Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La psychologie de l'antropomorphisme et la déshumanisation

Aller en bas 
AuteurMessage
Pandore
Exégète
Exégète
avatar

Féminin Nombre de messages : 6017
Age : 53
Localisation : Vaisseau mère
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: La psychologie de l'antropomorphisme et la déshumanisation   Lun 25 Juil 2011 - 17:19

C'est ci bien expliqué que je n'ai pas voulu modifier le sujet ...je partage ce lien ..
Je n'avais jamais vu la religion sur ce point et là, pour une fois j'ai appris enfin ..

Copié collé La psychologie de l'antropomorphisme et de la déshumanisation ,un mots compliqué ,pour expliquer la religion et la croyance ...
[/quote]
Les gens parlent à leurs plantes, prient des dieux qui ressemblent aux humains, nomment leurs voitures et habillent même leurs animaux domestiques. Nous avons une forte tendance à donner des caractéristiques humaines à des entités non-humaines (connu sous le nom d’anthropomorphisme), mais pourquoi ? Dans un compte-rendu du journal Current Directions in Psychological Science [1], des scientifiques examinent la psychologie de l’anthropomorphisme.

Le terme d’anthropomorphisme a été inventé par le philosophe grec Xenophanes pour décrire la ressemblance entre les croyants religieux et leurs dieux, les dieux grecs étaient décrits comme ayant la peau claire et des yeux bleus, alors que les dieux africains avaient la peau sombre et des yeux bruns.

La recherche en neuroscience a montré que des régions identiques du cerveau sont impliquées quand nous pensons au comportement des êtres humains et d’entités non humaines, ce qui suggère que l’anthropomorphisme pourrait utiliser les mêmes processus que ceux utilisés pour penser à d’autres individus.

L’anthropomorphisme porte ne nombreuses implications importantes. Par exemple, penser à une entité non humaine de façon humaine la rend plus digne d’attention morale et de considération. En outre, les entités anthropomorphisées deviennent responsables de leurs propres actions, ce qui veut dire qu’elles peuvent mériter d’être punies et récompensées.

Bien que nous aimions anthropomorphiser, nous n’assignons pas de qualités humaines à tout et n’importe quel objet que nous rencontrons. Qu’est-ce qui compte dans notre sélection ? L’un des facteurs est la ressemblance. Plus une entité ressemble aux êtres humains (par exemple, par ses mouvements ou ses caractéristiques physiques, comme son visage, qui ressemblent à ceux des humains) et plus elle est susceptible d’être anthropomorphisée. Différentes motivations pourraient aussi influencer l’anthropomorphisme. Par exemple, l’absence de connexions sociales avec les autres pourrait pousser les individus seuls à chercher des connexions avec des entités non humaines.

L’anthropomorphisme nous aide à simplifier et à donner plus de sens aux entités compliquées. Les auteurs observent que, selon l’Organisation Mondiale Météorologique, "le fait de nommer les tempêtes et les cyclones, une pratique qui a commencé avec les noms des saints, des fiancées des marins et des figures politiques détestées, simplifie et facilite la communication efficace pour augmenter la préparation du public, les comptes-rendus des médias et l’échange d’information efficaces."

Le contraire de l’anthropomorphisme est la déshumanisation, quand des humains sont représentés sous la forme d’objets non-humains ou d’animaux. Il y a de nombreux exemples historiques de déshumanisation comme celle de la persécution des juifs par les nazis durant l’holocauste, et la torture de la prison d’Abu-Ghraib en Irak. Ces exemples suggèrent aussi que ceux qui s’engagent dans la déshumanisation font habituellement partie d’un groupe soudé qui agit contre ceux qu’ils déshumanisent, ce qui veut dire que des individus qui se sentent socialement connectés pourraient avoir une tendance plus forte face à la déshumanisation. Les auteurs de noter que "la connexion sociale pourrait avoir des bénéfices pour la propre santé d’une personne et son bien-être, mais cela pourrait avoir des conséquences malheureuses pour les relations intergroupes en permettant la déshumanisation."

Les auteurs de conclure que nous sommes peu nombreux "à avoir des difficultés pour identifier d’autres humains dans un sens biologique, mais il est beaucoup plus compliqué de les identifier dans un sens psychologique."
[quote]


Charlatan.com...lien de l'article
http://charlatans.info/news/La-psychologie-de-l

Une foule de sujets charlatan ..lien
http://charlatans.info/news/+-croyances-+
Revenir en haut Aller en bas
Bourrique
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 01/08/2011

MessageSujet: Re: La psychologie de l'antropomorphisme et la déshumanisation   Dim 9 Oct 2011 - 23:02

Avez vous su cette intervention en faveur du droit de l´animal à vivre et à être bien traité: Dans le rayon alimentaire, on a proposé des rôtis de dindonneau en forme de main humaine ouverte et des terrines en forme de visage par exemple?
Histoire d´anthropomorphisme analysable.
Revenir en haut Aller en bas
 
La psychologie de l'antropomorphisme et la déshumanisation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La psychologie de l'antropomorphisme et la déshumanisation
» Psychologie des foules
» Psychologie animale
» Psychologie du soldat
» Psychologie/Etre heureux: Plaidoyer pour plus d'altruisme par Matthieu Ricard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: FORUM LAÏQUE :: Les inclassables :: Divers-
Sauter vers: