Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Cré20diou
Exégète
Exégète


Nombre de messages : 4230
Date d'inscription : 02/10/2009

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Dim 30 Nov 2014 - 3:38

Juliah a écrit:
Cré20diou a écrit:

excuses moi, mais concret et spiritualité me semble contraire

L'un empêche pas l'autre Cré20diou, on peut devenir + ancré(e) dans la réalité, être attiré(e) par les trésors de la science et cultiver dans le même temps une spiritualité ( qui n'est pas = aux dogmes religieux ni aux religions soit dit en passant)
Pourquoi toujours tout dissocier ? Ne sois pas si manichéen.

Si on ne se comprend pas, je trouverai un autre mot que spiritualité, voilà.
Parce que la définition du Larousse ne me convient pas, ça n'est pas ce à quoi je pense.
Spiritualité : Ce qui concerne la doctrine ou la vie centrée sur Dieu et les choses spirituelles.

il m"arrive de lancer une chose pas toujours exacte ou non précise pour connaitre le fin mot de la chose
et comme tu as carrément rejeté ensuite le domaine philosophique comme recherche de ligne de vie, il est possible que tu sois plus en recherche de spiritualisme que de spiritualité

enfin je suppose
Voici une définition couramment retenue dans les débats contemporains. ce n'est pas parfait, mais c'est un peut plus précis :
Wikipédia a écrit:
Le spiritualisme est une doctrine qui affirme l'existence d'une entité supérieure et antérieure à l'être. Cette doctrine proclame également l'existence de valeurs spirituelles et morales. Il convient néanmoins de ne pas confondre spiritualité et spiritualisme. La spiritualité, entendue entre autres comme recherche de la vie bonne, pouvant être l'objet de doctrines aussi bien matérialistes (comme l'épicurisme, par exemple) que spiritualistes1.
A ton service
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Dim 30 Nov 2014 - 11:27

Cré20diou a écrit:

Voici une définition couramment retenue dans les débats contemporains. ce n'est pas parfait, mais c'est un peut plus précis :
Wikipédia a écrit:
Le spiritualisme est une doctrine qui affirme l'existence d'une entité supérieure et antérieure à l'être. Cette doctrine proclame également l'existence de valeurs spirituelles et morales. Il convient néanmoins de ne pas confondre spiritualité et spiritualisme. La spiritualité, entendue entre autres comme recherche de la vie bonne, pouvant être l'objet de doctrines aussi bien matérialistes (comme l'épicurisme, par exemple) que spiritualistes1.
A ton service

Oui, ça m'a l'air pas mal du tout cette approche, merci Cré20diou.
Au lieu de doctrine, je préfère le mot proposition.
Oui je sais je suis pointilleuse sur les mots mais c'est parce que je les aime et aime aussi les nuances.
Revenir en haut Aller en bas
Michel Paul
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 104
Age : 76
Localisation : Canada, Québec
Date d'inscription : 02/07/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 4:38

Juliah a écrit:
-_-  

Sans prétention, je voudrais apporter un témoignage.

Ce qui m'arrive en ce moment est plutôt étrange mais je m'en accommode et sens que je suis en train de passer un cap.

Voilà, le mot "Dieu" me devient insupportable et notamment le concept monothéiste et anthropomorphique qui l'entoure.

Ce Dieu-là je n'en veux plus : le mot déjà est trop galvaudé, foulé aux pieds et réducteur, ça n'est plus ainsi que je conçois l'infinité ou tout simplement ce que je me permets d'appeler la lumière ou la beauté dans son sens absolu.

Et d'autre part, je ne peux plus prononcer le mot "Dieu" sans penser au dieu torahique qui m'écoeure-soyons claire- et qui me fait du coup repenser le mot "Foi".
Même le dieu de Jésus est un dieu absent qui laisse mourir son plus fidèle dévoué dans d'atroces circonstances.Bien que là c'est un tout autre sujet dont subsiste encore une théorie dans mon esprit mais quand même ! Si l'on considère le dieu de la Torah comme le dieu de Jésus : rien d'étonnant.

Je ne peux plus accepter l'idée d'un dieu unique qui aurait tout crée de par son bon vouloir ou sa bonté et ce, pour qu'on l'adore ?

Cette idée-là est finalement un mépris de l'humanité, supposée créée parce qu'un jour "Dieu" a eu un élan de grâce.Non,non,non  
J'en suis à un point de rupture et je m'autorise à mettre en balance le mot "Dieu" et le mot "Foi" en m'attendant à ne plus les considérer comme j'ai pu les considérer par le passé.
ils deviennent vides de sens.

J'ai besoin d'une cure de logique, de saines et intelligibles explications, de sérénité , tout ce que ce "Dieu" biblique ou bien mal connoté ne peut plus m'apporter.

Finalement, si des divinités supérieures existent et nous veulent du bien, elles sont insultées en permanence par ce "Dieu" jaloux, guerrier, meurtrier à souhait, laveur de cerveaux,qui leur vole la vedette et s'attribue la paternité de l'humanité.Là non plus,je ne suis plus d'accord.

A votre avis, ou en suis-je dans mon cheminement, moi qui ai tellement défendu ici et ailleurs ce "Dieu" que j'avoue à présent, n'avoir jamais pu adoré vu que je ne comprenais absolument pas ses desseins.

Tout doit être logique maintenant dans mon monde sinon j'y deviens allergique.
En gros, c'est ça l'idée.
Hé oui, j'ai besoin de comprendre ce(ux) que j'aime,d'avoir des raisons concrètes d'aimer.

Il me faut désormais des choses plus palpables pour répondre à mes attentes spirituelles ou simplement humaines.
J'en ai marre de souffrir et si on lit attentivement la bible ( ou autres) : c'est normal de souffrir, c'est la garantie d'un au-delà meilleur.Là encore, je ne suis plus d'accord.

Comme le chantait Jim Morrison : "We want the world and we want it now!"

Je vous remercie de m'avoir lue et vous remercie également de vos réponses à venir.

Juliah.


Bonjour Juliah

J'aimerais plus que tout te répondre mais ma réponse afin d'être comprise correctement serais trop longue, sache que j'ai passé par la même phase dans ma vie et si te racontait ma jeunesse jusqu'à l'âge  de 33 ans, l'âge que j'avais lorsque tous les médecins me donnait environ 15 jours à vivre, que j'était paralysé et n'avait que quelques cheveux tu aurais de la difficulté à le croire. J'ai eu 73 ans le 28 novembre de cette année et je suis très vivant, marier avec la même femme depuis 50 ans,  je suis non paralysé, en parfaite santé (ou presque) et j'ai une crinière qui fait la jalousie de plusieurs.

De non croyants absolue que j'étais je suis devenue au cours des années serviteur du Créateur de l'univers. Comme récompense( je le réalise maintenant)  une dicté de 260 pages me fut transmise gratuitement afin que je la transmette gratuitement à mon tour, si vous suivez le lien ici joint: www.revelationmichel.com  vous pourrez lire cette dicté. En passant je n'ai pour étude qu'une 8 IIème année et ce manuscrit à pris plus de plusieurs années à m'être dicté car je n'étais pas parmi les plus brillants, je posais beaucoup de questions. Longtemps je croyais que j' avais complètement dérailler, alors si vous pensez que je déconne, rassurez vous, je l'ai pensé avant vous et je ne suis pas frustré.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revelationmichel.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 9:09

Michel Paul a écrit:
serviteur du Créateur de l'univers.

Serviteur ? Voyez c'est avec ce genre de concept qu'on va finir par me dégoûter définitivement.
Pourquoi pas esclave tant qu'on y est ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 11:31

Car on est tous soumis à l'amour. Toute nos actions sont poussées en premier par l'amour. Et cela ne s'explique pas. Ni on compose, ni on s'affranchi de l'amour, il est un tyran tout puissant, et qui en plus rend aveugle.  Je sais c'est moche, mais c'est l'amour qui veut ça.

Après on peut choisir un autre tyran, mais ce tyran peut être soumis à l'amour pas l'inverse. La haine.

Dans les deux cas on se soumettra. A chacun de choisir son tyran. La haine n'étant pas que négative, pour peu qu'on l'aime. Et voilà le Tyran de l'amour remet ça.

On peut aussi choisir d'autre Tyran, la raison, mais la raison a ses limites. Et on ne peut nous même composer avec la raison que si encore une fois on la soumet au maître des tyrans, l'amour. Sinon la raison ne devient plus un allier, mais un Tyran.

Quitte à choisir un tyran, je vous conseille de choisir le maître des tyrans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 11:54

L'Amour n'est pas tyrannie, ni la Source.
Soit vous vous exprimez mal, soit je ne peux abonder dans votre sens.
Revenir en haut Aller en bas
Tournesol
Etudiant
Etudiant
avatar

Masculin Nombre de messages : 157
Age : 78
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 15:22

Juliah a écrit:
L'Amour n'est pas tyrannie, ni la Source.

Le bouddhisme ,par exemple ,se méfie des émotions  et passions .

Autrement dit ,il faut en rester maître si on veut éviter d'être conditionné et porté par elles .

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 15:41

Tournesol a écrit:

Le bouddhisme ,par exemple ,se méfie des émotions  et passions .

Autrement dit ,il faut en rester maître si on veut éviter d'être conditionné et porté par elles .


Pour une hypersensible comme moi , ça me parait le parcours du combattant alors.
Arf, misère...
Revenir en haut Aller en bas
Michel Paul
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 104
Age : 76
Localisation : Canada, Québec
Date d'inscription : 02/07/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 16:38

Juliah a écrit:
Michel Paul a écrit:
serviteur du Créateur de l'univers.

Serviteur ? Voyez c'est avec ce genre de concept qu'on va finir par me dégoûter définitivement.
Pourquoi pas esclave tant qu'on y est ?

Vous pensez sans doute qu'être le serviteur de mon Père est comparable à l'esclavage. Peut-être que le terme est mal choisi pour exprimer ma pensé. Par serviteur je veux faire comprendre que je travaille d'arrache pied pour essayer de diffuser l'enseignement de celui que j'aime, qui m'aime et qui de surcroit me paye très bien.

L'esclavage est l'abolition de votre liberté, vous êtes soumis par la force à un maitre qui vous traite comme une bête de travail et souvent même comme un objet sexuel. ( cette affirmation et le reste de ce post fut écrit en tremblant et avec les larmes aux yeux).

C'est regrettable que je ne peu vous expliquer( je ne désires pas éveiller encore plus des vieux souvenir)  ce qu'était ma vie de chaque jour avant d'avoir atteint ma 33 IIème  année de naissance, vous en frémiriez. Alors je vous demande de croire en ma sincérité lorsque  je vous affirme qu'être le serviteur des gens que vous aimez tel vos enfants et vos parents, vos amis, n'est pas de l'esclavage, ce travail volontaire vous rend au contraire très heureux et ce même si le travail qu'exige la tâche est très souvent ingrate. Je sais très bien de quoi je parle.

Comme mentionner auparavant, je ne vous blâme aucunement de pensé sans me connaitre, que parfois je déraille dans mes propos, je l'ai pensé avant vous. Sincèrement et en toute amitié, Michel
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revelationmichel.com
Tournesol
Etudiant
Etudiant
avatar

Masculin Nombre de messages : 157
Age : 78
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 21:17

Juliah a écrit:
Pour une hypersensible comme moi , ça me parait le parcours du combattant alors.
Arf, misère.

Selon le Bouddha ,la cause de nos souffrances serait l'attachement alors que tout est changement ,impermanence .
Attachement est évidemment proche de passion et émotion ( appelé ici "la soif" )!  Le non-attachement serait alors recommandé .

Citation :
2.1 – La soif

La « soif » est à l’origine de la souffrance. La soif étant comprise comme le désir, l’attachement aux choses et aux idées. Walpola Rahula, moine bouddhiste du theravada écrit à ce propos :

« Le terme "soif" comprend non seulement le désir et l’attachement aux plaisirs des sens, à la richesse, à la puissance, mais aussi l’attachement aux idées, aux idéaux, aux opinions, aux théories, aux conceptions et aux croyances. Selon l’analyse qu’en fait le Bouddha, tous les malheurs, tous les conflits dans le monde, depuis les petites querelles personnelles en famille jusqu’aux grandes guerres entre nations, ont leurs racines dans cette "soif

Citation :
3ème Noble Vérité : la cessation de la souffrance

L’énoncé par le Bouddha de la troisième Noble Vérité est le suivant :

« Voici, ô moines, la Noble Vérité sur cessation de la souffrance. C’est la cessation et l’extinction complète de cette soif. C’est précisément l’abandon, le renoncement, la délivrance, le détachement complet de cette soif. »

Juliah , si ton cerveau est remis en condition , voici 3 pages "d'informations " concernant Bouddha

D'un côté ,il y a Bouddha ( Siddharta Gautama ) et le bouddhisme comme il y a Jésus et le christianisme ....
Siddharta Gautama n' a jamais pensé à un bouddhisme ....comme Jésus n'a jamais pensé à un christianisme .

http://www.lesreligions.fr/articles/Bouddhisme--Quatre-Nobles-Verites.php#.VHzLuzGG9v4

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Lun 1 Déc 2014 - 22:16

Je n'écris pas qu'il est la source, juste qu'il est le tyran au sommet de la pyramide. Ni mal exprimé, ni bien, c'est une synthèse.

La cause de nos souffrances, c'est la jouissance. On ne souffre plus, on ne peut plus jouir. Je tue un poisson, j'en souffre, je le mange j'en jouis.

Le moteur de ma souffrance et de ma jouissance, a été l'amour. L'amour de la jouissance. En cela c'est un tyran. Si j'aime la vie, je n'ai pas le choix de souffrir pour vivre.

Esclave de mon estomac, esclave de mon corps, Esclave de l'amour de la vie. Après comme dit, se libérer, n'être que contemplatif, contempler les sensations, amour, souffrance et n'y voir que des informations, la souffrance, la jouissance, les sensations seront toujours, mais elles ne seront plus une gène, qu'une positive information, dégagées de tout jugement bon ou mauvais, juste positive sensation. Mais avant cela, il faut savoir maîtriser ses sensations et pour les maîtriser, il faut en connaître les principes de fonctionnement et les aimer avant tout. On ne peut maîtriser ce qu'on aime pas. On ne peut maîtriser ses peurs, si on ne les aime pas, on ne peut maîtriser ses haines, si on ne les aime pas, on ne peut maîtriser ses raisons si on ne les aimes pas, on ne peut maîtriser ses connaissances si on ne les aime pas...En cela l'amour est le tyran, qu'on l'accepte et suivons son sens, alors on peut saisir bien des choses. Mais on ne devient pas Bouda en un jour. Ni en lisant des lignes, et on ne fait pas de pilule pour devenir Bouda, c'est savoir contempler sans juger.

Après on peut comme dit se libérer de la souffrance, mais comme dit, si pas de souffrance, abandon, renoncement, détachement, libéré, mais si libéré, plus rien non plus.

Rien ne va plus faites votre choix. Paire ou impaire, rouge ou noir, zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Cré20diou
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 4230
Age : 61
Localisation : Marais poitevin
Date d'inscription : 02/10/2009

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 1:32

Tournesol a écrit:

Selon le Bouddha ,la cause de nos souffrances serait l'attachement

ce n'est pas le bon sujet, dsl
mais est ce que quelqu'un a tenté de comparer Bouddha, Confucius et Sénèque par exemple ? (ou autre auteur antique)

(je dis cela car le l'ai fait dans ma jeunesse)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 8:27

Michel Paul a écrit:


cette affirmation et le reste de ce post fut écrit en tremblant et avec les larmes aux yeux.

Michel, je ne pensais pas une seconde heurter votre sensibilité.

D'ailleurs vous exagérez, pour moi c'est davantage aller vers la sensiblerie que de la sensibilité à ce niveau-là !
Mais ne pensez-vous pas que les mots servir-servantes-serviteurs et même royaume ( Jésus parlait avec le vocabulaire de son temps pour bien se faire comprendre.Point) sont des mots complètement inappropriés ?
Je préfère penser que je contribue à la cause du Bien sans parler d'un créateur unique ( Elohim est un pluriel : une fois de + les scribes n'ont pas été bien futés).
Je préfère évoquer une Intelligence initiale d'ailleurs et rien ne dit que c'est un Père uniquement.
Si Jésus dit que ce qui est en haut est pareil à ce qui en bas alors nous pouvons en déduire que la création est principe-Père et principe-Mère.

Et pourquoi avoir les larmes aux yeux alors que l'Amour, le Bien et l'harmonie, la douceur et la Justice qui s'y rattachent sont sensés nous rendre + forts ?
Il y a un mot qui me parait essentiel c'est le mot Liberté !
A partir du moment ou la moindre critique vous met dans ce genre d'état c'est que vous n'êtes pas sur la bonne voie.
A mon sens !
Et en parlant ainsi, je m'adapte à votre discours religieux, sachez-le.
C'est donc limité, j'en ai bien conscience.

P.S : Jésus est né en l'an - 4 donc mort à 37 ans et de ce fait, le nombre 33 n'est une preuve de rien.
Ah oui et heureusement au travers de mon existence, j'ai écouté des mots doux comme j'ai écouté des mots durs et les mots durs m'ont tout aussi bien élevée que les mots doux même si j'ai saisi leur utilité a posteriori.
Revenir en haut Aller en bas
Michel Paul
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 104
Age : 76
Localisation : Canada, Québec
Date d'inscription : 02/07/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 8:48

Spoiler:
 



La citation mise sous spoiler est incompréhensible.
Il est interdit de répondre à l'intérieur d'une citation.(Personne)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revelationmichel.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 10:22

Juliah a écrit:
Et pourquoi avoir les larmes aux yeux alors que l'Amour, le Bien et l'harmonie, la douceur et la Justice qui s'y rattachent sont sensés nous rendre + forts ?

Les larmes n'ont rien d'une faiblesse. Je ne me sens pas faible lorsque je pleure. J'écoute encore et je laisse encore la tyrannie de l'amour faire son œuvre pour les apprécier à leurs justes valeurs, leurs justes messages. C'est une chance de pouvoir pleurer, pas un désavantage. Certain ne pleure jamais, est ce mieux, est ce être plus fort? Je ne pense pas. Ressentir des trucs a du bon. Ce n'est pas pour rien que l'océan est salée, il y a des requins qui mangent les petits poissons et des petits poissons qui mangent les requins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 10:29

Winparadise a écrit:

Les larmes n'ont rien d'une faiblesse. Je ne me sens pas faible lorsque je pleure. J'écoute encore et je laisse encore la tyrannie de l'amour faire son œuvre pour les apprécier à leurs justes valeurs, leurs justes messages. C'est une chance de pouvoir pleurer, pas un désavantage. Certain ne pleure jamais, est ce mieux, est ce être plus fort? Je ne pense pas. Ressentir des trucs a du bon.  Ce n'est pas pour rien que l'océan est salée, il y a des requins qui mangent les petits poissons et des petits poissons qui mangent les requins.

Taratata là je parle de sensiblerie ( Dois-je en donner la définition ?) et d'être au bord des larmes quand on est face à la critique, c'est différent.
Moi-même et de même je pleure assez souvent mais c'est une manière saine pour évacuer les émotions négatives, voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 10:33

Taratata, turlututu.

Oui je veux bien une définition. Very Happy Maramama sensiblerie n'étant pas taratata sensiblerie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 10:56

Winparadise a écrit:
Taratata, turlututu.

Oui je veux bien une définition.  Very Happy  Maramama sensiblerie n'étant pas taratata sensiblerie.

Définition sensiblerie Larousse : sensibilité outrée ou affectée allant jusqu'au ridicule.

Je n'irais pas jusqu'au ridicule pour ma part mais jusqu'à des émotions faussées par une ignorance -de son intériorité- évidente.

Sensibilté : capacité de réagir aux impressions externes (émotions sincères)
Sensiblerie: affectation dans l'expression d'émotions (note un peu forcée, exagération, inadaptation avec le milieu)

En gros il y a une nette différence entre pleurer et pleurnicher pour un oui et pour un non.
D'ailleurs Michel n'a même pas pris la peine de me répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 13:32

Un caractère, peut être un manque quelques parts. Après il ne me semble pas qu'une émotion puisse être faussée par ignorance, mais plus par une connaissance erronée, qu'on peut penser juste.

Ton intérieur tu le connais bien, c'est innée, il est en toi, tu le sens. Maintenant qu'il n'est pas en bon ordre, que tu as du mal à le saisir, qu'il est court circuité par des connaissances pensée juste, qu'on crée pour nous rassurer, mais qui bien souvent joue un rôle inverse. C'est peut être plus cela.

Le chagrin vient le plus souvent d'un manque, que d'une incompréhension. L'incompréhension va générer le symptôme à fleur de peaux, plus profond. Car c'est un manque aussi de ne pas comprendre. Et si tu ne comprends pas ton intérieur, c'est peut être justement que tu lui apposes des connaissances qui sont en contradiction avec tes sens, tes aspirations. Le bien être ne peut pas être une aspiration, c'est un état suite à les réalisations de ses aspirations. Comme par exemple j'ai aspiration à faire du petit bois, je n'en ai aucune envie je vais devoir bouger et pour un fainéant de mon niveau, ça frise l'exploit. Mais une fois que j'aurai démarré, lancé la machine, donné le coup de fouet nécessaire, je ne vais qu'être bien pendant et content après de l'avoir réalisé, si je ne le fais pas cela m'attristerai. Dans tous les cas bouger, s'oublier dans le service, ça fait du bien. Faut pas non plus trop chercher à intérioriser, penser aussi à s'extérioriser. Ni trop chercher à tout comprendre, on ne peut pas tout comprendre. Déjà comprendre ce qui nous fait du bien, et s'y appliquer, c'est pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 15:31

Winparadise a écrit:
Un caractère, peut être un manque quelques parts. Après il ne me semble pas qu'une émotion puisse être faussée par ignorance, mais plus par une connaissance erronée, qu'on peut penser juste.

Ton intérieur tu le connais bien, c'est innée, il est en toi, tu le sens. Maintenant qu'il n'est pas en bon ordre, que tu as du mal à le saisir, qu'il est court circuité par des connaissances pensée juste, qu'on crée pour nous rassurer, mais qui bien souvent joue un rôle inverse. C'est peut être plus cela.

Le chagrin vient le plus souvent d'un manque, que d'une incompréhension. L'incompréhension va générer le symptôme à fleur de peaux, plus profond. Car c'est un manque aussi de ne pas comprendre. Et si tu ne comprends pas ton intérieur, c'est peut être justement que tu lui apposes des connaissances qui sont en contradiction avec tes sens, tes aspirations. Le bien être ne peut pas être une aspiration, c'est un état suite à les réalisations de ses aspirations. Comme par exemple j'ai aspiration à faire du petit bois, je n'en ai aucune envie je vais devoir bouger et pour un fainéant de mon niveau, ça frise l'exploit. Mais une fois que j'aurai démarré, lancé la machine, donné le coup de fouet nécessaire, je ne vais qu'être bien pendant et content après de l'avoir réalisé, si je ne le fais pas cela m'attristerai. Dans tous les cas bouger, s'oublier dans le service, ça fait du bien. Faut pas non plus trop chercher à intérioriser, penser aussi à s'extérioriser. Ni trop chercher à tout comprendre, on ne peut pas tout comprendre. Déjà comprendre ce qui nous fait du bien, et s'y appliquer, c'est pas mal.

Il existe beaucoup de personnes qui méconnaissent leur intérieur tu sais, qui ne savent ni quoi en faire ni comment l'utiliser à bon escient.
Oui chercher ce qui nous fait du bien ok et s'y accrocher ok mais aussi s'interroger sur ce qui nous fait à première vue du mal et chercher plus loin : ça dénote souvent une carence en connaissance de soi et de l'Autre.
Pourquoi ça (me) fait du mal ?
A part les malsains, les gens ne sont très souvent pas responsables de comment leurs interlocuteurs comprennent/entrevoient/ressentent leurs propos.

Un jour, quelqu'un m'a profondément blessée par des propos durs mais quand j'ai compris que ses propos n'étaient que le miroir d'une de ses inhibitions, je me suis sentie libérée, le mal est parti, je lui ai pardonné son geste inconscient et tout est rentré dans l'ordre.

Autre anecdote : j'ai un père hyper rationnel et très ancré dans la réalité et ses propos m'ont, pendant longtemps, choquée jusqu'à ce que petit à petit, en grandissant mon esprit s'est accordé à ses propos jusqu'à en reconnaître une sagesse certaine.

Faut savoir creuser et se donner du temps et de la volonté pour comprendre les Autres...et leurs discours opposés, différents, choquants parfois.
L'édifice de soi c'est tout un cheminement.
Revenir en haut Aller en bas
Michel Paul
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 104
Age : 76
Localisation : Canada, Québec
Date d'inscription : 02/07/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 18:19

Winparadise a écrit:
Juliah a écrit:
Et pourquoi avoir les larmes aux yeux alors que l'Amour, le Bien et l'harmonie, la douceur et la Justice qui s'y rattachent sont sensés nous rendre + forts ?

Les larmes n'ont rien d'une faiblesse. Je ne me sens pas faible lorsque je pleure. J'écoute encore et je laisse encore la tyrannie de l'amour faire son œuvre pour les apprécier à leurs justes valeurs, leurs justes messages. C'est une chance de pouvoir pleurer, pas un désavantage. Certain ne pleure jamais, est ce mieux, est ce être plus fort? Je ne pense pas. Ressentir des trucs a du bon.  Ce n'est pas pour rien que l'océan est salée, il y a des requins qui mangent les petits poissons et des petits poissons qui mangent les requins.

Je ne sent pas faible lorsque je pleure, je me sent par contre très démunie lorsque les souvenirs de mon existence du début de ma vie refont surface, mais comme mentionné, ma faiblesse est devenu pour moi source de capacité d'apporter de la compréhension et d'aide pour ceux qui en ont besoin. Il m'a fallu une longue période de mon existence pour être en paix avec moi-même et surtout pour enfin pardonner. Je suis touché par tes propos qui dénote les qualités d'une bonne personne. En toute amitiés.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revelationmichel.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Mar 2 Déc 2014 - 18:35

Oui beaucoup de personne ne s'écoute pas, c'est un fait et plus que se méconnaître, font la négation de leur nature humaine. Et oui c'est un cheminement, une chasse au trésor, et le vrai trésor n'est pas le coffre plein de pièce, c'est tout le cheminement le vrai trésor, les petits chemins, les rencontres, les voyages, la danse, le partage, la communion avec le monde, mais aussi les déchirures, l'amertume...On est vivant on ressent des trucs.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Jeu 11 Déc 2014 - 8:53

La Folie a écrit:
 Je passe prendre des nouvelles... à savoir si vous supportiez mieux le Mot.

Non, pas plus l'ami, pas plus.
Le mot et ce qu'il est censé représenter, est bien trop foulé aux pieds, morcelé, dévoyé, déshonoré : encore, toujours.
Je trouve mon équilibre autrement.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Michel Paul
Etudiant
Etudiant


Masculin Nombre de messages : 104
Age : 76
Localisation : Canada, Québec
Date d'inscription : 02/07/2014

MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   Sam 13 Déc 2014 - 19:59

Le Mot prendra du poids seulement lorsque vous apprendrez qui ou quel est sa signification. Et enfin tout s'éclairera pour tous,
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revelationmichel.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand le mot "Dieu"devient insupportable, ou en est-on ?
» Quand accumuler des choses devient pathologique
» Fête du Très Saint Corps du Christ (FÊTE-DIEU 2010]
» La Grâce de Dieu dans Le Tenack (Premier Testament)
» Jésus dit: "Quand viendra le Défenseur, l'Esprit de Vérité, le Paraclet..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Croire ou ne pas croire :: La foi en questions-
Sauter vers: