Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
lhirondelle
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 6598
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 19:05

Voici un cas concret:
Citation :
Un ressortissant burkinabé vivant à Ath, qui était poursuivi pour le viol d'une adolescente de 13 ans, a bénéficié jeudi de la suspension simple du prononcé pour une durée cinq ans. Le tribunal correctionnel de Tournai l'a condamné à verser une somme de 1.000 euros sur un compte au nom de la victime, que celle-ci ne pourra toucher qu'à sa majorité.

09 Juin 2011 16h52

Dans la nuit du 19 au 20 février 2011, le prévenu, âgé de 21 ans, a été appelé par la victime, avec qui il correspondait via le réseau social Facebook, pour aller boire un verre. Vu que les cafés d'Ath étaient fermés, le prévenu a emmené la victime et l'une de ses amies, mineure également, dans son appartement où ils ont consommé des boissons alcoolisées.


Durant la soirée, le prévenu a entretenu une relation sexuelle non protégée avec la victime, sous les yeux de son amie. La victime s'est retrouvée enceinte et a avorté. "Depuis, elle est en état de dépression", avait souligné son avocate.

L'avocat de la défense avait plaidé la suspension simple du prononcé de la condamnation, estimant que son client ne représentait pas un danger public pour la société mais qu'il était quelqu'un d'honnête, apprécié par son patron. Par contre, il avait chargé la jeune fille: "Elle a prétendu avoir 15 ans et même les policiers furent étonnés d'apprendre qu'elle n'avait que 13 ans. De plus, malgré son jeune âge, il semblerait qu'elle ait déjà eu des rapports sexuels avec d'autres hommes."


Légalement, la fille ayant moins de 14 ans, il y a viol. Dans les faits, elle était consentante et paraissait plus que son âge.
La majorité sexuelle en Belgique est fixée à 16 ans (à 15 ans en France, à 13 ans en Espagne).
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 21:52

Et alors?
Du fait de son âge, qu’elle ait été consentante ou non, le consentement n'est pas reconnu.
Quant à son apparence, cela n'est en rien un critère, heureusement d'ailleurs!

Quant à citer d'autres législations, remarque que cela est parfois nuancé. Comme tu cites l'Espagne avec son 13 ans, du fait qu'elle ait moins de 16 ans, cela resterait condamnable du fait que son consentement ait été obtenu de manière détournée, en l'occurrence, via la consommation d'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 21:55

Roxappho a écrit:
Et alors?
Et alors rien! J'expose des faits, j'observe les réactions.
Citation :
Quant à son apparence, cela n'est en rien un critère, heureusement d'ailleurs!
Il semble pourtant que cette apparence ait parlé en faveur de l'accusé.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 22:02

lhirondelle a écrit:
Il semble pourtant que cette apparence ait parlé en faveur de l'accusé.
C'est où dans l'article?
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 22:17

Citation :
Par contre, il avait chargé la jeune fille: "Elle a prétendu avoir 15
ans et même les policiers furent étonnés d'apprendre qu'elle n'avait
que 13 ans. De plus, malgré son jeune âge, il semblerait qu'elle ait
déjà eu des rapports sexuels avec d'autres hommes."
Il semblerait que l'argument ait fait mouche. Cela n'est pas établi avec certitude, mais cette hypothèse paraît probable, vue l'issue du procès: suspension du prononcé.

Être honnête et apprécié de son patron ne constitue généralement pas un argument en cas de viol.

A propos, as-tu remarqué le grand absent dans cet article?
Les parents ou tenant lieu!
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 22:26

Où vois tu que cet argument ait été considéré?
Là, il n'y a rien. Ca peut aussi bien être sur les mensonges de la fille, ça serait même plus logique.

Comme tu le fais remarquer, les parents sont absents de l'article, ça ne donne aucun élément quand à leur positionnement dans cette affaire. Le fait que le journaliste n'aborde pas leur sujet ne peut amener à aucune conclusion les concernant.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 22:57

Roxappho a écrit:
Où vois tu que cet argument ait été considéré?
Là, il n'y a rien. Ca peut aussi bien être sur les mensonges de la fille, ça serait même plus logique.
Les mensonges concernant son âge? Son aspect physique ne fait que de les appuyer.

L'article ne mentionne pas les parents, ni leur soutien, ni leur appui, ni leur intervention ... seulement l'avocate de la jeune fille.
Il est vrai que je n'ai pas pu trouver un autre article sur l'affaire. Sur tous les sites que je consulte, je n'ai que cette seule version.

Une jeune fille qui ment sur son âge sur Facebook, qui appelle un homme au téléphone, qui sort la nuit dans les cafés,... à treize ans.
Ne connaissant pas tous les tenants et les aboutissants de l'affaire, je ne veux pas préjuger de ce qu'ont fait ou n'ont pas fait ses parents. Je me contenterai de dire: la jeune fille a pris leur surveillance en défaut.

Maintenant que je me suis contentée d'observer et d'émettre des hypothèses à partir des faits tels qu'ils ont été relatés dans la presse, je vais émettre une opinion personnelle.

Je pense que la majorité sexuelle devrait faire l'objet de consensus européen et qu'elle devrait être fixée à 15 ans, parce qu'à 15 ans, on peut légalement être émancipé. Si la loi considère le mineur en état d'être émancipé, elle doit aussi le considérer apte à émettre un consentement valable.
Je trouve qu'avant cet âge, un mineur n'est pas capable de donner un consentement valable, parce qu'il est très influençable. Et par conséquent, qu'on devrait tenir pour viol, toute relation sexuelle avec un mineur qui n'a pas atteint cet âge.
Cela inciterait le partenaire potentiel à se montrer beaucoup plus prudent, le pousserait à se renseigner sur l'âge réel du mineur.

Je trouve l'âge de la majorité sexuelle en Espagne (13 ans) et pire, celui des Etats Pontificaux (12 ans) complètement inadapté et préjudiciable au mineur.



Ceci dit, l'accusé, dans cette affaire, n'a pas été attiré par une partenaire présentant l'aspect d'un enfant, on ne peut donc pas le tenir, médicalement parlant, pour pédophile.

Il s'est montré imprudent, inconscient, irresponsable à tout point de vue. On ne fait pas boire une fille de quinze ans (et le cafetier là aussi est responsable de ne pas avoir vérifié de son âge) pour l'emmener chez soi et avoir des rapports non protégés!
Est-ce que sa culture d'origine a faussé son jugement sur ce genre de relation, sur l'absence de protection contre les MST, de contraception?
Peut-être bien. Je n'en sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Mer 23 Nov 2011 - 23:39

Effectivement, ton article pose soucis, car il y a le mensonge qui vient semer le trouble.

La manière dont j'aborde la chose est selon ton propos initial était sur l'attirance envers des filles de 13 ans au développement avancé.
Je suis dans ce cas, à 13 ans, au collège, mes hormones ont décidé de se taper une délire et je me suis retrouver à battre le record des collégiennes et dépasser la plupart des femmes adultes du collège. Aussi, quand je parlais qu'il y avait quelque chose de malsain, c'est que je l'ai vécu de l'intérieur. Ces regards de la part d'adultes alors que toi tu es en pleine évolution et tout début de découverte de ta femme intérieure, honnêtement, que ton âge est notoire, c'est malsain et quand on te dénie que c'est une atteinte à ce qu'il te reste d'enfance, là aussi c'est malsain. A 13 ans, ta femme intérieure n'est qu'un écho lointain, tu es surtout encore une gamine. Je le vois encore avec ma jeune cousine qui a cet âge, même si elle veut se jouer à la grande (comme on l'a fait toi et moi), c'est encore une enfant sur le fond. C'est en cela que je dis que c'est malsain de ne pas voir la pédophilie qu'il y a avec, ce n’est pas parce qu'on a un corps qui s'est fortement développé qu'on n'en est pas moins une enfant. Ce n'est pas parce qu'on a une apparence qui peut être trompeuse que quand notre âge est notoire, on ne soit pas considérée comme les autres pour l'âge qu'on a. Oui, j'avais plus de poitrine que la plupart des femmes, mais je n'étais pas encore femme dans ma tête, j'étais en début de transition, plus fille que femme comme l'ensemble de mes camarades, il n'y a aucune raison qu'une atteinte qu'on ait pu me faire soit considérée autrement que si elle avait été faite à une autre.



Cela dit, 15 ans me semble aussi un âge équilibré.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 14:25

Un exemple précis.

Alors qu'il avait déjà atteint sa majorité, un jour mon fils me montre une phote en demandant, mon avis sur l' âge qu'avait la demoiselle qui y était représentée... "environ vingt ans".
Il me répond qu'elle est collégienne et qu'elle à 14 ans.
Naturellement la question du détournement de mineure n'a laissé aucune place à l'idée de prolonger cette relation.

Mieux vaut avant d'assumer un coup de foudre, demander la carte d'identité!
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 20:00

Il ne faut pas confondre le détournement de mineur et la débauche de mineur.

Citation :
Le détournement de mineur est souvent confondu avec les questions de
relations sexuelles entre majeurs et mineurs. Le détournement de mineur
est le délit constitué par le fait de soustraire un mineur aux adultes
ayant autorité sur lui .
Il est indépendant de savoir si le ravisseur a eu des relations
sexuelles avec le mineur enlevé, et ne peut être constitué uniquement
par les relations sexuelles s'il n'y a pas enlèvement (consenti ou non).

C'est un fait que les jeunes filles, peut-être plus que les jeunes gens, paraissent aujourd'hui souvent plus avancées physiologiquement que leur âge réel. J'ai dans ma famille, une jeune fille de quatorze ans, plus grande que moi avec un bonnet C . Déjà à 11 ans, elle paraissait trois ou quatre ans au dessus de son âge, facilement. Elle s'est fait draguer dans la rue, mais comme elle n'a pas sa langue en poche et qu'elle est bien dans ses pompes, elle a remis le séducteur à sa place en lui disant son âge réel. De toute façon, elle était accompagnée de sa mère.

Roxappho a écrit:
A 13 ans, ta femme intérieure n'est qu'un écho
lointain, tu es surtout encore une gamine. Je le vois encore avec ma
jeune cousine qui a cet âge, même si elle veut se jouer à la grande
(comme on l'a fait toi et moi), c'est encore une enfant sur le fond.
C'est en cela que je dis que c'est malsain de ne pas voir la pédophilie
qu'il y a avec, ce n’est pas parce qu'on a un corps qui s'est fortement
développé qu'on n'en est pas moins une enfant. Ce n'est pas parce qu'on a
une apparence qui peut être trompeuse que quand notre âge est notoire,
on ne soit pas considérée comme les autres pour l'âge qu'on a. Oui,
j'avais plus de poitrine que la plupart des femmes, mais je n'étais pas
encore femme dans ma tête, j'étais en début de transition, plus fille
que femme comme l'ensemble de mes camarades, il n'y a aucune raison
qu'une atteinte qu'on ait pu me faire soit considérée autrement que si
elle avait été faite à une autre.

C'est sûr qu'à treize ans, la plupart des jeunes filles sont encore fort gamines, et c'est normal. Maintenant, il y a enfant et enfant: une petite de cinq ans, n'est pas une petite de dix ans, ni une grande de treize.

Comme tu le dis toi-même, une fois que la puberté est amorcée, on se trouve dans une période de transition: plus tout à fait enfant, pas encore adulte.
Un tournant dans le développement psychologique s'amorce: on affirme sa personnalité en s'opposant d'une manière ou l'autre à "l'autorité", on commence à ressentir ses premiers émois, etc. Mais c'est sûr que l'âge adulte n'est pas là et qu'il est encore très loin.

Et si un adulte en profite à ce moment-là et va au-delà de ce que le jeune pubère est en état de pouvoir, de vouloir vivre, supporter, naturellement que c'est répréhensible et condamnable.

Mais ça, c'est voir la chose du côté de la victime, de celui ou celle qui subit des regards insistants, déshabillants, des allusions déplacées, voire pire. Et je sais d'expérience que c'est particulièrement désagréable.

Le fait de ne pas se sentir encore adulte ne fait pas de celui qui tente de près ou de loin des manœuvres d'approche, un pédophile.

Il y a eu, sur ce forum, une personne, qui malheureusement ne vient plus, et qui a été violée à l'âge de cinq ans par un pédophile.
Quand je considère qu'il y a des détractés qui puissent voir dans un enfant dont le corps n'est pas développé, un objet de désir, je pense justement que leur réserver le terme "pédophile" conserve à cette paraphilie tout ce qu'elle a de profondément déviant.

Alors que de l'appliquer à des personnes qui sont attirées par des mineures où les marques de la puberté sont déjà apparues, c'est à dire avec des formes propres à leur sexe respectif, diluerait ce qu'il y a de désaxé dans la pédophilie.

C'est sûr que l'hébophilie (attirance pour des mineurs en phase de puberté, chez des sujets qui ont dépassé de loin cette phase de la croissance) est quelque chose d'anormal, de malsain, mais c'est une autre paraphilie, je classe ça dans un autre tiroir.

Etrangement, être pédophile ne veut pas dire nécessairement être un violeur. Si on prend l'exemple de Lewis Caroll (l'auteur d'Alice au pays des merveilles), cet homme était pédophile, mais il n'a jamais fait de mal à un enfant. Il était tombé littéralement amoureux d'une petite fille de quatre ans. Il se contentait d’idolâtrer les fillettes, et de les photographier, avec le consentement de leurs parents. A cette époque victorienne, personne ne semblait s'en offusquer.

D'un autre côté un soldat qui, en temps de guerre, viole tout ce qui a un sexe féminin, femme, fillette ou vieille grand-mère, est un vrai salopard, mais pas pour autant un pédophile. Le viol dans ce cas là est une forme particulièrement abjecte d'humiliation mais il n'implique pas un attrait pour un âge spécifique.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 22:21

Citation :
Le fait de ne pas se sentir encore adulte ne fait pas de celui qui tente de près ou de loin des manœuvres d'approche, un pédophile.
Exact, c'est le fait que cet adulte le fasse en connaissance de cause qui fait de lui un pédophile.

Citation :
Alors que de l'appliquer à des personnes qui sont attirées par des mineures où les marques de la puberté sont déjà apparues, c'est à dire avec des formes propres à leur sexe respectif, diluerait ce qu'il y a de désaxé dans la pédophilie.
Ca ne dilue rien.
Une fille de 13 ans reste une fille de 13 ans quel que soit son développement physique.

Cet argument est comme je le disais malsain, il est du même ordre que celui qui veut excuser le viol sous prétexte qu'une femme était avec une jupe au dessus du genou, c'est déporter vers la cible/victime la responsabilité de l'auteur afin de l'atténuer.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 22:40

Il ne s'agit pas d'un argument malsain, il s'agit de définition. Ne mélangeons pas les genres.
Une définition ne peut pas être malsaine.
Une personne peut avoir des comportements, un mode de fonctionnement, des shèmes de pensée malsains.
Mais une classification ne peut pas être malsaine. Une taxonomie ne relève pas du domaine de l'éthique.
Je ne vois pas ce qui a de malsain que de dire que la couleur bordeaux n'est pas la couleur mauve, même si toutes les deux sont à base de rouge!
Quand je dis qu'un mammouth n'est pas un éléphant, qu'est-ce qu'il y a de malsain à ça?

Et tu ne me feras pas sortir de la tête que de servir du "pédophile" à la grosse louche fait perdre de son horreur au fait qu'un adulte puisse être attiré par un enfant pré-pubère.

Roxappho a écrit:

Cet argument est comme je le disais malsain, il
est du même ordre que celui qui veut excuser le viol sous prétexte
qu'une femme était avec une jupe au dessus du genou, c'est déporter vers
la cible/victime la responsabilité de l'auteur afin de
l'atténuer.
On y est pas du tout là! Et ta comparaison ne tient pas du tout la route, mais alors là pas du tout!
Il n'a jamais été question d'excuser quoique ce soit.

Le fait que l'hébéphilie concerne des jeunes pubères avec des formes propres à leur sexe respectif n'est EN AUCUN CAS une excuse!
Je me demande où tu as été pêché ça.O_o
Lis ce que j'écris et pas ce que tu y projettes, s'il te plait.
Citation :

c'est déporter vers la cible/victime la responsabilité de l'auteur afin de l'atténuer.

Là encore, tu mélange les genres! Il ne s'agit pas de faire porter une responsabilité à la victime.
Il s'agit de circonscrire une paraphilie, une déviation sexuelle.
Citation :

La paraphilie (du grec para-, παρά = "auprès de, à côté de"; et -philia, φιλία = "amour") est un terme biomédical utilisé par certains milieux psychiatriques aux États-Unis à la place du mot "perversion" dont le sens est devenu péjoratif[réf. nécessaire] . Ce néologisme, également utilisé en sexologie, désigne toute attirance ou pratique sexuelle qui diffère des actes traditionnellement considérés comme « normaux »

Si quelqu'un est fétichiste et a besoin de voir des chaussures pour jouir, ce n'est quand même pas la faute de la chaussure!

Et je rappelle une fois de plus que le fait de souffrir d'une paraphilie n'est pas la même chose que de commettre un acte délictueux ou simplement répréhensible.
Tant que le pédophile ne passe pas à l'acte et fuit les occasions où il pourrait déraper, on a rien à lui reprocher.
Et il en va de même pour toutes les autres déviances.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 23:05

Définition...
Quand tu marques que le développement physique individuel visible entre en ligne de compte pour ce qui est de reconnaitre s'il y a pédophilie, désolée, non.
Ca voudrait dire que tu prends en ligne de compte l'aspect de la victime pour lui reconnaitre le fait d'être la cible d'un pédophile avant même considération de son âge. A même âge notoire, tu reconnaitras qu'il y a pédophilie si la fille à peu de formes, mais pas si elle en a plus, potentiellement même si elle est plus jeune...
Tu n'as pas l'impression qu'il y a un problème?


Alors explique aussi ton "diluerait ce qu'il y a de désaxé dans la pédophilie" si ce n'est pas dégager sur la cible/victime la responsabilité de l'auteur.

Désolée, mais je ne fais que te lire.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 23:22

Roxappho a écrit:
Définition...
Quand tu marques que le développement physique individuel visible entre en ligne de compte pour ce qui est de reconnaitre s'il y a pédophilie, désolée, non.
Ca voudrait dire que tu prends en ligne de compte l'aspect de la victime pour lui reconnaitre le fait d'être la cible d'un pédophile avant même considération de son âge. A même âge notoire, tu reconnaitras qu'il y a pédophilie si la fille à peu de formes, mais pas si elle en a plus, potentiellement même si elle est plus jeune...
Tu n'as pas l'impression qu'il y a un problème?
Le problème c'est que tu mélanges deux domaines distincts: celui de la psychologie et celui du droit.
La paraphilie se définit selon l'objet du désir, pas par l'âge légal de ce qui attire.
Le droit doit pouvoir se baser sur des notions objectives comme l'âge, par exemple pour pouvoir tracer des limites.
Mais encore une fois, il n'est pas légalement interdit d'être pédophile ou hébéphile. Ce qui est interdit c'est le passage à l'acte! Les attouchements, les attentats à la pudeur, les viols... ça, c'est du domaine du droit.




Citation :

Alors explique aussi ton "diluerait ce qu'il y a de désaxé dans la pédophilie" si ce n'est pas dégager sur la cible/victime la responsabilité de l'auteur.
Désolée, mais je ne fais que te lire.
Je te repose la question: si je suis fétichiste et que je jouis en voyant des chaussures, est-ce que c'est la faute de la chaussure?
Le fait qu'un adolescent pubère ait des formes propres à son sexe ne diminue en rien la responsabilité de l'adulte qui le séduit ou en abuse.
Mais quand il s'agit d'un viol sur un enfant pré-pubère le fait qu'il n'y ait pas une once de maturation physiologique rend l'acte encore plus horrible.

Maintenant je prends l'exemple dans l'autre sens. J'ai rencontré un ado de 16 ans qui en paraissait 13 à tout cassé. Il faisait vraiment "gamin".
Légalement, il a l'âge de la majorité sexuelle.
Mais être attiré par un garçon qui fait si "gamin" c'est une déviance.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 23:47

Tant pis pour le double post, je vais préciser certaines choses:
le pédophile voit des formes propres à l'appartenance sexuelle chez un enfant qui n'en a pas.
L'hébéphile voit des formes propres à l'appartenance sexuelle chez un jeune pubère qui commence a en avoir.
En aucun cas cela ne justifie un passage à l'acte, ni chez l'un, ni chez l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 23:51

Alors Roxappho on prend des cours ?!
Revenir en haut Aller en bas
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Jeu 24 Nov 2011 - 23:59

Je ne mélange rien du tout, je ne fais que relever tes propos.

lhirondelle a écrit:
Le problème c'est que tu mélanges deux domaines distincts: celui de la psychologie et celui du droit.
Qu'est ce que je mélange en disant qu’une fille de 13 ans reste une fille de 13 ans quelle que soit son apparence.
Tu veux y voir deux domaines, il n'y en a qu'un. Tant la loi que la psychologie ne changeront pas l'âge de la fille et le fait qu'un homme s'intéresse à elle en connaissance de son âge.

Là, tu débordes sur la paraphilie en général, mais le point de départ que je ne quitte pas est quand même que tu trouvais discutable qu'on puisse parler de pédophilie si une fille avait un développement physique plus avancé. Si le gars est attiré par des filles de 13 ans avec des formes marquées, ça n'enlève rien au fait que ça soit des filles de 13 ans qui l'attirent.
Donc non, je ne mélange rien, je reste sur ce propos initial que je maintiens trouver malsain pour les raisons que j'expliquais plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 8:41

La psychologie n'est pas le droit. Tu peux marcher au plafond en chantant la marseillaise en breton, ça n'y changera rien. Je ne suis pas la seule à le dire.

Pour le moment, tu n'arrives pas à prendre de la distance par rapport à la problématique parce que tu penses avec tes tripes. Passe-moi l'expression. Tu t'identifies à la victime.

Tu n'es pas la seule à avoir eu affaire à des regards déplacés. J'ai eu mes premières règles et mon premier soutif à dix ans et demi. A onze-douze ans j'étais formée, mais dans ma classe il y avait une fille de mon âge qui ressemblait toujours... à une petite fille. D'ailleurs, à la visite médicale, le médecin ne lui a pas demandé si elle avait ses règles, comme aux autres. On le savait parce que nous le lui avions demandé.

L'été suivant, j'étais sur la plage en bikini en train de me faire sécher. Non loin de moi, il y avait un sale type dans la cinquantaine qui n'a pas détacher ses yeux de moi pendant un temps infini. J'essayais de l'ignorer mais rien n'y faisait. Et je n'osais pas le dire à ma mère.
C'est sûr que j'avais été Christelle avec un corps informe (que je comparais, à l'époque, à une patate), il ne m'aurait pas reluqué.

A douze ans, je ne me considérais plus comme une petite fille, comme une enfant. Je savais que je n'étais pas non plus "une grande", je me considérais comme une très jeune fille.

Est-ce que ça excuse le comportement de ce pervers? Absolument pas!
Est-ce que ça enlève quelque chose à la responsabilité de ses actes? En rien!
Est-ce que c'était de ma faute si à douze ans, j'avais des formes que d'autres n'ont qu'à quatorze? Non plus!

Ce taré-là ne m'a pas demandé un extrait d'acte de naissance. Et s'il avait dû subitement connaître mon âge, je pense qu'il aurait cessé de me regarder, non en raison d'un soudain désintérêt, mais à cause des répercussions au niveau judiciaire.

Quand tu lis des récits de victimes d'incestes, tu peux rencontrer des phrases comme: mon frère/ mon père a cessé de me toucher le jour où j'ai eu mes règles.
Comme tu as l'inverse aussi: le parent délictueux s'est intéressé à sa victime le jour où elle a passé le cap de la puberté.
Et ce, indépendamment de l'âge auquel ce cap a été passé.

Le fait de définir quel est l'objet du désir d'une paraphilie n'implique pas qu'il y ait eu faute de la part de la victime quand il y a passage à l'acte.
Tu penses franchement que les pervers qui s'intéressent de trop près à de jeunes mineurs sont attirés par leur âge qui est inscrit sur le front de leur victime potentielle?
C'est ce qu'ils voient de leurs yeux qui les attirent, pas un acte de naissance dans un registre bien loin d'eux, ou une mention sur une carte d'identité qu'ils n'ont pas vue.

S'il y a passage à l'acte, c'est sûr que la victime en sera davantage traumatisée si son âge apparent ne correspond pas à son âge réel. Et la justice fera bien de trancher sur base de l'âge réel de la victime.
Mais ce n'est pas sur cette base qu'on va définir ce qui a attiré le pervers.

Et tu n'as toujours pas répondu à la question: si je jouis en voyant des chaussures, la faute est-elle a imputer à la chaussure?
(entre nous, les chaussures, c'est pas mon trip! Wink )


Dernière édition par lhirondelle le Ven 25 Nov 2011 - 9:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 9:05

Encore une précision: un pervers rejettera toujours une part de sa responsabilité sur sa victime et ce qu'elle que soit son âge.
Un pédophile cherchera toujours à minimiser ses actes en affirmant que son attirance était partagée et ce, quelque soit l'âge de la victime.

Et d'un autre côté, la victime d'une agression, quelque soit sexuelle ou non, aura tendance à développer des sentiments de culpabilité. Même s'il n'y a aucune faute de sa part (un peu comme un enfant qui se demande ce qu'il a fait de mal quand il tombe gravement malade)

Qu'est-de que ça change à la responsabilité de l'agresseur?
RIEN

Un aumônier de prison a un jour raconté qu'il avait dans ses paroissiens un détraqué interné parce qu'il avait assassiné des infirmières. Toujours des infirmières, toujours de telle teinte de cheveux, toujours à telle heure et toujours à tel endroit.
En prison, c'était un détenu modèle. Mais il ne sera jamais libéré, puisqu'il est le premier à dire que la première chose qu'il ferait ce serait de recommencer. C'est pour ça qu'il est interné.
Mais est-ce que c'est la faute des infirmières avec telle teinte de cheveux?
NON!
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 10:09

Comme je te disais, je reste sur ton propos initial.

Un homme qui est attiré par les filles de 13 ans ayant des formes que l'ont trouverait habituellement sur des filles de 16 ans n'est pas la même chose qu'un homme attiré par les filles de 16 ans.
Le fait que la fille ait des formes plus ou moins développées ne change rien au fait que l'objet de désir de cet homme soit des filles de 13 ans.
Il n'y a aucune raison de considérer différemment l'attirance de cet homme envers les filles de 13 ans sous prétexte des formes de la fille.
Faire une différence en considérant un caractère pédophile ou non selon les formes de ces filles de 13 ans est dédouaner cet homme dans certains cas.

Je ne peux pas être plus claire.
Il n'est pas nécessaire de faire tout un topo sur les paraphilies, le droit, la psychologie, les vitrines de chaussures, les aumôniers de prison et la couleur de cheveux des infirmières pour comprendre ça.

lhirondelle a écrit:
Et tu n'as toujours pas répondu à la question: si je jouis en voyant des chaussures, la faute est-elle a imputer à la chaussure?
Ma réponse va être rapide: Hors Sujet
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 16:31

J'ai essayé de prendre des comparaisons pour te faire comprendre. Je vois que tout ce que tu sais faire c'est de tout tourner en ridicule.
Il n'est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Bonsoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 23:02

Je ne tourne pas en ridicule, je reste sur le sujet et ne me disperse pas.
Si tu as quelque chose à me faire comprendre sur un sujet central, ce n'est pas en partant dans toutes les directions que cela se fera.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 23:06

Le titre du sujet est:
Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie


Dernière édition par lhirondelle le Mar 29 Nov 2011 - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Roxappho
Banni une semaine
avatar

Féminin Nombre de messages : 812
Age : 32
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 23:37

Je te parle depuis tout à l'heure de ta phrase:
lhirondelle a écrit:
Je ne peux pas considérer comme pédophile un homme qui s'intéresse à une très jeune fille de treize ans, est tout à fait formée et paraît trois ans de plus de son âge. Même si cette attirance est anormale.
que je trouvais et trouve toujours malsaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
lhirondelle
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 6598
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   Ven 25 Nov 2011 - 23:40

lhirondelle a écrit:
Le titre du sujet est:
Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie
Sur ce, je te souhaite un joyeux soliloque.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paraphilie: terminologie, éthique, droit et psychiatrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» psychiatrie : droit des patients - usagers
» Master 2 - Droit de la bioéthique et de la santé
» Cours d’éthique et de culture religieuse, les parents ont perdus leur droit sur leurs enfants
» Les Difficultés de l'accès au Droit pour les patients sous contrainte psychiatrique l CRPA vs FNAPSY & UNAFAM
» PETITION :: Le changement est indispensable en psychiatrie pour une éthique de l’hospitalité !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: FORUM LAÏQUE :: Ouvrons le débat :: La famille-
Sauter vers: