Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voltaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 27150
Age : 57
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Voltaire   Mar 13 Mar 2007 - 16:01

1694
François Marie Arouet naît le 21 novembre à Paris. Il est le troisième enfant d'une famille dont le père est receveur à la Cour des Comptes.

1704
Il effectue de 1704 à 1711 de brillantes études de rhétorique et de philosophie chez les jésuites du collège Louis Le Grand. Cette éducation l'initie aux plaisirs de la conversation et du théâtre.

Son parrain, l’abbé de Châteauneuf le présente à Ninon de Lenclos, alors âgée de plus de quatre-vingt ans. La légende veut que la vieille courtisane, charmé par le jeune homme, l'ait couché…. sur son testament.

1713
Le jeune François Marie Arouet néglige ses études de droit. Il part comme secrétaire d'ambassade à la Haye. Il tombe amoureux d'une jolie huguenote, l'ambassadeur le renvoie à Paris.

1714
Son parrain, l’abbé de Châteauneuf, l'introduit dans les milieux mondains et libertins parisiens. Il vole de château en château et anime les dîners galants de ses vers hardis.

1716
Ses écrits satiriques sur les amours incestueuses du Régent font scandale. Ce mélange d'insolence et d’inconscience lui vaudront d’être emprisonné onze mois à la Bastille ( mai 1717 à avril 1718).

1718
Dès sa sortie de prison, le jeune Arouet prend le pseudonyme de Voltaire (anagramme probable de A.R.O.V.E.T L.e I.eune). Il présente sa première tragédie, Œdipe et connaît un beau succès.

1722
Le Régent, guère rancunier, lui accorde une pension.

Mort de son père, qui lui lègue une belle fortune.

1723
Il publie La Henriade, une épopée consacrée à la grandeur de Henri IV.

1725
Il est chargé des représentations théâtrales pour les fêtes du mariage de louis XV.

1726
À la suite d’une altercation avec le chevalier de Rohan, Voltaire est une nouvelle fois embastillé pendant deux semaines.

A sa libération, il s'exile en Angleterre. Il y passera deux ans et demi.

Ce séjour au sein de la monarchie parlementaire et libérale anglaise l'influencera. Il y découvrira notamment la tolérance religieuse et un "souffle"de liberté.

1728
Il dédie La Henriade, à la reine d'Angleterre. Cette œuvre sera très appréciée des anglais.

1729
Retour en France.

1731
Histoire de Charles XII. Le gouvernement ordonne la saisie de cette œuvre, mais celle-ci circulera clandestinement.

1732
Zaïre, tragédie écrite en trois semaines. Il obtient un immense succès et apparaît comme le digne successeur de Corneille et Racine.

1773
Le Temple du Goût.

1734
Lettres Philosophiques. Voltaire y fait l’éloge des mœurs politiques anglaises; une façon pour lui de dénoncer les travers de la monarchie française. Ces lettres déclenchent un immense scandale. Elles sont condamnées à être brûlées et Voltaire, pour échapper à la Bastille, doit quitter Paris. Il se réfugie dans le château d'Emilie du Châtelet, à Cirey en Champagne. Il y restera dix ans et va s’adonner à l’étude, à l’écriture, à des expériences de physique et à la philosophie scientifique. Il compose également plusieurs pièces de théâtre.

1735
Traité de métaphysique,

Mort de Jules César

1736
Le Mondain, poème à la fois épicurien et ironique, sur le bonheur d'être sur terre.

Alzire ou les Américains

L'Enfant Prodigue

Voltaire entame en Août, des relations épistolaires avec Fréderic II, alors prince royal de Prusse. Cette correspondance débouchera en 1741 sur un premier séjour de Voltaire à Berlin, chez celui qui sera devenu entre-temps roi de Prusse.

1738
Éléments de la philosophie de Newton, ouvrage de vulgarisation qui contribua largement à la diffusion des idées nouvelles.

1739
Une Vie de Molière

1741
Mahomet ou le fanatisme, essai sur le drame du pouvoir.

1744
Le comte d'Argenson, devenu ministre des Affaires Etrangères, fait revenir Voltaire à Paris. Il est également soutenu par Mme de Pompadour, la nouvelle favorite du roi. Il devient historiographe du roi Louis XV

La Bataille de Fontenoy

1746
Voltaire est élu à l'académie française

1748
Zadig : premier conte philosophique important de Voltaire. Il traite de la destinée humaine, du bonheur, du destin, du bien et du mal…

Sémiramis, tragédie.

Voltaire est peu apprécié du couple royal. Déçu, désabusé, il se retire un an, avec Emilie du Châtelet, à la cour du roi de Pologne Stanislas, à Lunéville.

1749
Mme du Châtelet, qui a une liaison avec le jeune poète Saint-Lambert, meurt en couches. Cette mort affecte profondément Voltaire qui décide alors de répondre à l’invitation de Frédéric II, et part pour la Prusse.

1750
Oreste

On retire à Voltaire, contre les usages, sa fonction d’historiographe. Il part pour Berlin à la cour du roi Fréderic II de Prusse. Les relations entre le roi philosophe et le philosophe roi sont d’abord idylliques, mais celles-ci deviendront vite orageuses.

1751
Le Siècle de Louis XIV

1752
Micromégas, conte philosophique qui traite de la relativité des connaissances.

1753
Brouille entre Frédéric II et Voltaire. Le philosophe doit quitter l’Allemagne. La France lui refuse l’asile, en raison du scandale causé par l'édition pirate de son Abrégé de l'Histoire Universelle. Voltaire s’installe à Ferney, près de Genève.

1755
En mars, il s'installe avec Mme Denis, dans les environs de Genève. Il achète une propriété qu'il appelle Les Délices.

1756
Essai sur l’Histoire générale et sur les mœurs. Voltaire joue un rôle essentiel dans le renouveau des études historiques.

Poème sur le désastre de Lisbonne

Premier désaccord avec Rousseau sur la question de la Providence.

1757
Il collabore au septième tome de l’Encyclopédie.

Les autorités genevoises n’apprécièrent pas l’article Genève qu’il y rédige, en raison des critiques sévères contre la République et la religion calviniste qu’il contient.

1759
Candide, conte philosophique considéré comme l’un de ses chefs d’oeuvre. Le héros, Candide, est un jeune homme crédule à qui son précepteur, Pangloss, inculque une théorie très simpliste sur l’optimisme. Les mésaventures du jeune héros mettent à mal cette doctrine. Cela permet à Voltaire de se moquer de toutes les théories métaphysiques qui ne résistent pas à l’épreuve des faits. Au-delà du procès de l’intolérance, du fanatisme, de la mauvaise foi ou de la superstition, Candide est aussi une défense du pragmatisme, présenté comme une forme de lucidité et de sagesse.

1760
Voltaire s’établit à Ferney. Il va faire de cette petite ville du pays de Gex, un haut lieu de l’Europe intellectuelle.

Il engage une correspondance avec plusieurs souverains : l’impératrice Catherine II de Russie, Frédéric II, les rois de Pologne, du Danemark et de Suède.

De Paris, des personnages influents lui témoignent également leur soutien : Choiseul (alors Ministre des Affaires étrangères), d’Alembert, Richelieu, Turgot, Condorcet…

1762
Voltaire défend Calas, un huguenot condamné sans preuve pour avoir tué son fils, qu’il soupçonnait de vouloir se convertir au catholicisme

1763
Traité sur la Tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas

Ce Traité sur la Tolérance est une protestation contre l’injustice faite à l’accusé et contre le fanatisme d’une accusation née de la rumeur et de la haine.

1764
Le Dictionnaire philosophique portatif. Voltaire y raille la métaphysique, le fanatisme, la théologie et y expose ses grands principes politiques : Lois, Etats, Gouvernements…

Commentaires sur Corneille

1765
La Philosophie de l'Histoire

1770
Neuf Volumes de Questions sur l'Encyclopédie

1772
Epître à Horace

1775
Lettres de M. de Voltaire à l'Académie française

1778
Voltaire quitte Ferney le 5 février.

Retour triomphal à Paris.

Voltaire meurt le 30 mai et est enterré presque clandestinement, l'Eglise lui ayant refusé des obsèques. Pourtant, en février, 4 mois avant sa mort, il déclarait vainement, dans une ultime profession de foi : " Je meurs en adorant Dieu, en aimant mes amis, en ne haïssant pas mes ennemis, en détestant la superstition.."

1791
Sa dépouille est transférée au Panthéon.

PS : Voltaire était déiste :0008:
Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mar 13 Mar 2007 - 17:36

Citation :
Florence_Yvone à écrit:
1718
Dès sa sortie de prison, le jeune Arouet prend le pseudonyme de Voltaire (anagramme probable de A.R.O.V.E.T L.e I.eune). Il présente sa première tragédie, Œdipe et connaît un beau succès.
A.R.O.V.E.T L.e I.eune). "REVOLTE" (révolté)
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 27150
Age : 57
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mar 13 Mar 2007 - 18:25

jean a écrit:
Citation :
Florence_Yvone à écrit:
1718
Dès sa sortie de prison, le jeune Arouet prend le pseudonyme de Voltaire (anagramme probable de A.R.O.V.E.T L.e I.eune). Il présente sa première tragédie, Œdipe et connaît un beau succès.
A.R.O.V.E.T L.e I.eune). "REVOLTE" (révolté)

V.O.L.T.A.I.R.E
R.E.V.O.L.T.A.I

Revenir en haut Aller en bas
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mar 13 Mar 2007 - 20:24

A.R.O.V.E.T L.e I.eune "ai" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
florence_yvonne
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 27150
Age : 57
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mar 13 Mar 2007 - 20:46

jean a écrit:
A.R.O.V.E.T L.e I.eune "ai" ?

je n'ai pas compris non plus
Revenir en haut Aller en bas
Yeva Agetuya
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mer 14 Mar 2007 - 4:42

jean a écrit:
A.R.O.V.E.T L.e I.eune "ai" ?

A R O V E T L I
1 2 3 4 5 6 7 8

V O L T A I R E
4 3 7 6 1 8 2 5
Revenir en haut Aller en bas
http://koboxora.free.fr/index.htm
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mer 14 Mar 2007 - 8:14

J'étais quasiment sûr que tu avais la bonne réponse.
:hihi: Je me suis encore fait KC, mais J'aime apprendre.

Je n'avais pas pensé que j=i
comme dans Ioannès

Pourquoi le "I' remplace le "J" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
Yeva Agetuya
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 1104
Date d'inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: Voltaire   Mer 14 Mar 2007 - 15:38

Parce que c'est la graphie majuscule latine : J = I et U = V
Revenir en haut Aller en bas
http://koboxora.free.fr/index.htm
Personne
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9757
Age : 66
Localisation : sud
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Voltaire et la superstition des catholiques   Jeu 12 Juil 2007 - 10:20


Pensent-ils qu’on ne va en paradis qu’à coups de fouet?


Je vous ai entendu dire quelquefois: « Nous ne sommes plus superstitieux; la réforme du xvie siècle nous a rendus plus prudents; les protestants nous ont appris à vivre. »

Eh! qu’est-ce donc que le sang d’un saint Janvier que vous liquéfiez tous les ans quand vous l’approchez de sa tête? Ne vaudrait-il pas mieux faire gagner leur vie à dix mille gueux, en les occupant à des travaux utiles, que de faire bouillir le sang d’un saint pour les amuser? songez plutôt à faire bouillir leur marmite.

Pourquoi bénissez-vous encore dans Rome les chevaux et les mulets à Sainte-Marie-Majeure?
Que veulent ces bandes de flagellants en Italie et en Espagne, qui vont chantant et se donnant la discipline en présence des dames? pensent-ils qu’on ne va en paradis qu’à coups de fouet?

Ces morceaux de la vraie croix qui suffiraient à bâtir un vaisseau de cent pièces de canon, tant de reliques reconnues pour fausses, tant de faux miracles, sont-ils des monuments d’une piété éclairée?

La France se vante d’être moins superstitieuse qu’on ne l’est devers Saint-Jacques de Compostelle et devers Notre-Dame de Lorette. Cependant que de sacristies où vous trouvez encore des pièces de la robe de la Vierge, des roquilles de son lait, des rognures de ses cheveux! et n’avez-vous pas encore dans l’église du Puy-en-Velai le prépuce de son fils conservé précieusement ?


Dictionnaire Philosophique de Voltaire - Superstition

Article de la revue
L'homme et le sacré N° 10 mars avril mai 2007
Prochain numéro, Les vaudois, en Kioque début juin.
Revenir en haut Aller en bas
http://histoire-de-comprend.forumsactifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voltaire   Mar 28 Aoû 2012 - 18:56

Et Christophe Dechavanne et Voltaire sont le même esprit , donc c'est bien une loi pour tous . Un jour un radhiestésiste lui a révélé devant les caméras et ce sans aucune gène , naturellement ... Le monde est tout petit c'est une grande ville dans l'univers , tout le monde y est connu .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voltaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voltaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voltaire et le système politique anglais
» fatiguée ce soir.... (cette nuit) : sens d'une phrase de Voltaire ?
» Voltaire, chantre des langues celtiques
» Lectures critiques sur Voltaire
» NRP ou Ecole des lettres sur L'ingénu de Voltaire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: FORUM LAÏQUE :: Forum culturel :: Les personnalités qui ont marqué l'histoire-
Sauter vers: