Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Révolte grecque : climat de guerre urbaine dans les rues d'Athènes

Aller en bas 
AuteurMessage
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31488
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Révolte grecque : climat de guerre urbaine dans les rues d'Athènes   Lun 13 Fév 2012 - 13:36

A Athènes, la somme des exaspérations s'est muée dimanche soir en véritable rage contre l'impasse économique et politique du pays. Un climat de guérilla urbaine d'une rare intensité a saisi la capitale grecque.

Les brancardiers de la place Syntagma se fraient un chemin entre lanceurs de pierre et forces anti-émeute près du parlement grec. Un nuage de gaz lacrymogène les enveloppe. Quelques rues plus loin, les fenêtres d'un magasin crachent des flammes.

En contrebas du parlement où les députés débattent des mesures d'austérité réclamées par les créanciers du pays, un bruit de maillet scande les slogans protestataires : un homme, le visage dissimulé, fait sauter le marbre des escaliers de la station de métro pour se constituer des munitions.

Dans les rues qui entourent la place Syntagma, de petits groupes de manifestants casqués ou encagoulés avancent vers les forces anti-émeute. Les pierres volent et rebondissent sur les boucliers transparents. Un pas en avant, deux pas en arrière, les gaz lacrymogène tirés en riposte font reculer les assaillants et tous les manifestants qui se tenaient en retrait.

"Laissez passer les secours !"

Course folle dans les rues adjacentes pour échapper au nuage blanc qui attaque le nez et brûle les yeux. Le passage des brancardiers aux vestes rouges qui viennent secourir un homme à bout de souffle provoque les applaudissements de la foule. "Laissez passer les secours!", lancent-ils à l'adresse des protestataires comme des forces de l'ordre.

Selon le ministère de la Santé, 54 blessés ont été dénombrés au cours de la soirée. Au pied du parlement, où les manifestants affluent et refluent par vagues, en fonction des heurts, un homme s'époumone au mégaphone: "avancez, remplissez la place, ne vous laissez pas intimider. Ce soir, envoyons au monde l'image de la dignité du peuple grec !"

A la fin de la soirée, une quinzaine de bâtiments sont en feu. Des manifestants ont fait usage de pistolets lance-flamme et de bombes incendiaires artisanales, en plus des habituels cocktails molotov. Visibles à plusieurs centaines de mètres, les flammes qui ravagent un magasin jouxtant l'un des plus anciens cinémas d'Athènes déchirent l'obscurité.

A minuit trente, les rues du centre-ville étaient encore interdites à la circulation par les barrages policiers. Une vingtaine de personnes qui ont tenté d'envahir la mairie d'Athènes ont été interpellées. Un vélo slalome entre les morceaux de marbre blanc et les débris noircis qui tapissent une artère centrale. En l'air au milieu de la rue, un téléphone décroché se balance au bout d'un câble.

Nouveau plan de rigueur

A l'issue de cette violente soirée à Athènes, le Parlement grec a tout de même voté dimanche en faveur du programme économique d'austérité. Parmi les nouvelles mesures, une baisse de 22 % du salaire minimum.
Les syndicats FO et CGT s'inquiètent pour la Grèce

Les leaders de FO et de la CGT ont fait part de leur inquiétude pour la Grèce. Jean-Claude Mailly (Force ouvrière) a dénoncé sur RMC et BFM/TV une "politique stupide et dangereuse conduite en Grèce", affirmant qu'il commençait "à y avoir des problèmes de famine". "Il y a des gens qui n'ont plus accès aux soins", a-t-il ajouté.

Les Grecs "en sont à plusieurs plans d'austérité successifs et la situation continue à se dégrader. (...) Il faut que la BCE ait une autre fonction que celle qu'elle a aujourd'hui, ce n'est pas suffisant de prêter aux banques, il faut prêter aux Etats directement et qu'il y ait non pas des plans d'austérité mais une mécanique de relance", a-t-il prôné.

Pour sa part, Bernard Thibault (CGT), interrogé sur LCI, a indiqué que "depuis le début, les syndicats s'inquiètent, y compris pour la démocratie dans ce pays". "Et d'ailleurs, il y a de quoi s'inquiéter pour la démocratie en Europe", a-t-il lancé, en s'indignant "de voir les chefs d'Etat se réunir début mars pour concocter un nouveau traité qui va juste généraliser et institutionnaliser la rigueur budgétaire".

"On imagine si dans notre pays" on diminuait, comme demandé en Grèce, "les pensions et salaires de 20 à 30%, il y aurait une forme de révolution", a-t-il souligné. "Ce n'est pas la faute des travailleurs grecs si le pays est dans cet état. On oublie les origines de la crise et on fait porter la responsabilité aux salariés", a-t-il dit.

AFP
Revenir en haut Aller en bas
 
Révolte grecque : climat de guerre urbaine dans les rues d'Athènes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Révolte grecque : climat de guerre urbaine dans les rues d'Athènes
» Inde : Deux éléphants sèment la panique dans des rues indiennes
» Le 15/10 partout dans le monde les gens descendent dans les rues.
» guerre sainte dans la bible ?
» guerre sainte dans la bible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Mythes et légendes :: Révélations/Interprétations/Théories :: Médias Actualités :: Politique, économie et société.-
Sauter vers: