Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'amour du prochain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Asia
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 02/01/2013

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 7:59

Je comprends bien le sentiment qu'explique Zarzou
concernant l'amour qu'une mère puisse éprouver envers
son enfant, j'ai moi aussi vécu cette même impression
à la naissance de ma fille ( il y a 19 ans maintenant ) mais
c'est toujours en moi, en "nous", et je pense que cela
restera toujours, nous sommes encore liées l'une à l'autre
peut être par un cordon invisible, ce qui n'empêche pas
de vivre notre vie indépendamment l'une de l'autre, nous ne
sommes pas dans une relation fusionnelle constamment,
comme un Amour Divin pourrait l'offrir, pourtant je pense
que l’amour maternel est ce qui se rapproche le plus de la
miséricorde divine, en cela qu’une mère sera prête à pardonner
n’importe quoi à son enfant tout simplement parce qu’elle est
sa mère, même au détriment de la logique et de la raison !!


Revenir en haut Aller en bas
Asia
Etudiant
Etudiant
avatar

Féminin Nombre de messages : 218
Age : 46
Localisation : Terre mère
Date d'inscription : 02/01/2013

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 8:04

Triskèle a écrit:
On EST les autres, le prochain, tous en restant soi-même, une conscience individuelle.

non ?

Oui ,
C'est ce qui pourrait s'appeler "l'amour altruiste" !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 8:32

c'est étrange, je n'ai pas eu du tout cette impression à la naissance de mes fils... Pour moi, ils sont "eux", des humains comme tous les autres, depuis le début. J'aimerais un enfant adopté exactement de la même façon qu'eux. Beaucoup des autres femmes que j'ai interrogées sont dans le même cas (une minorité quand même)
Vous avez de la chance ... ça doit être chouette.
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 9:44

Triskèle a écrit:
Le "flot" de ce qu'on appelle amour est à un sens, ou alors ce sont deux canaux: un aller, l'autre, "retour". Mais le vrai amour supprime même les canaux. On EST les autres, le prochain, tous en restant soi-même, une conscience individuelle.

Il me semble que tu as évoqué cela à propos de ta fille: une impression de fusion mais sans fusionner. C'est ça que je veux dire. En isoler juste le sentiment de reconnaissance pour celui qui t'apporte quelque chose est dommage, non ?

Je ne m'étendrais pas sur la question de savoir si ma fille est mon prochain. Parceque non elle ne l'est pas. Puisque je suis le prochain de ma fille, c'est moi qui prend soin d'elle, non elle qui prend soin de moi et la reconnaissance qu'elle me porte me suffit. Je souligne encore une fois que le compagnon ou le prochain est ce qui caractérise 'celui' qui prend soin de l'autre et non pas l'autre. C'est la perspective que Jésus souligne, je reste sur cette perspective, je ne peux me permettre d'ajouter ou de retrancher quoi que ce soit à ce qu'il exprimait. C'est une position personnelle...

Il n'y a pas de fusion entre ma fille et moi, ce serait déplacé et très inconfortable pour l'enfant. Une mère ne peut se comporter avec son enfant comme une amante, une épouse. La fusion peut être bonne pour un couple mais pas dans la maternité. J'aime ma fille éperdument comme Asia le manifeste tout aussi justement, nous sommes liées et libres à la fois. Mais l'enfant peut très bien s'investir dans une relation fusionnelle avec sa mère, ce n'est pas exclu, c'est à la mère de recadrer la demande afin que l'enfant ne soit pas préoccupé par des émotions trop denses. Très sincèrement, je ne pense pas que ma fille m'apporte quoi que ce soit d'autre que le chao, hahaha! Si je la prends dans mes bras c'est pour prendre ce qui génère en moi cet amour extraordinaire, elle est précieuse, sa bonne santé est mon seul souçi; qu'elle ait les joues roses, le regard pétillant, un sourire permanent sont pour moi les signes de son bonheur à elle; je m'attache à préserver ce bonheur, à le faire durer, à le rendre durable parcequ'il dépend de moi et de tous ceux qui l'environnent.

Préserver ce bonheur génère par extension de prendre en considération aussi celui des autres, de tous ceux qui gravitent autour d'elle; je suis le gérant du bon entendement, de l'harmonie. Si ma fille rencontre des problèmes sociaux avec d'autres individus, je me charge alors de rétablir une situation harmonieuse entre tous. Les histoires des petits enfants sont très fréquemment celles des adultes. La plupart des gens ne sont pas heureux dans leurs vies. Ce mal être se sont leurs enfants qui en font les frais, une mère malheureuse fait un enfant malheureux par compassion l'enfant voudrait qu'elle soit heureuse mais ce n'est pas aux enfants de faire les bons samaritains mais aux personnes responsables et conscientes de la nécessité de préserver coûte que coûte, la bonne santé des yeux pétillants et de rayonnants sourires. Rien ne m'affecte plus qu'un enfant triste et malheureux.

Il faut être heureux pour rendre heureux, il faut être apaisé pour procurer la paix. Mais un enfant, il n'y a rien de plus anarchique, de plus instable, c'est un vrai bazard. Il faut se battre pour rendre heureux, il faut lutter contre tout les dangers. Il faut s'opposer, se fâcher, corriger, consoler, rire. Tous les parents ne sont pas le compagnon idéal de leurs enfants, certains les battent, certaines mères sont la pire des ennemies... C'est un outrage à la vie. Aimer son compagnon comme soi-même ne fait pas référence à l'amour que l'on se porte parcequ'un enfant ne se porte personnellement aucun amour, mais celui de celui qui l'aime est sa référence, ce: comme toi-même, indique ce qui est reçu pas ce qui est donné. L'enfant est le receptacle de l'amour pas une fontaine de production. Il aime parcequ'on l'aime et il aime même si on ne l'aime pas mais si on ne l'aime pas, il pensera que c'est sa faute, que c'est lui qui ne vaut pas de l'être, c'est la pire chose qu'on puisse lui faire.





Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 9:57

Asia a écrit:
Je comprends bien le sentiment qu'explique Zarzou
concernant l'amour qu'une mère puisse éprouver envers
son enfant, j'ai moi aussi vécu cette même impression
à la naissance de ma fille ( il y a 19 ans maintenant ) mais
c'est toujours en moi, en "nous", et je pense que cela
restera toujours, nous sommes encore liées l'une à l'autre
peut être par un cordon invisible, ce qui n'empêche pas
de vivre notre vie indépendamment l'une de l'autre, nous ne
sommes pas dans une relation fusionnelle constamment,
comme un Amour Divin pourrait l'offrir, pourtant je pense
que l’amour maternel est ce qui se rapproche le plus de la
miséricorde divine, en cela qu’une mère sera prête à pardonner
n’importe quoi à son enfant tout simplement parce qu’elle est
sa mère, même au détriment de la logique et de la raison !!



Je dis souvent à ma fille qu'elle ne pourra jamais me décevoir, quoi qu'elle fasse; lorsque Tryskèle parle d'attente par rapport à l'autre, son enfant compris, on se retrouve dans un schéma de précarité; parceque dès lors que nous attendons quelque chose alors il y aura toujours deception. Je trouve injuste d'éprouver de la deception sur les actes d'autrui, je crois que nous n'avons pas à nous permettre de demander ( l'attente) ce que l'autre ne pourrait peut être pas donner. De même, nous ne pouvons dire que nous connaissons l'autre. Je suis souvent surprise par ce que fait ma fille et si je suis surprise c'est parceque je ne l'attendais pas. Alors, l'autre peut nous surprendre agréablement ou désagréablement mais quel droit avons nous de lui reprocher une deception qui n'appartient jamais qu'à soi-même ou de le gratifier du bien être qu'il nous procure.

Il faut vraiment apprendre à se suffir à soi-même ou l'amour tout court est impossible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 11:13

ce que vous expliquez là, je le comprends et le partage.

Finalement, cette définition de "prochain" n'est qu'une définition, si on en a des différentes, on accumule les malentendus, mais quand on s'explique, on peut à nouveau se comprendre.

Dans beaucoup de discussion, c'est cette compréhension différente des mots qui cause les oppositions, alors qu'on est d'accord sur le fond.

Merci pour ces échange agréable et constructif. C'est surtout cela que je viens chercher dans un forum: mieux comprendre des approches ou des pensées différentes des miennes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 11:52

ça doit pas être facile non plus d'avoir une mère envahissante ...

Jésus est un enseignant spirituel, il ne va pas parler de l'amour affectif, ni de l'amour passion, qu'est-ce qu'on en a à faire ? Je persiste à défendre le point de vue que le "prochain" c'est un autre soi même, c'est dans cet optique que Jésus parle d'aimer son prochain comme soi même. Celui qui découvre "Dieu" en lui le découvre en même temps dans tous les êtres car il ne voit plus que l'UN en tout. C'est à cette conclusion que sont arrivés tous les maîtres authentiques. Le reste n'est que distorsion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 12:27

c'est aussi comme cela que je comprends ce message, mais on peut aussi trouver "dieu" dans les autres.

(Je mets "dieu" entre guillemets parce que je n'y crois pas).
Revenir en haut Aller en bas
mister be
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 4882
Age : 58
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 12:54

Oui je pense que celui qui dit aimer les autres sans s'aimer soi même me pose un problème
Celui qui aime les autres en s'annihilant dans les autres au point de perdre son identité,son unicité et sa personnalité relève de la psychiatrie
Celui qui s'aime à travers l'autre pour son épanouissement égotique et narcissique en étant un frein à l'épanouissement de l'autre court à la destruction de l'autre

Aimer son prochain c'est s'aimer pour accepter ses limites de la connaissance de sa personne et c'est développer une empathie vis-à-vis de l'autre;c'est pouvoir par son amour de soi aider l'autre et soi même à atteindre son épanouissement
C'est respecter l'autre dans sa différence
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 12:59

Triskèle a écrit:
c'est aussi comme cela que je comprends ce message, mais on peut aussi trouver "dieu" dans les autres.

(Je mets "dieu" entre guillemets parce que je n'y crois pas).

mais le "dieu" dont je parle n'a rien à voir avec le bouffon de Zarzou, c'est l'inconcevable, le non né, la vacuité qui contient tous les possibles, le tout, l'infini, qui est aussi ce centre inconnu en soi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 13:39

@ Mister Be

Donc selon ton jugement Jésus s'aimait lui-même. Comment s'aimait-il ? Ben, non, je ne peux concevoir que l'on s'aime soi-même mais que l'on éprouve de l'amour pour autrui et nous aime en retour oui, ça, je le conçois.. Mais pour s'aimer soi-même ne faut-il pas nécessairement se porter en considération, en estime ? Ce qui relèverait de l'orgueil je pense à juste titre.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 13:45

Il me semble que s'aimer soi-même peut être pris dans le sens d' accepter ses qualités et défauts, faire preuve de tolérance dans ce que l'on est, ne pas se juger trop durement.
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 13:47

JR a écrit:
mais le "dieu" dont je parle n'a rien à voir avec le bouffon de Zarzou, c'est l'inconcevable, le non né, la vacuité qui contient tous les possibles, le tout, l'infini, qui est aussi ce centre inconnu en soi. Very Happy

S'il est inconcevable, je vois mal comment il pourrait être conçu déjà pour être tout à fait invraisemblable, impossible, inimaginable... ( absurditis! ) le reste n'est que verbiage stérile et incohérent puisqu'il n'y a rien de vide en la psychée de l'homme à moins d'être un légume.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 13:50

Par définition le "non né" n'existe pas!
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 13:53

juju a écrit:
Il me semble que s'aimer soi-même peut être pris dans le sens d' accepter ses qualités et défauts, faire preuve de tolérance dans ce que l'on est, ne pas se juger trop durement.

Ha ben oui Juju, je suis tout à fait d'accord avec ça. L'indulgence ne peut venir que de soi, et de celui qui en fait preuve pour lui-même alors déjà peut faire preuve d'indulgence à l'égard d'autrui. L'indulgence est une caractéristique de l'amour parmi bien d'autres choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 14:01

Je n'aime pas ce mot "indulgence", il est synonyme de "complaisance", et ça me heurte franchement!
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 14:18

juju a écrit:
Je n'aime pas ce mot "indulgence", il est synonyme de "complaisance", et ça me heurte franchement!

Certainement parceque j'en fais usage à mon égard hahaha! Je me montre complaisante à défaut de... justement! Very Happy Pour synonymes: accommodant, bénin, bienveillant, bon, charitable, clément, complaisant, compréhensif, coulant, favorable, humain, miséricordieux, patient, tolérant. Mais la justice que l'on se doit autant qu'aux autres: crois-tu vraiment qu'elle soit impartiale ?? Si je te disais que je n'ai pas les armes requises pour en juger équitablement, je te dirais la vérité. M'en voudras-tu d'être aussi misérable ? ( Te connaissant je sais que non.) Mais n'empêche que sans complaisance, je crains que l'amour ne cède la place à la haine.

Mais à bien y regarder, il disait aussi: Qui ne se hait pas lui-même ne vaut pas pour moi. Donc s'aimer avec complaisance me parait tout à fait approprié: Hahahaha! Mais tu peux très bien t'aimer sans, dans ce cas j'attends impatiemment que tu m'expliques comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 14:25

L'impartialité n'existe pas en ce bas monde, c'est évident ! C'est dommage mais c'est comme ça. Il ne faudrait plus avoir de sentiments, d'émotions, de ressentis pour être une personne impartiale.

Edit: On peut s'aimer sans complaisance mais avec tolérance, car que faire de soi s’il n'y a pas de tolérance ?
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 14:47

juju a écrit:
L'impartialité n'existe pas en ce bas monde, c'est évident ! C'est dommage mais c'est comme ça. Il ne faudrait plus avoir de sentiments, d'émotions, de ressentis pour être une personne impartiale.

Je ne partage pas ta position sur cette question. Je pense que l'impartiallité est possible lorsqu'elle s'apparente à l'amour; l'amour n'est pas objectif du tout, il ne connait pas la ration, le revenu, le dû. L'impartialité peut s'exercer comme on le trouve en droit lorsqu'il s'agit de traiter les intérêts d'un accusé. Obligatoirement un magistrat (qui est le gérant du droit) devra gérer ses émotions dans toute les situations. La justice (dans l'amour de l'autre) traite justement le potentiel émotionnel, la rétribution en reconnaissance, et on fera preuve de complaisance si la situation l'exige, il faudra qu'il y ait exigence. Il n'y a rien de plus nombreux je crois que des situations qui l'exigent.

Tu ne trouves pas que je fais preuve de complaisance avec JR ?? Moi si, j'en fais preuve au regard de certaines choses qui n'appartiennent qu'à lui, je justifies qu'il puisse se montrer outrageant ou insultant. C'est de l'impartiallité, la considération de ce qui affecte l'autre pour le rendre amer.

" L'impartialité naît d'une disposition à juger favorablement des hommes et des choses." Joseph Joubert ( J'avancerais que cette disposition soit l'amour de l'autre. On favorise l'autre. )


Dernière édition par zarzou le Ven 1 Mar 2013 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 14:53

Juju a écrit:
Edit: On peut s'aimer sans complaisance mais avec tolérance, car que faire de soi s’il n'y a pas de tolérance ?

Que je te fasse une confidence alors. J'ai bien connu un temps où je ne me supportais plus moi-même pour m'être devenu intolérable; ma raison buttait furieusement sur notre condition humaine, seule la complaisance a pu sauver la situation que je soutenais émotionnellement; on s'offrira un crédit que l'on ne mérite pas selon son propre jugement. Ce qui est magique, c'est que ce crédit revient tout autant aux autres. Pour pardonner, il faut nécessairement être complaisant parceque beaucoup de choses sont intolérables.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 15:07

C'est bien, pour une fois nos positions sont divergentes cheers

Il n'y a pas d'impartialité chez les juges, les magistrats, c'est une illusion !
Souviens-toi de Jean de la Fontaine dans "Les Animaux malades de la peste"
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.


Dans l'amour c'est pareil, on passera beaucoup de choses à celui/celle qu'on aime, mais il suffit d'un petit peu moins aimer, pour que ces petits riens deviennent insupportables.

Quant à JR, je te trouve surtout patiente, mais en même temps il est utile dans le sens où il te permet d'exprimer ton amour pour Jésus.
Il sert de trampoline Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
mister be
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 4882
Age : 58
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 15:12

zarzou a écrit:
@ Mister Be

Donc selon ton jugement Jésus s'aimait lui-même. Comment s'aimait-il ? Ben, non, je ne peux concevoir que l'on s'aime soi-même mais que l'on éprouve de l'amour pour autrui et nous aime en retour oui, ça, je le conçois.. Mais pour s'aimer soi-même ne faut-il pas nécessairement se porter en considération, en estime ? Ce qui relèverait de l'orgueil je pense à juste titre.

Very Happy

Oui Jésus s'aimait lui-même car il était qui?
je suis la Vérité dit-il!
La Vérité est la verité de connaissance et la vérité de l'ëtre
"Le Père m'aime, parce que moi, je dépose ma vie pour la reprendre ensuite". Quelques instants auparavant, Jésus mentionnait déjà le Père, à propos de la connaissance réciproque: "Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît et que je connais le Père". La réciprocité entre Jésus et les siens, entre le Pasteur et ses brebis, réciprocité de connaissance, d'amitié, d'amour, se modèle sur la réciprocité du Père et du Fils.

Comme souvent dans l'Évangile de Jean, la relation du Père et du Fils est au point de départ et au point d'arrivée; elle est la source et l'achèvement, et entre les deux, elle est le modèle contemplé. Or cet amour de Jésus pour le Père est l'amour du Fils incarné, et tant que Jésus vit sur la terre, son amour pour le Père est un amour qui s'incarne. Dans quoi? - dans l'obéissance filiale: "Le Père m'aime parce que je dépose ma vie: tel est le com­mandement que j'ai reçu de mon Père".
Acte volontraire et désintéressé!

En donnant sa vie, Jésus pose l'acte suprême de l'obéissance, et pourtant c'est le moment le plus intense de sa liberté: "Ma vie, personne ne me la prend, mais je la dépose de moi-même". Son obéissance est libre, parce que c'est l'obéissance du Fils; sa liberté se traduit en obéissance, parce que c'est la liberté du Fils.

Quelle lumière pour nous tous, en ce temps où chacune de nos existences peut se trouver traversée, crucifiée, par le mystère de l'obéissance, du service, de l'amour gratuit! Quelle force nous pouvons puiser dans ce courage et cette lucidité de Jésus! Tous, en effet, nous connaissons des moments où nous nous sentons lourds ou rétifs devant la volonté de Dieu, des heures où il nous est difficile de rester libres dans l'obéissance et de res­ter obéissants en vivant notre liberté. C'est alors qu'à la suite de Jésus, il nous faut revenir à une attitude vraiment filiale.

Tous nous sentons à certains jours que notre vie nous échappe, que notre temps s'émiette, apparemment sans résultat, que l'incertitude grandit et que l'installation ici ou là devient impossible. Les tâches journalières s'a­lour­­dissent, il faut faire face sur tous les fronts, et l'impression peut grandir en nous que notre vie nous est arrachée comme par lambeaux, et que nous sommes frustrés de la joie que nous attendions, du repos auquel nous avions droit, de l'estime ou de l'affection méritées par notre dévouement. Et la tentation peut se glisser en nous de porter le deuil de tout cela: "On me prend ma vie. On m'a pris ma vie! Je n'ai plus le droit d'exister, et je ne vis que pour les autres. Je ne reconnais plus l'homme ou la femme que j'étais!"

En songeant à ce que déjà nous avons donné, pour la vie du couple, pour l'avenir des enfants, pour le succès d'une entreprise ou d'une mission, sans regretter ces moments de fidélité, nous laissons parfois l'amertume s'infiltrer dans notre cœur, et nous dirions volontiers: "Qui pense à moi? Qui se soucie de mon bonheur? Qui a mesuré ma solitude?"


C'est là que nous rejoint la parole de Jésus, parole courageuse, tonique, merveilleuse de liberté intérieure: "Ma vie, personne ne me la prend: je la dépose de moi-même!"

Jésus passait tout entier dans le don de lui-même, sans retour négatif sur son propre bonheur, puisque son bonheur était justement de se donner: "Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir" (Ac 20,35). Lui qui a senti si fort sa solitude humaine (Jn 6,66; Mt 26,40; Mc 14,50) gardait sans cesse comme points d'appui sa certitude d'être envoyé et son désir d'entrer dans le vouloir du Père:



"Celui qui m'a envoyé est avec moi: il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît" (Jn 8,16.29).

Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 15:30

juju a écrit:
C'est bien, pour une fois nos positions sont divergentes cheers

Il n'y a pas d'impartialité chez les juges, les magistrats, c'est une illusion !
Souviens-toi de Jean de la Fontaine dans "Les Animaux malades de la peste"
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.


Dans l'amour c'est pareil, on passera beaucoup de choses à celui/celle qu'on aime, mais il suffit d'un petit peu moins aimer, pour que ces petits riens deviennent insupportables.

Quant à JR, je te trouve surtout patiente, mais en même temps il est utile dans le sens où il te permet d'exprimer ton amour pour Jésus.
Il sert de trampoline Very Happy

Tu as raison, j'adore n'être pas du tout d'accord avec toi! Hahahaha! Battons nous férocement:

Tu sais que j'aime beaucoup notre Jean de la Fontaine et tu as du remarquer que je buvais pas mal à cette source mais quand même faut pas pousser tout noir ou tout blanc c'est d'la caricature qui ne fait pas l'exception: or l'impartialité est une qualité exceptionnelle pour des coeurs exceptionnels. Une folie douce...



L'Amour et la Folie

Tout est mystère dans l'Amour,
Ses flèches, son Carquois, son Flambeau, son Enfance.
Ce n'est pas l'ouvrage d'un jour
Que d'épuiser cette Science.
Je ne prétends donc point tout expliquer ici.
Mon but est seulement de dire, à ma manière,
Comment l'Aveugle que voici
(C'est un Dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière ;
Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien ;
J'en fais juge un Amant, et ne décide rien.
La Folie et l'Amour jouaient un jour ensemble.
Celui-ci n'était pas encor privé des yeux.
Une dispute vint : l'Amour veut qu'on assemble
Là-dessus le Conseil des Dieux.
L'autre n'eut pas la patience ;
Elle lui donne un coup si furieux,
Qu'il en perd la clarté des Cieux.
Vénus en demande vengeance.
Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris :
Les Dieux en furent étourdis,
Et Jupiter, et Némésis,
Et les Juges d'Enfer, enfin toute la bande.
Elle représenta l'énormité du cas.
Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas :
Nulle peine n'était pour ce crime assez grande.
Le dommage devait être aussi réparé.
Quand on eut bien considéré
L'intérêt du Public, celui de la Partie,
Le résultat enfin de la suprême Cour
Fut de condamner la Folie
A servir de guide à l'Amour.

Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

Alors de ma folie d'y croire à ta sagesse du constat. Voilà ce que je te réserve, mais sache avant tout que c'est à sa royale majesté que je rendrais des comptes ( tout bon roi a son fou ):

Un Fou et un Sage

Certain Fou poursuivait à coups de pierre un Sage.
Le Sage se retourne et lui dit : Mon ami,
C'est fort bien fait à toi ; reçois cet écu-ci :
Tu fatigues assez pour gagner davantage.
Toute peine, dit-on, est digne de loyer.
Vois cet homme qui passe ; il a de quoi payer.
Adresse-lui tes dons, ils auront leur salaire.
Amorcé par le gain, notre Fou s'en va faire
Même insulte à l'autre Bourgeois.
On ne le paya pas en argent cette fois.
Maint estafier accourt ; on vous happe notre homme,
On vous l'échine, on vous l'assomme.
Auprès des Rois il est de pareils fous :
A vos dépens ils font rire le Maître.
Pour réprimer leur babil, irez-vous
Les maltraiter ? Vous n'êtes pas peut-être
Assez puissant. Il faut les engager
A s'adresser à qui peut se venger.

Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

PS: Note bien le : Vous n'êtes pas peut-être assez puissant (c'est éloquent). Moi je te dis que l'impartialité à encore de beaux jours idéologiques devant elle...







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 15:41

Je suis d'accord qu'à chaque règle il y a toujours son exception, mais pourquoi avec tous les avantages que comportent l'impartialité, pourquoi donc, n'y a-t-il pas plus de personnes impartiales ?
Parce que, une idéologie soit très sympathique j'en conviens, mais la réalité quotidienne nous démontre bien le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 15:42

Juju a écrit:
Quant à JR, je te trouve surtout patiente, mais en même temps il est utile dans le sens où il te permet d'exprimer ton amour pour Jésus.
Il sert de trampoline

C'est remarquable comme tu vois tout! Surtout ne lui dis rien... J'y perdrais beaucoup à me taire.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: L'amour du prochain   Ven 1 Mar 2013 - 16:28

juju a écrit:
Je suis d'accord qu'à chaque règle il y a toujours son exception, mais pourquoi avec tous les avantages que comportent l'impartialité, pourquoi donc, n'y a-t-il pas plus de personnes impartiales ?
Parce que, une idéologie soit très sympathique j'en conviens, mais la réalité quotidienne nous démontre bien le contraire.

Prenons un modèle d'impartialité: Jésus. Bien que cette qualité chez lui était unique, il insistait sur le fait qu'il soit possible de devenir aussi parfait que le père pouvait l'être ou le rendait lui-même ainsi parfait; pourquoi n'y a t'il pas plus de personnes impartiales ? Parcequ'ils sont rares ceux qui sont ainsi conduits à vivre cette impartialité... En fait, l'imparitalité serait plus un état d'esprit qu'une qualité telle la complaisance. On fera usage de complaisance mais on sera ou ne sera pas impartial. On n'use pas de l'impartialité en somme.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'amour du prochain   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amour du prochain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'amour de Dieu et l'amour du prochain
» L'Amour du prochain !
» L'amour du prochain
» Réflexion sur l'Amour de Dieu
» La croix à porter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: SCIENCES :: Sciences humaines :: Philosophie-
Sauter vers: