconditionnellement aux pieds des autres.

Néanmoins, il y a des centaines de millions de gents qui croient en ce Dieu du paradis et de l'enfer éternels. Et ça ne semble absolument pas être une aberration à leur yeux. Si ça se trouve, ils ne se rendent même pas compte de ce en quoi ils croient.

Une fois, j'ai dit à un religieux monothéiste, qui croit dur comme fer en le paradis et l'enfer, qu'il existait une religion dont les adeptes croient que Dieu se consacrera serviteur éternel à leurs pieds après leur port. Il m'a répondu : "C'est quoi cette religion de tarés ?"

La question est :

Si Dieu ne peut exister qu'au travers d'une religion, peut-il y avoir une religion sans aucune pratique ni aucun signe apparent ?

Peut-on croire en un Dieu qu'on prierait uniquement quand on en ressent le besoin, où que l'on veut, quand on le veut et surtout, comme on veut ?

Ou alors est-il plus judicieux d'adopter l'une de ces religions qui nous revendent toutes le même Dieu, emballé de différentes manières ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mar 23 Nov 2010 - 18:11

la religion est elle une table ouverte ou chacun prend uniquement ce qui luis plait ?
Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 7471
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mar 23 Nov 2010 - 18:32

Personnellement, je pense que, quand l'homme croit en Dieu, pas simplement à son existence, mais en lui, qu'il le prie , lui parle, etc. il y a une religion, même sous sa forme la plus simple.

Et je ne vois pas non plus comment la foi en Dieu ne peut pas avoir de conséquences dans la vie du croyant, dans sa manière d'agir, dans ses relations aux autres, sans qu'on puisse mettre pour autant un étiquetage là-dessus.

Religions monothéistes, c'est très vague ... Si je prends le cas que je connais le mieux, le christianisme, il y a des confessions chrétiennes qui peuvent être très ritualistes, culpabilisantes, intégristes et d'autres qui sont très libérales, ouvertes aux autres, etc.

A l'intérieur d'une même religion monothéiste on peut donc rencontrer des attitudes très rigoristes ou très ouvertes.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mar 23 Nov 2010 - 18:38

alain 425 a écrit:
la religion est elle une table ouverte ou chacun prend uniquement ce qui luis plait ?

Non ... justement. Il faut impérativement, soit tout prendre, soit tout laisser.

Et là c'est un des caractère tyrannique de la religion.
Pourquoi aucune religion ne dit : "Voilà ce que je propose, prenez en ce qui vous convient et laissez le reste".

Je vais vous répondre :
Chaque religion a absolument besoin que ses adeptes soit parfaitement reconnaissables. Ils constituent sa force. Sans une pratique religieux imposée, la religion n'aurait même pas existé.

Si seulement une religion pouvait être suffisamment honnête pour dire à ses adeptes: "En échange d'une spiritualité dont vous avez besoin, accomplissez pour moi ce dont j'ai besoin.", au moins là, les choses seraient un peu plus claires.

D'un coté, on dit à la femme musulmane de se voiler d'une certaine manière bien précise pour que Dieu en soit satisfait, et de l'autre, on dit qu'il suffirait de constater le nombre, de plus en plus croissant, de femmes voilées dans les rues et les université pour avoir une idée sur le degré de propagation de l'islam.

Les pratiques et les signes apparent imposés ou proposés par une religion ne sont nullement pour Dieu, mais uniquement pour renforcer le pouvoir des représentants de cette religion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mar 23 Nov 2010 - 19:16

patbow a écrit:
Il me semble que certaines religions, dites monothéistes, insultent grave l’intelligence humaine ainsi que le sens même de l’intelligence divine.

Salut Patbow,
Voici ma religion:
"Certains estiment que les religions n'ont pas apporté que du négatif et ils ont tout à fait raison. Les aspects positifs de la pratique des différentes religions et de la foi religieuse sont nombreux et variés.

On peut condamner les "DOGMES" religieux et leurs abus et pas forcément les "RELIGIONS" dans ce qu'elles peuvent présenter de positif et de bénéfique pour les humains.

Ne confondons pas la religion qui est effectivement, suivant sa racine linguistique, un terme qui désigne ce qui peut rassembler, réunir et relier les hommes entre eux avec, en opposition, les doctrines et les dogmes religieux qui sont des théories aliénantes et oppressives inacceptables pour les hommes.

La religion relie, réunit, rapproche des hommes et des femmes et même des peuples dans une même communion de pensée autour d'un idéal spirituel, comme peut tout aussi bien le faire un idéal d'une autre nature comme les idéologies, les courants de pensée, les philosophies, les communautés d'intérêt intellectuel, etc… Du moins, tant qu'elles restent des instruments de paix.

On peut donc condamner les doctrines, les dogmes, les théories et les lois que certains hommes ont créés, au fil des millénaires, afin de se prévaloir d'un pouvoir illégitime leur permettant de dominer, d'opprimer, de tuer impunément ou de réduire en esclavage d'autres hommes.

Mais la croyance religieuse pure, en tant que simple démarche de l'esprit ou de la pensée humaine, possède une force, une magie, un intérêt et un pouvoir de rapprochement des hommes autour d'un idéal commun qui peut être un instrument majeur d'amour, de concorde, de solidarité et de paix.
La croyance religieuse, la foi, a toujours été un stimulant universel pour les penseurs, les artistes, les intellectuels, les scientifiques et même les travailleurs manuels, dans le monde entier. La croyance religieuse bien orientée a pu contribuer grandement au développement des sociétés humaines et de la paix. L'homme a besoin de ce stimulant.

Mais il s'agit bien là de la " croyance religieuse " et non de la religion imposée comme une chape de plomb aliénante de toute liberté.
Les arts, les cultures et les sciences ont été marqués par les " fois " religieuses, jamais par les aliénations religieuses.

Des siècles et des millénaires de traditions religieuses et de leurs influences dans la vie quotidienne ont profondément marqué les peuples de cette coloration particulière. Dans le langage populaire, dans les traditions festives, folkloriques, dans les traditions familiales, dans l'éducation, les comportements. Même dans des domaines comme l'hygiène et la santé, les écritures édictaient des préceptes utiles pour les époques concernées, comme la circoncision, par exemple, ou l'interdiction de consommer certaines viandes. Mais de nos jours la circoncision, au-delà d'une simple tradition, présente-telle une utilité quelconque ?
La loi chrétienne, fondée sur les dix commandements, a donné des règles de conduite, des règles de vie, une peur du châtiment, qui ont contribué à harmoniser les relations entre les humains et à établir la civilisation et la paix.
Les lois et les règles de la chrétienté et du judaïsme réunies ont produit ce que nous appelons aujourd'hui la morale judéo-chrétienne.

Mais la religion a inspiré tous les grands et les petits artistes, peintres, architectes, sculpteurs, écrivains, poètes, musiciens ou scientifiques. Leurs œuvres en ont reçu la marque et la sensibilité.

Autrefois, pour ne citer que la France, c'étaient les religieux, les moines, les prêtres qui étaient porteurs de la tradition et qui avaient la charge de la transmettre, fût-elle parfois sévèrement modifiée pour s'adapter aux nécessités des époques et aux prérogatives autoritaires de l'église. La santé a bien longtemps été aussi la part des religieux, dans les hospices, les hôpitaux, dans la rue.

D'innombrables religieux, dans l'histoire, ont sacrifié leur vie au service des autres. Pas tous, certes, et sûrement pas les cardinaux qui se prélassaient à Rome. Mais ceux qui ont donné leur vie pour le secours et le service des autres méritent d'être cités et d'avoir leur propre Panthéon. Des hommes ou des femmes tels que St Vincent de Paul, Mère Térésa, Soeur Emmanuelle, ou l'Abbé Pierre et bien d'autres, encore.
Ainsi, on voit combien la religion du peuple a pu être un instrument et un secours extraordinaire pour les plus pauvres, les plus démunis, qui trouvaient encore force et courage de lutter contre les pires calamités dans la prière et l'espérance d'un monde meilleur.

Les trois vertus théologales de la chrétienté, " la foi, l'espérance et la charité " ont guidé les pas de multitudes d'hommes et de femmes, les ont aidés à faire des choix et à accepter l'inéluctabilité de leur condition.

Qui sommes-nous, aujourd'hui, pour nous arroger le droit de retirer aux hommes cette étincelle de lumière qui les éclaire jusque dans les recoins les plus profonds et les plus reculés de leur conscience, de leur désespoir et aux limites de la vie et de la mort ?

Nous ne le souhaitons pas. Nous souhaitons simplement que les religions demeurent des concepts purement philosophiques libres et parfaitement personnels et qu'aucune autorité, doctrine, dogme ou pouvoir temporel ne les érige en lois et en contraintes avilissantes et aliénantes pour les hommes. Certaines grandes organisations et structures religieuses n'ont aucune utilité. Les croyances et la foi religieuse doivent demeurer des convictions intimes de chaque être humain, du domaine de l'idée et de la sphère privée.
Elles peuvent être partagées, discutées entre eux, mais jamais aucun homme ne devrait prétendre être le dépositaire d'une quelconque autorité religieuse qui lui aurait été conférée par des hommes ou par des dieux, je pense notamment à la fameuse "infaillibilité" du Pape. Et la loi des hommes devrait être particulièrement vigilante contre ces usurpateurs.

Le chamanisme, la plus ancienne religion du monde qui remonte à l'époque de nos ancêtres préhistoriques, mère des religions, probablement à l'origine des écrits bibliques des millénaires avant leur apparition par la transmission orale, ne connaît pas de dieu ou de force supérieure autre que celle de l'univers, du cosmos, de la nature.

"Mère-Nature" serait un substitut acceptable, doux, poétique et universel au concept hermétique de "Dieu". Mère-Nature est fille du cosmos, de l'espace et de l'univers. Elle a donné la vie sur notre planète, parce que des conditions fantastiquement exceptionnelles l'ont permis. Cela n'est-il pas aussi merveilleux et plus réaliste que le récit de la Genèse et de la création du monde ?
D'ailleurs, tout n'est-il pas merveilleux dans toute forme de vie animale ou végétale, sur notre planète… ?

Mère-Nature nous donne tout et parfois nous reprend tout aussi. Mais elle ne nous ment jamais. Elle ne nous promet rien. Elle ne nous trompe pas. C'est à nous de la comprendre et de prévoir ce que l'on peut. Elle ne nous a jamais promis une terre de félicités. Elle ne nous a jamais dit d'aller massacrer nos ennemis. Mère-Nature nous dit de vivre et de nous protéger. Pas de faire la guerre et de piller nos voisins. Elle ne nous leurre pas avec une supposée vie éternelle, mais nous offre une vie matérielle temporaire qu'il est de notre devoir et de notre liberté de vivre le plus intensément et le plus intelligemment possible.

Elle nous a donné la vie et les moyens de la conserver et de la pérenniser.
Nous lui devons tout, nous devons la remercier, l'honorer et la respecter. Celui qui ne respecte pas la nature fait une grave offense à la vie, aux hommes, à Mère-Nature et à l'univers.

Ce concept n'est-il pas aussi merveilleux, poétique, lumineux, imagé, que toutes les "bondieuseries" de la création ?
Serait-il plus vain, plus dérisoire, plus incongru ou naïf de prier Mère-Nature, de l'invoquer, de l'implorer, de lui parler comme à une amie, de lui confier nos tourments et d'espérer sa compassion plutôt que de le faire avec Dieu, comme les hommes le font depuis des millénaires ?

Le soir, sous les étoiles, les amoureux ne pourraient-ils pas lui demander de protéger leur union, ou bien le malade de l'aider à trouver la guérison, ou encore pour celui qui a atteint les limites de l'insupportable de le soutenir dans sa peine et dans sa douleur ou de rendre plus douce la fin de son existence.
Ne vous y trompez pas, certains le font depuis longtemps.

Depuis des millénaires, les chamanes sont émerveillés par la nature, la respectent, la vénèrent, communient avec elles, ont appris à lui prendre et à toujours lui redonner en contrepartie. Lorsqu'ils coupent un arbre, ils en replantent un autre. Combien d'hommes, de nos jours, savent ainsi rendre à la nature ce qu'ils lui ont pris? La plupart des hommes ne font jamais que piller la nature, les autres et la vie sans jamais payer leur dette. Le lion tue et mange une gazelle car ils n'a pas d'autre alternative. Il vit selon les règles que la nature lui a prescrites et les moyens qu'elle lui a donnés. L'homme, lui, sait et peut rendre ce qu'il prend à la nature. Mais il ne le fait pas.

Toute la poésie du monde est dans la nature. Le spectacle de la nature ne sera jamais égalé par les fastes des cathédrales, la splendeur des plus beaux vitraux, les vêtements sacerdotaux, les bronzes et les ors des instruments du culte.
Ne pourrait-on pas imaginer, aussi, que Mère-Nature, dont le double genre féminin présente déjà tous les attributs de la maternité, mère de toute vie sur notre terre, puisse être considérée comme l'ont été jusqu'à ce jour les dieux inventés par les hommes. Hommes créés à l'image des dieux créés par les hommes… et donc dieux très masculins, très machos, très arrogants et très peu sensibles à la nuance, à la tendresse, à l'amour et à la beauté d'un enfant.

Chaque homme pourrait ainsi s'adresser à elle comme à la mère de toutes les mères, et non plus comme un esclave à son maître.

Les hommes ne pourraient plus se prévaloir d'avoir reçu de la mère de toutes les mères la mission de massacrer tous les enfants, toutes les mères et tous les pères, au nom de lois iniques et absurdes, comme toutes celles qui ont été générées par les dieux et les hommes jusqu'à ce jour.

Et de même que les chrétiens ont eu leurs dix commandements on peut imaginer des commandements de Mère-Nature, dans le même esprit. Inutile d'aller chercher bien loin d'ailleurs. Les lois humaines qui découlent, de nos jours, des dix commandements de la chrétienté, hormis ceux qui font allusion à Dieu, sont acceptables. On peut les améliorer et les augmenter.

Mère-Nature ne veut pas qu'on lui crée des statues, des effigies à son image. Elle est partout, visible, accessible et demande seulement qu'on l'aime un peu et qu'on la respecte. Mère-Nature, ne demande pas qu'on lui bâtisse des monuments, des lieux de culte, des temples ou des pyramides. On peut la voir et s'adresser à elle, lui rendre hommage et la remercier, chacun à sa manière, en tout lieu de la Terre. Les grandes forêts, les hautes futaies, les montagnes, les prairies sont ses églises, ses temples, ses mosquées, ses synagogues et ses pagodes.

Les océans, berceau de la vie, le ciel et le vent soufflant sur les immenses étendues désertiques sous la chaude caresse des rayons de l'astre radieux ou encore la voie lactée, arc boutant de l'immense voûte étoilée, invitation au voyage ésotérique, sont ses cathédrales.

Mère-Nature voudrait que l'on ne détruise pas la vie, que l'on ne pollue pas les océans, les fleuves, les lacs, l'air et la terre. Que l'on respecte le règne animal, dont nous sommes issus, et le monde végétal. Mère-Nature nous implore de la respecter afin que nous-mêmes puissions toujours profiter de ses bienfaits.

Mère-Nature ne veut pas que l'homme s'autodétruise, comme il le fait trop souvent. Chaque guerre, chaque bataille, chaque conflit entre les hommes est une autodestruction de l'humanité et un échec pour Mère-Nature. L'homme doit trouver le moyen de vivre en paix avec les ressources que lui offre la terre, de les partager équitablement, de les économiser et de les faire fructifier, si cela est possible. C'est à l'homme de réguler ses propres naissances et le développement de ses populations afin que les besoins naturels de celles-ci ne dépassent pas les capacités de production de la Terre. Ces capacités ne sont pas extensibles à l'infini.

Quoi qu'il en soit, quelles que soient les philosophies, les religions, les traditions que pratiquent les hommes, si l'humanité n'a jamais su se sortir du bourbier de l'obscurantisme, c'est probablement parce que les hommes n'ont pas encore atteint un niveau suffisant de sagesse pour s'affranchir de toutes les idées qui lui ont toujours été néfastes et lui ont interdit tout épanouissement moral et intellectuel. L'homme et l'homme seul est le fléau que l'humanité doit subir et les "dieux" n'y ont jamais rien eu à voir.

Le seul travail sérieux que l'homme doive accomplir est de progresser vers les voies de la sagesse et de la raison et de devenir meilleur et plus éclairé.
C'est un travail intérieur, c'est une démarche individuelle tout autant que collective. C'est une œuvre, c'est la Grande Oeuvre, c'est ce que Mère-Nature attend de tous les humains, à travers les cycles de l'évolution et du progrès moral et intellectuel."
Revenir en haut Aller en bas
Brahim
modérateur
modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3435
Age : 75
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mar 23 Nov 2010 - 22:55

Bonsoir Patbow et bienvenu sur ce forum,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt ta démarche et je la trouve intéressante. Ta description des idées maitresses des religions monothéistes est un peu caricaturale, mais totalement conforme à ces religions. Des notions comme la prière, le paradis et l'enfer, pour ne citer que celles-là y sont, pour moi, complètement déformées.

Concernant l'enfer par exemple, croire que Dieu va "rôtir" certaines de Ses créatures en enfer, sous prétexte qu'elles auraient commis des "fautes" est, pour moi, une insulte envers Dieu. C'est la raison pour laquelle je ne crois pas beaucoup à cette éventualité. Par contre, il existe une notion à laquelle je crois : chaque être humain récolte (et/ou recoltera) ce qu'il a semé. Si on sème l'amour on récoltera de l'amour et si on sème le mal on le récoltera aussi. Cette "récolte" se fera soit durant la vie terrestre, soit dans l'au-delà après la mort, soit lors de prochaines incarnations. Cependant, il ne s'agit là que d'une simlple loi de cause à effet qui n'a rien à voir avec une éventuelle récompense ou une punition divine.

Concernant la prière, c'est une aberration de croire que Dieu aie besoin qu'on Le prie et qu'Il nous punisse si on ne le faisait pas. Pour moi, la prière (dans son essence) n'est rien d'autre qu'une "connection" avec l'Energie divine qui se trouve partout. Nous sommes libres de nous conneter (prier) ou pas. Si l'on se connecte, on peut en retirer de grands bénéfices et si nous ne le faisons pas, ce n'est pas grave. Au pire, nous ne profitons pas de l'occasion qui nous est offerte.

A ta question : "Peut-on croire en un Dieu qu'on prierait uniquement quand on en ressent le besoin, où que l'on veut, quand on le veut et surtout, comme on veut ?" je répondrais OUI sans hésitation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.le-pelerin.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 8:43

Brahim a écrit:


A ta question : "Peut-on croire en un Dieu qu'on prierait uniquement quand on en ressent le besoin, où que l'on veut, quand on le veut et surtout, comme on veut ?" je répondrais OUI sans hésitation.

En effet, tant qu'on ne force pas les autres en quoi que ce soit........................
Revenir en haut Aller en bas
Brahim
modérateur
modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3435
Age : 75
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 9:54

Amada a écrit:
Brahim a écrit:


A ta question : "Peut-on croire en un Dieu qu'on prierait uniquement quand on en ressent le besoin, où que l'on veut, quand on le veut et surtout, comme on veut ?" je répondrais OUI sans hésitation.

En effet, tant qu'on ne force pas les autres en quoi que ce soit........................
Dans mon esprit, il est bien entendu hors de question de forcer qui que ce soit à croire ou ne pas croire, pratiquer ou ne pas pratiquer.
Chacun devrait rester libre de suivre sa voie, sans toutefois l'imposer aux autres
Revenir en haut Aller en bas
http://www.le-pelerin.com
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 13:59

lhirondelle a écrit:
Personnellement, je pense que, quand l'homme croit en Dieu, pas simplement à son existence, mais en lui, qu'il le prie , lui parle, etc. il y a une religion, même sous sa forme la plus simple.

Exactement, un Homme qui croit intimement en un Dieu, qui le prie et qui lui parle à chaque fois qu'il en ressent le besoin, et de la manière qui lui convient, saura qu'il n'a pas besoin de paroles pour que ce Dieu entende sa prière, ni de geste pour qu'il la voit, ni de lieu particulier pour qu'il la considère. Il saura qu'il lui suffirait d'une simple pensée pour entrer en communion avec ce Dieu. Si on peut appeler ça "religion", elle serait non seulement la plus simple, mais également la belle des religions. Et tu as très bien fait de la qualifier de simple, parce que, plus que ça, ne serait que des complications dont ni cet Homme ni son Dieu n'auraient besoin.

Croire qu'un Dieu puisse avoir besoin qu'on fasse des gestes précis particulièrement visibles ou de prononcer des mots précis à haute voix pour qu'il sache qu'on est en train de le prier, est une insulte envers ce Dieu. Croire que pour confirmer à Dieu qu'on regrette d'avoir fait une connerie, il faut se rendre je ne sais où et raconter cette connerie à je ne sais qui, est une insulte envers ce Dieu (Je sais ... je me répète ... mais je n'y peut rien).

lhirondelle a écrit:
Et je ne vois pas non plus comment la foi en Dieu ne peut pas avoir de conséquences dans la vie du croyant, dans sa manière d'agir, dans ses relations aux autres, sans qu'on puisse mettre pour autant un étiquetage là-dessus.

Cette étiquetage, c'est la religion qui vous le colle malgré vous. Si on est juif, chrétien ou musulman (c'est ce que j'appelle être monothéiste), il est impossible que cette croyance religieuse ne se perçoive pas dans la vie et le comportement de soit et dans les relations qu'on aurait les autres. La religion est conçue justement pour être visible et même imposante à l'entourage. Si on est juste croyant en un Dieu unique sans qu'aucune religion ne vienne s'interposer en soit et ce Dieu, l'influence que pourrait avoir ce fait dans la vie de tous les jours, différerait énormément d'une personne à l'autre ce qui en ferait une croyance totalement invisible au sein de la société.

lhirondelle a écrit:
Religions monothéistes, c'est très vague ... Si je prends le cas que je connais le mieux, le christianisme, il y a des confessions chrétiennes qui peuvent être très ritualistes, culpabilisantes, intégristes et d'autres qui sont très libérales, ouvertes aux autres, etc.

A l'intérieur d'une même religion monothéiste on peut donc rencontrer des attitudes très rigoristes ou très ouvertes.

Celles qui sont "très libérales" et "très ouvertes aux autres", donnent-elles la liberté à leur adeptes de prier Dieu comme bon leur semble, ou imposent-elles une manière bien précise de prier et un lieu particulier hors duquel Dieu ne peut accepter aucune confession.

Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 7471
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 14:06

patbow a écrit:


lhirondelle a écrit:
Et je ne vois pas non plus comment la foi en Dieu ne peut pas avoir de conséquences dans la vie du croyant, dans sa manière d'agir, dans ses relations aux autres, sans qu'on puisse mettre pour autant un étiquetage là-dessus.

Cette étiquetage, c'est la religion qui vous le colle malgré vous. Si on est juif, chrétien ou musulman (c'est ce que j'appelle être monothéiste), il est impossible que cette croyance religieuse ne se perçoive pas dans la vie et le comportement de soit et dans les relations qu'on aurait les autres. La religion est conçue justement pour être visible et même imposante à l'entourage. Si on est juste croyant en un Dieu unique sans qu'aucune religion ne vienne s'interposer en soit et ce Dieu, l'influence que pourrait avoir ce fait dans la vie de tous les jours, différerait énormément d'une personne à l'autre ce qui en ferait une croyance totalement invisible au sein de la société.

Il n'est pas écrit sur mon front: protestante réformée/libérale. Quelqu'un qui ne s'y intéresse pas ne peut pas le savoir.
En tant qu'enseignante, j'ai un devoir de neutralité. Les enfants ne savent pas si je crois ou non en Dieu, si je fréquente une église, un temple , une synagogue ou une mosquée.
Je pense que ce que je fais, au nom de ma foi, d'autres le font au nom d'autres convictions même athées, tout à fait respectables.
J'ai une éthique de vie qui est ancrée dans mes convictions. D'autres ont une éthique semblable sans pour autant partager mes convictions.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 14:51

Brahim a écrit:
chaque être humain récolte (et/ou recoltera) ce qu'il a semé.

Merci Brahim,

Je suis du même avis que vous. Mais ...

Il est clair que ce qu'on sème ici-bas on ne peut le récolter qu'ailleurs, dans un au-delà. Dans ce monde (ici-bas), les exemple de ceux qui récoltent autre que ce qu'ils sèment, ne manquent pas du tout.
Le problème est que si cet au-delà n'est pas éternel, il n'a aucune raison d'être, mais s'il l'est, alors ce serait injuste qu'il soit la conséquence cet ultra courte période (comparée à l'éternité) qu'est notre vie. Et, pourquoi y en a-t-il qui n'auraient même pas eu la chance (ou le malheur) de semer quoi que ce soit pour en récolter les fruits comme les autres ?

Je vous invite à lire Rêve durant le coma. Ca tente de répondre ....

Je voudrais votre avis là-dessus.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 18:40

lhirondelle a écrit:
Il n'est pas écrit sur mon front: protestante réformée/libérale.
...
J'ai une éthique de vie qui est ancrée dans mes convictions. D'autres ont une éthique semblable sans pour autant partager mes convictions.

J'ai l'impression que je me suis mal exprimé.

lhirondelle,

Ce n'est pas le fait d'afficher sa religion d'une quelconque manière que ce soit que je critique. Je critique plutôt le fait que les religions imposent à leurs adeptes des pratiques qui les forcent à afficher leur appartenance religieuse en prétendant que ces pratiques sont la volonté de Dieu.

Si tu trouves, par exemple, que l'islam est une religion qui appelle à de belles valeurs sociales, humaines, ... etc, et que tu décides d'adopter cette religion, on te dira que pour devenir musulmane il te faut impérativement, sous prétexte que c'est la volonté de Dieu, de faire au moins 5 prières par jour d'une manière très précise en faisant un enchaînement de mouvements bien précis et en prononçant des mots bien précis parfois-même avec l'obligation de le faire à haute voix. En fait, ce ne serait pas pour Dieu que tu ferais cette gymnastique. Dieu, lui, devrait s'en foutre de la précision de tes mouvement, c'est à ton coeur et à tes pensées qu'il devrait s’intéresser, et absolument pas au nombre de fois que tu te baisserais ni à l’enchaînement de tes mouvements. Cette pratique caractéristique de la religion en question, est destinée surtout à te forcer à imposer, malgré toi, ta religion à ton entourage humain pour que tu participe malgré toi à en assurer la propagation et surtout la pérennité.

Tu peux te rendre à une église par obligation, par conviction ou par plaisir, je ne peux en aucun cas, ni te critiquer ni te manquer de respect à cause de ça, ni même tenter de te convaincre de ne pas le faire. Ça ne concerne que toi. Ce que je trouve regrettable, c'est que les religions imposent au nom de Dieu des pratiques qui font que l'appartenance de leurs adeptes soit visible au sein de la société. Ça ne suffit pas que Dieu sache que tu es protestante réformée/libérale, tu es tenue par une pratique telle que d'autres également doivent le savoir, ne serait-ce que ceux qui représentent cette religion. Si ta religion fait exception à cette règle c'est qu'elle est exceptionnelle et qu'elle n'est pas concernée par ma critique.
Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 7471
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 18:49

Ce que je trouve dommage c'est que tu dises LES religions, alors qu'il faudrait dire CERTAINES religions.
Tu ne peux pas mettre toutes les religions dans le même sac. Et encore une fois, à l'intérieur d'une même religion, tu peux avoir des confessions qui imposent des gymnastiques rituelles tandis que d'autres n'imposent rien.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Mer 24 Nov 2010 - 19:51

patbow a écrit:
lhirondelle a écrit:
Il n'est pas écrit sur mon front: protestante réformée/libérale.
...
J'ai une éthique de vie qui est ancrée dans mes convictions. D'autres ont une éthique semblable sans pour autant partager mes convictions.

J'ai l'impression que je me suis mal exprimé.

lhirondelle,

Ce n'est pas le fait d'afficher sa religion d'une quelconque manière que ce soit que je critique. Je critique plutôt le fait que les religions imposent à leurs adeptes des pratiques qui les forcent à afficher leur appartenance religieuse en prétendant que ces pratiques sont la volonté de Dieu.

Si tu trouves, par exemple, que l'islam est une religion qui appelle à de belles valeurs sociales, humaines, ... etc, et que tu décides d'adopter cette religion, on te dira que pour devenir musulmane il te faut impérativement, sous prétexte que c'est la volonté de Dieu, de faire au moins 5 prières par jour d'une manière très précise en faisant un enchaînement de mouvements bien précis et en prononçant des mots bien précis parfois-même avec l'obligation de le faire à haute voix. En fait, ce ne serait pas pour Dieu que tu ferais cette gymnastique. Dieu, lui, devrait s'en foutre de la précision de tes mouvement, c'est à ton coeur et à tes pensées qu'il devrait s’intéresser, et absolument pas au nombre de fois que tu te baisserais ni à l’enchaînement de tes mouvements. Cette pratique caractéristique de la religion en question, est destinée surtout à te forcer à imposer, malgré toi, ta religion à ton entourage humain pour que tu participe malgré toi à en assurer la propagation et surtout la pérennité.

Tu peux te rendre à une église par obligation, par conviction ou par plaisir, je ne peux en aucun cas, ni te critiquer ni te manquer de respect à cause de ça, ni même tenter de te convaincre de ne pas le faire. Ça ne concerne que toi. Ce que je trouve regrettable, c'est que les religions imposent au nom de Dieu des pratiques qui font que l'appartenance de leurs adeptes soit visible au sein de la société. Ça ne suffit pas que Dieu sache que tu es protestante réformée/libérale, tu es tenue par une pratique telle que d'autres également doivent le savoir, ne serait-ce que ceux qui représentent cette religion. Si ta religion fait exception à cette règle c'est qu'elle est exceptionnelle et qu'elle n'est pas concernée par ma critique.

Oui, tu as globalement raison. Sauf pour certaines religions qui ne font aucun prosélytisme et n'imposent quasiment rien.
Revenir en haut Aller en bas
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 1:35

lhirondelle a écrit:
Ce que je trouve dommage c'est que tu dises LES religions, alors qu'il faudrait dire CERTAINES religions.
Tu ne peux pas mettre toutes les religions dans le même sac. Et encore une fois, à l'intérieur d'une même religion, tu peux avoir des confessions qui imposent des gymnastiques rituelles tandis que d'autres n'imposent rien.

Pour ma part, ce qui n'impose aucune pratique, ni aucun mode de vie particulier imposant à l'entourage humain, ni aucune obligation de se rendre à un quelconque lieu de culte, même si c'est centré autour d'un Dieu, je ne peut pas le considérer comme étant "une religion". Je l’appellerais plutôt "philosophie".


Dernière édition par patbow le Jeu 25 Nov 2010 - 1:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 1:56

Amada a écrit:
Certains estiment que les religions n'ont pas apporté que du négatif et ils ont tout à fait raison. Les aspects positifs de la pratique des différentes religions et de la foi religieuse sont nombreux et variés.

Ne confondons pas la religion qui est effectivement, suivant sa racine linguistique, ...
...
...


C'était intéressant cet article de Laurent. Je pourrais y réagir sur le site Unissons06.org.

Quoique ... j'aurais préféré un simple lien vers cet article plutôt que le Copier/Coller : Des aspects positifs des religions
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9807
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 8:38

Patbown a écrit:
Ce que je trouve regrettable, c'est que les religions imposent au nom de Dieu des pratiques qui font que l'appartenance de leurs adeptes soit visible au sein de la société.

Le but des religions est de recruter.
Sans le nombre et le prosélytisme elles disparaissent.

Il y a des aspect très nets pour certaines religions, le nombre des adeptes permet de s'imposer en tant que force religieuse et politique.

Les dirigeants tiennent à leur confort matériel et sont entretenus par les fidèles.
L'argent est nécessaire aussi pour la propagande...
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
Brahim
modérateur
modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3435
Age : 75
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 13/07/2006

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 8:46

Bonjour Patbow,

J'ai bien lu l'article "Rêve durant le coma", mais avant de le commenter j'aimerais savoir s'il s'agit d'une expérience réelle que tu as toi-même vécue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.le-pelerin.com
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 10:32

Brahim a écrit:
Bonjour Patbow,

J'ai bien lu l'article "Rêve durant le coma", mais avant de le commenter j'aimerais savoir s'il s'agit d'une expérience réelle que tu as toi-même vécue.

Je te remercie d'avoir pris le temps de lire.

J'aurais bien aimé dire que c'est du vécu, ça gagnerait peut-être en crédibilité. Mais non, ce n'est pas du vécu. Ce n'est pas non plus ma croyance. C'est, en quelque sorte, une tentative de ma part de concevoir un Dieu créateur conscient et intelligent loin de toute religion.

Mais ... pourquoi inventer un autre Dieu ? N'y en a-t-il déjà assez dans ce monde ?

Ce dialogue avec cette mystérieuse présence est une manière que j'ai jugé efficace de présenter une tentative de réponse à la question suivante :
Est-il possible qu'un Dieu créateur, conscient, intelligent, tel que les trois monothéistes le conçoivent, puisse exister, mais qui soit bon et irréprochable malgré la cruauté et les injustices de notre monde, sans qu'aucune religion ne puisse se l'approprié et sans qu'aucun humain ne puisse prétendre le représenter ni parler en son nom.

Mon amie, morte dans d’atroces souffrances suite à un cancer, est par contre, bien réelle. Les trois principales religions monothéistes connues, et leur aberrations communes et parfois même contradictoires, ne lui ont laissé aucune chance de croire en un quelconque Dieu digne de ce nom. Pourtant, elle aurait tellement souhaité mourir avec, ne serait-ce qu'un brin d’espoir que ce Dieu puisse exister et qu'une vie après la mort soit possible.

J'ai remarqué que c'est le cas également de l'écrasante majorité des humains. J'ai remarqué que très rares sont ceux qui parviennent à envisager l'éventualité de l’inexistence de Dieu et que notre existence se limite à cette misérable vie parfois-même cruellement et atrocement écourtée. Et je doit avouer que moi-même, cette éventualité ne me convient pas vraiment.

Alors ... comment est-ce que ce Dieu pourrait exister ?

C'est pour mon amie, pour moi-même et pour tous ceux qui ne reconnaissent pas Dieu dans les livres des trois principales monothéistes de ce monde, que j'ai écrit ce texte.
Revenir en haut Aller en bas
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 11:11

Personne a écrit:
Le but des religions est de recruter.
Sans le nombre et le prosélytisme elles disparaissent.

Il y a des aspect très nets pour certaines religions, le nombre des adeptes permet de s'imposer en tant que force religieuse et politique.

Les dirigeants tiennent à leur confort matériel et sont entretenus par les fidèles.
L'argent est nécessaire aussi pour la propagande...

Les partis politiques, les associations, les représentions syndicales ... etc, également recrutent et tirent leurs forces du nombre de leurs membres, adhérents et militants et financent leurs activités à partir des cotisations de ces derniers. Il me semble qu'il n'y a aucun mal à ça. Seulement, ceux-là au moins, sont honnêtes. Ceux-là ne prétendent pas que leur statuts, leur chartes et leur règlements internes ont été dictés par une force consciente, omnisciente et omniprésente, créatrice de l'Univers, appelée Dieu. Ceux-là, ne prétendent pas que leurs dirigeants sont des messagers de Dieu sur terre. Ceux-là, au moins, ne racontent des aberrations à dormir debout en les faisant passer pour parole de Dieu.

Tan qu'il y a des humains prêts à accepter d'insulter le sens-même de l'intelligence divine en croyant que c'est Dieu, créateur de l'Univers, qui s'est amusé a envoyer toutes ces religions contradictoires et à écrire tous ces livres avec leur horreurs, leur aberrations et leur incohérences, les chefs religieux peuvent être rassurés sur la pérennité de leur pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 17:24

patbow a écrit:
Amada a écrit:
Certains estiment que les religions n'ont pas apporté que du négatif et ils ont tout à fait raison. Les aspects positifs de la pratique des différentes religions et de la foi religieuse sont nombreux et variés.

Ne confondons pas la religion qui est effectivement, suivant sa racine linguistique, ...
...
...


C'était intéressant cet article de Laurent. Je pourrais y réagir sur le site Unissons06.org.

Quoique ... j'aurais préféré un simple lien vers cet article plutôt que le Copier/Coller : Des aspects positifs des religions

Tiens, on m'a piqué mon texte...! C'est pas grave, il est libre de droits. Je suis même contente de voir qu'il a un certain succès.
J'ai connu Unisson 06 à un moment, il y a quelques années, mais c'était devenu inaccessible par la suite. Forum fermé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 17:28

Personne a écrit:
Patbown a écrit:
Ce que je trouve regrettable, c'est que les religions imposent au nom de Dieu des pratiques qui font que l'appartenance de leurs adeptes soit visible au sein de la société.

Le but des religions est de recruter.
Sans le nombre et le prosélytisme elles disparaissent.

Il y a des aspect très nets pour certaines religions, le nombre des adeptes permet de s'imposer en tant que force religieuse et politique.

Les dirigeants tiennent à leur confort matériel et sont entretenus par les fidèles.
L'argent est nécessaire aussi pour la propagande...

Oui, les religions ont toujours été des groupes visant au pouvoir politique et économique. Tous les livres sacrés le démontrent clairement et sans aucune dissimulation.
L'important n'est pas de croire à quoi que ce soit mais d'adhérer au système et de payer le tribut demandé par les prêtres.
Les religions les plus dures et exigeantes financièrement ont développé leur dogme sur la peur, les instincts les plus vils des hommes et la corruption des esprits, excluant de la sorte tout principe pacifique, généreux ou humaniste.

Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 29786
Age : 57
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 19:09

La religion est une invention humaine destinée à combler le vide intellectuel que représente la méconnaissance de Dieu.
Moi
Revenir en haut Aller en bas
patbow
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 213
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 22/11/2010

MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Jeu 25 Nov 2010 - 20:50

florence_yvonne a écrit:
La religion est une invention humaine destinée à combler le vide intellectuel que représente la méconnaissance de Dieu.
Moi

Exactement.
Merci Florence.

A mon avis, le vide que représente la méconnaissance que l'Homme a de Dieu, devrait être comblé par une liberté intellectuelle et spirituelle permettant une approche objective, voir-même critique, vis-à-vis de la notion-même de divinité. Ce serait le seul moyen de combler relativement ce vide et d'avancer sur le chemin de la connaissance de Dieu.

Au lieu de ça, la religion, cette ingénieuse invention humaine, vient enfoncer l'Homme, encore davantage, dans sa méconnaissance de Dieu en parvenant à convaincre ses adeptes que Dieu est, tout simplement, au-dessus de toute connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   Ven 26 Nov 2010 - 12:24

patbow a écrit:
florence_yvonne a écrit:
La religion est une invention humaine destinée à combler le vide intellectuel que représente la méconnaissance de Dieu.
Moi

Exactement.
Merci Florence.

A mon avis, le vide que représente la méconnaissance que l'Homme a de Dieu, devrait être comblé par une liberté intellectuelle et spirituelle permettant une approche objective, voir-même critique, vis-à-vis de la notion-même de divinité. Ce serait le seul moyen de combler relativement ce vide et d'avancer sur le chemin de la connaissance de Dieu.

Au lieu de ça, la religion, cette ingénieuse invention humaine, vient enfoncer l'Homme, encore davantage, dans sa méconnaissance de Dieu en parvenant à convaincre ses adeptes que Dieu est, tout simplement, au-dessus de toute connaissance.

Bonjour,
Je ne suis pas d'accord avec tous les deux.
Il n'existe naturellement aucun vide intellectuel de la méconnaissance de Dieu.
C'est une invention des hommes et des religieux que ce pseudo-vide.
Les athées ne se sentent absolument pas touchés par un vide intellectuel quelconque, si ce n'est celui des connaissances générales.
Karl Mark disait que la religion est l'opium des peuples et tout commence là.
On peut manipuler les peuples dès lors qu'ils croient à l'existence de Dieu.
L'homme ne manquerait pas de Dieu si certains n'avaient pas mis ça sur le tapis.
Pour expliquer les mystères de l'univers? Trop drôle. Les religions n'expliquent rien et embrouillent tout. La science peut expliquer les choses. Pas la religion.
Mais la science a aussi ses limites. Par contre, la religion n'a aucune explication pour quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dieu sans religion VS religion sans pratique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu sans religion VS religion sans pratique
Revenir en haut 
Page 1 sur 18Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» La religion pure et sans tache
» Dieu sans religion VS religion sans pratique
» DIEU n'a créé aucune religion.
» Verset du 3 Juillet « Mon Seigneur et mon Dieu....Heureux ceux qui croient sans avoir vu?
» Le même Dieu qui nous a créés sans nous…(Saint Augustin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Croire ou ne pas croire :: Déisme-
Sauter vers: