Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quelle théologie de la rédemption ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
zarzou1
Expert
Expert


Nombre de messages : 2832
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Ven 8 Mar 2013 - 11:41

mister be a écrit:
Les bâtisseurs de ce pont est certes D.ieu mais l'homme aussi...Chacun fait la moitié du chemin!
Je rencontre D.ieu parce que j'e veux le rencontrer et il se donne à rencontrer parce que je le demande...
Si tu t'adresses à D.ieu et qu'il te répond,tu fais de la religion

Ha, bon! Si je demande ce qu'Il me donne... Je ne dis pas: Si je demande et qu'il me donne; comme s'il suffisait de demander pour obtenir mais je dis bien: Si je demande "ce" qu'Il me donne. J'indique que je sois toujours devancée pour avoir ce qu'il me faut sans avoir à le formuler. Quelle religion est-ce que je pratique!? Puisque je ne demande rien alors que je reçois tout ce dont j'ai besoin. Le religieux est celui qui demande en permanence tout ce qu'il lui manque. Je ne manque de rien, je ne pratique aucune religion; ce serait tout à fait inutile... Dieu ne fait rien à moitié je pense, quelle drôle d'idée: Il fait ou Il ne fait pas mais une chose est sûre; Il ne se laissera jamais faire! TOUT vient de Lui.

Maintenant, on peut tout à fait avancer dans la vie la queue entre les pattes comme un chien en peine qui se traine laborieusement pour avoir conscience de ses fautes. Que cela ne fera pas un pont mais une raison suffisante pour que dieu s'en souçie. Il fera les choses jusqu'au bout mais sûrement pas ce que homme veut mais ce que Lui veut. Nul ne peut monter au ciel. A t'entendre il existe un haricot magique, tu te lances dans le potager!?

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Ven 8 Mar 2013 - 11:45

mister be a écrit:
@JP

faut-il le voir en agneau immolé(pour moi croyant c'est le cas)ou en bouc émissaire(Azazel)?
De toutes les manières,c'est par ce sacrifice que nous accédons à une autre étape de notre vie

On pourrait aussi sacrifier les fautes: ce serait plus utile.... Qu'est ce que tu en penses!? ( Fiche leur la paix à ces pauvres moutons ou Chribou va faire son vilain garçon. ) Je remarque quand même quel'on parle beaucoup de sacrifier le bien mais le mal lui, on ne le sacrifie jamais! On va le garder longtemps!? Non parceque si personne ne sacrifie le mal, il se multiplie... Or, ce que les juifs ont sacrifié sur la croix, ils l'ont fait pour la faute, considérant qu'il était une faute à lui tout seul. Ont-ils mal agi? Pas du tout! Ils ont trrrrès bien fait de le crucifier, s'ils étaient convaincus qu'à lui tout seul : il représentait une faute. Comme une impureté!

Cherchez l'erreur. ( Aucun discernement alors entre le pur et l'impur!? Sûrement. )
Revenir en haut Aller en bas
mister be
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 4883
Age : 58
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Ven 8 Mar 2013 - 12:14

Zarzou,

Matthieu 7.7. Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira.

8 Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

9 Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain?

10 Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent?

11 Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.


Jacques 4.2. …Vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas.

3 Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.


Jésus nous invite à venir à sa rencontre pour une expérience d’intimité spirituelle. ‘Venez à moi.
Il suffit de demander le chemin. Suivez l’itinéraire qu’on vous donnera. Frappez à ma porte et on pourra se voir.’ C’est alors que la présence de Dieu se fera vraiment sentir dans notre vie. Tout a commencé par une requête. Jésus tient beaucoup à ce que nous prenions l’initiative de demander à le rencontrer.
Pourquoi une telle insistance? Parce qu’en procédant de la sorte, notre foi se raffermit et établit en même temps les bases d’une communication personnelle avec Dieu.


David était pleinement conscient du regard de Dieu sur lui :

"Éternel! tu me sondes et tu me connais, Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée; Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies. Psaume 139.2 Chroniques 16:9

La Bible, Parole de Dieu, nous instruit sur la façon dont Dieu nous regarde personnellement . Il dit en substance à Noé :

"J'ai été attentif à la façon dont tu marches avec moi et je viens te donner des instructions pour te sauver toi et ta famille, car je vais détruire le monde." Genèse 6:9, 7:1.

Il fait comprendre à Abraham :

"Je te considère comme mon ami, je vais être ton compagnon de route, je vais te bénir, toi et les tiens, marche devant moi et sois intègre." Genèse 12:1-3, 17:1-8 - Jacques 2:23.


C'est pour ça que Yéshoua est venu nous donner l'exemple par son sacrifice,en prenant sur Lui nos fautes donc il est aussi bien Azazel que l'agneau immolé..;
Oui ils ont bien fait car sans cela pas de rédemption de l'humanité et c'est la puissance de D;ieu de se servir du mal pour en faire un bien

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Ven 8 Mar 2013 - 17:02

Gab aux citrons a écrit:
Je vais être terre à terre.
Si une personne me tendait une morceau de pain pour me dire "ceci est mon corps". La première pensée qui me vient à l'esprit est " je vois bien que cela n'est pas ton corps, mais du pain. que dit-tu là"
Si c'est servi avec du ketchup, tu as les deux en un!
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10734
Age : 89
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Ven 8 Mar 2013 - 19:49

janot2012 a écrit:
J-P Mouvaux a écrit:
janot2012 a écrit:

@JPM
L'allegorie que tu mentionnes est en effet directement basée sur le texte. C'est bien en celà que nous devons savoir mentionner lorsque les catholiques restent aussi fidèles au texte. La force se trouvera aussi profondément dans le sens du pain - manne-Man-Manu-Mani-Manitou aMN Amon que l'on retrouve dans d'autres traditions.
Nous sommes au centre des mysteres les plus profonds autour de l'immanence et la manifestation. Rite "magique" (au sens etymologique) de la transubstanciation.
Je ne vois pas bien de quelle "allégorie" tu parles ; mais, passons.
Celle-ci :
Citation :
Qu'à l'Eucharistie il n'y ait pas manducation et absorption "physique" du corps et du sang du Christ n'empêche pas qu'il reste le sens profond de la transmission, de "l'incorporation" d'une "énergie".

J-P Mouvaux a écrit:

Dans la théologie johannique "corps-sang" et "pain" sont étroitement liés. Voir au chapitre 6, le débat qui suit la "multiplication des pains" :

[color=darkred]6.23
Le lendemain, comme d'autres barques étaient arrivées de Tibériade près du lieu où ils avaient mangé le pain .24
les gens de la foule, ayant vu que ni Jésus ni ses disciples n'étaient là, montèrent eux-mêmes dans ces barques et allèrent à Capernaüm à la recherche de Jésus.
Completement d'accord ! il est fort dommageable d'affaiblir le sens au nom de convenances ...
Oui, je trouve aussi que ce serait fort dommage d'édulcorer le sens de ces textes.

Et je ne renie pas le terme "magique" dans le sens où tu le cites.
Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6694
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Sam 9 Mar 2013 - 9:32

Même s'il est courant de prendre Jn6 pour un discours sur la cène, l'eucharistie, cette position ne fait pas l'unanimité chez les exégètes.
D'une manière très pragmatique, le fait de mâchouiller quotidiennement 3 cm2 de farine à l'eau cuite au fer pendant plus de vingt ans ne m'a jamais procuré je ne sais quelle énergie. Le discours comme quoi cet acte aurait été le point culminant de ma journée m'a toujours laissée de marbre et peu convaincue.
Par contre la lecture quotidienne de la bible m'a bel et bien nourrie, au point de vue spirituel.

Les récits de la cène :
Citation :
Mt 26
26 Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps.
27 Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ;
28 car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.
29 Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père.

Citation :
Mc14
22Pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps.
23 Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous.
24 Et il leur dit : Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs.
25 Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu'au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu.

Citation :
Lc 22.15
Il leur dit: J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir;
16 car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu.
17 Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous;
18 car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu.
19 Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.
.20 Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

Est-ce que les disciples ont pris les mots au pied de la lettre ? ont-ils compris la cène comme un repas anthropophagique ?
Il ne semble pas. Les disciples se sont récrié quand Jésus a annoncé la trahison, mais pas quand il leur a parlé de boire et de manger son corps et son sang.
Jésus parle aussi du "fruit de la vigne" alors qu'il a fait boire une coupe de vin en parlant de son sang.
J'en déduis que lui-même comme l'assistance prenait l'expression comme symbolique, au sens figuré.

Pour ce qui est de la notion de sacrifice, si on parle de vie totalement donnée à Dieu, je suis d'accord.
Ça va même plus loin : en Jésus, l'humanité est "assumée" en Dieu, absorbée en Dieu.
En Jésus, Dieu vit pleinement l'expérience humaine y comprit la souffrance et la mort. Mais la réponse de Dieu c'est la résurrection et ce que nous appelons, dans nos termes maladroits "l'ascension".
Il ne s'agit pas pour Jésus de prendre un ascenseur divin pour remonter là d'où il vient, après une petite excursion sur le plancher des vaches.
Il s'agit d'une part d'humanité qui entre dans le champ du divin, qui crée ce pont entre Dieu et nous.
Je devrais développer en citant l'épitre aux hébreux, mais là, je dois vraiment vous quitter, j'ai des obligations.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 6:35

lhirondelle a écrit:
Est-ce que les disciples ont pris les mots au pied de la lettre ? ont-ils compris la cène comme un repas anthropophagique ?
Il ne semble pas. Les disciples se sont récrié quand Jésus a annoncé la trahison, mais pas quand il leur a parlé de boire et de manger son corps et son sang.


Et bien nous pouvons lire dans l'évangile de Jean comment les disciples vont à prime abord mal-entendre cette parole pour avoir reçu un enseignement different de celui de Jésus concernant la parole de Moïse sur les nourritures pures et impures (le lévitique). Pour reconduire correctement cet enseignement en matière de nourritures, Jésus va exprimer que rien de ce qui entre ne peut souiller les hommes puisque cela tombe dans le ventre pour ensuite être évacué à l'extérieur. On peut donc manger tout ce que l'on veut en matière de nourritures, même des crustacés sans que cela ne rende le coeur impur. Selon l'enseignement de Jésus, ces nourritures concernent essentiellement "la parole" parceque la parole est aussi nourrissante pour le coeur qu'un morceau de pain pour le ventre.

Il n'instruit pas les disciples à se remplir l'estomac en disant : mangez-moi; mais à nourrir leurs coeurs de ce qu'il leur remet: lui-même. Il leur enseigne correctement la torah de Moïse selon ce que dieu désirait et non selon ce que les hommes (les juifs) en faisaient. Il ne s'agissait donc pas de sacrifier des animaux mais de sacrifier des paroles qui s'envolent autant que le font le oiseaux.

1 Timothée 4.3 Ils empêchent de se marier, de toucher aux nourritures qu'Elohîms a créées pour être goûtées avec actions de grâces par ceux qui adhèrent et qui connaissent la vérité.

lhirondelle a écrit:
Pour ce qui est de la notion de sacrifice, si on parle de vie totalement donnée à Dieu, je suis d'accord.
Ça va même plus loin : en Jésus, l'humanité est "assumée" en Dieu, absorbée en Dieu.
En Jésus, Dieu vit pleinement l'expérience humaine y comprit la souffrance et la mort. Mais la réponse de Dieu c'est la résurrection et ce que nous appelons, dans nos termes maladroits "l'ascension".
Il ne s'agit pas pour Jésus de prendre un ascenseur divin pour remonter là d'où il vient, après une petite excursion sur le plancher des vaches.

Il s'agit d'une part d'humanité qui entre dans le champ du divin, qui crée ce pont entre Dieu et nous.

Ici, pour le moins je sacrifierais ta parole pour y trouver une impureté... Extrapoler, imaginer, deviner: est interdit. Il y a des règles parfaitement établies contre lesquelles il est impossible, je dis bien impossible d'extrapoler. Alors soit on les considère comme-elles-sont et on est "dans" la parole, soit on les considère selon ce qu'il nous arrange et on est "contre" la parole, pour être à côté de la parole;

Dire qu'une part d'humanité entre dans le champ du divin c'est mettre du chardon dans un champ de blé. Rien de ce qui est de la pensée de l'homme ne peut pénétrer le divin parceque la pensée de l'homme: est du diable. N'oublions pas la reflexion éloquente que Jésus faisait à Pierre sur cette question: Hors de moi Satan!- De fait, l'homme ne peut pénétrer dieu mais dieu pénètre l'homme. Il n'y a pas de pont que dieu ne bâtisse lui-même et ce pont ne peut être emprunté que selon la pensée du divin, l'homme doit tout laisser, tout abandonné, parceque rien de ce qu'il possède ne peut entrer au royaume de dieu. L'homme est irrecevable, mais d'un coeur pur, vide seulement;

L'homme ne se nourrit pas seulement de pain mais de tout ce qui sort de la bouche de dieu.

Revenir en haut Aller en bas
tchar
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 1416
Age : 65
Localisation : France sud-est
Date d'inscription : 12/10/2012

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 7:01

De mémoire (et je n'arrive pas à trouver la source d'origine), Victor Hugo aurait résumé le problème ainsi : "La rédemption, c'est Dieu-juste qui fait souffrir Dieu-innocent pour apaiser Dieu-bon".

Il n'a pas dû comprendre, mais quoi ?

à+
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Attila
Expert
Expert


Masculin Nombre de messages : 2778
Age : 65
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 9:48

Un dieu réputé bon et tout puissant réduit à en passer par le sacrifice abrahamique pour s'en sortir...on aurait rêvé mieux venant de lui.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
zarzou1
Expert
Expert
avatar

Féminin Nombre de messages : 2832
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 10:27

@ Janot
@ Attila

... pour une fois, serait-il possible de rester sur le sujet du topic!? ( Voici le lien qui conduit au sujet de votre discussion: http://www.forum-religions.org/t5565p380-le-bien-et-le-mal )

En parlant redemption, il serait avisé tout autant de considérer le signe de Iona qui ne devrait pas laisser un chrétien indifferent à mon avis sur la question de savoir qui sera sauvé et qui ne le sera pas: Mieux vaut prévenir alors, que mourir...



Revenir en haut Aller en bas
Attila
Expert
Expert


Masculin Nombre de messages : 2778
Age : 65
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 10:40

janot2012 a écrit:
- Si on lit la suite de l'histoire, on s'aperçoit que la "gloire" est justement de desobeir à la coutume religieuse et considérer que "Dieu pourvoira à l'objet de l'holocauste". C'est ce qui fondera le peuple hebreu.
Il est etonnant que les "croyants" choisissent justement comme "glorieux" le message contraire : la soumission à la coutume barbare plutôt que le message de l' "Ange de Dieu" !

Certes c'est très bien vu de ta part. Abraham semble la personnification d'une élévation spirituelle d'une ethnie particulière plus qu'un personnage historique, cependant ce "détail" n'ôte rien à la crédibilité du texte.
Pour ce qui est de l'interprétation dynamique de la foi d'Abraham, s'il est exact que beaucoup de croyants n'en voient qu'un aspect partiel, il me semble qu'il en est de même de sa réalisation plénière en le Christ au Golgotha...beaucoup voient le cadavre d'un homme là où seul existe l'incarnation et la persistance d'une unique vérité au service de tous.



Revenir en haut Aller en bas
Attila
Expert
Expert


Masculin Nombre de messages : 2778
Age : 65
Localisation : Ici et ailleurs
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 11:59

zarzou a écrit:
@ Janot
@ Attila

... pour une fois, serait-il possible de rester sur le sujet du topic!? ( Voici le lien qui conduit au sujet de votre discussion: http://www.forum-religions.org/t5565p380-le-bien-et-le-mal )

En parlant redemption, il serait avisé tout autant de considérer le signe de Iona qui ne devrait pas laisser un chrétien indifferent à mon avis sur la question de savoir qui sera sauvé et qui ne le sera pas: Mieux vaut prévenir alors, que mourir...

La salvation au sens christique du terme ne concerne en rien celle du corps pour ne toucher que la prédisposition de l'esprit humain confronté à son inéluctable destin terrestre.(Jean 11 : 26 quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? )
" Une génération adultère demande un signe et il ne lui sera donné que celui de Jonas..."
Pourtant des signes il en fut donnés selon l'évangile ( Matth 11/5 ) ce n'est donc pas dans ce sens restrictif qu'il nous faut comprendre le signe de Jonas mais plutôt dans le sens que l'homme adultère est incapable de voir réellement ce que signifie la croix.
La croix ne signifie pour l'homme naturel qu'un acte empreint de superstition seul apte à venir au secours de son lamentable état alors que le Christ apporte seulement et véritablement par son incarnation l'enseignement, LA GNOSE, seule apte à l'éclairer sur son véritable état spirituel.
Ainsi donc la génération adultère, l'humanité créée par un acte de tromperie et de détournement de la force créatrice, n'est non seulement pas encline à comprendre le véritable enjeu de l'incarnation christique mais de plus elle ne peut qu'interpréter faussement l'irruption de cette dernière dans son monde de tromperie, pour cette génération la croix reste un geste magique... et la seule preuve valable .

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10734
Age : 89
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 13:23

janot2012 a écrit:

Le bisciuit "hostie" ou "morceau de pain" n'a d'effet que si on l'accepte comme "corps de Christ". Sinon, rien !
Evidemment

C'est tout de même un peu fort de café qu'il faille rappeler une telle évidence.

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6694
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 15:51

Zarzou a écrit:
Et bien nous pouvons lire dans l'évangile de Jean comment les disciples vont à prime abord mal-entendre cette parole pour avoir reçu un enseignement different de celui de Jésus concernant la parole de Moïse sur les nourritures pures et impures (le lévitique). Pour reconduire correctement cet enseignement en matière de nourritures, Jésus va exprimer que rien de ce qui entre ne peut souiller les hommes puisque cela tombe dans le ventre pour ensuite être évacué à l'extérieur. On peut donc manger tout ce que l'on veut en matière de nourritures, même des crustacés sans que cela ne rende le coeur impur. Selon l'enseignement de Jésus, ces nourritures concernent essentiellement "la parole" parceque la parole est aussi nourrissante pour le coeur qu'un morceau de pain pour le ventre.
Je te mets au défi de me montrer le passage de la torah qui dit que manger des aliments impurs rend impur.
On pouvait très bien manger des crustacés ou du lapin sans en devenir impur pour autant. Cela n'empêchait pas offrir un sacrifice au temple.

Zarzou a écrit:

Ici, pour le moins je sacrifierais ta parole pour y trouver une impureté... Extrapoler, imaginer, deviner: est interdit. Il y a des règles parfaitement établies contre lesquelles il est impossible, je dis bien impossible d'extrapoler. Alors soit on les considère comme-elles-sont et on est "dans" la parole, soit on les considère selon ce qu'il nous arrange et on est "contre" la parole, pour être à côté de la parole;
Interdit par toi ? De toute façon :
Citation :
Lc 4, 51 Pendant qu’il [Jésus] les bénissait, il se sépara d’eux, et fut enlevé au ciel.
Citation :
Ph 2, 9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11 et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Citation :
Hb 9,11 Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création; 12 et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. 13 Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, 14 combien plus le sang de Christ, qui, par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant!

janot2012 a écrit:
@hirondelle. Le symbolisme n'a pas pour but de vider le sens d'un texte au nom de considerations ethiques modernes.
Au contraire pour eviter de s'égarer, il faut profondemment s'ancrer au texte, le sens explictement donné pour ensuite en deduire un sens allegorique, voire anagogique.
Par consequent la source du symbolisme de la cène est à chercher prioritairement dans le sens explictement donné :
- consommer le corps (Parole-Logos fait chair)
- boire le sang : l'âme divine, eternelle, qu'elle coule dans nos veines. L'âme se trouve dans ce sang versé qui nous permet d'accéder à la vie eternelle dont les elohims nous ont chassé à Eden.
Je ne vois pas où est le problème puisque c'est ce que je dis depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mister be
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 4883
Age : 58
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 16:10

janot2012 a écrit:
Citation :
Je ne vois pas où est le problème puisque c'est ce que je dis depuis le début.
du coup, tu contestes quoi ?
on est typiquement protestants ! on arrive à se disputer alors qu'on ne sait même plus où est la divergence !
Sur le fait que la farine de l'hostie ne devienne pas subitement de la viande humaine ?

Oui c'est sur le symbolisme que nous acceptons et dont les catholiques disent non ce n'est pas un symbole mais une réalité spirituelle

Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10734
Age : 89
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 16:25

[quote="mister be"]

Citation :
Oui c'est sur le symbolisme que nous acceptons et dont les catholiques disent non ce n'est pas un symbole mais une réalité spirituelle



La réalité spirituelle n'est pas de l'ordre du matériel ; elle est de l'ordre du symbolique. Et la poésie, de quel ordre est-elle ? Où est le problème ?
Revenir en haut Aller en bas
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6694
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 16:28

janot2012 a écrit:
Citation :
Je ne vois pas où est le problème puisque c'est ce que je dis depuis le début.
du coup, tu contestes quoi ?
on est typiquement protestants ! on arrive à se disputer alors qu'on ne sait même plus où est la divergence !
Sur le fait que la farine de l'hostie ne devienne pas subitement de la viande humaine ?
Je suis d'accord sur ça
Citation :
Par consequent la source du symbolisme de la cène est à chercher prioritairement dans le sens explictement donné :
- consommer le corps (Parole-Logos fait chair)
- boire le sang : l'âme divine, eternelle, qu'elle coule dans nos veines.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6694
Age : 54
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   Lun 11 Mar 2013 - 16:51

Je sais très bien que les catholiques ne prennent pas l'hostie pour de la chair humaine J'ai été catholique pratiquante pendant 42/43 ans, et j'ai été nonne pendant 20 ans, je connais leur catéchisme sur le bout des doigts.
Question vocabulaire:
— hostie: victime (d'un sacrifice), morceau de pain azyme consacré.
— oublie, pain d'autel : pain azyme non consacré.
Ce n'est pas du biscuit, c'est de l'eau et de la farine. Les blanches n'ont pas de goût, les brunes ont la saveur d'une croûte.
Revenir en haut Aller en bas
http://aurisquedeseperdre.skynetblogs.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelle théologie de la rédemption ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelle théologie de la rédemption ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelle théologie de la rédemption ?
» L'idéologie de la transgression
» LA THÉOLOGIE DE L'ABBÉ FRÉDÉRIC MARLIÈRE
» quelle pierre pour la chambre?
» Quelle rapport de tension à appliquer en tension contiue et en alternative en HT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum oecuménique-
Sauter vers: