Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
pauline.px
Désinscrit à sa demande


Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptySam 1 Juin 2013 - 23:18

Bonjour Dan26

Le Christ est ressuscité !

dan 26 a écrit:

Citation :
En dépit justement du primat de l'ouïe sur la vue dans une large part de la culture hébraïque, votre recherche suggère l'incomplétude de l'oralité et l'impuissance de la parole.
Ouf , il faut la faire celle là!!!


Si vous n'avez pas compris, voici un point d'entrée assez basique sur l'ouïe et la vue :
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89coute_%28th%C3%A8me_biblique%29

Si vous n'avez pas compris pourquoi je parle de l'oralité, peu importe !

Très cordialement

votre sœur
Pauline
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyDim 2 Juin 2013 - 18:24

« Ecoute, Israël : l’Eternel est notre Dieu, l’Eternel est un ! ».

Ecouter en s’oubliant soi-même, là est la voie. L’enfant écoute ses parents, l’élève écoute le maître. L’adulte n’écouterait que lui ?

« Dieu, par le fondement de tout et du rien, ce sans quoi le tout n’est rien ne trompe pas et ne se trompe pas. A partir de l’instant où nous sommes à l’écoute et posons un regard interrogateur et confiant sur le texte, Il ne peut que nous offrir sans que nous l’ayons demandé et comme en premier, un Don, celui de sa Parole, une manne qui va devenir vivifiante, un fleuve de vie qui va se dérouler devant nous et en nous. Nous sommes bien obligés d’utiliser des images pour représenter un indicible car est réellement irreprésentable le lien entre le souffle Divin et notre propre être. Avec le texte sous les yeux, nous baignons dans un flot d’incompréhensibles ? Ils ne sont que la marque de notre incapacité à représenter, la marque de notre propre finitude compensée par le fait que Dieu, respectant notre intégrité et miséricordieux devant nos élans sincères vers Lui, sait se ramener en pleine lumière ». Paroles d’un mystique.

Dan 26
Vous dites « Ok mais les angles et le triangle sont deux choses différentes désolé . C'est un sophisme de dire cela les angles composent le triangle ils ne sont pas le triangle".
Le triangle n'existerait pas s'il n'y avait pas trois angles ou trois cotés !

Un sophisme est un raisonnement fallacieux, totalement différent du sens de « image ». Cela veut dire ce que dit Aeram trois manifestations différentes et qui ne se contredisent pas, le multiple ne contredit pas l’unité.
Pour le Saint Esprit il est partie intégrante de Dieu, c’est lui qui unit Dieu à l’homme, aux hommes, il est le souffle divin qui fait Parole et harmonise et coordonne tout.
Pour le polythéisme j’ai largement répondu, je vous ai envoyé en Job pour le "nous". Et je ne m’occupe pas de l’histoire des religions ni de ce qui a pu être apporté tardivement.

« Deux conceptions totalement différentes pour moi ».

Pour vous, c’est bien mais ce n’est pas l’enseignement ni du christianisme ni ce que vivent les mystiques. Les livres de la Bible sont un tout. Les termes peuvent changer, la signification est la même.

« 298 -76 n'a jamais fait 26 désolé(qui fait 8!!!) »

Faux, revoyez votre copie. J’étais pourtant dans l’esprit de la Parole qui donne la réponse pas très loin mais personne ne voit rien.

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyDim 2 Juin 2013 - 20:54

Dan 26

Aucun enseignement n’est réservé.

L'homme n'existerait pas sans jambes, et bras, la voiture sans les 4 roues,ect.

Voilà, vous y êtes à peu près, lol.

Et pourquoi refuses tu de voir ta religion au travers de l'histoire des hommes .

Mais parce que le sujet que j’ai posé ici n’a pas besoin de l’histoire des hommes. Cette phrase est de Dieu c’est tout ce qui m’intéresse pour l’instant.

Vous confondez toujours sophisme et image avec vos hexagones et votre raisonnement imagé fallacieux, vous jouez sur les mots, c’est de le triche, parce qu’un raisonnement est une logique, une image donne à penser. lol.

Oui le cœur écoute et s’émeut. Le ramener à une simple pompe est une ineptie purement matérialiste.

Ne soyez pas toujours désolé de ne pas comprendre. Ce n’est pas grave.

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 3 Juin 2013 - 8:48

Dan 26

Dire que cette phrase est de Dieu , il faut pouvoir le prouver en dehors de sa croyance.

La croyance se suffit à elle-même. Cela n’empêche pas qu’on puisse faire une analyse comme en science, on fait un présupposé et ensuite on vérifie. Le présupposé est Dieu a fait écrire cette phrase, elle n’as pas bougé.

Il n'y a pas d'oreille sur le cœur. Si, il a en plus des yeux avec Saint Exupéry.

Tu veux comprendre c’est bien. Je recommence je l’avais déjà dit. 222 c’est 2 x 3 + 2 x 3 + 2 = 26 la Drome où j’ai vécu. C’est simplement le changement de base, on passe de la base 10 à la base 3.
Revenir en haut Aller en bas
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 3 Juin 2013 - 10:34

philippe1 a écrit:
Aeram bonjour.

Vous dite « Le zéro n'existait pas et la foi , dans ce cas précis, ne peut faire pas faire office de preuve ».

Il est vrai que la foi ne remplace pas la preuve au point scientifique puisque la foi c’est croire sans avoir vu, sans avoir compris etc c’est une conviction.

Pour ce qu’il en est du zéro, une logique ternaire peut s’en passer, il suffit de remplacer le zéro par un autre signe. Mais ce n’est pas parce que le zéro n’existait pas que se serait un interdit de l’employer puisque le message de Dieu est intemporel. Nous utilisons le zéro en notre époque, donc Dieu peut s’exprimer en notre époque par le zéro.

L'emploi du zéro répond à un problème d'écriture comptable et non à une interrogation laissée à l'appréciation des lecteurs en fonction de leur époque.
On ne dit pas: il y a zéro chose, mais il n'y à rien. Or rien ou zéro pour vous, n'existe pas dans la Genèse en écriture hébraïque. AElohîm est Unité. Il est et de fait Un , mais pas zéro - rien.
L'emploi de zéro débutant par exemple un segment de droite allant à 1. permet d'écrire par segmentation, 0.333. Cette façon de voir n'existait pas dans l'antiquité,. Seules les fractions étaient utilisées:1/3 par exemple, idem pour les angles.

Concernant ce point précis, dans Les origines sacrées des sciences modernes par Charles Morazé, vous trouverez matière à réflexion.



Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 3 Juin 2013 - 14:15

Bonjour Philippe1

philippe1 a écrit:

Pauline.px, vous dites «Nous ne savons presque rien des textes écrits par Moïse ».
Pour moi j’ai la Genèse écrite par Moïse ou quelqu’un qui notait ce qu’il disait. Je m’en tiens à la tradition. Il n’a peut être pas tout écrit.
Je respecte votre foi mais je me sens incapable de la partager.

philippe1 a écrit:

"Veuillez me pardonner mais je suis très sceptique devant ce genre de preuve. Vous donnez l'impression d'envisager toutes les possibilités, toutes les combinaisons, tous les calculs possibles. Avec un tel balayage comment ne pas trouver des structures dans n'importe quel texte "?

Premièrement je ne recherche pas de preuve ma foi suffit. Et puis je n’ouvre pas en éventail un ensemble de possibilités. Relisez attentivement vous verrez que je m’en tiens uniquement à la numération par ordre de 22 lettres.
Voilà un premier point de désaccord, assez fondamental.
Permettez-moi de développer ma pensée :

Les nombres de la Bible sont tous écrits, sans aucune exception, en toutes lettres, c’est-à-dire en transcrivant le plus exactement possible le son des syllabes prononcées.

À aucun moment les rédacteurs inspirés du Testament Premier n’ont jugé bon d’adopter des abréviations, des codages pour alléger l’écriture des nombres.
Les textes bibliques en grec adoptent des abréviations respectueuses mais jamais pour les nombres.
Les textes profanes nous informent que ces codages étaient bien connus en hébreu, en grec, en latin. Sans doute, ils n’étaient pas toujours bien normalisés (que penser des lettres majuscules de l’hébreu carré ? par exemple… que penser du six transcrit par un stipa en grec et donc inconnu des textes canoniques) mais ils existaient.
Donc, à mes yeux, l'absence d'abréviations pour les nombres dans la Bible n'est pas fortuite, elle est voulue.

Malgré les réticences que j’ai déjà exposées, j’admets l’hypothèse d’une relation entre les lettres du texte canonique et les nombres, mais ce que je ne peux pas admettre c’est d’étendre cette relation à une notation moderne de type numération de position totalement hors sujet.
Sur
בראשית
Je peux accepter que la succession:
beth – resh – aleph – shin – yod – tav donne selon la "tradition standard " :
םינשׁ
מאתים
אחד
שלש מאות
רשׁע
ארבע מאות

Autrement dit :
"deux" , "deux cents" , "un" , "trois cents" , "dix" et "quatre cents",

mais je suis incapable d’accepter l’absolument anachronique :
2 ; 200 ; 1 ; 300 ; 10 et 400.

De même selon votre procédé de transcription :
OK pour "deux" , "vingt" , "un" , "vingt et un" , "dix" , "vingt-deux"

et non pas :
« 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22 » qui n’a pas plus de sens, à mes yeux, que tout autre codage comme « II, XX,, I, XXI, X, XXII » ou encore comme vous le suggérez implicitement « 2, 202, 1, 210, 101, 211 » en base trois.

Dès lors, contrairement à vous je ne puis constater que :
philippe1 a écrit:

Bereshit est constitué que de 0 de 1 et de 2.
puisque si j'effectue votre translation numérique, je n’entends pas "zéro" et que j’entends "vingt" , "vingt et un" et "vingt-deux".

philippe1 a écrit:

"Mais si le message biblique nous pose des questions, pourquoi contiendrait-il les réponses "?
Mais parce que Dieu nous a tout donné ! A nous de nous interroger !
Bien sûr !
Et le premier livre donné par D.ieu, béni soit-Il, celui qui saute aux yeux de tout être humain même analphabète est celui du cosmos tout entier.

Et de surcroît, D.ieu, béni soit-Il, nous a tout spécialement envoyé l’Enseignant par excellence : l’Esprit Saint.

Alors, pourquoi émettre l’hypothèse que la Bible contient en secret les réponses aux questions qu’elle nous pose ?


Très cordialement

votre sœur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 3 Juin 2013 - 15:20

Bonjour Dan26

Le Christ est ressuscité !

dan 26 a écrit:
pauline.px a écrit:

C’est singulier cette obsession de « la preuve que vous demandez », cela ressemble au procédé du « pourquoi » dont raffolent les enfants et les adolescents.
Non désolé un "pourquoi "est une question, une preuve et la confirmation par des faits d'une affirmation , ceux sont deux choses très différentes .Les enfants posent des questions les adultes veulent des preuves de certaines affirmations.
Voilà…
Ce que vous voulez dire c’est que lorsqu’un adulte demande une preuve il ne pose pas véritablement une question.
Si vous voulez.

Et je retiens votre « les adultes veulent des preuves de certaines affirmations » car tout est dit dans le « veulent » et le « certaines ».

Je rappelle brièvement que d’innombrables scientifiques ont saisi l’alibi de la preuve pour lâchement nous balader pendant des décennies avec des phrases du genre « Il n’y a pas de preuve du réchauffement climatique », « Il n’y a pas de preuve du danger de l’exposition à l’amiante », « il n’y a pas de preuve que le nuage de Tchernobyl ait atteint la France » etc.
… au point que les politiques ont été forcés d’inventer le curieux « principe de précaution » qui signifie tout simplement que lorsque c’est important on se fiche pas mal des preuves.
Mais les politiques, eux aussi, nous ont présenté des preuves incontestables des armes de destruction massive de l'Iraq.

Je vous rappelle aussi que toute théorie scientifique dûment prouvée peut être fausse : Ptolémée a démontré très sérieusement pourquoi la terre ne peut pas tourner autour du soleil… et je vous invite à contester sa preuve car ce n’est pas si facile que cela.

Cela signifie que l’espace de la preuve est réduit.

Dans le domaine "religieux", on peut vouloir des preuves comme un manuscrit signé de la main de Jésus, et contresigné par Pilate, avec le sceau d’Hérode, mais personnellement je ne verrais aucune preuve là-dedans.

Néanmoins, inversement, j’admets volontiers qu’il est logiquement envisageable qu'un jour soient réunies des preuves que le vrai Jésus-Christ n’a jamais existé ou qu’il n’a pas eu du tout le destin qu’on lui prête dans le Nouveau Testament.
La preuve du faux est plus facile à exhiber que la preuve du vrai.


dan 26 a écrit:
Citation :
Mes arbitrages, mes prévisions, mes évaluations, mes confiances et mes défiances ne se nourrissent guère de preuves indiscutables mais seulement d'intimes convictions.
C'est tout à fait normal , mais si quelqu'un par exemple te dis avoir fait le 100 metres en 2 secondes, ou avoir vécu sous l'eau , pour les faits extraordinaire tu demanderas des preuves. Je ne penses pas que tu sois crédule au point de tout accepter. Ce qui serait grave !!!!
Et si le type me montre un certificat, validé par deux huissiers, d’un collège d’experts prouvant qu’il a réussi telle performance… eh bien je ne croirais pas en cette preuve.

Voilà pourquoi je répète que dans ma vie, ma vraie vie, la preuve a un rôle assez marginal puisque je suis généralement infichue de vérifier très sérieusement les preuves qui me sont proposées.
Au contraire de l’enfant qui peut renouveler son pourquoi jusqu’à satiété, il y a très vite un coup d’arrêt à ma quête de la preuve de la preuve de la preuve de la preuve…
Aussi je prétends que dans la vraie vie, ce sont les procédés prélogiques (voire a-logique), de l’analogie et de l’induction qui m’aident le plus souvent à opérer mes arbitrages.

Quelqu’un me dit « avoir vécu sous l’eau »… si c’est une personne en qui j’ai toujours eu confiance, je prendrais peut-être la peine d’essayer de valider, infirmer ou réinterpréter son affirmation…
Si c’est un type auquel je n’ai aucune raison de me fier alors, même s’il me montre sa carte officielle de sous-marinier de la Royale, je ne serais pas complètement convaincue.

Vis-à-vis de D.ieu, béni soit-Il, ce n’est pas la certitude scientifique qui m’intéresse, puisque celle-ci est relativement impuissante vis-à-vis du vrai.
Et D.ieu, béni soit-Il, est dans ma vraie vie, car je me fiche complètement du dieu des philosophes ou des savants.
Pour moi D.ieu, béni soit-Il, n’est ni une hypothèse ni une conclusion.

dan 26 a écrit:

Tu ne peux parler d'absence de message, et t'en référer aux Testaments.
Si.
J’ai logiquement le droit d’affirmer simultanément que ce n’est pas D.ieu, béni soit-IL, qui a écrit (et je ne crois pas non plus qu’Il ait dicté) la Bible et reconnaître en la Bible une source d’informations sur les relations que noue D.ieu, béni soit-Il, avec le genre humain.

dan 26 a écrit:

Un discours peut s'enregistrer que je sache
Il va falloir des prouesses logiques pour qu’un discours enregistré devienne une preuve irréfutable. La police et les Tribunaux attendent votre protocole. Les avocats sourient déjà.

dan 26 a écrit:

Citation :

Les apparentes répétitions ne sont pas le résultat de l’inadvertance d’un compilateur borné, elles sont volontaires.
À mes yeux, ces apparentes répétitions n’ont pas le même statut, on peut en discuter sur un autre fil.
Non désolé tu vas encore essayer de trouver un artifice pour venir au secours de ces vieux textes , c'est totalement inconcevable excuse moi .
Alors expliquez-nous en détail pourquoi ceux qui ont compilé, puis ceux qui ont remanié, puis ceux qui ont révisé, réactualisé et enfin recopié ont laissé ces répétitions bien qu’à vos yeux elles n’aient aucune pertinence.
On s’accorde à dire que les livres les plus anciens du corpus biblique ont mis des décennies voire des siècles à se "figer" dans l’état (ou les états) que nous leur connaissons, alors pourquoi si elles n’ont pas de sens ces répétitions si visibles sont-elles restées aussi hautement proclamées ?

dan 26 a écrit:

Citation :
Que vous fassiez le singe ne montre pas grand-chose d'autre que votre talent dans ce domaine.
Mon talent est un miroir , ça fait drôle n'est ce pas ?
Ce qui fait drôle c’est votre goût pour le commentaire ad personam au détriment de la discussion sur le fond.
Mais je devrais sûrement être flattée.

Très cordialement

Votre petite sœur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 3 Juin 2013 - 16:31

Aeram bonjour

Le rien n’existe pas d’accord. Il est une commodité de rangement. En effet on peut se passer du zéro, la preuve dans l’utilisation des 22 lettres de l’alphabet où le zéro n’a pas de lettre. On va de 1 à 22 compris.
Le zéro est implicite puisque le cycle de sept est un ensemble qui se referme sur lui. Et donc les autres nombres à partir de 8 recommencent un cycle de 7.

Je ne connais pas cet ouvrage ni cet auteur.

Pauline.px

Vous dites OK pour "deux" , "vingt" , "un" , "vingt et un" , "dix" , "vingt-deux" et non pas : « 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22.

Là je ne vois pas la différence entre l’écrire en lettre ou en nombres.

Ah non ! La suite ce que vous dites 2, 202, 1, 210, 101, 211 découle du précédent 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22 effectivement, mais vous êtes passés d’une base qui est déjà en base 3, vous avez considéré qu’elle était en base 10 et l’avez reconverti en base 3. Vous avez bien appliqué la règle de conversion mais c’est le contraire qu’il faut faire. Et moi j’aurais du dire il faut considérer cette série comme étant en base trois.
En partant de ( 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22 ).
A gauche les nombres en base 3. A droite leur signification en base 10
2.........................c’est 2.
20 devient 2 x 3 + 0 = 6
1.........................reste 1
21 devient 2 x 3 + 1 = 7
10 devient 1 x 3 + 0 = 3
22 devient 2 x 3 + 2 = 8

D’où le résultat 261738 . Là vous n’entendez pas le zéro ! C’est ce que je dis à Aeram le cycle se referme non pas sur un zéro mais sur le sept, ce nombre étant l’intermédiaire entre la base 10 et la base trois. Le rien n’existe pas, il n’existe que la relation.

Je m’excuse de vous donner tant de travail, mais je vois que sincèrement vous vous êtes appliquée.

Amicalement


Revenir en haut Aller en bas
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 3 Juin 2013 - 16:56

philippe1 a écrit:
Aeram bonjour

Le rien n’existe pas d’accord. Il est une commodité de rangement. En effet on peut se passer du zéro, la preuve dans l’utilisation des 22 lettres de l’alphabet où le zéro n’a pas de lettre. On va de 1 à 22 compris.
Le zéro est implicite puisque le cycle de sept est un ensemble qui se referme sur lui. Et donc les autres nombres à partir de 8 recommencent un cycle de 7.



Le zéro n'est pas implicite. Historiquement et cosmologiquement il n'existe pas, même pas en relation . AElohîm est Un en tant que puissance animatrice, et Tohu bohu ("chaos") est une puissance d'être dans une puissance d'être.

Qu'appelez-vous un cycle sept ?




Dernière édition par aeram le Lun 3 Juin 2013 - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMar 4 Juin 2013 - 9:27

Aeram bonjour.

Le zéro n'est pas implicite. Historiquement et cosmologiquement il n'existe pas, même pas en relation . AElohîm est Un en tant que puissance animatrice, et Tohu bohu ("chaos") est une puissance d'être dans une puissance d'être.



Que le zéro ne soit pas implicite je ne le comprends pas. Tout comptage a besoin d’un signe, zéro ou similaire.

Au niveau épistémologique on ne peut se passer de la logique dual le tout et le rien ( 0 ), l’être et le néant, sinon aucun langage n’est possible. Quelque chose est ou n’est pas ( 0 ) c’est la logique du tiers exclus. C’est Parménide qui disait un peu rapidement « L’être du non être et de ne pas être, donc l’être est ».
Ce qui pour simplifier on ne peut concevoir quelque chose sans concevoir et poser également son contraire. Une trialectique fait mieux. Elle inclue ce néant avec un état intermédiaire qui se nomme état T en parlant de potentiel, de semi potentiel-réalisé puis réalisé. Ceci en parfaite adéquation avec la pensée hébraïque. La relation devient première et c’est elle qui fonde l’existence..

En cosmologie le Big bang est cet état limite, une singularité qu’il est impossible d’atteindre car nous sommes tributaires de l’espace temps C’est cette puissance du tout et du rien qui a développé ce phénomène et la création de l’espace.
Au niveau philosophique certains comme Leibnitz diront tous les possibles sont comme les impossibles en état de devenir.
Au niveau religion nous pouvons dire ceci Dieu ne peut être qu’avec sa création sinon Il n’est rien. Et nous devons inverser la phrase aussi, nous serions poussière et cendre (0 ) Ce qui fait que chacun est en relation avec Dieu, et l’ensemble de la création.
Donc je ne comprends pas cette insistance de ne pas tenir compte du zéro puisque depuis que l’homme compte il l’a utilisé et qu’il est implicite au niveau cosmologique et épistémologique avec la logique du tiers exclus.

Un exemple. Compter en base 12 se fait avec les phalanges. Quand on a compté cette quantité 12 sur une main avec le pouce de celle ci, on marque cette quantité 12 sur la première phalange de la main droite avec le pouce. Cette marque équivaut au 1, ce qui veut dire qu’on peut reprendre le comptage à partir de la main gauche. Mais la numération de position a ajouté le zéro par commodité d’écriture.

Dan 26 bonjour
Pourquoi le dernier chiffre n'est il pas multiplié par 3 ?

Exemple en base 10. 222 c’est ceci 2 x 10 + 2 x 10 + 2 = 222. je recommence différemment. 2 x 10 = 20. 20 + 2 = 22. 22 x 10 = 220. 220 + 2 = 222 Le multiplicateur est 10.
En base ternaire le multiplicateur est 3.d’où ce que je disais. 2 x 3 = 6. 6 + 2 = 8. 8 x 3 = 24. 24 + 2 = 26 C’est ça la règle. Il n’y a que le multiplicateur qui change. C’est pourtant plus simple que la vieille règle de trois !
Revenir en haut Aller en bas
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMar 4 Juin 2013 - 11:49

philippe1 a écrit:


Que le zéro ne soit pas implicite je ne le comprends pas. Tout comptage a besoin d’un signe, zéro ou similaire.

Au niveau épistémologique on ne peut se passer de la logique dual le tout et le rien ( 0 ), l’être et le néant, sinon aucun langage n’est possible. Quelque chose est ou n’est pas ( 0 ) c’est la logique du tiers exclus. C’est Parménide qui disait un peu rapidement « L’être du non être et de ne pas être, donc l’être est ».
Ce qui pour simplifier on ne peut concevoir quelque chose sans concevoir et poser également son contraire. Une trialectique fait mieux. Elle inclue ce néant avec un état intermédiaire qui se nomme état T en parlant de potentiel, de semi potentiel-réalisé puis réalisé. Ceci en parfaite adéquation avec la pensée hébraïque. La relation devient première et c’est elle qui fonde l’existence..



Le néant ou rien concept occidental n'existe pas dans cette cosmologie proche-orientale vieille de 3200 ans environ. Il existe, dans la pensée de l'auteur, un état nommé Tohu bohu, traduit par "chaos", cet état doit être considéré d'une part comme potentiel (en puissance d'être),et d'autre part en équilibre et en déséquilibre sur lui-même. Il s'agit là, au regard des choses à venir (incarnations), de l'inaccompli, dont la grammaire et en particulier la conjugaison des temps verbaux suit l'idée.

Ce concept justifie la traduction suivante (chapitre Un, verset deux): " Et la terre existait puissance contingente d'être dans une puissance d'être (tohu bohu).

Le tohu bohu ou "chaos" ne vaut pas zéro ou rien, mais est l'unité de départ, dans lequel AElohîm impulse un mouvement animateur entre deux forces opposées: l'une extensive , signifiée par la lettre Lamed ou L et l'autre compressive, représentée par la lettre Kaph ou C. Ceci justifie la suite du verset deux: " et l'obscurité (avec un Kaph final) force compressive et durcissante, etc.).


De fait le dual n'existe pas dans la Genèse en écriture hébraïque, le livre ou Sepher peut être ouvert ou fermé et encore ouvert et fermé tout à la fois. La thora avec ses deux spires jointes en est la représentation.


ps:
et le cycle sept ?









Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMer 5 Juin 2013 - 8:57

Aeram

Vous dites "Le tohu bohu ou "chaos" ne vaut pas zéro ou rien" ; d’accord pour vos explications sur le tohu bohu qui est pour moi le désordre que Dieu va mettre en forme. Je n’ai pas dit qu’il était zéro.

Le Sepher peut être ouvert ou fermé et encore ouvert et fermé tout à la fois.

Même si je ne comprends pas très bien, je vois que vous employez deux mots antithétiques, ouvert (et-ou) fermé. Vous êtes bien dans le dual !

Pour le 7 voici ceci très significatif, le rappel par les nombres de l’importance du shabbat shin beth tav. 21. 2. 22 soit 7 2 8 et en racine le nombre 7.
Revenir en haut Aller en bas
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMer 5 Juin 2013 - 11:22

philippe1 a écrit:
Aeram

Vous dites "Le tohu bohu ou "chaos" ne vaut pas zéro ou rien" ; d’accord pour vos explications sur le tohu bohu qui est pour moi le désordre que Dieu va mettre en forme. Je n’ai pas dit qu’il était zéro.

Le Sepher peut être ouvert ou fermé et encore ouvert et fermé tout à la fois.

Même si je ne comprends pas très bien, je vois que vous employez deux mots antithétiques, ouvert (et-ou) fermé. Vous êtes bien dans le dual !

Pour le 7 voici ceci très significatif, le rappel par les nombres de l’importance du shabbat shin beth tav. 21. 2. 22 soit 7 2 8 et en racine le nombre 7.


Même si je ne comprends pas très bien, je vois que vous employez deux mots antithétiques, ouvert (et-ou) fermé. Vous êtes bien dans le dual !

Non!, il y a une subtilité , un saut ontologique:

(Fermé/ouvert) + ( mouvement/ fermé et ouvert) /2 =

(Pé/samekh) + (Res/Pé+samekh) /2 =

(80/6O) + (200/140) / 2= 1.38076 ou 1+ 1/ Phi puissance 2 ou encore 1+ 1 / 2.618.= 1.3819.





Ps: puisque vous vous référez au grecs, Anaximandre dont se réclamait Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre.

Concernant l'être chez Parménide, la lettre êta, se référant au souffle, pneuma (réformée vers 403) semble être à l'origine de votre citation. (voir Les trois écritures. Clarisse Herrenschmidt. Chez NRF, 2007, mais le sujet n'est pas là.

" d’accord pour vos explications sur le tohu bohu qui est pour moi le désordre que Dieu va mettre en forme"

un désordre ordonné:
Fichiers joints
Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Attachmentimage-3011.gif
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(6 Ko) Téléchargé 3 fois


Dernière édition par aeram le Mer 5 Juin 2013 - 11:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMer 5 Juin 2013 - 11:23

aeram a écrit:


Ps2: mais en quoi 7 est-il cyclique?

Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyJeu 6 Juin 2013 - 7:25

dan 26 a écrit:
aeram a écrit:


" d’accord pour vos explications sur le tohu bohu qui est pour moi le désordre que Dieu va mettre en forme"

un désordre ordonné:
Pourquoi avoir laisserle désordre se mettre en place, pour le réorganiser plus tard ? Mis bon!!!
amicalement

personne laisse mettre le désordre en place.......
ordre et désordre, justice ou iniquité sont des termes utilisés là pour être compris.
Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyJeu 6 Juin 2013 - 8:44

Bonjour à vous.

Dan 26.

C'est exactement ce que je dis les chiffres et les lettres de France 2!

Pas du tout vous continuez à jouer la carte de la stupidité. Le calcul que j’ai développé s’applique à n’importe quel nombre, la méthode ne change pas. Pour votre exemple chiffre lettres il faut chaque fois trouver une astuce différente.

Aeram.

Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre.

Entre nous il ne devait pas avoir lu la Thora pour attribuer le nombre 1 à la terre ! Mais c’était le géocentrisme de l’époque !

« un désordre ordonné »: Ceci ne veut rien dire. En science il y a l’entropie (l’ordre) et d’un autre coté la néguentropie (le désordre). Et d’ailleurs sur le plan cosmologique le désordre (incréé) a contrecarrer l’ordre qui a suivi. Je constate que la Bible ne se trompe pas la lumière étant la première manifestation de l’ordre. N’oublions pas la personnification de ce désordre sous les noms divers serpent diable satan etc.

Je n’ai pas travaillé spécialement sur ces cycles. Ils sont clairement exprimés en Daniel avec ses 490 ans et les cycles de 7 ans et 70 ans. Même Jésus y fait référence en Mathieu 21 / 22 Jésus lui dit: "Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois ».

Un cycle est le retour d’une situation qui se referme sur elle même et recommence en répétitif. Ceci correspond tout à fait en psychologie au comportement de l’enfant qui va répéter sans cesse un geste ce qui au bout d’un certain temps va lui faire découvrir une nouvelle situation possible. C’est comme la montée en puissance, comme un fréquence, vers une éclosion.

Votre schéma je ne le comprends pas du tout. Est-il inspiré de Dieu ? Sur quelle base cette disposition des lettres dans ce cercle en faisant des additions pour arriver à 19 et 20 ? Ceci est il extrait de la Thora ?

Amicalement à vous
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyJeu 6 Juin 2013 - 9:44

philippe1 a écrit:


Aeram.

Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre.

Entre nous il ne devait pas avoir lu la Thora pour attribuer le nombre 1 à la terre ! Mais c’était le géocentrisme de l’époque !

« un désordre ordonné »: Ceci ne veut rien dire. En science il y a l’entropie (l’ordre) et d’un autre coté la néguentropie (le désordre). Et d’ailleurs sur le plan cosmologique le désordre (incréé) a contrecarrer l’ordre qui a suivi. Je constate que la Bible ne se trompe pas la lumière étant la première manifestation de l’ordre. N’oublions pas la personnification de ce désordre sous les noms divers serpent diable satan etc.

Je n’ai pas travaillé spécialement sur ces cycles. Ils sont clairement exprimés en Daniel avec ses 490 ans et les cycles de 7 ans et 70 ans. Même Jésus y fait référence en Mathieu 21 / 22 Jésus lui dit: "Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois ».

Un cycle est le retour d’une situation qui se referme sur elle même et recommence en répétitif. Ceci correspond tout à fait en psychologie au comportement de l’enfant qui va répéter sans cesse un geste ce qui au bout d’un certain temps va lui faire découvrir une nouvelle situation possible. C’est comme la montée en puissance, comme un fréquence, vers une éclosion.

Votre schéma je ne le comprends pas du tout. Est-il inspiré de Dieu ? Sur quelle base cette disposition des lettres dans ce cercle en faisant des additions pour arriver à 19 et 20 ? Ceci est il extrait de la Thora ?

Amicalement à vous

"Anaximandre dont se réclamait Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre."
Et non pas par zéro.

qu'est-ce le désordre ordonné?:
une suite de nombres 1 à 12 sans ordre processionnel apparent, mais dont la répartition quaternaire définit un ordre-un équilibre.

"Sur quelle base cette disposition des lettres dans ce cercle en faisant des additions pour arriver à 19 et 20 ?"
Essayer d'ordonner ces nombres autrement.
Tohu Bohu -chaos-ordonné dit de lui, qu'il est le bruit, le son. 20/19= 1.052 ou valeur approchée du 1/2 ton (si-Do, 256/243=1.0535) ou encore l'altération Hé ou souffle.

"En science il y a l’entropie (l’ordre) et d’un autre coté la néguentropie (le désordre)"
Que vient faire la science moderne ici? D'ailleurs s'il un // devait s'établir cela serait avec la théorie du chaos mettant en avant l'émergence d'un ordre.

"l’entropie (l’ordre) et d’un autre coté la néguentropie (le désordre)"
l'inverse.

"Un cycle est le retour d’une situation qui se referme sur elle même et recommence en répétitif. "
Géométriquement le cycle 7 présente une "surcomplétude".
Fichiers joints
Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Attachmentimage2254.jpg
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(19 Ko) Téléchargé 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyJeu 6 Juin 2013 - 11:34

Bonjour Philippe1

philippe1 a écrit:
Vous dites OK pour "deux" , "vingt" , "un" , "vingt et un" , "dix" , "vingt-deux" et non pas : « 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22.

Là je ne vois pas la différence entre l’écrire en lettre ou en nombres.
Il me semble que le constat selon lequel bereshit n'utilise que des 0, des 1 et des 2 repose sur la numération décimale de position appelée couramment numération arabe.
Vous ne pourriez pas trouver de 0 de 1 et de 2 ni dans l'écriture en toutes lettres, ni dans la numération hébraïque, ni dans la numération grecque ni dans la numération latine.

Les nombres existent en l'absence de tout système de codage.
Nous les disons, nous les entendons, ils se traduisent par des mots bien avant de se traduire par des symboles selon des conventions arbitraires et historiques.
La numération arabe est tardive et n'a rien d'ontologique.

En toute rigueur il n'y a pas de raison de ne pas directement passer en base deux
... ou base sept si on accorde un statut particulier au nombre sept.

philippe1 a écrit:

Ah non ! La suite ce que vous dites 2, 202, 1, 210, 101, 211 découle du précédent 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22 effectivement, mais vous êtes passés d’une base qui est déjà en base 3, vous avez considéré qu’elle était en base 10 et l’avez reconverti en base 3. Vous avez bien appliqué la règle de conversion mais c’est le contraire qu’il faut faire. Et moi j’aurais du dire il faut considérer cette série comme étant en base trois.
Je ne crois pas.
Je n'ai pas du tout utilisé la base dix.
La transcription en base trois découle des nombres indépendamment de leur notation, il me suffit de faire des petits tas avec des cailloux (calculs).
Je n'ai aucune raison de passer par l'intermédiaire d'une écriture décimale en chiffres.

Ce que je soutiens c'est qu'il y a une réalité : le nombre entier, cette réalité est associée à signifiant qui s'exprime dans une langue précise.
Si j'écris sur le sable IIIIIIIIIIIIIIIIIIII, j'ai représenté un nombre, le signifié du signifiant "vingt", signifiant qui n'a ce sens-là, probablement, qu'en français.
Le lien fondamental est un lien oral.
Et la Bible est claire à ce sujet : les nombres, comme tout le reste, sont écrits selon leur oralité dans la langue sacrée.

Et les codages, les abréviations, et autres numérations non bibliques ne font qu'transcrire le mot/nombre, ils ne le disent pas.
C'est au lecteur d'opérer le décodage, et un lecteur juif du premier siècle ne lira rien s'il voit par exemple "20".

Le nombre "vingt", ou plus exactement le mot "vingt" peut s'abréger ou se transcrire (c'est à dire transférer dans un autre codage) de multiples façons :
Avec juste un kaph, en hébreu.
Et, là, le lecteur juif du premier siècle comprendra "vingt" s'il sait qu'il faut lire un nombre, sinon il pensera à "comme" ou "quand", etc. ;

mais il est possible d'écrire juste un kappa, en grec ;
ou deux X en latin ;
ou 10100 en base deux ;
etc.
on peut tout faire, et même inventer son propre système d'abréviation.

Mais aucune de ces conventions n'est biblique, aucune de ces conventions n'a de caractère sacré.

philippe1 a écrit:

En partant de ( 2 , 20 , 1 , 21 , 10 , 22 ).
A gauche les nombres en base 3. A droite leur signification en base 10
Une petite remarque en passant :
de leur propre point de vue toutes les bases sont des bases 10, puisque deux s'écrit 10 en base deux, trois s'écrit 10 en base trois, etc.
Mais il n'y a qu'une seule base dix (celle où dix s'écrit 10), qu'une seule base trois (celle où trois s'écrit 10), qu'une seule base seize (celle où seize s'écrit 10)...
Ce détail montre le caractère éminemment relatif des numérations de position.

Puis, comme je vous l'ai dit, je ne puis partir d'un 2 mais seulement d'un deux, pas d'un 20 mais seulement d'un vingt...

philippe1 a écrit:

20 devient 2 x 3 + 0 = 6
Je reconnais que j'ai la nuque raide et que je peine à comprendre.
Mais sincèrement à mes yeux,
la succession écrite "2 suivi de 0" traduit le nombre "vingt" (abrégé éventuellement sous la forme de la lettre kaph ou de la lettre resh sans que ce genre d'abréviation soit biblique).

Par conséquent, ce codage "2 suivi de 0" pour le mot "vingt" ne peut pas avoir d'autre sens que deux dizaines et aucune unité,
cette séquence de deux symboles ne peut pas signifier deux trios et aucune unité, pas plus qu'elle ne peut signifier deux semaines et aucun jour.

Bien sûr, si ce 20 tombait comme un cheveu sur la soupe, je pourrais opter pour n'importe quel système de numération et attribuer n'importe quel sens à ce 20 (vingt, six, quatorze, trente-deux, etc...).
En revanche, je ne peux pas attribuer d'autre sens à "vingt".

philippe1 a écrit:

D’où le résultat 261738.
Je suis perplexe...
Comment lisez-vous votre résultat ?


philippe1 a écrit:

Je m’excuse de vous donner tant de travail, mais je vois que sincèrement vous vous êtes appliquée.

En retour, je vous prie d'accepter toutes mes excuses pour mes ratiocinations.


Très cordialement

votre sœur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyVen 7 Juin 2013 - 12:49

Bonjour Dan26

dan 26 a écrit:
aeram a écrit:
dan 26 a écrit:

Pourquoi avoir laisser le désordre se mettre en place, pour le réorganiser plus tard ? Mais bon!!!
amicalement
personne laisse mettre le désordre en place.......
ordre et désordre, justice ou iniquité sont des termes utilisés là pour être compris.
peu importe cela semble assez contradictoire pour un dieu omni tout!!!

Vous avez raison de souligner le caractère antinomique de toute Création.
Si seul D.ieu, béni soit-Il, est parfait alors pourquoi crée-t-Il l'imparfait ?

Mais si D.ieu, béni soit-Il, a créé le Temps, la Chronologie, l'Histoire, l'Évolution... il n'est pas absurde de penser qu'Il a souhaité qu'il y ait un début et une tendance.
Vous semblez regretter que tout ne soit pas figé dans un ordre parfait.

Or, force est de constater que tout n'est pas figé.

Malgré la notion d'adaptation, les darwinistes ne nous disent pas vraiment pourquoi ça bouge, ça change, ça évolue...
s'ils sont athées ils affirmeront qu'il ne faut y voir ni une intention, ni un projet, mais seulement l'effet du bouche-trou conceptuel : le merveilleux hasard.
s'ils ne sont pas athées, les darwinistes s'interrogeront peut-être sur l'idée, l'éventualité, l'hypothèse... ou non d'un projet, d'une intention, d'un dessein sous-jacent à cette évolution incontestable, incontestable mais surprenante.

Si le temps joue un rôle dans le dessein divin alors l'évolution ne nie pas votre attribut omni-tout.

Très cordialement

votre soeur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptySam 8 Juin 2013 - 17:25

Bonjour à vous tous

Dan 26

Vous dites « Cela prouverait bien que vous définissez la réponse qui vous convient, et qu'ensuite vous essayez de trouver la combinaison mathématique qui correspond ».
C’est incroyable ceci. Alors dites moi ce qui a été défini au départ que je l’apprenne ! La série que j’ai dévoilé n’a pas été voulue au départ, je vous ai même dit qu’avait été calculé le taux de chance minimum pour y arriver ce qui supposerait un génie mathématique au secours !

cela démontre juste que le NT a été ecrit avec l'AT.

Bien sur il n’y a pas de démonstration à faire chaque écrivain s’est appuyé sur les autres par le Saint esprit.

Aeram.

Vous dites « la théorie du chaos mettant en avant l'émergence d'un ordre ».

Exactement. Mais il serait une erreur de croire que le chaos, sans être ordonné n’aurait pas ses lois à lui, ce sont les lois du quantique qui n’ont rien à voir avec l’ordre classique.

"l’entropie (l’ordre) et d’un autre coté la néguentropie (le désordre)"

L’ordre en tant que potentiel est premier, « Bereshit est parfait) mais le désordre s’installe immédiatement et Dieu réalise une première mise en forme d’une part de ce désordre.

Géométriquement le cycle 7 présente une "surcomplétude".

Si vous voulez mais je ne le vois pas ainsi, pour moi le nombre 7 est simplement signe de la perfection achevée lol , comme si je disais ouf je suis fatigué nous allons voir ce qui se passe. La symbolique des nombres je l’extrait des mots qui les portent.

"Anaximandre dont se réclamait Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre."
Et non pas par zéro.
Moi non plus, la comptabilité va de 1 à 22, deux nombres qui sont dans la branche verticale de la Menora.

Je vous parle de Dieu intemporel et vous me parlez d’Anaximandre qui n’utilisait pas le zéro bien sur ! Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie.

une suite de nombres 1 à 12.

Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?

Pauline.px

Les nombres existent en l'absence de tout système de codage. Nous les disons, nous les entendons, ils se traduisent par des mots bien avant de se traduire par des symboles selon des conventions arbitraires et historiques. La numération arabe est tardive et n'a rien d'ontologique. En toute rigueur il n'y a pas de raison de ne pas directement passer en base deux ... ou base sept si on accorde un statut particulier au nombre sept.

Dieu est intemporel et est capable de nous dévoiler en langage moderne, ici en langage mathématique, un message à partir d’une structure logique.

Le choix de la base trois est né du premier constat Dieu est en troisième position dans cette phrase d’où l’incitation à considérer cette première série en base ternaire puisque est dit que Dieu est trois en un. C’était le choix le plus simple. La suite du calcul a donné raison à cette intuition le premier nom de Dieu est en troisième position et de surcroît a comme nombre racine le 3. Dans toute recherche Dieu guide toujours, il faut Le suivre.

Ce détail montre le caractère éminemment relatif des numérations de position.

Bien sur mais tout passage d’une base à une autre est possible.

Puis, comme je vous l'ai dit, je ne puis partir d'un 2 mais seulement d'un deux, pas d'un 20 mais seulement d'un vingt...

J’ai bien compris c’est comme si vous refusiez toute traduction. Vous le dites « "2 suivi de 0" pour le mot "vingt" ne peut pas avoir d'autre sens que deux dizaines et aucune unité ?

D’accord mais à ce moment là vous ne pourrez jamais calculer par exemple le nombre 666 où est expressément demandé un calcul et trouver le nombre ou comprendre le nombre 153, vous vous fermez une part de la connaissance. Je fais remarquer que cette étude n’a jamais eu le but de découvrir ce calcul. Il n’arrive qu’en dernier, comme cerise sur le gâteau.

Je disais 261738 Comment lisez-vous votre résultat ?

Mais le plus simplement possible. C’est une suite de 6 chiffres composant un nombre. Et croyez moi, ces chiffres ne sont pas du hasard. En exemple les 3 premiers chiffres formant le nombre 261 se retrouve en symétrique miroir avec le nombre de L’Adam, lui même déjà contenu en puissance dans 261. Le 2 est d’ailleurs la racine du nom de Dieu YHWH- ALHYM. Et ceci sans aucun déplacement de lettre, en remplaçant juste les lettres par leur nombres respectifs. Il faudrait que je vous présente un diagramme sagittal pour montrer comment chaque lettre ou groupe de lettre engendre les suivantes. On le voit déjà immédiatement avec BRA se projetant à l’extérieur pour former (Bereshit) bra....

Vous avez raison de souligner le caractère antinomique de toute Création. Si seul D.ieu, béni soit-Il, est parfait alors pourquoi crée-t-Il l'imparfait ?

L’antinomique de la création est évident au regard de notre logique du tout ou rien. La science ne sait résoudre. La logique ternaire peut dépasser cette situation comme je l’ai dit.


Revenir en haut Aller en bas
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptySam 8 Juin 2013 - 17:58


Pauline.px

Je reviens sur ce que vous disiez « pourquoi Dieu aurait crée l’imparfait ». Je suis sidéré de voir que vous posez la question alors que vous êtes croyante. Il n’y a aucune contradiction avec l’idée de Dieu omni tout ce que vous voulez. Dieu a besoin du désordre et s’en sert comme en Job. Sinon tout ne serait que perfection. Notre capacité d’être dans l’erreur est le fondement de notre liberté qu’a voulu Dieu.

Autrement. Dieu a créé deux mondes. Je dis bien deux, le ciel et la terre. Ces deux mots devant être pris dans leur sens large, le ciel comme un ailleurs, et la terre le visible. Cet ailleurs est parfait, et le matériel est un imparfait. Dieu a laissé comme s’échapper de lui l’imperfection (communément appelé l’ange déchu) pour que nous puissions en toute liberté agencer notre monde à notre guise. Nous sommes maîtres de notre monde. On voit les dégâts !!!
Tous les grands penseurs comme Leibniz en exemple ont développé le problème du mal. Je pense que c’est Leibniz qui a le mieux cerné cet imparfait dans sa formule « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possible »..
Je rajoute nous sommes au sixième jour de la création qui est encore en évolution. Mais là nous sommes hors sujet.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2013 - 8:10

Dan26 bonjour

Dites moi ce qui a été défini au départ que je l’apprenne. D’autre part l’association hitler-666 ce n’est pas de moi .Vous n’avez jamais fait de démonstration. Affirmer n'est pas démontrer.

Le saint Esprit a guidé les écrivains.

Vous dites « Pourquoi le désordre s'installe t'il ? Serait il plus fort que dieu »? Je l’ai expliqué plus haut. Lisez correctement.

Le mot la surcomplétude n’est pas de moi.. Mais tel qu’il est dit, il se comprend très bien, cela veut dire au delà de la complétude.

« En terme simple les desseins de dieu sont inaccessibles à l'homme »
Vous n’avez rien compris. Je l’ai pourtant déjà expliqué. Pour les desseins de Dieu je ne vous ai jamais dit ça !

Votre problème est que vous survolez ce qu’on vous dit et ne réfléchissez pas en répondant du tac au tac.

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2013 - 11:47

philippe1 a écrit:


Sujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. Sam 8 Juin 2013 - 16:25
Bonjour à vous tous

Dan 26

Vous dites « Cela prouverait bien que vous définissez la réponse qui vous convient, et qu'ensuite vous essayez de trouver la combinaison mathématique qui correspond ».
C’est incroyable ceci. Alors dites moi ce qui a été défini au départ que je l’apprenne ! La série que j’ai dévoilé n’a pas été voulue au départ, je vous ai même dit qu’avait été calculé le taux de chance minimum pour y arriver ce qui supposerait un génie mathématique au secours !

cela démontre juste que le NT a été ecrit avec l'AT.

Bien sur il n’y a pas de démonstration à faire chaque écrivain s’est appuyé sur les autres par le Saint esprit.

Aeram.

Vous dites « la théorie du chaos mettant en avant l'émergence d'un ordre ».

Exactement. Mais il serait une erreur de croire que le chaos, sans être ordonné n’aurait pas ses lois à lui, ce sont les lois du quantique qui n’ont rien à voir avec l’ordre classique.

"l’entropie (l’ordre) et d’un autre coté la néguentropie (le désordre)"

L’ordre en tant que potentiel est premier, « Bereshit est parfait) mais le désordre s’installe immédiatement et Dieu réalise une première mise en forme d’une part de ce désordre.

Géométriquement le cycle 7 présente une "surcomplétude".

Si vous voulez mais je ne le vois pas ainsi, pour moi le nombre 7 est simplement signe de la perfection achevée lol , comme si je disais ouf je suis fatigué nous allons voir ce qui se passe. La symbolique des nombres je l’extrait des mots qui les portent.

"Anaximandre dont se réclamait Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre."
Et non pas par zéro.
Moi non plus, la comptabilité va de 1 à 22, deux nombres qui sont dans la branche verticale de la Menora.

Je vous parle de Dieu intemporel et vous me parlez d’Anaximandre qui n’utilisait pas le zéro bien sur ! Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie.

une suite de nombres 1 à 12.

Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?


"Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie."

L'argument ne semble pas démontré , ici d'une manières scientifique.

"Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?"

La 13ème lettre de l'alphabet hébraïque, Mem ou M recouvre d'une action intérieure et passive; cette lettre peint l'idée de tout ce qui est local et plastique. Cette lettre forme avec le signe de la puissance Aleph, la racine MA: tout ce qui tend à l'agrandissement de son être; tout ce qui sert d'instrument à la puissance génératrice, et la manifeste à l'extérieur. MA, l'eau, une chose quelconque, tout ou rien, suivant la manière dont on l'envisage. MAE Mem-Aleph-Hé: c'est, dans un sens général, ce qui s'est développé selon l'étendue de ses facultés; dans un sens plus restreint, c'est le nombre cent.
Par sa nature ainsi définie, cette 13ème lettre, englobe celles la précédant ; et de là, 12 lettres et douze nombres dont les sommes forment l'idée d'un équilibre et d'un déséquilibre dans "l'eau" des nombres -voir ou revoir le dessin laissant apparaître deux lettres "particulières" placées sous les signe du mouvement extensif (Lamed) propre à Ælohîm et du mouvement compressif (Kaph).

Note 1.
Chapitre 1, Ælohîm n'est pas un nom, le nom de Dieu: ce qui est déterminé, mais "porte-enseigne" : emmenant un concept: un mouvement d'extension en miroir. La divinité recevra son nom au chapitre deux consacré à .... la distinction.

Note 2.
Chapitre, verset 1 : Ælohîm possède, comme tous les termes se terminant par un caractère et non une lettre: ici Mem fnal, deux déterminatifs: le premier, Hé ou E dont la valeur arithmétique est cinq développe, lié au signe de la puissance Aleph débutant ce terme l'idée d'espace comme existence évidente, démontrée , l'autre Zazin, valeur 7, lié lui aussi au signe de la puissance Aleph ou A, indique l'idée de d'un bruit sifflant, d'un mouvement et d'une direction donnée.

Sept est cela, mais aussi par l'écriture de son nom: Sin-Nun-Ayin: un mouvement désordonné / (permettant) le passage d'un état à un autre /(par l'intermédiaire d'une division au cours d'une révolution cyclique / (produisant) une "chose" nouvelle qualifiée de faible, molle, se mouvant sur elle-même. [Un degré]

Cette définition n'est pas celle de : septième, Hé-Sin-Nun-Yod-Ayin-Yod.

Note3:

chap.1, v.1 Ordre et désordre sont liés et existent potentiellement dans le Principe- in Principio ou Berashith. Ælohîm par son mouvement Zazin, "tire" vers un ordre potentiel,












Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2013 - 11:48

aeram a écrit:



L’ordre en tant que potentiel est premier, « Bereshit est parfait) mais le désordre s’installe immédiatement et Dieu réalise une première mise en forme d’une part de ce désordre.

Géométriquement le cycle 7 présente une "surcomplétude".

Si vous voulez mais je ne le vois pas ainsi, pour moi le nombre 7 est simplement signe de la perfection achevée lol , comme si je disais ouf je suis fatigué nous allons voir ce qui se passe. La symbolique des nombres je l’extrait des mots qui les portent.

"Anaximandre dont se réclamait Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre."
Et non pas par zéro.
Moi non plus, la comptabilité va de 1 à 22, deux nombres qui sont dans la branche verticale de la Menora.

Je vous parle de Dieu intemporel et vous me parlez d’Anaximandre qui n’utilisait pas le zéro bien sur ! Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie.

une suite de nombres 1 à 12.

Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?


"Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie."

L'argument ne semble pas démontré , ici d'une manières scientifique.

"Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?"

La 13ème lettre de l'alphabet hébraïque, Mem ou M recouvre d'une action intérieure et passive; cette lettre peint l'idée de tout ce qui est local et plastique. Cette lettre forme avec le signe de la puissance Aleph, la racine MA: tout ce qui tend à l'agrandissement de son être; tout ce qui sert d'instrument à la puissance génératrice, et la manifeste à l'extérieur. MA, l'eau, une chose quelconque, tout ou rien, suivant la manière dont on l'envisage. MAE Mem-Aleph-Hé: c'est, dans un sens général, ce qui s'est développé selon l'étendue de ses facultés; dans un sens plus restreint, c'est le nombre cent.
Par sa nature ainsi définie, cette 13ème lettre, englobe celles la précédant ; et de là, 12 lettres et douze nombres dont les sommes forment l'idée d'un équilibre et d'un déséquilibre dans "l'eau" des nombres -voir ou revoir le dessin laissant apparaître deux lettres "particulières" placées sous les signe du mouvement extensif (Lamed) propre à Ælohîm et du mouvement compressif (Kaph).

Note 1.
Chapitre 1, Ælohîm n'est pas un nom, le nom de Dieu: ce qui est déterminé, mais "porte-enseigne" : emmenant un concept: un mouvement d'extension en miroir. La divinité recevra son nom au chapitre deux consacré à .... la distinction.

Note 2.
Chapitre, verset 1 : Ælohîm possède, comme tous les termes se terminant par un caractère et non une lettre: ici Mem fnal, deux déterminatifs: le premier, Hé ou E dont la valeur arithmétique est cinq développe, lié au signe de la puissance Aleph débutant ce terme l'idée d'espace comme existence évidente, démontrée , l'autre Zazin, valeur 7, lié lui aussi au signe de la puissance Aleph ou A, indique l'idée de d'un bruit sifflant, d'un mouvement et d'une direction donnée.

Sept est cela, mais aussi par l'écriture de son nom: Sin-Nun-Ayin: un mouvement désordonné / (permettant) le passage d'un état à un autre /(par l'intermédiaire d'une division au cours d'une révolution cyclique / (produisant) une "chose" nouvelle qualifiée de faible, molle, se mouvant sur elle-même. [Un degré]

Cette définition n'est pas celle de : septième, Hé-Sin-Nun-Yod-Ayin-Yod.

Note3:

chap.1, v.1 Ordre et désordre sont liés et existent potentiellement dans le Principe- in Principio ou Berashith. Ælohîm par son mouvement Zazin, "tire" vers un ordre potentiel,












[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
aeram
Etudiant
Etudiant


Nombre de messages : 141
Age : 99
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2011

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2013 - 11:49

philippe a écrit:



L’ordre en tant que potentiel est premier, « Bereshit est parfait) mais le désordre s’installe immédiatement et Dieu réalise une première mise en forme d’une part de ce désordre.

Géométriquement le cycle 7 présente une "surcomplétude".

Si vous voulez mais je ne le vois pas ainsi, pour moi le nombre 7 est simplement signe de la perfection achevée lol , comme si je disais ouf je suis fatigué nous allons voir ce qui se passe. La symbolique des nombres je l’extrait des mots qui les portent.

"Anaximandre dont se réclamait Parménide débutait sa cosmologie par la valeur 1 attribuée à la Terre."
Et non pas par zéro.
Moi non plus, la comptabilité va de 1 à 22, deux nombres qui sont dans la branche verticale de la Menora.

Je vous parle de Dieu intemporel et vous me parlez d’Anaximandre qui n’utilisait pas le zéro bien sur ! Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie.

une suite de nombres 1 à 12.

Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?


"Un Dieu omni tout lui aussi est capable de parler par les nombres quelque soit l’époque. Donc nous avons le droit d’utiliser le Zéro et donc la retranscription par la traduction en notation moderne. Dieu est capable de tous les langages, symboliques paraboliques métaphores comparaisons, etc, c’est la polysémie, les nombres en font partie."

L'argument ne semble pas démontré , ici d'une manières scientifique.

"Pourquoi 12, où est la référence dans la Thora qui définirait cette façon de géométriser ?"

La 13ème lettre de l'alphabet hébraïque, Mem ou M recouvre d'une action intérieure et passive; cette lettre peint l'idée de tout ce qui est local et plastique. Cette lettre forme avec le signe de la puissance Aleph, la racine MA: tout ce qui tend à l'agrandissement de son être; tout ce qui sert d'instrument à la puissance génératrice, et la manifeste à l'extérieur. MA, l'eau, une chose quelconque, tout ou rien, suivant la manière dont on l'envisage. MAE Mem-Aleph-Hé: c'est, dans un sens général, ce qui s'est développé selon l'étendue de ses facultés; dans un sens plus restreint, c'est le nombre cent.
Par sa nature ainsi définie, cette 13ème lettre, englobe celles la précédant ; et de là, 12 lettres et douze nombres dont les sommes forment l'idée d'un équilibre et d'un déséquilibre dans "l'eau" des nombres -voir ou revoir le dessin laissant apparaître deux lettres "particulières" placées sous les signe du mouvement extensif (Lamed) propre à Ælohîm et du mouvement compressif (Kaph).

Note 1.
Chapitre 1, Ælohîm n'est pas un nom, le nom de Dieu: ce qui est déterminé, mais "porte-enseigne" : emmenant un concept: un mouvement d'extension en miroir. La divinité recevra son nom au chapitre deux consacré à .... la distinction.

Note 2.
Chapitre, verset 1 : Ælohîm possède, comme tous les termes se terminant par un caractère et non une lettre: ici Mem fnal, deux déterminatifs: le premier, Hé ou E dont la valeur arithmétique est cinq développe, lié au signe de la puissance Aleph débutant ce terme l'idée d'espace comme existence évidente, démontrée , l'autre Zazin, valeur 7, lié lui aussi au signe de la puissance Aleph ou A, indique l'idée de d'un bruit sifflant, d'un mouvement et d'une direction donnée.

Sept est cela, mais aussi par l'écriture de son nom: Sin-Nun-Ayin: un mouvement désordonné / (permettant) le passage d'un état à un autre /(par l'intermédiaire d'une division au cours d'une révolution cyclique / (produisant) une "chose" nouvelle qualifiée de faible, molle, se mouvant sur elle-même. [Un degré]

Cette définition n'est pas celle de : septième, Hé-Sin-Nun-Yod-Ayin-Yod.

Note3:

chap.1, v.1 Ordre et désordre sont liés et existent potentiellement dans le Principe- in Principio ou Berashith. Ælohîm par son mouvement Zazin, "tire" vers un ordre potentiel,












[/quote][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
http://aeram.free.fr
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2013 - 15:23

Bonjour Dan26

dan 26 a écrit:

non je fais comme toi , je n'arrive pas à comprendre comme un dieu parfait qui aime tant et tous les hommes , puisse faire un monde imparfait , où les hommes souffres . tuas beau essayer de trouver une explication, c'est totalement illogique , et contradictoire .
Voir à ce sujet ,la fameuse formule d’Épicure sur le mal crée par dieu dont l'homme ne peut être la cause

Cette interrogation est légitime mais elle ne concerne pas exclusivement D.ieu.

Vous pouvez vous adresser à n'importe quel parent et lui reprocher d'avoir conçu un enfant sans pouvoir lui garantir le bonheur absolu.

Avant de vous tournez vers D.ieu, béni soit-Il, commencez par interroger vos plus proches parents et amis sur leur inconduite, leur égoïsme et leur inconséquence.
Dans votre perspective, il est rationnel de reprocher à tous les parents leur incohérence :
"Comment pouvez-vous prétendre aimer votre enfant alors que vous ne pouvez pas lui assurer le bonheur éternel !
Songez que vous avez conçu un être qui va mourir, qui va peut-être connaitre la souffrance, la misère, le malheur... quelle honte !
Et vous ne pouvez pas dire que vous ne saviez pas qu'il courait le risque de la rage de dent, du chômage ou de la dépression nerveuse.
Le sentiment que vous éprouvez pour votre enfant est tout sauf de l'amour car vous saviez que vous n'étiez pas "omni-tout" et pourtant vous avez conçu !
"

Pourquoi réserver ce reproche à D.ieu ? béni soit-Il.

N'est-ce pas un peu facile ?
Juste pour ne pas s'adresser le reproche à soi-même.
Au fond, tous les parents ont jugé que la souffrance et la mort de leurs enfants n'était pas le plus important.


dan 26 a écrit:

Citation :
Or, force est de constater que tout n'est pas figé.
Tout n'est pas parfait plutot, là ,est le problème


Difficile de définir la perfection de ce qui n'est pas hors du temps, de ce qui n'est pas "éternel".
Pour ce qui est soumis au temps, le parfait n'existe que de façon dynamique.
Car "parfait" ne désigne pas ce qui est sans défaut mais désigne ce qui est abouti, achevé, de ce qui a atteint exactement l'objectif fixé, ce qui ne peut plus être amélioré...
Mais est-ce qu'il ne manque pas quelque chose à ce qui ne peut pas être amélioré ?
Il y a une forme de perfection dans le minéral et l'inanimé et pourtant le réel ne s'est pas contenté de cette perfection-là, et la vie a surgi malgré ou à cause de l'apparente perfection de l'inanimé.

La vie a rompu avec la perfection de l'inanimé mais c'est peut-être parce que la vraie perfection n'est pas où vous la cherchez.

dan 26 a écrit:

Citation :
Malgré la notion d'adaptation, les darwinistes ne nous disent pas vraiment pourquoi ça bouge, ça change, ça évolue...
s'ils sont athées ils affirmeront qu'il ne faut y voir ni une intention, ni un projet, mais seulement l'effet du bouche-trou conceptuel : le merveilleux hasard.
non désolé l’évolution est determinée par l'environnement, et la capacité à toutes vie de s'adapter en fonction de celui ci .
Voilà bien une réaction qui posent davantage de questions qu'elle ne répond à la problématique.

Peut-on avoir adaptation sans changement ?
c'est donc la possibilité du changement qui est première et l'adaptation n'est qu'une conséquence de la possibilité de changement.
Une fois acquise la possibilité du changement, pourquoi ce changement existe-t-il ?
D'où vient cette étrange capacité de la vie à s'adapter ? Quelle sont les causes de l'adaptabilité ? Pourquoi l'adaptation du vivant ? et en amont : D'où vient cette étrange capacité de l'inanimé qui n'a pas à s'adapter à concevoir la vie, c'est à dire à s'imposer la nécessité de s'adapter ?

Et puis...
Comment définissez-vous le verbe "s'adapter" ?
Peut-on distinguer à un instant donné entre ce qui est adapté et ce qui n'est pas adapté chez un être vivant ?
N'est-ce pas les organismes les plus simples qui témoignent de leur meilleure adaptabilité ? à quelle nécessité d'adaptation répondent les organismes complexes ?

dan 26 a écrit:

Citation :

Si le temps joue un rôle dans le dessein divin alors l'évolution ne nie pas votre attribut omni-tout.
Sincèrement je ne comprends pas ce que tu veux dire, désolé . Peux tu être plus explicite STP.

En d'autres termes :
Faut-il s'étonner que D.ieu, béni soit-Il, (omniscient, omnipotent, omni-tout) ait choisi d'opérer une Création dans le temps, c'est à dire avec un début, une progression où se distille une lente séparation entre ce qui est prometteur et ce qui est une impasse... bref ! une longue évolution vers un parachèvement ?
Peut-on Lui reprocher d'être plus intéressé par le processus d'élaboration que par le produit fini ?


très cordialement

votre soeur
Revenir en haut Aller en bas
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMar 11 Juin 2013 - 12:08

Bonjour Philippe1

philippe1 a écrit:

Dieu est intemporel et est capable de nous dévoiler en langage moderne, ici en langage mathématique, un message à partir d’une structure logique.
Bien sûr que D.ieu, béni soit-Il, est capable !
Mais évoquer Sa Toute-Puissance ne prouve pas que D.ieu, béni soit-Il, a eu envie de réserver aux "modernes" la primeur d'un message que Sa toute-puissance, précisément, Lui permettait de révéler à tous ceux qui ignorent la numération de position.

philippe1 a écrit:

Le choix de la base trois...
Ce que je prétends c'est que vous avez d'abord exploité la base dix pour écrire en chiffres les nombres de 1 à 22.

philippe1 a écrit:

né du premier constat Dieu est en troisième position dans cette phrase d’où l’incitation à considérer cette première série en base ternaire puisque est dit que Dieu est trois en un.
En commençant votre codage par la base dix vous avez subordonné le trois au dix.

philippe1 a écrit:

D’accord mais à ce moment là vous ne pourrez jamais calculer par exemple le nombre 666 où est expressément demandé un calcul et trouver le nombre ou comprendre le nombre 153, vous vous fermez une part de la connaissance.
Je ne vois pas à quoi vous faites allusion.
Je n'ai pas besoin d'écriture en chiffres pour opérer des calculs. Certes, l'écriture en chiffres et sa numération de position rend plus simple les opérations mais des innombrables générations de mathématiciens s'en sont très bien passé, consultez les textes grecs d'Archimède ou Euclide et vous verrez qu'ils n'ont pas eu besoin de la numération de position pour leurs calculs.

Si vingt-cinq est appelé "carré" et si six cent soixante-six est appelé "nombre triangulaire", c'est bien parce que l'on aborde naturellement les nombres en disposant des cailloux ou des bâtons sans que l'usage de symboles ait la moindre pertinence.
Et je vous rappelle que le codage du nombre six pose un problème puisqu'en grec il n'est pas noté par une lettre de l'alphabet usuel.


philippe1 a écrit:

Je disais 261738
Citation :
Comment lisez-vous votre résultat ?
Mais le plus simplement possible.
Lisez-vous
"deux cent soixante et un mille sept cent trente-huit"
ou
"deux cent soixante et un ; sept cent trente-huit"
ou
"vingt-six ; dix-sept ; trente-huit"
ou
"deux six un sept trois huit" ?


Très cordialement

votre soeur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMar 11 Juin 2013 - 12:42

Bonjour Philippe1

philippe1 a écrit:

Je reviens sur ce que vous disiez « pourquoi Dieu aurait crée l’imparfait ». Je suis sidéré de voir que vous posez la question alors que vous êtes croyante.
Je ne fais que poser une question à quelqu'un qui ne semble pas "croyant" au sens usuel du terme.


philippe1 a écrit:

Il n’y a aucune contradiction avec l’idée de Dieu omni tout ce que vous voulez.
Je ne tiens pas particulièrement au "omni tout"...

philippe1 a écrit:
Dieu a besoin du désordre
Je serais surprise que D.ieu, béni soit-Il, ait des "besoins".
Justement, je ne crois pas que D.ieu, béni soit-Il, ait "besoin" de créer,
ce n'est pas par besoin qu'Il crée ;
puis je ne crois pas qu'Il ait "besoin" de quoi que ce soit pour créer.

S'il y a ce qu'il y a, ce n'est pas parce qu' D.ieu, béni soit-Il, en a "besoin" mais parce qu'Il le veut.

Après...
Il est clair à mes yeux que le "désordre" dont vous parlez fait partie intégrante de l'oeuvre divine, du dessein de D.ieu, béni soit-Il.

Et si l'oeuvre divine de la Création toute entière nous parle, nous devons nous interroger, certes avec humilité et action de grâce, sur ce que nous dit cette oeuvre.

Et par conséquent,
je ne vois pas de contradiction entre ma misérable foi et la question "Pourquoi le dessein de D.ieu, béni soit-Il, se réalise-t-Il ainsi puisque précisément il est incontestable que D.ieu, béni soit-Il, pouvait faire autrement ?"

philippe1 a écrit:

Dieu a laissé comme s’échapper de lui l’imperfection (communément appelé l’ange déchu) pour que nous puissions en toute liberté agencer notre monde à notre guise.
Je peine à souscrire à l'expression "s'échapper de Lui l’imperfection".

philippe1 a écrit:

Je pense que c’est Leibniz qui a le mieux cerné cet imparfait dans sa formule « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possible ».
Là encore je perçois comme une limitation à la toute puissance de D.ieu, béni soit-IL,
... comme si le Créateur avait fait tout Son possible mais que les contraintes qu'Il subit sont telles qu'Il n'a pas réussi pour l'instant à apporter la moindre amélioration.


Très cordialement

votre soeur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyMer 12 Juin 2013 - 20:46

Bonjour Dan26

dan 26 a écrit:
pauline.px a écrit:

Vous pouvez vous adresser à n'importe quel parent et lui reprocher d'avoir conçu un enfant sans pouvoir lui garantir le bonheur absolu.


Non désolé les parents  n'ont aucune action sur tout!!!!Nous parlons de dieu créateur de toute chose parfait et omni tout.

Je suis mère de quatre enfants et j'aurais pu ne pas l'être.
Si un de mes enfants connaît une terrible épreuve, ne devrais-je pas m'interroger sur le risque que j'ai pris en le mettant au monde ?


Prétendez-vous qu'aujourd'hui les parents n'ont aucune action sur la conception ?

Ils savent leur impuissance à garantir le bonheur de leur progéniture et pourtant ils conçoivent.

Ce que vous suggérez c'est que les parents ont l'alibi de leur impuissance.

Pourtant, ils savent qu'ils sont impuissants mais ils procréent quand même.
Ne sont-ils pas responsables de ne pas tenir compte de leur impuissance ?




J'établis un parallèle très simple :
Aujourd'hui, la plupart des humains conçoivent sans attacher une importance décisive à ce qui attend nécessairement leur progéniture.
S'ils étaient conséquents ils n'auraient pas d'enfant.
//
Apparemment, D.ieu, béni soit-Il, crée des être vivants en n'attachant pas d'importance décisive à ce qui attend ces êtres vivants pendant les quelques décennies de leur vie terrestre.
En définitive vous affirmez que si D.ieu, béni soit-Il, était conséquent, Il ne créerait pas.

En général, les parents humains ne sont pas soupçonnés de manquer d'amour pour leur enfants bien qu'ils aient procréé sans prendre la juste mesure de leur impuissance.
//
Alors faut-il soupçonner D.ieu, béni soit-Il, de manquer d'amour pour Sa Création au motif qu'Il limite Son interventionnisme ?

Les parents eux aussi savent limiter leur interventionnisme par amour, ils le font notamment dans un but éducatif.

Nous devons tout à D.ieu, béni soit-Il.
Cela signifie que D.ieu, béni soit-Il, pourvoie déjà considérablement à nos besoins, à nos envies, à nos désirs... et inversement, Il nous évite d'innombrables désordres, fléaux, souffrances, notamment en nous dotant d'un cerveau capable de science...
Faut-il voir dans ce que volontairement D.ieu, béni soit-Il, n'écarte pas de notre chemin une preuve que D.ieu, béni soit-Il, ne nous aime pas ?

Enfin, les parents auront du mal à assurer une vie éternelle sans souffrance après la vie terrestre de leur enfant.

dan 26 a écrit:

Et cela continue, poser des questions cela évite de répondre


Vous avez raison.
C'est idiot de poser des questions à quelqu'un qui répondrait s'il avait la réponse.

Il est plus sage de répéter des commentaires du genre
"Et cela continue, poser des questions cela évite de répondre"
"Tout à fait et cela aussi est incompréhensible"
"Sincèrement je  ne vois pas le rapport , cela n'a aucun sens, les hommes ne sont pas dieu"
"Excuse moi mais tu dis vraiment n'importe quoi , les hommes ne sont pas Dieu ma chère Pauline "
"C'est vraiment du n'importe quoi désolé de te le dire ."
"Là aussi cela ne veut rien dire désolé"
"tu noies le poisson ma chère Pauline, une methode utilisée par les théologiens, que je connais fort bien , désolé "

etc.

dan 26 a écrit:

Tout à fait et cela aussi est incompréhensible , quelle mouche a piqué Dieu, pour créer le monde et dans quel but ?


Je ne prétends pas avoir percé les desseins de D.ieu, béni soit-Il.

Mais je constate par exemple qu'aujourd'hui des tas de gens s'imposent des désagréments juste pour se surpasser, alors de façon très anthropomorphique je perçois dans la Création un challenge :
Faire que le chaos le plus imparfait advienne librement, par son propre mouvement et avec le minimum d'interventions divines à la perfection.
Et j'ai l'impression que ça marche...

votre sœur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptySam 15 Juin 2013 - 18:19

Bonjour tout le monde.
 
Dan 26
 
Vous dites « Les réponses que l'on désire personnellement ».



Ceci est totalement à l’inverse d’un enfant qui écoute son maître, comme à  l’opposé de toute recherche dans l’optique d’un mystique qui doit d’abord écouter et élaguer ses propres idées. Et vous ne m'avez toujours pas répondu ! Que cherchait personnellement l'auteur de cette étude ?

 
Vous dites "Que vient faire fameux " le saint esprit" dans ta phrase ? Tout se transforme rien ne se crée , même dans les livres dits saints ?
 
Le Saint esprit est de tout temps il est ce qui coordonne les œuvres de Dieu. 
 
Aeram
 
Je disais Dieu est capable de tous les langages. L'argument ne semble pas démontré , ici d'une manières scientifique.
Je ne cherche aucune preuve scientifique.
 
Concernant la polysémie du langage Divin, vous savez fort bien que l’homme utilise tous les langages pour se faire comprendre. Et vous n’accorderiez pas à Dieu cette possibilité ?  
 
La signification des lettres que vous donnez est extraite d’où ? De votre propre réflexion, d’auteurs divers ? De tout ce que je lis ou pu lire, personne ne s’accorde sur la signification des lettres. Je ne comprends pas les vôtres. Il existe plus de 50 guématries, on s’y perd ! Celle que je présente est la plus simple qui soit et ne s’appuie sur aucune autre, ne s’appuie que sur le texte, les mots ayant la seule ordonnance présentée dans la Thora. 
J’ai donné en exemple un début de signification de lettre, le shin 21 avec le Soleil et le Sabbat 7.
 
Pauline.px
 
Vous avez d'abord exploité la base dix pour écrire en chiffres les nombres de 1 à 22. En commençant votre codage par la base dix vous avez subordonné le trois au dix.


Ce qui est premier n’est pas nécessairement le vrai. Le 10 c’est l’homme, c’est sa comptabilité, le 3 c’est le Divin. Prendre la position ternaire c’est se rapprocher de la pensée de Dieu car même si nous faisons cette approche nous sommes loins de tout comprendre. Mais quand il y a coïncidence avec le texte et de plus une nouvelle appréhension du message, on ne peut abandonner la recherche dans ce sens. C'est nous qui sommes subordonnés à nos habitudes !

 
le codage du nombre six pose un problème puisqu'en grec il n'est pas noté par une lettre de l'alphabet usuel.
 
Jean connaissait l’hébreu, il pensait hébreu, ce sont les grecs qui ont été les premiers traducteurs. Quatre 666 sont présents dans la Bible et la richesse de Salomon en hébreu suffit comme référence d’écriture et même de signification.
 
deux cent soixante et un mille sept cent trente-huit, oui je lis ainsi en nombre 261738, c’est la traduction. Les autres possibilités que vous présentez seraient le découpage de la Parole, nous n’en n’avons pas le droit, celle ci étant un souffle continue, chaque lettre a sa place, elle ne peut en avoir une autre. C’est comme une harmonie où chaque note a sa place sur une portée. C’est comme l’algèbre non commutative ou l’ordre des concepts mathématisés est essentiel. Mais là je ne suis pas qualifié pour m’expliquer plus.
 
Dieu est omni tout. Je maintiens en rajoutant bien évidemment toute valeur, toute perfection etc. Mais que croyez-vous que soit le sacrifice perpétuel ?
 
Je disais Dieu a besoin du désordre. Vous m’assénez à la suite 5 « besoins » pour bien me faire comprendre que ce mot est inapproprié. Je le reconnais, je trouverai une autre façon de m’exprimer. Il est vrai que ce terme a une connotation trop anthropomorphique et basse. Je pourrai me rattraper en disant que Dieu avait besoin d’Amour. Il a crée par Amour cela vous suffit-il ? Le verbe aimer a d’ailleurs la valeur 26 et commence donc comme Bereshit, et se termine pareil avec le même nombre 26 avec le mot « la terre ».
 
A ce sujet, qui connaissant l’hébreu peut me dire ceci. Les deux lettres Beth et Resh, cette racine bilitère signifie t-elle pur, calme, blé ou grain ?
 
Il est incontestable que D.ieu, béni soit-Il, pouvait faire autrement ?"
 
La preuve est qu’il n’a pas fait ainsi notre monde, il est au mains du satan. Dieu ne se trompe pas il l’a voulu ainsi pour nous, il ne voulait pas faire autrement, pour que nous puissions faire l’effort de le rejoindre. Il nous tend le bras, l’image est belle, le jeu de mot aussi lol !
 
Le vrai problème est le suivant. « 2000 ans ne suffisent-ils pas à notre Seigneur pour s’apercevoir que l’homme est resté pire que bête à la sortie d’un paradis ? Quand  cessera l’horreur pour que je puisse prendre patience ? »
 
Faire que le chaos le plus imparfait advienne librement, par son propre mouvement et avec le minimum d'interventions divines à la perfection.
 
Je suis totalement d’accord avec vous.

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptySam 15 Juin 2013 - 22:40

Bonjour Dan 26

Bravo pour votre patience.


dan 26 a écrit:

Non désolé tu déformes tout , je dis que si dieu etait parfait, et omni tout il ne créerait pas l'imparfait , et le mal  dont les hommes souffres .
Sauf si la perfection est par nature réservée à D.ieu, béni soit-Il.

Comme le zéro absolu que les physiciens cherchent à approcher sachant qu’ils ne peuvent pas l’atteindre,
comme les décimales de PI que l’on énumère sachant que nous ne les connaîtrons jamais toutes,
la perfection ne peut être (si tant est que le mot perfection ait un sens) qu’asymptotique.

Les sciences avec notamment les mathématiques sont souvent confrontées à la notion de limite.
Si la perfection se définit comme la qualité de ce qui ne peut en rien être amélioré alors la perfection est une limite inatteignable.

Votre grief vis-à-vis de D.ieu, béni soit-Il, porterait si le cosmos correspondait à la vision naïve des Créationnistes, un univers figé dans ses imperfections et ses lacunes.
En effet, si rien ne bouge (ou bien si on doit attendre la fin d’un cycle pour passer à autre chose) alors l’existence d’un D.ieu personnel frise l’absurde, il n'est même pas utile de parler de Son amour...

Mais notre expérience quotidienne et surtout la science moderne nous apprennent que l’Univers n’est pas celui des Créationnistes.

Le cosmos tout entier est soumis à une dynamique qui se révèle de façon criante avec le Big Bang et qui se manifeste admirablement avec l’Évolution.

L’Évolution est un élément fort pour attester d’une tendance, d’une finalité, d’un projet qui embrasse toute la Création dans une dynamique de "progrès".
L’Évolution témoigne d’un dessein qui peut se résumer à une formule lapidaire « Toujours mieux ! »
… une meilleure "adaptation" pour une plus grande harmonie des écosystèmes, et pour une plus grande connaissance, etc…
vers la perfection inatteignable…

Dans cette perspective, l’interventionnisme d’un d.ieu qui ne cesserait de suppléer aux  imperfections de la création n’a aucun sens car il rendrait secondaire le moteur de l’évolution.

La preuve de l’amour de D.ieu, béni soit-Il, est précisément dans le fait qu’Il a insufflé en Sa Création un principe auto-organisateur.

Si le Cosmos avait pour vocation de rester éternellement soumis au bon vouloir d'un d.ieu bricoleur, réparateur, interventionniste, détournant l'éclair, calmant le tsunami, arrêtant le bras du méchant, etc... alors on pourrait contester la pureté de l’amour qui a motivé la Création par D.ieu, béni soit-Il.
La réalité historique de l’Évolution nous permet d’écarter ce soupçon.

De même que les parents peuvent se satisfaire d’avoir rendu autonome leur enfant, D.ieu, béni soit-Il, a doté la Création de tout ce qu’il faut pour la rendre "parfaitement" autonome, au point qu’elle dispose de la faculté de se passer définitivement de D.ieu, béni soit-Il.

dan 26 a écrit:

C'est evident aucune action voulue sur la conception ; une action constatée peut etre mais pas voulue . Ce qui n'est pas le cas de Dieu omni tout ..........d'apres les croyants bien sûr!!!
Si vous vivez en France, peut-être vous souvenez-vous de l’arrêté « Perruche » par lequel le Juge reconnaissait implicitement le "droit à ne pas naître", donnant raison à un enfant handicapé qui reprochait à l’équipe médicale de ne pas avoir convaincu les parents de la nécessité d’un avortement thérapeutique. Car du point de vue la conception les parents sont désormais tout-puissants.
Depuis cet arrêté, le débat a rebondi plusieurs fois sur la question de reprocher ou non aux parents d’avoir permis « une vie qui n’est pas digne d’être vécue » en procréant de façon "irresponsable".

Entre un D.ieu, béni soit-Il, qui crée sachant qu’Il n’assurera inconditionnellement le bonheur de Ses créatures et des parents qui conçoivent sachant qu’ils seront impuissants à assurer le bonheur de leur progéniture, la différence est modeste.
Des parents peuvent-ils donner la vie même s’ils savent que cette vie ne plaira peut-être pas ?
D.ieu, béni soit-Il, peut-Il en faire autant ?



Très cordialement

Votre sœur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
philippe1
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 43
Localisation : geneve
Date d'inscription : 19/04/2013

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyDim 16 Juin 2013 - 11:38




Honte
à vous de barrer béni soi il de votre interlocuteur
Revenir en haut Aller en bas
pauline.px
Désinscrit à sa demande
pauline.px

Féminin Nombre de messages : 280
Age : 66
Localisation : bretagne
Date d'inscription : 15/11/2012

Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 EmptyDim 16 Juin 2013 - 17:52

Bonjour Philippe1


Philippe1 a écrit:
deux cent soixante et un mille sept cent trente-huit, oui je lis ainsi en nombre 261738, c’est la traduction.
Je peine à comprendre comment vous justifiez les puissances de dix incorporées à une suite de chiffres que vous avec élaborée avec des puissances de trois.
Philippe1 a écrit:

C’est comme l’algèbre non commutative ou l’ordre des concepts mathématisés est essentiel.
Certes, votre deux cent soixante et un mille sept cent trente-huit est distinct du huit cent trente-sept mille cent soixante-deux. Néanmoins, je ne vois pas bien la différence si ce n'est quantitative...
Philippe1 a écrit:

C’est comme l’algèbre non commutative ou l’ordre des concepts mathématisés est essentiel.
Et pourtant... si je comprends bien, quand vous affirmez que le verbe « aimer » a pour valeur 26 vous ne tenez pas compte de l’ordre des lettres.

Philippe1 a écrit:

Dieu est omni tout. Je maintiens en rajoutant bien évidemment toute valeur, toute perfection etc. Mais que croyez-vous que soit le sacrifice perpétuel ?
Je ne perçois pas bien le rapport.
Le sacrifice perpétuel a été interrompu puis remplacé par un autre parfait, définitif et absolu.

Philippe1 a écrit:

Il a crée par Amour cela vous suffit-il ?
Oui.


Philippe1 a écrit:

A ce sujet, qui connaissant l’hébreu peut me dire ceci. Les deux lettres Beth et Resh, cette racine bilitère signifie t-elle pur, calme, blé ou grain ?
Selon ma connaissance fort incomplète, tout ce que je peux dire c’est que le champ sémantique « blé, grain » est très probablement second par rapport à celui de « purifier, et par en particulier : vanner ».

Philippe1 a écrit:

La preuve est qu’il n’a pas fait ainsi notre monde, il est au mains du satan.
À mes yeux, le monde est tombé aux mains du satan, mais ce n’est pas le satan qui a fait ou qui fait le monde


Philippe1 a écrit:

Dieu ne se trompe pas il l’a voulu ainsi pour nous, il ne voulait pas faire autrement, pour que nous puissions faire l’effort de le rejoindre. Il nous tend le bras, l’image est belle, le jeu de mot aussi.
… et c’est D.ieu, béni soit-Il, qui nous donne gracieusement le désir et la force de Le rejoindre.

Très cordialement

Votre sœur
pauline
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.   Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu. - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse alpha numérique de la première phrase de la Bible en hébreu.
Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manuel numérique SVT libres et GRATUITS
» tableau numérique
» le génerateur numérique aléatoire . La psychokinésie des poussins
» Radio numérique
» Service numérique étudiant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum judaïque-
Sauter vers: