Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Désintoxication du langage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Désintoxication du langage   Lun 9 Sep 2013 - 16:16

Bonjour,
Je vous propose de commencer par nous ouvrir les yeux sur la "novlangue" et de désintoxiquer nos esprits des mots que le pouvoir politico-économico-médiatique utilise à longueur de temps pour nous modifier la façon de penser une réalité sociale. ......
La suite a été effacée par Personne.


Message de la modération.
Nous vous proposons d'indiquer le lien et de ne pas encombrer le forum avec de  longs copiés collés que personne ne lira
Il va de soit, que les messages qui suivent ayant la même teneur seront supprimés.


Il est inadmissible de poster ainsi une quarantaine de message.
Ceci est un avertissement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mar 10 Sep 2013 - 10:46

Personne ne lira? Qu'en savez-vous?
Il est inadmissible de censurer le savoir!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mar 10 Sep 2013 - 10:50

Bonjour,
Je vous propose de commencer par nous ouvrir les yeux sur la "novlangue" et de désintoxiquer nos esprits des mots que le pouvoir politico-économico-médiatique utilise à longueur de temps pour nous modifier la façon de penser une réalité sociale. Nous pensons avec des mots, nous n'utilisons pas les pensées pour former des mots mais utilisons des mots pour concrétiser notre pensée.
Modifier les mots, c'est modifier la pensée. La "guerre" est d'abord celle du langage et des "think-tank" bossent à plein temps pour nous pondre des concepts opérationnels vides de sens, des figures de styles pour nous mélanger les arpions. A titre d'exemple, dans les années 70 quand une entreprise fermait ses portes et licenciait son personnel, ça s'appelait un "licenciement collectif". Petit à petit c'est devenu un "plan social" puis aujourd'hui un "plan de sauvegarde de l'emploi". Pourtant les obligations des uns et des autres protagonistes de cette affaire n'ont quasiment pas changés.
Ne riez pas, c'est très sérieux et efficace.
pour les patients qui veulent s'instruire, je leur conseille la lecture d'un bouquin de Luc Boltanski, le nouvel esprit du capitalisme.
Ensuite, passons un peu en revue les mots qui envahissent notre quotidien le plus souvent professionnel. Dans la vie courante vous dites à un ami "viens boire l'apéro à la maison" et pas "je te propose de participer à une séance de lien social dans l'enceinte de mon domicile".
Les différentes catégories de la langue de bois : euphémismes, oxymores, sigles, anglicismes, etc...et la façon dont ils modifient notre perception de la réalité, et notre façon d’agir.

Les faux amis : Que se passe-t-il dans nos têtes quand on appelle un chef du personnel un « directeur des ressources humaines (effacement et dissimulation des hiérarchies...ou quand on nous parle de "réforme" ? (qui annonce donc une stagnation voire un recul, c’est à dire le contraire d’une réforme). Que se passe-t-il dans nos têtes quand "développement" remplace "capitalisme"? Vous êtes contre le développement vous?
Les enjoliveurs : Que se passe-t-il dans nos têtes quand on appelle un balayeur un « technicien de surface », ou une caissière une « hôtesse de caisse pour ne pas parler des ambassadeurs du tri !!! »
Les technicisateurs : Quand on appelle un clochard un « Sans domicile fixe », puis un simple « SDF » (une désignation technique remplace une désignation sociale et nous empêche de penser politiquement le problème)
Les anglicismes : Quand on appelle un contremaître un « coach » ou quand "espionnage industriel" devient du "benchmarking", c'est plus "hype"?
Les antiphrases : Quand on appelle un licenciement collectif un « plan de sauvegarde de l’emploi »
Les oxymores : Quand on appelle l’inégalité « l’égalité des chances (soit c’est l’égalité, soit c’est les chances...il faut choisir, l’égalité des chances est la définition même de l’inégalité !!! ou encore Quand on appelle la fragilisation « la flexisécurité »
Les euphémismes : Quand on appelle les pays pauvres les suds ou les expulsions des procédures d’éloignement ou encore des massacres de civils un dégât colatéral »
Les sigles : Quand on appelle une tentative de suicide une T.S. ou qu’on travaille dans le CUCS pour l’ANRU en contrat CAE »
Les métonymies : Quand on fait passer un aspect d’une personne pour la totalité de cette personne : un RMIste, un Alzheimer...
Les pléonasmes : Et d’abord le plus crétin d’entre tous : quand on appelle la soumission du lien social (que serait du lien qui ne serait pas social ? on se demande...ou le plus mensonger : la démocratie participative qui est en réalité une forme d’aveu, ou en tout cas un mensonge »
Les faux ennemis : Quand on appelle les "cotisations patronales" qui sont en réalité nos amies car elles financent nombre de nos dispositifs de protection sociale de la population, pour des "charges sociales" qui, n'ayant pas encore assez de poids, "pèsent" sur les entreprises.
Les hyperboles : Quand on appelle un retard à la sncf ou une grève une "prise d’otage"

D’où viennent ces mots? Ils ne tombent pas du ciel mais sont élaborés dans des officines ultra libérales que l’on appelle des think tanks dont la fonction est de faire passer dans les opinions publiques le projet totalitaire marchand né aux USA après guerre, de suppression de la totalité des services publics et la marchandisation/privatisation de toutes les fonctions sociales. Le think tank le plus connu et le plus dangereux pour l’Europe est l’OCDE, dont une radio de service public comme France Inter s’obstine chaque matin à nous dire : "selon les experts de l’OCDE....." Contrairement à l’université ou au CNRS, L’OCDE n’est pas constituée d’experts, mais d’économistes ultra libéraux.
Si on trouve que ça fait un peu trop théorie du complot, on peut lire l’excellent livre de Keith Dixon : Les évangélistes du marché.


Dernière édition par hiram83 le Mer 11 Sep 2013 - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mar 10 Sep 2013 - 11:38

Bonjour Hiram,

Vos propos, significatifs, soulignent une des utilisations (et manipulations) de la programmation neuro-linguistique.
Plus précisément, lorsque la forme influe sur le fond, telle celle du vocabulaire sur la pensée.

merci
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mar 10 Sep 2013 - 12:09

Il semble que vous ayez mal interprété mon intervention
Hiram 83 a écrit:
Les métonymies : Quand on fait passer un aspect d’une personne pour la totalité de cette personne...
 
hiram83 a écrit:
Personne ne lira? Qu'en savez-vous?
Il est inadmissible de censurer le savoir!
Parce que, je suis Personne...
Que c'est trop long à lire sur deux pages et qu'à mon âge, a la fin, il faut que je recommence la lecture pour me souvenir avec exactitude de ce que j'ai lu au début.

Plus sérieusement; présenter  le texte par découpage est bien plus accessible aux échanges que précédemment et permet de mieux cerner l'argumentaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mer 11 Sep 2013 - 10:41

J'avais découpé. Je suis outré de constater que la présentation n'était pas à la convenance d'un despote qui a utilisé ses pouvoirs de modération pour tout supprimer parce que ça ne lui convient pas sans qu'une seule seconde lui effleure l'esprit que ce que j'avais posté puisse intéresser quelqu'un! Mieux, cet apprenti dictateur dicte lui-même que ça n’intéresse personne et que personne ne lira. Et pour couronner le tout, le modérateur ne fait même pas d'excuses ni ne répare ses dégâts. Ah vous êtes bien placé pour parler de choix de modérateur, l'hôpital qui se fout de la gueule de la charité. Je suis hors charte par ce post, mais c'est volontaire et j'espère que le modérateur concerné aura assez d'intelligence pour reconnaitre sa connerie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mer 11 Sep 2013 - 10:49

schtroumpf-max a écrit:
Bonjour Hiram,

Vos propos, significatifs, soulignent une des utilisations (et manipulations) de la programmation neuro-linguistique.
Plus précisément, lorsque la forme influe sur le fond, telle celle du vocabulaire sur la pensée.

merci
Les mots servent à penser. Changer le mot, c'est changer la pensée.
Les mots sont associés à des concepts, un conceptogramme.
Changer le mot, c'est modifier le conceptogramme.
Ainsi changer le mot, imposer un mot, un concept, c'est modifier dans l'opinion publique la perception du concept.
Ainsi, pour revenir, que se passe-t-il dans la perception d'une réalité sociale quand on la désigne sous le vocable de "licenciements collectifs" puis sous celui de "plan de sauvegarde de l'emploi"?
Vous vous souvenez de la "croissance négative"?
Et des cotisations patronales transformées en charges sociales que les médias ont pour mission d'insister sur le terme, ajoutant qu'elles "pèsent" sur les entreprises?
Et la fable de la démocratisation culturelle?
Et la fable de la démocratie locale?
Oui cher ami, il s'agit d'un déni de démocratie.
Notre société occidentale n'est pas démocrate, elle cherche à en donner l'illusion.
Si le citoyen est en théorie le roi de la cité à travers sa faculté de vote (une volonté qui produit du Droit), il reste ouvertement un serf dans l'entreprise.
Pourquoi les manuels universitaires de management ont éradiqué la hiérarchie et les ordres pour les remplacer par le projet?
Parce qu'il est plus facile de mobiliser un collectif de travailleurs contre une hiérarchie, il est plus compliqué de faire chier quelqu'un qui a un projet?
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10734
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mer 11 Sep 2013 - 11:48

hiram83 a écrit:

Salut hiram

  

J'ai beaucoup aimé :

Les enjoliveurs : Que se passe-t-il dans nos têtes quand on appelle un balayeur un « technicien de surface », ou une caissière une « hôtesse de caisse pour ne pas parler des ambassadeurs du tri !!! »

Les antiphrases : Quand on appelle un licenciement collectif un « plan de sauvegarde de l’emploi »

Et pourrais-tu nous dire quelques mots sur ce que raconte

Luc Boltanski, le nouvel esprit du capitalisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mer 11 Sep 2013 - 11:57

Heureux de te "revoir" JP.
Luc Boltanski est un sociologue universitaire, maître de conférence, "disciple" de Pierre Bourdieu avec qui il a écrit "la production de l'idéologie dominante".
Dans son bouquin, le nouvel esprit du capitalisme, Luc Boltanski et sa collègue partent à la recherche des racines idéologiques du capitalisme. A travers l'étude d'ouvrages universitaires traitant de management des années 60 à aujourd'hui, il a compris que l'idéologie du capitalisme se trouve dans la façon de manager les travailleurs. Il met en parallèle les fondements sociétaux (c'est de la sociologie) et la façon que nous avons de gérer nos rapports sociaux à travers l'évolution de la façon de diriger des travailleurs dans un outil de production. Il met en avant une modification du langage dans les corpus d'ouvrages considérés, donc une modification de la perception de la réalité sociale par les masses. Il découvre le piège que constitue le management par projets qui tend à faire taire toute critique. Il explique que toute idéologie dominante doit faire face à la critique, or le capitalisme moderne tente de faire taire toute critique en rendant impossible cette critique à travers la modification du concept initial.
Exemple: le patron est devenu le créateur d'entreprise.
Utiliser le mot "création" n'est pas anodin. Manpower communique en disant que c'est un "créateur de solution d'emploi". La création n'est pas critiquable, il est inconcevable de critiquer une création, artistique par exemple, sans passer pour un immonde nazi. La création appelle du divin, la création existe par elle-même et ne souffre pas la question. Silence! On crée.
Autre exemple: dans les années 60 un "pauvre" (tant social qu'intellectuel) était appelé par les professionnels de l'assistance sociale un "exploité". Ce mot fait appel à un processus d'exploitation et il est intellectuellement aisé de comprendre que s'il y a exploité, il y a exploiteur. Dans les années 80, l'exploité est devenu un défavorisé. C'est à dire passant du statut d'un mec issu d'un processus d'exploitation par un exploiteur, on passe à un type qui n'a pas de bol. Ces professionnels de l'assistance sociale ont donc modifié leur perception et leur action, passant d'une recherche de l'exploiteur pour l'empêcher d'exploiter en rond à une impuissance d'action.....comment lutter contre le manque de chance?
L'idéologie dominante utilise les concepts de temps pour lutter contre sa critique. Toute critique devient donc "passéiste", "démodée" et sont l'antithèse de la "modernité" et de la "réforme" habillées de "réalisme" et de "responsabilité" face à une critique jugée comme "utopique" ou "irresponsable".
http://www.alternatives-economiques.fr/le-nouvel-esprit-du-capitalisme-luc-boltanski-et-eve-chiapello_fr_art_222_25316.html
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mer 11 Sep 2013 - 13:30

Avant de me préoccuper de la personne qui occupe la fonction de ministre, je préfère me concentrer sur le ministère en question et son utilité sociale.
Le ministère de la culture n'est qu'une administration qui s'occupe d'affaires artistiques, un secrétariat d'état aux beaux-arts et à la conservation du patrimoine aurait été suffisant.....homme ou femme, le ou la, peu importe.
En Roumain, le soleil devient "la" soleil, cela change-t-il quelque chose au soleil et à la perception que nous en avons?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Mer 11 Sep 2013 - 16:06

Pose la question à Assad.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Jeu 12 Sep 2013 - 8:04

Je n'ai aucune sympathie particulière pour des gens qui font exploser des bombes, par destination ou par intention, pour tuer le maximum d'innocents. Je n'ai aucune sympathie particulière pour des gens qui cachent leurs armes ou leur central de commandement dans une école parmi les gosses ou dans le sous-sol d'un hôpital formant ainsi une "barrière" d'innocents premières victimes d'une armée régulière à la recherche de ces caches. Je n'ai aucune sympathie particulière pour des dirigeants qui bombardent leur population civile.
En ce qui concerne le langage, je préfère grandement décortiquer celui qui est utilisé dans mon quotidien en ce qui concerne ma vie quotidienne.
Si tu es si fan d'Assad et de ses troupes meurtrières, je te suggère d'avoir le courage de tes opinions et rejoindre le camp des assassins.
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10734
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Jeu 12 Sep 2013 - 10:54

hiram83 a écrit:
Heureux de te "revoir" JP.

http://www.alternatives-economiques.fr/le-nouvel-esprit-du-capitalisme-luc-boltanski-et-eve-chiapello_fr_art_222_25316.html
Excellente analyse de l'idéologie du capitalisme.

Mais, dis donc, tu es bien jeune pour être déjà si instruit !

Wink  
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Jeu 12 Sep 2013 - 16:42

Hiram,
Compte tenu des  insultes dont vous me gratifiez n'attendez aucune excuse de ma part.

je n'ai point envie de polémiquer. Et puisque vous en rajoutez une couche, je  vous fais remarquer que votre texte manquait de clarté; je l'ai édité afin de mettre  en évidence certains terme
Ainsi la lecture est plus fluide...

Un texte en discontinue sur deux pages, quarante messages qui se suivaient comme vous l'aviez posté effectivement n'aurait pas été entièrement lu.
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Ven 13 Sep 2013 - 20:14

J-P Mouvaux a écrit:

Mais, dis donc, tu es bien jeune pour être déjà si instruit !
 
Je cumule le double avantage d'avoir la mémoire d'un éléphant et la curiosité d'un spéculum. 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Ven 13 Sep 2013 - 20:27

Tatonga a écrit:
Moi, je trouve bien qu’on appelle un balayeur un technicien de surface et un vagabond un SDF, c’est moins dévalorisant, c’est une marque de respect de la personne et de son job.
Si ces nouveaux  vocables n’avaient pas été inventés, je suis sûr que l’auteur qui les dénonce aurait déploré qu’on ne les ait pas inventés. Comme quoi  on fait un livre avec n’importe quoi, sinon avec son contraire.

Je trouve aussi tout à fait indispensable  que les économistes usent de l’expression « ressources humaines ». L’entreprise mobilise des ressources financières, des ressources matérielles, des ressources immatérielles et des ressources humaines.  L’expression « ressources humaines » s’impose donc pour désigner une  partie des ressources de l’entreprise. Le bon choix des termes participe aussi à la bonne appréhension des phénomènes et à leur analyse. Les méthodes de gestion changent sans cesse, et sans cesse les hommes de science adaptent leur terminologie.
Il est donc tout à fait normal que l’on substitue « directeur des ressources humaines » à « directeur du personnel », d’autant que la mission du premier diffère et dépasse largement la mission restreinte classique du second.

Quant aux licenciements, ils sont effectivement « un plan de sauvegarde de l’emploi ». Pourquoi les appeler autrement ? Pour pouvoir recruter, l’entreprise doit pouvoir licencier. Et s’il n’y a pas licenciement partiel quand la conjoncture l’impose, c’est tout le monde qui perd son emploi sans plus de possibilité de faire de nouveaux recrutements. C’est bien un plan de sauvegarde. Car enfin, un patron ne licencie pas pour le plaisir, d’autant que ce sont les travailleurs qu’il emploie qui l’enrichissent. D'ailleurs en gardant le vocable " licenciement ", on pourrait penser que cela se fait par sadisme.  

Bon, je m’arrête là, pas envie d’écrire un livre. Mais tout le reste est de la même eau : de la mystification gratuite et bon marché pour.....intoxiquer le bon peuple tout en feignant le mettre en garde contre l'intoxication.
Je vois que le capitalisme fait son boulot, y compris chez ceux qui en dénoncent les abus.
Le mot "hiérarchie", présent 195 fois dans un corpus de 800 pages sur le management dans les années 60, a complètement disparu des 1500 pages sur le management des années 1990. La hiérarchie as-t-elle pour autant disparue dans le monde du travail?
Pour pouvoir recruter, l'entreprise doit pouvoir licencier dites-vous? Voilà un bel exemple de propagande capitaliste préférant précariser.....pardon, offrir de la "flexisécurité" aux travailleurs. Rassurez-moi, les deux en même temps? Feriez-vous partie de ces gogos qui pensent que la situation du "marché de l'emploi" (note cette référence au marché, seule valeur du capitalisme, comme si la vie humaine pouvait faire l'objet d'un marché) pourrait s'améliorer si les patrons pouvaient virer plus facilement? A l'heure des décentralisations massives, priver les salariés de leurs protections législatives c'est jeter en pâture toute une classe sociale au patronat toujours plus avide de dividendes avec l'assurance que le chômage ne diminuera pas puisque ce chômage est un épouvantail à agiter sous le nez des travailleurs afin de limiter leurs revendications et qu'il constitue un formidable outil de "gestion des ressources humaines". Comment considérer l'humain comme une ressource alors que sa présence dans l'outil de production (biens et services) permet à la fois une création de richesses et une création de valeurs (je vous renvoie aux théoriciens pour faire la distinction entre richesse et valeur).
Puisque vous parlez de "ressources humaines", parlons de son corollaire immédiat: la compétence.
Management / jugements psychologiques de la personne remplaçant "métier" et "qualification". Permet de détruire la mobilisation collective au profit de l'individualisation des carrières. Directement importées des techniques du management libéral, les « compétences » ont avantageusement remplacé « la qualification » et « le métier » dans le langage des formateurs et des employeurs, (notamment associatifs). Le patronat veut se débarrasser des « métiers » qui permettent de résister collectivement et de s’organiser syndicalement. Comme il faudra désormais en changer cinq à six fois dans une vie, ce sont les « compétences » à s’adapter, à se rendre « employable » qui serviront désormais à évaluer les travailleurs (pardon – les collaborateurs »). Finissons en avec le « savoir faire » et célébrons l’ère nouvelle du « savoir-être ». Savoir être docile, souple, interchangeable, malléable, motivé, imaginatif, créatif, convivial, communiquant…et plaisant à son employeur (pardon – à son collaborateur). C’est la personne, son être intime, sa vie privée, sa culture, son comportement,  qui doivent être enrôlés dans la productivité du service…au nom de la qualité, ou du militantisme et de la noblesse des missions (culture pour tous, sport pour tous, loisirs pour tous…) et pour garder les subventions, c'est-à-dire la part de marché public.
On peut ainsi, à l’école et dans l’entreprise découper le comportement du travailleur en sous-compétences , telles que « manifester l’envie d’apprendre »,  « accepter des activités contraignantes », « savoir être autonome « , « faire preuve d’initiatives », « gérer son temps »  ou « respecter les règles de vie au sein de l’association »[1] autant de critères qui relèvent de l’expérience personnelle et non d’une rationalisation des tâches. On y trouvera curieusement aucune compétence telle que « tenir tête à un maire », "contester son patron", "questionner le bien-fondé d'une décision" ou « résister à une dérive marchande de l’association » !
Pourtant, le travail n’est pas simple affaire de compétences. Il s’y tisse aussi un univers de coopération et de conflits qui dessinent une identité collective et professionnelle. Avec l’évaluation de ses compétences, l’animateur sosioculturel sent peser sur lui la pression à être conforme, pour le bien politique et financier de l’association. Comment des associations progressistes forgées dans une histoire des luttes sociales on pu en arriver à relayer en toute naïveté et bonne conscience ce discours réactionnaire n’est pas un mystère : c’est la grande victoire du capitalisme qui est d’abord – on ne le dira jamais assez – une victoire sur les mots, n’en déplaisent à ceux qui croient encore que les mots ne sont que des mots, et pas une manière d’agir !

Exercice de traduction :
Le portefeuille de compétences des  nouveaux emplois-jeunes  médiateurs de quartier, seront régulièrement évaluées par leurs tuteurs avec les partenaires de l’action.

« La souplesse, la soumission et la collaboration active et ardente des jeunes payés pour calmer la rébellion de leurs copains, leur capacité à intégrer le discours des institutions fera l’objet d’un contrôle avec les financeurs »

1] On peut lire Jean Pierre Le Goff. La barbarie douce. Paris. La découverte. 1999


Dernière édition par hiram83 le Ven 13 Sep 2013 - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Ven 13 Sep 2013 - 20:32

Personne a écrit:
Hiram,
Compte tenu des  insultes dont vous me gratifiez n'attendez aucune excuse de ma part.

je n'ai point envie de polémiquer. Et puisque vous en rajoutez une couche, je  vous fais remarquer que votre texte manquait de clarté; je l'ai édité afin de mettre  en évidence certains terme
Ainsi la lecture est plus fluide...

Un texte en discontinue sur deux pages, quarante messages qui se suivaient comme vous l'aviez posté effectivement n'aurait pas été entièrement lu.
Avertissement:
Merci de rester dans le sujet du post. Votre prose fantasmagorique reste un trollage.
Des modérateurs trolls, il n'y a qu'ici qu'on voit ça?
A l'avenir merci de garder vos laborieuses et inutiles justifications pour vous, où me les envoyer par MP où j'aurais le plaisir de les supprimer sans même les lire comme vous avez pu le faire avec mes posts, chacun pourtant traitant d'un sujet particulier et ayant un titre.....mais ne les ayant pas lus, vous ne pouviez pas le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Ven 13 Sep 2013 - 20:35

Tatonga a écrit:
Hiram ne se manifeste plus et c'est dommage. J'aurais bien voulu continuer à passer avec lui en revue toute cette nouvelle terminologie.
Mais peut-être lui ai-je fait peur ou peut-être considère-t-il que ses textes ne sont pas faits pour être discutés, mais pour être avalés. Je ne sais pas, toujours est-il qu'il n'y a aucune réaction à mon dernier texte.  
Je suis bien désolé, mais j'ai un emploi du temps à gérer et mes interventions sur un forum n'y occupent pas une place prioritaire.
Merci de garder vos projections mentales fantasmatiques pour vous.
Je vous répond quand j'en ai le temps.
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 10734
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   Ven 13 Sep 2013 - 22:25

Tatonga a écrit:

Bon, je m’arrête là, pas envie d’écrire un livre. Mais tout le reste est de la même eau : de la mystification gratuite et bon marché pour.....intoxiquer le bon peuple tout en feignant le mettre en garde contre l'intoxication.
Oh là là !

Voilà que oser faire une analyse rigoureuse du système capitaliste, c'est de l'intoxication ! ! !

Tu n'as donc pas d'autres arguments un peu plus solides pour prendre la défense du "système d'exploitation de la main d'oeuvre" tel qu'il est actuellement.

Et, puisqu'on est en sociologie, et que hiram a commencé à exposer les connaissances qu'il a en sociologie en traitant la question côté "producteurs" on pourrait aussi aborder le côté "consommateurs".

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Désintoxication du langage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Désintoxication du langage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Désintoxication du langage
» Français : le langage et ses troubles (semaines 1, 2 et 4)
» Un boîtier pour comprendre le langage des chats
» La peur du langage eschatologique...
» Chez nous aussi le langage se met en place

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: SCIENCES :: Sciences humaines :: Sociologie-
Sauter vers: