Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 genèse du christianisme

Aller en bas 
AuteurMessage
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 19:35

30
7 avril
Crucifixion de Jésus
Condamné pour blasphème parce qu'il se dit fils de Dieu, Jésus de Nazareth est crucifié à Jérusalem sur ordre de Ponce Pilate. Jusqu'à sa mort, Jésus n'aura de cesse d'annoncer la venue du règne de Dieu qui libérera Israël du joug des Romains. Le jour de sa crucifixion, il avait selon les thèses entre 33 et 35 ans. La Résurrection du Christ aura lieu, selon les Écritures, trois jours plus tard. L’Ascension, moment où le Christ s’élève au Ciel, se déroulera quant à elle quarante jours après son retour à la vie.

30
mai
L’Ascension du Christ
Selon le Nouveau Testament, Jésus Christ s’élève dans le Ciel quarante jours après avoir ressuscité d’entre les morts. Deux iconographies illustrant la scène traverseront les siècles. La première le montre parmi les nuages, s’élevant vers les cieux. La seconde le représente sur le Mont des Oliviers, pris par la main de Dieu. Toujours selon les Écritures, les apôtres recevront, après l’Ascension, l’Esprit saint que Jésus leur avait promis lors de la Cène, son dernier repas.

32
Etienne est lapidé
Aux alentours de 32, le diacre Étienne est conduit devant le Sanhédrin – aréopage juif – pour répondre à l’accusation de blasphème qui pèse contre lui. Au terme d’un long discours par lequel il tente de justifier ses positions chrétiennes, il est condamné à mort, conduit de force hors de la ville et lapidé. Saul de Tarse, qui deviendra plus tard saint Paul, assiste à la sentence, récupère les vêtements des bourreaux et approuve la punition. Saint Étienne sera considéré comme l’un des premiers martyrs chrétiens.

34
Saul de Tarse se convertit
Alors qu’il se rend à Damas dans le but de combattre les communautés chrétiennes, Saul de Tarse reçoit une vision bouleversante du Christ, l’interrogeant sur les raisons de ses persécutions. Saul se convertit aussitôt. Aveuglé par la lumière de la scène, il n’aurait retrouvé la vue qu’en se faisant baptiser. Élevé dans le pur respect de la Loi juive, Saul était devenu l’ennemi des chrétiens, au lendemain de la crucifixion de Jésus. Il aurait même approuvé le martyre d’Étienne, exécuté par lapidation peu de temps avant. Cette révélation qui modifie le cours de son destin, le transformera en un grand prédicateur qui, sous le nom de Paul, parcourra les routes d’Asie Mineure et de Grèce pour transmettre le message du Christ. Selon les Actes des Apôtres, Paul effectuera ainsi trois grands voyages missionnaires.

44
Paul voyage en Asie Mineure
Converti au christianisme depuis quelques années, Paul quitte Antioche et prend la route en direction de Chypre, accompagné de Barnabé. Après avoir converti le proconsul, il se rend en Asie Mineure, dans les villes d’Antioche de Pisidie, de Lystres et de Derbé. Dès lors, il fonde plusieurs communautés chrétiennes au cœur des territoires non évangélisés. Il est très souvent reçu à coup de pierres par les juifs de la région. Il ne regagnera Antioche qu’en 47, puis effectuera deux autres voyages missionnaires, l’un à partir de 50 et l’autre dès 54.

48
Réunion du concile de Jérusalem
Les dirigeants de l’Église de Jérusalem rencontrent les chrétiens Pierre, Paul et Barnabé afin de statuer sur la question du paganisme. Ils se demandent si les païens qui ont adopté la religion chrétienne doivent ou non observer en plus les pratiques imposées par la Loi juive. Au terme de cette rencontre, les participants se mettront d’accord sur le fait que la seule conversion au christianisme suffit au salut des gentils. Cette décision aura pour conséquence d’amener davantage de convertis issus du paganisme au sein de l’Église chrétienne. Par ailleurs, l’esquisse d’une rupture entre les religions juive et chrétienne se profile.

50
Paul repart pour l’Asie Mineure
Revenu de son premier voyage missionnaire il y a trois ans, Paul quitte Jérusalem, où il avait assisté au concile, pour se rendre une nouvelle fois en Asie Mineure. Il est alors accompagné de Silas et de Timothée. Après s’être assuré de la bonne foi des communautés chrétiennes qu’il avait installées à Lystres, Derbé et Antioche de Pisidie, il prend la mer en direction de la Macédoine. Il établit les églises de Philippes et de Thessalonique et passe quelques temps à Athènes, puis à Corinthe, où il fonde une nouvelle communauté. Ainsi, le christianisme se développe progressivement dans la plupart des régions qu’il parcourt, malgré le mauvais accueil que lui réservent les Juifs.

54
Dernier voyage missionnaire de Paul
Paul entreprend un troisième voyage, suivant à peu de choses près le même trajet que le précédent. Parti d’Antioche, il traverse l’Asie Mineure, où il séjourne quelques temps à Éphèse. Il rejoint ensuite la Macédoine, puis Corinthe, en Grèce pour finalement arriver à Tyr. Durant son parcours, il rédige plusieurs épîtres qui seront regroupés dans le Nouveau Testament. Toujours selon les Actes des Apôtres, il aurait été arrêté à Jérusalem, après avoir provoqué une vive colère au sein de la communauté juive. Retenu captif à Césarée durant deux années, il aurait ensuite été conduit à Rome, puis libéré avant d’être à nouveau emprisonné. Il aurait alors été exécuté vers 65.

64
13 octobre
Saint Pierre est martyrisé
L’un des principaux apôtres de Jésus (d’après l’Évangile) est crucifié à Rome, suite aux persécutions de Néron vis-à-vis des Chrétiens. Le Christ lui aurait donné son nom pour symboliser sa fonction de fondateur de l’Église. La tradition romaine fera de lui le premier pape. Des siècles plus tard, un doute subsistera quant à la date précise de sa mort. Certains s’accorderont à dire qu’elle eut lieu en 67.

112
Rescrit de Trajan sur les persécutions chrétiennes
En réponse aux interrogations du gouverneur de Bithynie Pline le Jeune, Trajan établit les principes de la persécution chrétienne. Il explique qu’il n’est pas nécessaire d’enquêter pour découvrir les chrétiens mais qu’il faut néanmoins condamner ceux qui font l’objet de dénonciations régulières. Ces derniers peuvent toutefois être acquittés s’ils abandonnent publiquement leur religion. Relativement modérée sous l’empereur Trajan, la persécution à l’encontre des chrétiens prendra davantage d’ampleur à la fin du siècle.


177
Persécution des chrétiens de Lyon
Sous l’empereur Marc Aurèle, les chrétiens de Lugdunum, la future ville de Lyon, sont férocement persécutés. Malmenés par la foule, ils sont ensuite arrêtés en grand nombre. Parmi eux figurent le vieil évêque Pothin et la jeune esclave Blandine. Tous sont torturés pour qu’ils abjurent. Une dizaine d’entre eux cèdent rapidement tandis que la plupart confessent leur foi avec détermination. Après maintes tortures, le courage de la frêle Blandine étonne ses bourreaux et les témoins de la scène. Les martyrs de Lyon marqueront profondément l’histoire de la ville.

258
Saint-Denis est décapité à Montmartre
Le premier évêque de Paris, Saint Denis, est décapité après avoir été repéré par un gouverneur romain. Décrit par Saint Grégoire de Tours comme l’un des acteurs de l’évangélisation de la Gaule, Saint Denis est aussi connu pour la légende qui prétend que le religieux s’est relevé après avoir été décapité à Montmartre. Marchant alors pendant six kilomètres avec sa tête dans les bras, il aurait donné cette dernière à une croyante avant de s’écrouler. C’est dans ces lieux que la basilique Saint-Denis fut construite pour rendre hommage à l’évêque. Une autre tradition veut qu’une femme romaine du nom de Catulla fit enterrer son corps qui devait être jeté dans la Seine. La date de sa mort reste sujet à caution.

303
Dioclétien persécute les chrétiens
Alors que ses prédécesseurs ont plus ou moins poursuivi les persécutions à l’encontre des chrétiens, Dioclétien publie plusieurs édits meurtriers. Depuis le début du siècle et malgré le nombre élevé de condamnations, le christianisme ne cesse de se développer. Conscient du phénomène, l’empereur romain décide d’anéantir cette religion. Il mène de féroces persécutions, fait fermer les églises et interdire les ouvrages sacrés. Étendue sur dix années, la persécution de Dioclétien sera considérée comme la plus dure de l’Histoire. Il faudra attendre le règne de Constantin Ier pour que les chrétiens retrouvent leur liberté de culte.

313
février
Constantin promulgue l’édit de Milan
Au lendemain de la bataille du pont Milvius, l’Empereur romain Constantin Ier et Lucinius se concertent et décident de rétablir la liberté de culte. En promulguant l’édit de Milan, l’Empereur met un terme à plusieurs siècles de persécutions à l’encontre des chrétiens. Désormais tolérés au sein de l’Empire, ces derniers pourront récupérer leurs lieux de culte et leurs biens, confisqués dans les années précédentes. Constantin, quant à lui, se convertira finalement et sera baptisé sur son lit de mort.

325
20 mai
Le concile de Nicée se réunit
L’Empereur Constantin convoque le tout premier concile œcuménique à Nicée, dans le but d’établir l’unité de l’Église en Orient comme en Occident. Il espère ainsi mettre fin au conflit causé par l’arianisme, qui nie la nature divine du Christ. Au terme de plusieurs mois de discussions, cette doctrine sera condamnée. En effet, le Fils de Dieu sera considéré comme "consubstantiel" - autrement dit de nature semblable – au Père. Ainsi, les évêques adopteront le Symbole de Nicée, profession de foi chrétienne, et définiront la date précise du jour de Pâques. Dans cette même voie, l’empereur Théodose Ier promulguera plus tard l’édit de Thessalonique, qui sera suivi par le concile de Constantinople, en 381. Le christianisme occupe donc une place de plus en plus importante au sein de l’Empire, lequel intervient également pour en fixer les caractéristiques.

337
22 mai
Constantin est baptisé sur son lit de mort
Constantin Ier, qui donna un nouveau souffle au christianisme, se fait baptiser à l’orée de sa mort. Étant le tout premier empereur romain de foi chrétienne, Constantin participe sans conteste à l’expansion de l’Église en Orient, comme en Occident.

380
28 février
Théodose Ier promulgue l’édit de Thessalonique
Alors que l’empereur Julien avait tenté en vain de rétablir le paganisme, Théodose Ier promulgue un édit qui fait du christianisme la religion d’État. Désormais, la foi en la divinité de la sainte Trinité sera obligatoire au sein de l’Empire. Théodose soutient ainsi les enseignements dispensés par les évêques d’Alexandrie et de Rome contre l’arianisme, alors totalement proscrit. Pour consolider ces dispositions, Théodose réunira un concile œcuménique à Constantinople.

381
Premier concile de Constantinople
L’Empereur Théodose Ier réunit un concile œcuménique à Constantinople afin de définir encore plus concrètement les caractéristiques de la foi chrétienne pour tout l’Empire. Les évêques adoptent alors le symbole Nicée-Constantinople et statuent sur la nature du Saint-Esprit. Ils définissent ainsi ce dernier comme consubstantiel au Père et au Fils. Après avoir condamné l’arianisme et plusieurs autres groupes religieux, ils s’accordent sur le fait que l’évêque de Constantinople se situe en deuxième position de l’ordre honorifique, après celui de Rome.

387
Augustin est baptisé
Tout juste converti au christianisme, Augustin se fait baptiser par l’évêque de Milan, Ambroise. Grand érudit, il se passionne depuis sa jeunesse pour la philosophie, et la lecture de plusieurs œuvres néoplatoniciennes influencent sans conteste sa conversion. Nommé évêque d’Hippone en 395, il se consacrera pleinement à ses activités pastorales. Ancien professeur de rhétorique, il mettra ses talents au service d’une écriture religieuse qui fait de lui l’initiateur de l’Église d’Occident. Parmi ses écrits qui traverseront les siècles figurent les "Confessions" et la "Cité de Dieu".

430
28 août
Mort de Saint Augustin
Le théologien Saint Augustin décède à l'âge de 75 ans dans la colonie romaine d'Hippone (Afrique du Nord), alors assiégée par les Vandales. Convertit tardivement en 387, il devint évêque d'Hippone en 396. Ses ouvrages, dont "La Cité de Dieu", auront une influence considérable sur l'Eglise catholique et la culture occidentale.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 20:14

432
17 mars
La mort de Saint Patrick
Évêque d’Irlande, Saint Patrick décède après avoir accompli sa mission religieuse dans le pays. Débarqué sur l’île des années plus tôt, il avait prêché l’Évangile auprès des rois irlandais, portant le symbole fort de la feuille de trèfle. Il considérait la plante comme la représentation naturelle de la Sainte-Trinité. Des siècles plus tard, la journée du 17 mars lui sera entièrement consacrée par le peuple irlandais.

451
8 octobre
Réunion du concile de Chalcédoine
L’empereur d’Orient Marcien convoque un concile œcuménique dans le but de mettre fin aux convictions monophysites. Plusieurs centaines d’évêques condamnent alors cette doctrine prônée par Eutychès et qui nie la nature humaine du Christ. Au terme des discussions, la double nature du Christ, à la fois humaine et divine, est affirmée. Les deux sont totalement indissociables de son Être. Parmi les nombreux canons adoptés, l’un deux, qui consacre l’égalité patriarcale entre l’évêque de Constantinople et le pape de Rome, sera refusé par le pape Léon le Grand.

537
27 décembre
Inauguration de la basilique Sainte Sophie
L'Empereur Justinien inaugure à Constantinople (actuelle Istanbul) la basilique Sainte-Sophie construite par les architectes Anthémios de Tralles et Isidore de Milet. Chef d'œuvre de l'architecture byzantine elle est élaborée avec des matériaux précieux et des éléments pris aux temples de Grèce ou d'Egypte. Sainte-Sophie deviendra une mosquée quand les Ottomans du sultan Mehmet II prendront Constantinople en 1453.

720
Fondation de l’abbaye de Saint-Gall
L’abbaye de Saint-Gall est érigée afin de renforcer les missions évangéliques lancées sur le territoire. Le moine irlandais Colomban fut le premier à tenter d’évangéliser les populations suisses, appelées les Alamans et installées depuis le Ve siècle.

1000
L’Islande se christianise
Suite à la décision de l’Althing, le christianisme devient la religion officielle de l’Islande. Depuis quelques temps, le roi de Norvège insistait fortement pour que cette mesure soit effective. C’est ainsi que deux évêchés seront créés, sous l’archevêché de Trondheim. Le premier sera fondé au sud, à Skalholt, en 1056 et le second au nord, à Holar, en 1066. Le christianisme perdurera en Islande jusqu’au XVIe siècle, lorsque la Réforme sera introduite par les Danois.

1073
22 avril
Grégoire VII pape
Hildebrand, moine toscan de 50 ans très réputé, devient pape. Il est porté par la foule romaine sur le trône de Saint Pierre et prend le nom de Grégoire VII. Il modifiera profondément l'Église catholique pour la rendre plus morale et surtout plus indépendante des seigneurs et des souverains. Son oeuvre reste connue sous le nom de "réforme grégorienne".

1077
14 juillet
Dédicace de Bayeux
Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume Le Conquérant, consacre la nouvelle cathédrale de sa ville, l'une des plus importantes de Normandie. La dédicace est présidée par l'archevêque de Rouen en présence de Guillaume, duc de Normandie et roi d'Angleterre. La tapisserie dite "'de Bayeux" longue de 69 mètres est étendue dans la cathédrale. Elle a été réalisée spécialement entre 1066 et 1077 pour célébrer cet événement.
Voir aussi : Dossier histoire du duché de Normandie - Normandie -

1095
27 novembre
Le pape déclenche la première croisade
Lors du Concile de Clermont, le pape Urbain II exhorte les chevaliers des royaumes occidentaux à la croisade. Le but: libérer la Terre sainte et prendre possession de Jérusalem. Les premiers croisés partiront à la fin de l'été 1096 avec à la tête des Lorrains, Godefroi de Bouillon.

1096
1 août
La croisade populaire arrive à Constantinople
Guidée par Pierre l’Ermite et Gautier Sans Avoir, une foule de croisés issus du peuple atteint les portes de Constantinople. Au lendemain de l’appel du pape Urbain II, la population décida de prendre la route pour un pèlerinage vers la Terre sainte. Sans aucune organisation ni armes, les pèlerins cheminèrent en Europe, certains d’entre eux pillèrent villes et villages et attaquèrent les communautés juives. Enfin arrivés au Proche-Orient, Pierre l’Ermite et ses troupes traversent le Bosphore, aidés par les Byzantins. Mais, poursuivant leur route, les quelques 12000 croisés rescapés du périple périront sous les armes turques quelques mois plus tard.

1098
3 juin
Antioche est prise par les croisés
Partis à l’appel du pape Urbain II, les croisés de la noblesse s’emparent de la ville d’Antioche, alors en Syrie. Les armées croisées sont dirigées par Godefroi de Bouillon, le compte de Toulouse, Bohémond Ier, et le légat pontifical, Adhémar de Monteuil. L’année précédente, ils étaient déjà parvenus à reconquérir Nicée, mais ayant conclu un accord avec l’empereur byzantin Alexis Comnène, ils furent contraints de lui remettre la ville. Peu de temps après, ils remportèrent une grande victoire contre les Turcs, en Asie Mineure, ouvrant ainsi la voie à d’autres conquêtes, dont celle de Jérusalem en 1099.

1099
15 juillet
Les croisés prennent Jérusalem
Partis de France en 1096 à l'appel du pape Urbain II, les croisés emmenés par Godefroi de Bouillon et le comte de Toulouse, font leur entrée dans Jérusalem. Tous les défenseurs de la ville, musulmans ou juifs, sont massacrés. La prise de la Ville sainte provoque la mort de près de 100 000 personnes. C'est ainsi que naît le royaume latin de Jérusalem. Godefroi de Bouillon prendra en charge l'administration de la ville au titre d'avoué du Saint-Sépulcre.

1113
15 février
L’ordre des Hospitaliers est reconnu
Peu de temps après la prise de Jérusalem par les croisés, le pape Pascal II reconnaît l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem et le place sous la protection du Saint-Siège. À l’origine, l’ordre n’était autre qu’un petit hôpital fondé à Jérusalem pour venir en aide aux pèlerins malades ou blessés. La communauté religieuse qui assurait jusqu’alors la gestion de l’établissement est désormais chargée de défendre la Ville sainte et le royaume de Jérusalem. Ils occuperont, dès 1142, le krak des Chevaliers, grande forteresse de Tripoli. Au lendemain de la dernière croisade, les chevaliers de l’ordre seront contraints de fuir à Chypre, et s’empareront de l’île de Rhodes. Ils prendront alors le nom de "chevaliers de Rhodes". Lorsque Charles Quint leur fera don de l’île de Malte, ils troqueront une fois de plus leur nom contre celui de "chevaliers de Malte".

1122
24 septembre
Signature du Concordat de Worms
Le traité, signé entre l'empereur germanique Henri V et le pape Calixte II, met fin à la querelle des Investitures, un conflit vieux d'un demi siècle entre l'Église et la royauté. Désormais, les évêques du Saint Empire romain germanique (l'Allemagne et l’Italie) ne seront plus désignés par le seul empereur mais aussi par le pape. De cette façon, ils reçoivent une double investiture, à la fois spirituelle et laïque.

1128
13 janvier
L’Ordre des Templiers est approuvé
Le concile de Troyes approuve la règle de l’ordre des Templiers. C’est ainsi que l’ordre est officiellement reconnu. Il fut pourtant fondé dix ans plus tôt sous l’impulsion du chevalier Hugues de Payns. Le roi de Jérusalem, Baudoin II, avait alors logé les chevaliers sur l’ancien temple de Salomon, duquel ils tirèrent leur nom. Ils avaient pour mission de protéger les pèlerins venus en Terre sainte. L’ordre des Templiers, ou ordre du Temple, s’enrichira ensuite très rapidement et gagnera en puissance. Les Templiers seront finalement arrêtés par Philippe le Bel en 1307.

1144
11 juin
Consécration de la basilique de Saint Denis
Le chœur de la basilique de Saint-Denis, dédiée au premier évêque de Paris décapité par les Romains en 258, est solennellement consacré en présence du roi louis VII et de l'abbé Suger. La première église abbatiale de Saint-Denis fut élevée par sainte Geneviève au Vème siècle. Sous les Capétiens, elle devint nécropole royale. Le choeur de la basilique, avec ses chapelles rayonnantes et sa voûte en croisée d'ogives, marque la naissance d'un nouveau style architectural : l'art gothique.

1145
1 décembre
Le pape appelle à une nouvelle croisade
Eugène III émet la bulle pontificale "Quantum praedecessores" qui appelle à une nouvelle croisade. Cette décision fait suite à la perte, pour la chrétienté, d’Edesse, sur la frontière du Royaume de Jérusalem. Cet appel ne rencontre en fait qu'un faible écho avant que Bernard de Clairvaux ne s’en empare. Les expéditions qui suivront ne se solderont que par des échecs cuisants pour les croisés.

1187
2 octobre
Saladin s’empare de Jérusalem
Après avoir vaincu l’armée latine à Hattin, le sultan ayyubide Saladin parvient à prendre la ville de Jérusalem. Quelques mois plus tôt, alors à la tête de l’Égypte et de la Syrie, Saladin avait lancé une terrible armée à la reconquête de tout le royaume latin de Jérusalem. Le résultat pour les Chrétiens est catastrophique. La réaction du pape Grégoire VIII ne se fera pas attendre : dès 1187, il appellera à une nouvelle croisade.

1187
29 octobre
Appel à une troisième croisade
Malgré l’échec de la croisade précédente, le pape Grégoire VIII lance un appel à une nouvelle conquête de la Terre sainte. Il éveille ainsi l’enthousiasme de Frédéric Barberousse, à la tête du Saint Empire, rapidement suivi de Philippe Auguste, roi de France et de Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre. C’est ainsi qu’une immense armée prend le chemin de l’Orient. Toutefois, malgré l’ampleur de ces forces, la croisade ne rencontre pas le succès escompté. À peine arrivé en Asie Mineure, Barberousse sera emporté par les eaux du Cydnos. Philippe Auguste, quant à lui, ne tardera pas à abandonner ses projets, après avoir reconquis Saint-Jean-d’Acre en compagnie de Richard Cœur de Lion. Ce dernier poursuivra seul la reconquête, mais ne sera pas de taille pour reprendre Jérusalem.

1192
janvier
Richard Cœur de Lion renonce à Jérusalem
Parti en croisade en 1187, Richard Cœur de Lion doit renoncer à prendre Jérusalem. En effet, l’abandon inattendu du roi de France, Philippe Auguste, avec lequel il partageait les mêmes desseins, ne lui permet pas de s’emparer définitivement de la Ville sainte. Afin de préserver sa couronne, il ne peut se permettre de rester plus longtemps en Orient. Il décide donc de conclure un accord avec le sultan Saladin. Durant trois ans, la paix sera assurée et les pèlerins seront autorisés à fouler le sol de la précieuse Jérusalem.

1194
10 juin
La cathédrale de Chartres incendiée
Construite en haut d'une colline dominant l'Eure, sur l'emplacement d'un ancien temple gallo-romain, la cathédrale romane de Chartres est détruite par un incendie. Seule la partie ouest est sauvée. Grâce à de nombreux dons, un programme de reconstruction est aussitôt lancé. La nouvelle cathédrale sera consacrée en 1260 et deviendra un haut lieu de pèlerinage. Elle représente le chef-d'oeuvre de l'art gothique français.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 20:18

1198
8 janvier
Election du pape Innocent III
A 37 ans, le comte Lotario de Segni, Giovanni Lotario, est élu Pape à Rome. Il succède à Célestin III et prend le nom d'Innocent III. Considéré comme le pape le plus important du Moyen-Age, Innocent III renforcera la suzeraineté papale sur de nombreux pays d'Europe : la Sicile, le Portugal, l'Angleterre, la Portugal, l'Aragon, ...Au cours de ses 18 ans de pontificat, il lancera deux croisades contre les cathares en pays albigeois et sera l'instigateur de la quatrième croisade en terre sainte.

1199
25 mars
La bulle "Vergentis in senium" annonce l'Inquisition
Le Pape Innocent III institue une procédure de lutte contre les hérétiques dans sa bulle "Vergentis in senium". Depuis le deuxième concile de Latran de 1139, la lutte contre les hérétiques est au cœur des préoccupations du Saint-Siège. Les mouvements manichéens, qui croient en l’existence séparée du bien et du mal, de Dieu et du Diable, tels les cathares, ont prospéré et représentent un risque pour l’unité sociale des pays. Cette bulle annonce l’envoi de religieux dans la région d’Albi et pose les bases de l’Inquisition.

1203
17 juillet
Les croisés prennent Constantinople
Les croisés prennent la ville byzantine de Constantinople. Suite à l’appel du pape Innocent III en 1202, quelques chevaliers avaient pris la route des croisades, à destination de l’Égypte. Les Vénitiens acceptèrent de transporter les croisés par voie maritime à condition que les chevaliers s’emparent, pour eux, de Zara, en Dalmatie. Dès lors, plus personne ne s’intéressa à la reconquête de la Terre sainte et tous se mirent en tête de rétablir Isaac II Ange sur le trône byzantin. Le pape eut beau excommunier les Vénitiens, rien n’empêcha les croisés de s’attaquer à d’autres Chrétiens. Quelques mois après cette première prise, ils s’empareront une nouvelle fois de la ville et la pilleront avant d’établir l’Empire latin d’Orient.

1209
22 juillet
Massacre de Béziers
L'armée des croisés chargée d'éradiquer les cathares à la demande du pape Innocent III, s'empare de Béziers. Sous la direction du légat du pape Arnaud-Amalric, la ville est mise à sac et la population massacrée. Bien qu'en majorité catholique, Béziers ne voulait pas livrer les cathares qu'elle protégeait. Avant de donner l'assaut, les croisés demandent à leur chef comment reconnaître les hérétiques des vrais chrétiens. Le légat leur répond : "Tuez les tous et Dieu reconnaîtra les siens!". Pendant vingt ans les combats feront rage dans la région. Les albigeois, dans un premier temps dépassés, organiseront une reconquête avant de se heurter à l’armée royale française. Bien que glorieuse pour les catholiques, la croisade des albigeois n’élimine pas complètement le catharisme. C’est une des raisons de la création de l’Inquisition quelques années plus tard.

1212
Une foule d’enfants part en croisade
Sous l’impulsion d’un jeune de Cologne, Nicolas, de enfants se rassemblent dans le but de partir en croisade délivrer la Terre sainte. Le mouvement naissant en Allemagne se propage en France, où un certain Etienne prétend lui aussi recevoir un message du Christ. Des milliers d’enfants prennent donc la route en direction de Jérusalem et du Saint Sépulcre. Très peu d’entre eux reviendront. Les uns mourront en chemin, les autres seront vendus comme esclaves.

1212
16 juillet
Bataille de las Navas de Tolosa
Les Chrétiens espagnols conduits par les seigneurs Sancho VII de Navarre, Pedro II d'Aragon et Alphonse VIII de Castille, battent les musulmans Almohades près d'Ubeda en Andalousie. Près de 60 000 soldats arabes trouvent la mort dans les combats. Pour les catholiques, cette éclatante victoire marque le début de la reconquête de l'Espagne occupée par les musulmans depuis le VIIIème siècle. Ils peuvent dès lors pénétrer dans la Sierra Morena aux portes de l'Andalousie et commencer à reconquérir tous les territoires appartenant aux Almohades. La bataille de Las Naves de Tolosa annonce le déclin de l'empire arabe en Espagne.

1215
30 novembre
Clôture du IVe concile du Latran
Le pape Innocent III préside la dernière séance du concile du Latran. Ce nouveau concile œcuménique est le quatrième à avoir lieu au palais romain du Latran. Il en résulte la condamnation des Cathares et des Vaudois, l’interdiction de créer de nouveaux ordres religieux, le soutien des discriminations contre les Juifs et l’apparition du terme de "transsubstantiation". Par ailleurs, le pape Innocent III appelle à une nouvelle croisade. Toutefois, ce sera son successeur, le pape Honorius III qui l’organisera deux ans plus tard. Mais elle se conclura par un échec.

1231
février
La création de l'Inquisition
En créant la constitution "Excommunicamus", le pape Grégoire IX met en place l’Inquisition. Désormais, ce ne sont plus aux évêques de lutter contre l’hérésie mais à des prêtres dépendant directement du Saint-Siège et jouissant de pouvoirs extraordinaires. Par ailleurs, la prison à vie et la mort par le feu deviennent à cette occasion des moyens reconnus par l’Eglise pour lutter contre l’hérésie. Dès la fin de l’année, les premiers inquisiteurs commenceront leur mission en Europe.

1233
20 avril
L'Inquisition débute en France
Le pape Grégoire IX annonce que la lutte contre l’hérésie n’est désormais plus assumée par les évêques sur les territoires français. Cette tâche est alors confiée aux Frères prêcheurs, ordre franciscain fondé par Dominique de Guzman. Créé pour convertir les cathares, cet ordre dispose désormais des pouvoirs propres à l’Inquisition pour réaliser sa mission. Rapidement, les Frères s’installent dans les lieux stratégiques du sud de la France comme Toulouse, Montpellier ou Lyon. Les tribunaux de l’Inquisition auront un rôle crucial dans la répression des Cathares en France, et ils feront régulièrement usage des bûchers.

1239
13 mai
Le bûcher de l'Inquisition sévit au Mont-Aimé
Robert le Bougre fait brûler 183 personnes en Champagne suite à une rafle à Provins : c’est le bûcher du Mont-Aimé. Cathare repentit et désormais inquisiteur, Robert le Bougre est souvent désigné comme le symbole de la violence parfois arbitraire de l’Inquisition. Ses excès sont tels qu’il sera relevé de ses fonctions par le pape et condamné à la prison à perpétuité.

1244
16 mars
Les Cathares capitulent à Montségur
Après six mois de siège, les Croisés de Saint-Louis prennent l'ultime bastion de la résistance cathare, le château de Montségur en Ariège. 200 Albigeois sont fait prisonniers et brûlés vifs au pied des murailles dans un champ appelé "Prat de cramats" (Pré des brûlés). Les survivants seront conduits à Bram et remis au tribunal de l'Inquisition.

1248
26 avril
Consécration de la Sainte-Chapelle
Après 6 ans de travaux, la Sainte-Chapelle, dans l'île de la Cité de Paris, est consacrée. C'est le roi Louis IX (futur Saint-Louis) qui a ordonné sa construction, afin d'abriter la couronne d'épines et d'autres reliques de la Passion du Christ, rachetées à l'empereur de Byzance, Baudouin II. Dévastée pendant la Révolution, transformée en dépôt des archives judiciaires en 1802, elle sera restaurée à partir de 1837. Elle se trouve aujourd'hui enfermée dans l'enceinte du Palais de Justice.

1252
La "quaestio" légitimée par la bulle "Ad extirpenda"
Le Pape Innocent IV, par la bulle "Ad extirpenda", décide de légitimer la torture dans le cadre de l’Inquisition. La torture est désignée sous le nom de "quaestio" (question). Les supposés hérétiques y sont soumis pour qu’ils avouent leurs pratiques et dénoncent les autres hérétiques. Cette légitimation de la torture tranche avec les réticences passées de l’Eglise à user de la force pour lutter contre l’hérésie, réticences qui s’incarnaient encore dans la phrase de Bernard de Clairvaux : "la foi doit être persuadée, et non imposée".

1291
28 mai
Les croisés perdent la Terre sainte
Les possessions des croisés en Terre sainte tombent définitivement entre les mains des musulmans avec la chute de Saint-Jean-d'Acre (aujourd'hui Akko, port de pêche d'Israël). La ville avait été prise par les Croisés et remise au roi Baudouin 1er en 1104. Après un long siège imposé par les Mamelouks sous la direction de al-Ashraf Khalil, une partie de la muraille nord cède et la ville est conquise malgré la résistance des Templiers et des chevaliers de l'Hospital.

1294
13 décembre
Le pape Célestin V démissionne
Ecrasé par le poids des responsabilités et se sentant incapable de résister aux pressions du roi de France Philippe IV le Bel, Célestin V abdique cinq mois à peine après son élection à Rome. La démission de cet ancien ermite bénédictin de 80 ans sera longtemps appellée "Le grand refus".

1303
7 septembre
Arrestation du pape Boniface VIII sous Philippe IV le Bel
Guillaume de Nogaret, envoyé du roi de France Philippe IV le Bel, pénètre avec quelques hommes dans la résidence pontificale d'Anagni en Italie pour se saisir du pape Boniface VIII et le mettre en lieu sûr le temps de le faire déposer par un concile. Mais le plan échoue : la population d'Anagni parvient à délivrer Boniface. Ce dernier ne résiste toutefois pas à l'épreuve et meurt peu de temps après l'attentat. Le pape était intransigeant et s'était opposé vigoureusement au roi de France Philippe IV le Bel, qu'il avait excommunié.

1307
13 octobre
L'arrestation des Templiers
Philippe le Bel fait arrêter les Templiers et confisque leurs biens. L'ordre des chevaliers du Temple, le premier ordre militaire d'Occident fondé en 1119, est devenu aux yeux du roi de France trop riche et trop puissant alors qu'il a fait à l'origine vœu de pauvreté. Au concile de Vienne en 1312, cédant à la pression du roi, le pape Clément V prononcera la dissolution de l'ordre.

1309
9 mars
Le Saint-Siège s'établit en Avignon
Le pape Clément V s’installe à Avignon, propriété du comte de Provence et roi de Naples. Suite à l’attentat d’Anagni et sur les conseils du roi de France, Philippe IV le Bel, le souverain pontife d’origine française a renoncé à Rome. Avignon sera achetée par Clément VI en 1348 et demeura la résidence des papes jusqu'en 1377.

1314
19 mars
Le Templier Jacques de Molay sur le bûcher
Sur ordre du roi Philippe IV le Bel, le dernier grand maître des Templiers, Jacques de Molay, est brûlé vif sur l'île de la Cité à Paris. Au moment de mourir il maudit le roi et le pape Clément V leur prédisant qu'ils mourraient eux aussi avant la fin de l'année. Arrêté en 1307 parce qu'il refuse que son ordre fusionne avec l'ordre concurrent des Hospitaliers, Jacques de Molay est torturé. Tous les Templiers de France sont remis aux inquisiteurs dominicains et l'ordre est supprimé le 3 avril 1312 par la bulle papale "Vox in excelso".

1396
27 septembre
Défaite des croisés à Nicopolis
Le sultan Ottoman Bayazid Ier inflige une écrasante défaite aux croisés mandatés par le Roi de Hongrie, Sigismond. Les barons français Jean sans Peur et Philippe d'Artois avaient constitué une armée de 10 000 chevaliers pour rejoindre l'armée de Sigismond à Bude, aujourd'hui Budapest. La rencontre avec les troupes du sultan à Nicopolis (au nord de la Bulgarie, sur le Danube) est d'une extrême violence. Les chrétiens doivent s'incliner et Jean sans Peur est fait prisonnier. Les Turcs s'emparent de la Bulgarie. Bientôt ils domineront tous les Balkans. Pour les puissances européennes, cette défaite met un terme aux croisades.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 20:20

1444
10 novembre
La défaite des croisés à Varna
Les Turcs Ottomans infligent une sévère défaite aux croisés Hongrois à Varna, sur les bords de la mer Noire (Bulgarie). Le roi de Hongrie Ladislas III meurt dans la bataille. Au XIVème siècle, les victoires des Turcs à Kossovo, Nicopolis et Varna sur les armées coalisées des chrétiens mèneront à la chute de Constantinople le 29 mai 1453 entre les mains du sultan Ottoman Mehmet II.

1478
Sixte IV autorise la désignation d'inquisiteurs espagnols
Le pape Sixte IV autorise le roi d’Espagne Ferdinand V et la reine Isabelle le Catholique à instituer dans leur pays une Inquisition dépendant de la Monarchie. Après la Reconquista, le but est de débusquer et de condamner les marranes (juifs convertis) qui continuent à pratiquer leurs rituels juifs en cachette. En 1492, débutera la répression contre les juifs espagnols.

1482
11 février
Torquemada inquisiteur
Le roi Ferdinand V nomme de nouveaux inquisiteurs chargés d’éradiquer l’hérésie dans le territoire espagnol. Parmi eux, figure le futur inquisiteur général, Tomas de Torquemada. Symbole du fanatisme religieux et de la violence de l’Inquisition espagnole, il a une grande responsabilité dans la généralisation de la torture et des bûchers. Les jugements de l’Inquisition prennent alors le nom d’Autos da fe (acte de foi). Soucieuse de se débarrasser des minorités religieuses, l’Espagne s’engage avec l’Inquisition dans la "Limpieza de sangre", la pureté du sang. Celle-ci consiste à écarter du pouvoir des personnes qui se sont récemment converties au christianisme.

1484
5 décembre
Innocent VIII lance "la chasse aux sorcières"
Le Pape Innocent VIII promulgue une bulle papale "Summis desiderantis" dans laquelle il organise la lutte contre la sorcellerie. La "chasse aux sorcières" est commencée. Les jeteurs de sort et les magiciens sont traqués. Une fois arrêtés sur simple délation, les accusés (souvent des femmes) sont soumis à la torture et à un tribunal ecclésiastique. S'ils survivent aux supplices endurés lors des interrogatoires, ils sont alors brûlés. En France "la chasse aux sorcières" prendra fin avec l'Illustration au XVIII° siècle.

1506
18 avril
Construction de la basilique Saint-Pierre de Rome
Le pape Jules II, issu de la famille des Médicis, pose la 1ère pierre de la basilique Saint-Pierre de Rome au Vatican. Bramante, Raphaël, Michel-Ange et d'autres artistes participeront à la construction du plus grand temple chrétien. C'est Bernin qui achèvera l'édifice en 1666, en lui donnant un aspect baroque avec la place bordée d'une grande colonnade constituée de 4 rangées de 284 colonnes.

1512
31 octobre
Inauguration de la fresque de la Chapelle Sixtine
L'œuvre gigantesque de Michel Ange est inaugurée à Rome. La critique est en admiration devant une telle grandeur. La fresque qui décore la voûte de la chapelle Sixtine mesure 40 mètre de long sur 13 mètres de large. Elle fut commandée à Michel-Ange par le pape Jules II.

1517
31 octobre
Les 95 thèses de Martin Luther
Sur la porte de l'église de Wittenberg en Saxe, le prêtre Martin Luther affiche ses 95 thèses. Il dénonce la pratique des "indulgences" qui promettent aux fidèles d'accéder plus rapidement au paradis contre le paiement d'un tribut au clergé. Il affirme aussi que les prêtres peuvent être mariés et il condamne la fonction cléricale. Les bases du protestantisme sont jetées. Les thèses de Luther seront diffusées à travers l'Allemagne sans son accord. Elles finiront brûlées par le pape Léon X en juin 1520.

1521
3 janvier
Excommunication de Martin Luther
La bulle papale "Decet romanum pontificem" excommunie le réformateur allemand Luther et ses partisans jugés hérétiques. Martin Luther continuera à soutenir sa doctrine devant la Diète de Worms présidée par l'empereur Charles Quint au mois d'Avril. Il ne sera pas condamné à mort mais banni. Grâce à la récente invention de l'imprimerie, dès le jour de son excommunication, des traductions en langues populaires de ses "95 thèses" circulent déjà partout en Europe.

1521
26 mai
Luther mis au ban de l'Empire
L'empereur Charles Quint promulgue l'Edit de Worms qui met au ban de l'Empire le réformateur Martin Luther parce qu'il refuse de se rétracter après la publication de ses "95 thèses". L'oeuvre de Luther sera à l'origine d'une révolution religieuse qui modifiera profondément le christianisme. Il est considéré comme le père de la Réforme protestante qui influencera les cultures germaniques et anglo-saxonnes.

1531
11 octobre
Mort du réformiste Ulrich Zwingli
Ulrich Zwingli tentait de réformer la Suisse depuis 1525. Zurich fut la première ville concernée, puis le mouvement réformiste prit de l’ampleur et s’étendit peu à peu. La Confédération se voyait alors divisée entre Catholiques et Protestants, ce qui suscita de nombreux conflits auxquels prit part Zwingli. Lors de l’ultime bataille, à Kappel, les Catholiques remportent la victoire tandis que Zwingli y perd la vie. La division religieuse perdurera mais la Confédération finira par trouver un équilibre. Genève deviendra un véritable bastion protestant dès 1536.

1534
15 août
Fondation de l'ordre des Jésuites
Le Basque Ignace de Loyola et six de ses amis prononcent leurs vœux de chasteté et de pauvreté dans la chapelle de Montmartre. Ils fondent un nouvel ordre, la Compagnie de Jésus ou les Jésuites. Ceux-ci imposeront la rigueur dans la contre-réforme et deviendront les principaux enseignants du monde catholique. Ignace de Loyola sera canonisé en 1622. La Compagnie, jugée trop influente, sera dissoute par le pape en 1773 et rétablie en 1814.

1534
18 octobre
L'Affaire des "placards"
Imprimés à Neuchâtel sous l'instigation du pasteur François Antoine Marcourt, les "placards" sont des affiches protestantes. Elles s'opposent à la messe et accusent le pape de l'avoir instauré dans le but d'asseoir son pouvoir. Elles sont "placardées" dans la nuit du 17 au 18 octobre dans toute la France, jusque dans les appartements du roi François Ier à Amboise. Selon les protestants de l'époque les "placards" sont des : "Articles véritables sur les horribles, grands et insupportables abus de la messe royale". Cet épisode aura des conséquences dramatiques pour les protestants de France. François Ier, croyant au complot, décidera de faire la chasse aux "hérétiques". L'affaire des "placards" mettra un terme à la tolérance religieuse qui régnait en France depuis quelques années.

1535
L'Inquisition met en place les certificats de "propreté du sang"
Dans la continuité de la politique "Limpieza de sangre", l’Espagne met en place les certificats de propreté du sang, politique que Charles Quint parvient à faire admettre au pape Paul III. Ces certificats ont pour fonction de démontrer que la personne est bien de sang chrétien, c’est-à-dire que lui ou sa famille ne se sont pas convertis récemment. Cette mesure participe à la lutte contre les hérétiques dirigée par l’Espagne et son Inquisition depuis la Reconquista.

1541
Henri VIII, roi d’Irlande
Le roi d’Angleterre Henri VIII acquiert le statut de roi d’Irlande. Auteur de l’Acte de suprématie quelques années plus tôt, Henri VIII tentera d’imposer le protestantisme mais ne suscitera que des révoltes de la part des autochtones. Il les réprimera en confisquant leurs terres.

1541
7 novembre
Violente introduction de la Réforme en Islande
L’évêque islandais de Holar, Jón Arason, est mis à mort par les Danois, qui, depuis des années, cherchent à imposer définitivement le protestantisme. Chrétienne depuis l’an 1000, la population s’opposait vivement au luthéranisme, ce qui consuisit le pouvoir à agir avec davantage de violence. Au lendemain de la mort de l’évêque, le Protestantisme est instauré comme religion officielle.

1545
13 décembre
Ouverture du Concile de Trente
Convoqué en Italie par le pape Paul III, le Concile de Trente a pour objectif de définir la doctrine et la discipline de l'église catholique romaine face aux progrès de la réforme protestante. Dès le début de la réunion, deux tendances s'affrontent : celle de Charles Quint qui souhaite la réforme disciplinaire et celle de du pape qui veut en premier lieu examiner les questions dogmatiques. Ce 19ème concile oecuménique se terminera dix-huit ans plus tard, en 1563, après une révision des institutions ecclésiastiques.

1561
9 septembre
Début du colloque de Poissy qui tente de rapprocher catholiques et réformés
Le colloque de Poissy se déroule du 9 septembre au 14 octobre 1561. Convoqué à l'initiative de Catherine de Médicis, il avait pour but de tenter une réconciliation entre catholiques et réformés. L'impossibilité de s'accorder sur la question de la présence ou non du Christ lors de la célébration de l'eucharistie conduit à la rupture. Catherine de Médicis abandonne l'idée d'un accord religieux.

1563
3 décembre
Officialisation du purgatoire
Le Concile de Trente affirme l'existence du purgatoire en tant que "Sainte doctrine." Lieu de purification temporaire en attente du jugement dernier, le "purgatorium" est rejeté par les protestants.

1635
1 mai
Création de la chapelle de la Sorbonne
Le cardinal de Richelieu, proviseur de la Sorbonne, pose la première pierre de la chapelle, en présence de l'architecte Jacques Lemercier. Les travaux seront terminés en 1653. La chapelle renferme aujourd'hui le tombeau du cardinal mort en 1642, un mausolée de marbre sculpté par François Girardon. Elle sert pour des réceptions et des expositions.

1649
septembre
Olivier Cromwell réprime les Irlandais
Après avoir participé à la condamnation à mort du roi Charles Ier d'Angleterre, Olivier Cromwell prend la ville de Dublin. Accompagné de son armée, il se rend rapidement à Drogheda, bastion de la résistance royaliste, et massacre les habitants. Il soumet ainsi l’Irlande à sa domination et distribue les terres des Catholiques aux Anglais protestants et à son armée.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 20:22

1660
28 septembre
Mort de Saint Vincent de Paul
Le prêtre charismatique Vincent de Paul meurt à Paris à l'âge de 79 ans après avoir dédié toute sa vie à la religion catholique et aux pauvres. Né à Pouy, ou Paul, dans les Landes en 1581, il est issu d'une famille très pauvre. Ordonné prêtre en 1600, il entre à la cour du Roi en tant que précepteur de la reine Margot et devient le disciple du cardinal Pierre de Bérulle. Il prend conscience que la religion indiffère de plus en plus les Français et décide de la populariser à nouveau en devenant curé de campagne. Il fonde plusieurs confréries charitables, notamment les Filles de la Charité ou Soeurs de Saint Vincent-de-Paul au service des enfants trouvés, des malades et de tous les nécessiteux. Sa dépouille repose dans la chapelle des lazaristes, au cœur de Paris. Il sera canonisé en 1737. Le village qui l'a vu naître porte aujourd'hui son nom : Saint Vincent de Paul.

1690
1 juillet
La bataille de la Boyne
Guillaume III anéantit les troupes irlandaises de Jacques II près du fleuve de la Boyne. Ce dernier avait restitué leurs terres aux Catholiques irlandais et s’étaient entouré d’une armée de Jacobites. Cette victoire entraînera la chute des partisans des Stuarts. Finalement, le traité de Limerick protègera provisoirement les Catholiques de l’oppression protestante.

1691
3 octobre
Signature du traité de Limerick
Au lendemain de la bataille de la Boyne, les Irlandais ont essuyé une cuisante défaite à Aughrim, provoquant la chute de Limerick. Un traité est alors signé et assure aux Catholiques une certaine liberté. Des terres leurs sont à nouveaux attribuées mais pour peu de temps. Quelques années plus tard, Guillaume III sera contraint d’annuler le traité tandis que le gouvernement irlandais instaurera de sévères lois pénales. Ces dernières interdiront aux Catholiques de circuler librement, d'occuper un poste dans les fonctions publiques et d’acquérir des terres. Elles s’accompagneront également d’un boycott des produits irlandais de la part de l’Angleterre, afin que le développement économique de l’Irlande ne vienne pas concurrencer la puissance économique anglaise.

1759
3 septembre
La pape Clément XIII condamne l'Encyclopédie de Diderot
L'encyclopédie, oeuvre monumentale, n'est pas qu'un simple dictionnaire : Diderot y récuse l'idée de monarchie de droit divin et définit les limites de tout pouvoir, si bien que son "Encyclopédie", malgré le soutien du public, est violemment attaquée. L’impression et la diffusion des deux premiers volumes ayant déjà été suspendues en 1752, cette fois-ci, l’ouvrage est interdit. Il sera tout de même secrètement poursuivi par Diderot et le libraire Le Breton. Mais ce dernier censurera plusieurs articles à l’insu des auteurs, ce qui scandalisera Diderot lorsqu’il s’en apercevra.

1764
26 novembre
Le jésuites sont chassés de France
Après le Portugal, c'est au tour de la France de supprimer les la Compagnie de Jésus. Un décret de Louis XV dissout l'ordre des Jésuites. En 1767, l'Espagne et ses colonies d'Amérique agiront de la même façon.

1829
avril
L’émancipation catholique
Sous l’impulsion de l’avocat Daniel O’Connell, les Catholiques sont officiellement libérés des interdits civiques et des oppressions protestantes. Égaux devant la loi, ils pourront désormais siéger au Parlement. Toutefois, s’ensuivra immédiatement le conflit des dîmes, qui engendrera des violences dans tous le pays. Les Catholiques refuseront en effet de payer plus longtemps ces impôts à l’Église protestante.

1845
11 décembre
Les Catholiques suisses créent le Sonderbund
Les cantons catholiques conservateurs se liguent les uns aux autres en fondant le Sonderbund. La Confédération suisse des vingt-deux nouvellement instaurée par le pacte amène des conflits de grande ampleur entre conservateurs et radicaux. L’Assemblée fédérale décidera finalement de dissoudre la ligue en 1847 et provoquera ainsi une guerre civile de courte durée. Elle s’achèvera avec la défaite des membres du Sonderbund.

1860
9 juillet
Massacre de Damas
Les chrétiens maronites de Damas sont exterminés dans la nuit avec la complicité du gouverneur turc de Syrie. La population musulmane ne supporte plus l'hégémonie économique et financière des chrétiens qui détiennent les postes officiels et administratifs les plus élevés. A la tête des secteurs d'activité les plus florissants telle que l'industrie de la soie, les chrétiens alimentent les rancoeur depuis plusieurs siècles. Les massacres font entre 4000 et 6000 victimes. Le quartier chrétien est pillé et brûlé. Les survivants prendront la route de l'exil notamment vers Beyrouth et Alexandrie. Napoléon III enverra un corps expéditionnaire français commandé par Beaufort pour assurer la protection des chrétiens en route vers le Liban.

1891
15 mai
L'encyclique Rerum Novarum
Le pape Léon XIII (1878-1903) promulgue l'encyclique Rerum Novarum (Les Choses Nouvelles) sur la question sociale. En avance sur la plupart des responsables de son époque, il dénonce la concentration des richesses entre les mains de la bourgeoisie, mais aussi la prétention des socialistes à vouloir supprimer la propriété. Il condamne aussi les patrons qui versent des salaires insuffisants et affirme le droit des ouvriers à se syndiquer. Ses initiatives lui vaudront le surnom de "pape des ouvriers".

1917
13 mai
Apparition de la Vierge à Fatima
Francisco, Lucia et Jacinta, 3 enfants de Fatima, un petit village portugais, sont témoins d'une apparition lumineuse tandis qu'ils gardent leurs moutons. Ils racontent que la Vierge les a convié à six rendez-vous successifs tous les 13 du mois et qu'elle leur a confié trois secrets à ne révéler qu'au pape. Le lieu des apparitions (Cova da Iria) deviendra un pèlerinage mondial très fréquenté et une immense basilique sera construite à proximité.

1962
11 octobre
Ouverture du Concile de Vatican II
Le Pape Jean XXIII inaugure la première session du Concile de Vatican II dans la basilique Saint-Pierre-de-Rome. Cette gigantesque réunion rassemble plus de 2 000 ecclésiastiques et des experts non catholiques. Dès l'ouverture, le Pape prononce un "aggiornamiento" (une mise à jour) des dogmes de l'église catholique. Jean XXIII veut adapter le message de l'église au monde moderne pour la rendre plus proche des fidèles. Les messes seront désormais dites dans des langues usuelles et non plus en latin. Et les prêtres devront se consacrer exclusivement aux fidèles. Le Concile s'achèvera en décembre 1965, sous le pontificat de Paul VI.

1963
21 novembre
Le Concile Vatican II tolère l'abandon de la messe en latin
Une des premières mesures du Concile Vatican II est de tolérer l’usage des langues vernaculaires, c’est-à-dire locales, lors des liturgies. La messe pourra ainsi être prononcée dans les langues maternelles des fidèles, et ceci selon le principe d’ouverture vers les communautés prônée par Jean XXIII.

1978
28 septembre
Décès du Pape Jean Paul 1er
33 jours seulement après son accès sur le trône pontifical Albino Luciani, Jean Paul 1er, meurt soudainement. La religieuse chargée de le réveiller à cinq heure du matin l'a trouvé mort dans son lit, victime d'un infarctus. Réputé pour sa douceur et sa sensibilité à l'égard de la condition ouvrière, le Pape était le fils d'un maçon socialiste et d'une employée d'hospice. Le 22 octobre, c'est le polonais Karol Jozef Wojtyla qui lui succèdera sous le nom de Jean Paul II.

1978
16 octobre
Jean Paul II devient souverain pontife
L'archevêque de Cracovie, est élu Pape par les cardinaux du Vatican pour succéder à Jean-Paul Ier mort prématurément. A 58 ans Karol Jozef Wojtyla, prendra le nom de Jean Paul II. Pour le première fois depuis 455 ans, l'Eglise désigne un souverain pontife qui n'est pas de nationalité italienne. Le dernier pape non-italien était le hollandais Adrien VI en 1522.

1979
2 juin
Jean-Paul II en Pologne
Le pape Jean-Paul II, en visite dans sa Pologne natale, a été accueilli par des centaines de milliers de personnes. Jean-Paul II est le premier souverain pontife non-italien. C'est aussi la première visite pontificale dans un pays communiste. Le pape, qui se recueillera au camp d'Auschwitz, plaidera pour les droits de la personne.

1981
13 mai
Jean-Paul II victime d'un attentat
Des coups de feu sont tirés contre le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre à Rome, devant une foule de 20 000 fidèles. Le tireur, un Turc de 23 ans du nom de Mehmet Ali Agça, aurait été manipulé par les services secrets soviétiques. Jean-Paul II attribuera sa miraculeuse survie à l'intervention de la Vierge de Fatima et ne renoncera pas aux déplacements et à l'action diplomatique. Il circulera désormais parmi la foule dans une voiture blindée surnommée la "papamobile".

1992
31 octobre
Le Vatican réhabilite Galilée
Le Vatican décide de réhabiliter le physicien et astronome italien Galileo Galilée qui avait démontré au début du dix-septième siècle que la terre tourne autour du soleil et non le contraire. 359 ans après avoir été contraint d'abjurer devant le Tribunal de l'Inquisition, la grand savant est reconnu par l'église. Rome admet son erreur.

1992
11 novembre
L'Eglise anglicane ouvre ses portes aux "prêtresses"
A Londres, le synode général de l'église anglicane autorise les femmes à devenir prêtres. Pour les réformateurs de l'église d'Angleterre ce choix est motivé par un désir de s'adapter aux réalités de la société contemporaine. Ordonner les femmes est donc une question de "justice et de modernité".

2005
2 avril
Mort de Jean-Paul II
Le pape Jean-Paul II (de son vrai nom Karol Wojtyla) s'éteint à 21h37 à 84 ans, après 26 ans de pontificat. Il était rongé par la maladie depuis plusieurs années, et avait subi plusieurs opérations. Plus de 60 000 personnes se sont rassemblées place Saint-Pierre à Rome à l'annonce de son décès. On retiendra de son pontificat (le 3ème plus long de l'histoire) ses nombreux pélerinages (104 pays visités), la lutte contre le communisme et le nazisme, le rapprochement entre les religions, et son attachement aux valeurs traditionnelles.

2005
19 avril
Election du pape Benoît XVI
A 19h, après deux jours de conclave et quatre tours de scrutin, les cardinaux choisissent le cardinal allemand Joseph Ratzinger pour succéder à Jean-Paul II. Joseph Ratzinger, 78 ans, était depuis 1981 préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, et chef du camp conservateur. Nommé cardinal en 1977 par Paul VI, il faisait figure de favori avant l'élection.
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9814
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 21:04

Et on fait quoi avec tout ça

D'où sortent ces dates?
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11431
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Mer 7 Mar 2007 - 22:48

Ces dates ne sont d'ailleurs "historiquement" valables qu'à partir de 303.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Jeu 8 Mar 2007 - 10:02

je pense qu'elles n'ont pas été tirées du chapeau Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11431
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Jeu 8 Mar 2007 - 20:45

florence_yvonne a écrit:
je pense qu'elles n'ont pas été tirées du chapeau Very Happy

J'ai été voir ces quatre sites mais je n'y ai pas trouvé la série de dates que tu cites, Florence.
Je pense qu'elles sont exactes mais on voudrait savoir exactement où tu les as trouvées.
Ne nous en veuilles pas si on est exigeant.
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Jeu 8 Mar 2007 - 20:58

je vais les rechercher et je met les liens
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31300
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Jeu 8 Mar 2007 - 21:01

Revenir en haut Aller en bas
Yeva Agetuya
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Ven 9 Mar 2007 - 3:13

Genèse du christianisme (rectification)

En 37 avant JC, la dynastie juive des Maccabées est renversée par Hérode avec l’aide des Romains. Pour les détails :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Macchab%C3%A9es
Or il était écrit : Le sceptre ne s'éloignera point de Juda, ni le bâton souverain d'entre ses pieds, jusqu'à ce que vienne le Schilo, et que les peuples lui obéissent. (Gn 49.10)

Comme Hérode n’était pas Juif, son accession au trône fut interprétée comme le signe de l’arrivée prochaine du Messie et un tas de fanatiques religieux fomentèrent des révoltes contre Hérode et ses successeurs. Hérode eut des partisans qui voyaient en lui le Messie puisque la prophétie ne précisait pas que ce Messie devait appartenir à la tribu de Juda.

En 66, ces rebelles écrabouillent l’armée d’Agrippa et massacrent les Romains résidant en Judée. Cette victoire finit par persuader de nombreux Juifs que Dieu est à leur côtés et que les temps messianiques sont bien arrivés.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_guerre_jud%C3%A9o-romaine

En 70, les romains écrasent la révolte, incendient le Temple, et rasent Jérusalem.

D’un point de vue religieux, la destruction du Temple est une catastrophe cosmique à laquelle il fallu trouver une explication.

Une de ces explications fut que le Messie était venu mais que les Juifs ne l’avaient pas reconnu. Pour reconstituer sa vie, on se servit des prophéties qui avaient annoncé sa venue et on les agença en divers proto-Evangiles qui aboutirent à ceux qui finirent par triompher.
Revenir en haut Aller en bas
http://koboxora.free.fr/index.htm
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9814
Age : 67
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Ven 9 Mar 2007 - 7:29

Citation :
Yeva Agetuya a écrit:

Genèse du christianisme (rectification) (...)
Beau résumé.
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
J-P Mouvaux
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 11431
Age : 90
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Sam 10 Mar 2007 - 11:30

jean a écrit:
Citation :
Yeva Agetuya a écrit:

Genèse du christianisme (rectification) (...)
Beau résumé.

Oui. Wikipedia donne une excellente et accessible documentation.

Merci pour ce résumé Yeva.
Revenir en haut Aller en bas
Yeva Agetuya
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: genèse du christianisme   Sam 10 Mar 2007 - 14:03

Ce n'est pas Wkipedia qui est ma source.

Les liens premettent à ceux qui ne connaissent pas les événements dont je parle de se documenter.
Revenir en haut Aller en bas
http://koboxora.free.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: genèse du christianisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
genèse du christianisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» genèse du christianisme
» clonage et christianisme
» La pénétration du christianisme dans le monde celtique
» La genèse par R. Crumb
» commentaires sur "Paul, le christianisme des origines..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum chrétien catholique apostolique romain-
Sauter vers: