Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le dolorisme et le catholicisme romain

Aller en bas 
AuteurMessage
obie 1
Exégète
Exégète


Nombre de messages : 3683
Date d'inscription : 12/06/2009

MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Sam 31 Déc 2011 - 12:39

il y a des épreuves dont tu ne pourras pas te soustraire c'est comme ça ,ni te mettre à la place des autres , effectivement il y a l'empathie, la solidarité , les prières .

Il y a des souffrances à tous les niveaux et pour toutes les consciences , chacun son lot Dieu est amour et Justice
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Sam 31 Déc 2011 - 12:50

En fin d'adolescence, j'ai eu une crise mystique (dont je ne suis pas tout à fait sortie, d'ailleurs, même si elle a changé de forme).
Lectures, discussions avec moines érudits... Et voici comment j'avais compris la mortification.

C'était "tuer l'ego en nous pour faire place à Dieu".

Même sans croire en Dieu, on peut le pratiquer. Pas tuer l'ego parce qu'il nous est nécessaire, mais le "reconnaître" et le cantonner dans sa place.

OK, ce n'est pas du tout la définition de "mortification", mais cela avait été une révélation pour moi.

Je pense qu'il y a beaucoup de sagesse universelles dans les religions, mais il faut éliminer toutes les déformations, perversions... qui la pluspart du temps sont des ajoutes postérieures à l'enseignement de base.

La pratique actuelle de la mortification est plutôt l'ascétisme (tu me corriges, lhirondellle, si je dis des bêtises). On revient à l'épicurisme de base: savoir se priver du superflu pour mieux profiter des "joies simples", qui sont bien plus profondes. Il ne s'agit donc pas de se faire souffrir, mais au contraire, de mieux jouir de la vie.

Evidemment, se priver d'un plaisir est une forme de souffrance, mais si c'est fait à bon escient, cette souffrance est passagère et conduit vers plus de sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
obie 1
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 3683
Age : 48
Localisation : loire
Date d'inscription : 12/06/2009

MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Sam 31 Déc 2011 - 12:53

C'est vrai , quelquepart pour atteindre DIEU , il faut s'oublier
Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 8033
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Sam 31 Déc 2011 - 13:26

Triskèle a écrit:

C'était "tuer l'ego en nous pour faire place à Dieu".

Même sans croire en Dieu, on peut le pratiquer. Pas tuer l'ego parce qu'il nous est nécessaire, mais le "reconnaître" et le cantonner dans sa place.
Vouloir tuer l'ego est un leurre: qui fait l'ange, fait la bête.
Mais c'est comme ça que cela a été compris autrefois: il fallait briser la volonté. Et avec de tels principes, on a fait pas mal de bouillies humaines, à côté d'une petite portion de réussite, une grande majorité de coincés, d'aigris, de revanchards...
Il faut assouplir la volonté, la rediriger, apprendre à faire la part des choses, à relativiser, mais pas vouloir démolir les gens. Dieu ne nous a pas créé pour que nous nous supprimions pour pouvoir mieux nous cloner!
Citation :

OK, ce n'est pas du tout la définition de "mortification", mais cela avait été une révélation pour moi.
La mortification veut dire: faire mourir, faire mourir une part de soi. Mais si ce n'est pas dans une optique de résurrection, autant laisser tomber.



Citation :
La pratique actuelle de la mortification est plutôt l'ascétisme (tu me corriges, lhirondellle, si je dis des bêtises). On revient à l'épicurisme de base: savoir se priver du superflu pour mieux profiter des "joies simples", qui sont bien plus profondes. Il ne s'agit donc pas de se faire souffrir, mais au contraire, de mieux jouir de la vie.
Le mot "ascèse" veut dire, à l'origine, " exercice", on est plus dans l'optique de zigouiller, mais d'avoir une discipline de vivre.

Citation :
Evidemment, se priver d'un plaisir est une forme de souffrance, mais si c'est fait à bon escient, cette souffrance est passagère et conduit vers plus de sérénité.
Mourir pour renaître!

Citation :
j'ai été voir ta conversation sur META, l'hirondelle. Je lis de temps en temps: il y a parfois des conversations intéressantes, mais quelle agressivité ambiante! Je ne supporterais pas être la cible de certains, qui caricaturent et déforment à qui mieux mieux... Ce n'est pas un dialogue, mais un pugilat.

Quelle différence avec cette conversation-ci, sur le même sujet: tout est dit, on échange...
Il y a des gens qui ont de tels a priori qu'on ne peut pas discuter avec eux. Et quand on en est venu aux attaques personnelles, là j'ai dit stop!
Ce qui est dommage c'est que j'ai été forcée à employer moi-même des écarts de langage pour qu'on accepte de me lâcher.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31500
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Sam 31 Déc 2011 - 13:35

C'est dur de partager son expérience sans paraitre dérangé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Lun 2 Jan 2012 - 17:49

lhirondelle a écrit:
L'opus Dei est un excellent exemple d'institut passéiste, réactionnaire et d'origine latine.
Une petite rectification: un cilice est une ceinture de crin!
Je vois souvent la confusion parce qu'on a parfois employé le mot: cilice de chaine, mais une chaine reste une chaine, qu'elle soit destinée au bras ou à la taille.

J'ai vu un reportage, cautionné par un vieux chanoine, où une jeune fille racontait comment elle avait été exploitée, jusqu'à l'épuisement, par l'Opus Dei. Elle était soi-disant dans une école hôtelière, en pratique elle travaillait comme une esclave pour un établissement de retraites spirituelles.
Le vieux chanoine témoignait de son dégoût et de sa répulsion face à de telles pratiques.

Il y a assez de témoignages pour pouvoir affirmer que l'Opus Dei est une dérive sectaire dans l'ECR

Tu as raison lhirondelle.
Cilice, nom masculin
Sens Vêtement de crin, ceinture portée par mortification.

Mais je pense que le mot cilice a pris un sens plus général pour désigner un objet de souffrance que l'on porte sur soi par pénitence, quel que soit cet objet.

Cela dit, on est loin du message du Christ et on est loin de toute raison en utilisant ce genre de chose. Si on a commis des fautes, des péchés ou des offenses, pourquoi ne pas donner réparation de la chose à la ou les personnes lésées?

Quant à l'Opus Dei, il est clairement malsain et guère moins dangereux que la Scientologie.


Dernière édition par Amada le Lun 2 Jan 2012 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Lun 2 Jan 2012 - 17:51

obie 1 a écrit:
tous les adeptes du dolorisme devraient avoir honte !! des gens souffrent dans leur chair et leur âme tous les jours que Dieu fait , si ils veulent vraiment savoir ce que souffrir veut dire qu'ils aillent prendre leur place


Voilà de sages paroles que j'apprécie. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Lun 2 Jan 2012 - 17:55

lhirondelle a écrit:
L'empathie est une belle vertu, mais elle ne te fera pas souffrir à la place des autres.

Lhirondelle, en ce début de l'an 2012, je voudrais te tendre la main devant tout le monde.
Si j'ai été dure et t'ai offensée, je te demande de me pardonner.
Je veux juste que nous tournions la page et reprenions des échanges normaux et détendus.
Je sais que je suis peste et emportée, parfois. Je le reconnais bien humblement.
Et je ferai des efforts, à l'avenir!

Accepte particulièrement mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 8033
Age : 55
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Lun 2 Jan 2012 - 18:06

Amada, je suis toujours prête à repartir du bon pied
Citation :

Si on a commis des fautes, des péchés ou des offenses, pourquoi ne pas donner réparation de la chose à la ou les personnes lésées?
C'est la meilleure chose à faire, en effet.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   Lun 2 Jan 2012 - 18:26

lhirondelle a écrit:
Amada, je suis toujours prête à repartir du bon pied
Citation :

Si on a commis des fautes, des péchés ou des offenses, pourquoi ne pas donner réparation de la chose à la ou les personnes lésées?
C'est la meilleure chose à faire, en effet.

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dolorisme et le catholicisme romain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dolorisme et le catholicisme romain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dolorisme et le catholicisme romain
» Quelle est l’origine de l’Eglise Catholique ?
» Le culte des saints
» Un nouveau catholicisme
» Opposition radicale qui existe entre le catholicisme et le maçonnisme, dans la façon d'apprécier l'art.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum chrétien catholique apostolique romain-
Sauter vers: