Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les limites du matérialisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rouj22
Curieux
Curieux


Masculin Nombre de messages : 10
Age : 56
Localisation : USA
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Les limites du matérialisme   Ven 21 Aoû 2015 - 15:42

Je partage avec les matérialistes,la thèse que la matière contient en germe tout ce qui, par évolution,va donner l'ensemble du monde matériel,sans avoir besoin d'un créateur immatériel; j'affirme cependant qu'ils se trompent en croyant que cela suffit pour faire exister le monde; ils ne considèrent que l'objet, c'est à dire le monde ou leur propre corps individuel, et oublient le sujet sensible que chacun d'eux est, c'est à dire la conscience subjective, qui existe dejà dans l'individu animal, quoique de façon moins intense que dans un corps humain.
Sans la conscience subjective qui habite en toi,tu ne serais conscient ni de ta propre existence, ni de celle de tout ce qui t'entoure et, par conséquent, absolument rien n'existerait. Donc l'objet "monde", dont ton corps individuel fait partie, n'existe que par Toi, "sujet-témoin-observateur", et inversement, tu a besoin de cet objet qu'est ton corps matériel, car il sert de support et de point d'observation au sujet sensible que tu es. Cela veut dire, pas d'observation possible sans point d'observation: le sujet a besoin de l'objet, et l'objet du sujet. Le monde matériel et objectif a besoin du sujet sensible immatériel pour le faire exister, même s'il n'en a nul besoin pour le fabriquer.Le sujet sensible est lié au corps mais n'en fait pas partie, contrairement à ce que pensent les matérialistes.
Ton ordinateur possède une caméra avec laquelle il peut reconnaître ton visage,il peut reconnaître ta voix en te parlant à son tour: il est donc sensible; il est également intelligent puisqu'il peut te battre aux echecs, par exemple.On peut parfaitement fabriquer un ordinateur qui hurle de douleur à chaque fois qu'on tape trop fort sur les touches du clavier: a-t-il réellement mal? Non bien-sûr, car c'est un objet sensible et non un sujet sensible; tout cela pour mieux cerner les notions d'objet matériel, et de sujet immatériel. Ces notions sont importantes aussi dans deux domaines particuliers: l'embryologie et la préhistoire. En effet, il doit forcément exister un instant précis qui fait passer brusquement le foetus humain ou animal de la catégorie "objet sensible" à celle de "sujet sensible", même s'il est impossible de connaître objectivement cet instant. De même pour la préhistoire, qui est en quelque sorte l'Histoire au stade embryonnaire, il doit y avoir un instant précis qui fait passer en bloc, tous les animaux et les homo-sapiens préhistoriques, de la catégorie "objet sensible" à celle de "sujet sensible", comme d'un coup de baguette magique: c'est le moment où la préhistoire cesse et l'Histoire commence, impossible à déterminer objectivement vu qu'il s'agit d'un phénomène purement subjectif.
Donc l'Histoire est récente comme l'affirment les traditionnalistes qui lui donnent un âge qui va de 6000 à 12000 ans selon les traditions respectives. Et,inversement, la préhistoire a été très longue comme l'affirment les évolutionnistes qui lui donnent des milliards d'années, qui ont permis la lente évolution du monde matériel, des formes les plus élémentaires aux plus complexes.  Les deux camps ont donc chacun raison d'un certain point de vue.  Voilà,je me suis pas mal étendu, mais je pense que ça valait le coup; à plus...
Revenir en haut Aller en bas
l'intondable
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 6406
Age : 67
Localisation : Europe
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Lun 24 Aoû 2015 - 18:40

cite-moi le nom d'un matérialiste contemporain. Parce que je crois que ceux que tu nommes matérialistes n'existent pas.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
rouj22
Curieux
Curieux


Masculin Nombre de messages : 10
Age : 56
Localisation : USA
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Mar 25 Aoû 2015 - 19:23

Il me semble,mais je n'en suis pas sûr, que l'intondable me prend pour un matérialiste qui n'a pas bien compris le matérialisme, et que ptolemee me prend pour un anti-matérialiste qui n'a pas bien compris le matérialisme. Je réponds évidemment que je ne suis ni l'un, ni l'autre: je pourrais me lancer dans de longues justifications, mais cela serait stérile et hors sujet.
Mon objectif ici est plutôt de cerner la structure de l'Existant, selon la perspective d'un homme du 21e siècle qui, contrairement à ses prédécesseurs, est entouré des objets domestiques sensibles et intelligents que sont l'ordinateur, la tablette, et le téléphone portable. Un géant comme Descartes, qui, parti de presque rien, a bâti énormément en toute discipline, s'est pourtant trompé parce qu'il n'avait pas nos moyens: nous savons tous maintenant que son affirmation "je pense donc je suis", est fausse puisque nos ordinateurs pensent mais ne "sont" pas. Ils sont en effet privés d'intériorité et incapables d'éprouver plaisir ou douleur; ils n'existent pas de "l'intérieur", mais de l'extérieur: c'est le sujet sensible qui donne l'existence à l'objet, que cet objet soit sensible ou pas. Descartes ne s'est pourtant pas trompé de beaucoup, et c'est en son honneur: il suffit de corriger sa phrase en affirmant "je ressens intérieurement, donc je suis"; comme on le vois cette formulation est beaucoup plus universelle car elle englobe aussi les animaux.
L'Existant a donc une structure bipolaire formée d'un sujet et d'un objet, ces deux pôles étant irréductibles l'un à l'autre et inséparables tant que l'Existant existe; cela veut dire, pas d'existence possible sans l'un des deux pôles, et aussi que ces deux pôles sont forcément de nature différente: corporelle pour l'objet, et incorporelle pour le sujet. Signalons en passant que le pôle "sujet" est prééminent par rapport au pôle "objet", parce qu'il a la capacité de faire exister, et lui même, et son objet; donc le sujet perçoit immédiatement le sujet,c'est à dire lui-même, avant même de percevoir l'objet; par contre, le pôle "objet" est totalement passif de ce point de vue, quoiqu'il soit indispensable en tant que support et point d'observation privilégié, s'il s'agit d'un corps individuel propre au sujet.
L'existence est donc un processus dynamique et non statique, impliquant une interaction continue entre une espèce de pôle positif et une sorte de pôle négatif: l'observateur et l'observé...
Pour ce qui est des deux "camps", formulation contestée par ptolemee, je vais tâcher d'être plus clair.
Ptolemee voit les traditionnalistes et les évolutionnistes comme engagés dans un match de boxe trop déséquilibré, où les premiers sont représentés par un avorton effarouché, et les seconds par un colosse intrépide; ptolemmee nous dit en secouant la tête: "il n'y a pas de match"... C'est qu'il calque ce qui s'est passé dans la réalité historique, c'est à dire le triomphe politique et sociétal des modernistes sur les traditionnalistes, pour le transcrire dans la lutte intellectuelle qui persiste entre les deux camps. Cette démarche est erronnée. En effet, dans cette lutte intellectuelle il ne peut y avoir ni vainqueur ni vaincu, parce-que chacun des deux camps se concentre sur une moitié de l'Existant: l'objectivité à outrance pour les matérialistes et la subjectivité excessive pour les traditionnalistes.
J'ai dit dans mon message précédent qu'il doit forcément y avoir un instant précis à partir duquel, tous les animaux et les homo-sapiens préhistoriques,passent de la catégorie "objet sensible" à celle de "sujet sensible", soit durant leur gestation comme c'est le cas dans l'embryogénèse d'un individu moderne,soit, peut-être, même les adultes qui vivaient en cet instant, sont passés brusquement d'objet à sujet. Peu importe. Le résultat c'est qu'on a alors une préhistoire où n'est présent aucun individu possédant une intériorité, et une Histoire très riche en individus intérieurement sensibles. Conclusion, l'existence des animaux et des homo-sapiens préhistoriques est une existence "aprés coup",dans le sens que c'est le "Moi" moderne, qui est tout intériorité, qui leur donne l'existence en étudiant leurs fossiles. Mais "au temps où ils étaient vivants", il n'avaient nullement conscience de leur propre existence ni de ce qui les entourait, quoique aussi sensibles que les individus actuels sur le plan du système nerveux, et de plus, les homo-sapiens de l'époque étaient aussi intelligents que nous.
Donc, le traditionnaliste ne se trompe pas de beaucoup quand il affirme que le monde n'existe que depuis quelques milliers d'années, et qu'il n'y a pas eu de temps pour l'évolution des espèces: en effet la longue préhistoire n'a pas vraiment existé, du temps où elle devait exister, puisqu'en ce temps-là, il n'y avait pas de témoins conscients de cette existence.
De même, les évolutionnistes ne se trompent pas de beaucoup lorsqu'ils affirment l'existence de la longue préhistoire qui a permis l'évolution des espèces: en effet, maintenant, et "après-coup", on peut en observant les fossiles, affirmer que cette préhistoire a existé.
Revenir en haut Aller en bas
l'intondable
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 6406
Age : 67
Localisation : Europe
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Mer 26 Aoû 2015 - 20:15

Merci, mais je vais tout de même réitérer ma question. Cite-moi stp un matérialiste contemporain. Un exemple pratique vivant, si tu préfères cette tournure de phrase.
Revenir en haut Aller en bas
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Mer 26 Aoû 2015 - 21:50

@Rouj: tes 2 posts sont tres interressants mais je ne comprends pas pourquoi tu affirmes que les animaux et les hommes préhistoriques seraient dépourvus d' "interiorité". Je peux comprendre qu'ils soient dépourvus de conscience reflexive mais pour toi l'"interiorité" semble etre le simple fait de ressentir. J'imagine donc que ton interrogation repose sur l'apparition de la conscience mais pourquoi penser que les animaux et les premiers homos sapiens en aient été dépourvus aux débuts de leur évolution ?
Revenir en haut Aller en bas
rouj22
Curieux
Curieux


Masculin Nombre de messages : 10
Age : 56
Localisation : USA
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 14:24

Michel Onfray,voilà pour le philosophe matérialiste connu. Je te remercie, spamoi, pour ton interessement, et vais tenter de répondre à ta question qui est difficile.
D'après les données scientifiques les plus précises,l'univers a un âge compris entre 13 et 15 milliards d'années: c'est beaucoup diront certains, mais moi je dis que c'est peu, si l'on pense que  cela a suffit pour donner des êtres comme les animaux supérieurs et l'Homme. Les matérialistes disent qu'en jouant très longtemps aux dés, on finit forcément par tomber sur la bonne combinaison:je suis parfaitement d'accord, mais je suis certain que jouer pendant 15 milliards d'années, est loin d'être suffisant pour obtenir une combinaison aussi complexe que l'Homme, ou même l'animal.
A partir de là, je suis sûr que le point zero du big-bang, qui, à cette époque reculée,n'avait pas encore déployé notre univers de son sein, était ce que l'on peut appeler à plein titre, l'oeuf du monde. Dès lors, l'histoire de l'univers, puis de la terre, devient l'histoire d'un processus de macro-embryogénèse, où le hasard est comme domestiqué, et tenu en respect par la "nécessité" que sont les lois et le plan de déploiement et de formation de l'univers, contenus dès l'origine, dans l'oeuf du monde. Donc toute l'histoire du développement de l'univers, puis de la terre et des espèces qui y ont évolué, était prévue dans ses grandes lignes (mais non dans les menus détails, car le hasard ne cesse de se manifester),dans la structure interne du point zero du big-bang qui a enfanté le monde.
La préhistoire est une phase avancée de cette macro-embryogénèse où l'on voit apparaître et disparaître certaines espèces intermédiaires propres à la préhistoire,de même que l'on voit apparaître et disparaître certaines cellules et les organes     embryonnaires qu'elles formaient, lors de la gestation d'un individu animal ou humain; ainsi, ces deux types "d'embryogénèse", la grande, universelle, et la petite, individuelle, se ressemblent par de nombreux aspects: les fossiles préhistoriques, vestiges d'espèces disparues sans descendants, nous rappellent les vestiges de nos organes embryonnaires, comme notre nombril par exemple qui est ce qui reste du cordon ombilical. Ces espèces étaient indispensables à l'évolution générale de la vie sur terre à cette époque, et, pour l'individu, ces organes étaient indipensables à l'évolution de l'embryon qu'il était, avant qu'il n'atteigne un niveau de maturation où ils devenaient inutiles.
Je vois donc la préhistoire comme un monde encore "en gestation".
La conscience subjective est, je le rappelle, définie par une seule propriété et aucune autre: celle de ressentir intérieurement; c'est donc elle, et elle seule qui constitue "l'intériorité" de tout sujet. Quant au fait d'être conscience "pensante" ou pas, ce n'est qu'un attribut qu'elle peut avoir ou pas, comme une jolie fille peut s'habiller d'une belle robe ou pas: cela reste la même personne, c'est juste son habillement qui a changé.  De même que la conscience subjective ne peut se manifester que dans un individu en gestation, qui a atteint un certain degré de maturation, de même, je suis certain que cette conscience subjective ne peut se manifester que dans un monde "en gestation" qui a atteint un certain niveau de maturation: donc, avant cette manifestation brusque de "l'intériorité subjective" dans le monde, on peut parler de "préhistoire" et de monde "immature", et après cela on peut parler d'Histoire et de monde parvenu à maturité.
C'est pour cela que j'affirme que les animaux et les homo-sapiens de la préhistoire ne ressentaient rien intérieurement, pas même leur propre existence. Malgré le fait que les homo-sapiens préhistoriques, riaient, pleuraient, discutaient,dessinaient, travaillaient, pensaient, exactement comme nous, ils ne ressentaient rien interieurement, tout chez eux n'était que manifestations exterieures,rien d'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 15:14

Citation :
C'est pour cela que j'affirme que les animaux et les homo-sapiens de la préhistoire ne ressentaient rien intérieurement, pas même leur propre existence. Malgré le fait que les homo-sapiens préhistoriques, riaient, pleuraient, discutaient,dessinaient, travaillaient, pensaient, exactement comme nous, ils ne ressentaient rien interieurement, tout chez eux n'était que manifestations exterieures,rien d'intérieur.

Est ce qu'on peut dire que, selon toi, les premiers hommes préhistoriques etaient des machines organiques, de la même manière que, pour nous, les robots sont des machines  de matiere inerte ?

Citation :
Les matérialistes disent qu'en jouant très longtemps aux dés, on finit forcément par tomber sur la bonne combinaison:je suis parfaitement d'accord, mais je suis certain que jouer pendant 15 milliards d'années, est loin d'être suffisant pour obtenir une combinaison aussi complexe que l'Homme, ou même l'animal.
A partir de là, je suis sûr que le point zero du big-bang, qui, à cette époque reculée,n'avait pas encore déployé notre univers de son sein, était ce que l'on peut appeler à plein titre, l'oeuf du monde.

La dessus je comprends tout à fait ce que tu veux dire et suis plutot d'accord avec toi. Aujourd'hui aucun scientitfique rigoureux ne nie que les chances que les conditions d'apparition de la vie dans notre univers soient réunies étaient absolument infinitésimales (1 chance sur 10 puissance 60). Et de toute facon, les "materialistes" (je mets des guillemets car je trouve ces catégories trop artificielles et reductrices) ne peuvent pas nier que, puisque la vie existe, les conditions étaient déja réunies à l'explosion du Big-Bang, c'est l'essence même du determinisme qui est lui-même la notion-clé du "materialisme" et de tout système de pensée basée sur la rationnalité.

Néammoins, il faut admettre que cette probabilité infime d'apparition de la vie ne tient que dans l'optique d'un univers unique. L'hypothèse d'une infinité d'univers parallèles, théoriquement possible, fait perdre toute valeur à ce 10 puissance 60. Mais les "materialistes", d'ordinaire si prompts à dégainer le rasoir d'Ockham pour bloquer toute eventualité d'un quelconque dessein cosmique, font, sur ce coup là, etrangement l'impasse sur le principe d'economie et de simplicité .
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 16:14

Qu est ce que tu es fatiguant. Tu ne peux jamais t'empecher de tout ramener à un conflit croyant/non croyant et tu ne lis que ce que tu as envie de lire, ou du moins ce qui peut orienter le débat pour le réduire à une configuration croyant rationnel/non croyant inconscient qui ne sait rien faire d'autre que prendre ses désirs pour des réalites. Qu'est ce que c est lourd...


ptolemee a écrit:


Ainsi la probabilité d'apparation de vie tel que la presente spamoi n'a de sens que sur un lieu donné... Si on le prend sur l'univers c'est l'iverse ! Ce sont des milliards de milliards de potentialités de vie.


Les conditions d'apparition de la vie telles que présentées par Spamoi sont universelles. Elles ne portent pas sur les conditions d'apparition de la vie sur Terre mais sur les conditions présidant aux conditions d'apparitions de la vie sur Terre. Bref, elles ne se situent pas au niveau des probabilités d'agencement de la matière de manière à faire emerger la vie mais sur les probabilités de stabilité de cette matière et concerne les grands constantes physiques.

Si tu cherches des arguments pour nier le caractere hautement improbable de ces conditions, tu n'as pas à te fatiguer ni à raconter n'importe quoi, il suffit de reprendre l'argument que j'ai donné moi-même (l'infinité d'univers parallèles). Tu peux même rajouter la théorie d'un univers cyclique (succession infinie de Big-Bang et Big-Crunch). Si tu as besoin d'autres arguments pour contrer ce que tu penses etre mes certitudes de croyant décerébré, fais moi signe.


Citation :

D'autre part la granularité du rayonnement archaïque souvent pris comme pretexte à affirmer une prédestination du bigbang n'est qu'une hypothes (qui plait) parmi des milliers d'autres.

En ce qui me concerne, je n'ai pas parlé de prédestination du Big Bang. Je me suis placé au temps de Planck (tu peux vérifier,  j'ai  ecrit "à l'explosion du Big Bang") et je l'ai fait sciemment pour eviter ce genre de reflexion. Visiblement ca n'a servi à rien. D'ailleurs, jusqu'à maintenant personne n'a parlé de prédestination hormis toi. La prédestination et la prédetermination, bien que proches, ne sont pas exactement la même chose. La predestination présuppose une notion de dessein, la prédetermination est neutre et ne parle que des conditions elles-mêmes, pas de l'origine de ces conditions.



Citation :
Le big bang et l'evolution de l'univers apparaissent jusqu'à preuve du contraire des phenomenes chaotiques.

Le chaos physique n'existe pas. Le terme de chaos physique ne désigne pas une absence de determination ou de lois physiques mais une impredictibilité de l'evolution d'un systeme liée à la trop grande complexité de ce système. Bref, c'est une simple impredictibilité technique.
Revenir en haut Aller en bas
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 16:22

Comme tu n'as pas été rigoureux dans la lecture et l'analyse des posts de tes petits camarades, tu mérites une punition:




Bon arrachage de cheveux!
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 16:32

Si tu ne veux pas de discours de chicane, cesse de lire les posts des autres avec autant de préjugés, c'est vraiment agacant.
Revenir en haut Aller en bas
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 16:37

ptolemee a écrit:
@spamoi ... tu ne peux evdemment t'empecher de balancer l'amabilité habituelle visant à discrediter ton interlocuteur ... passons ! On a les arguments qu'on peut !
J'ose espérer que tu me permettras d'utiliser les arguments que je veux et non ceux que tu voudrais me dicter ...
Je t'ai dévelopé, arguments à l'appui l'erreur sur tes soit-disant probabilités de conditions d'apparition de vie. Tu peux choisir de les ignorer, bien sûr ...
Peux-tu éviter de pinailler sur predestination  ?

spamoi a écrit:
la vie existe, les conditions étaient déja réunies à l'explosion du Big-Bang,
C'est pas de la predestination, çà ?


Si pour toi prédestination et prédetermination sont equivalent, alors oui c'est de la predestination.

Citation :

spamoi a écrit:
Le chaos physique n'existe pas. Le terme de chaos physique ne désigne pas une absence de determination ou de lois physiques mais une impredictibilité de l'evolution d'un systeme liée à la trop grande complexité de ce système. Bref, c'est une simple impredictibilité technique.
Et oui ... par opposition à la prédestination ... (prévisible). Pas plus que l'ecoulement d'un ruisseau, la forme qu'allait prendre notre univers n'etait previsible ni determinée ... sauf si tu arrives à prouver le contraire.
A moins que tu ailles te refugier dans le domaine de la croyance, mais là il n'y a plus debat.

Toi et moi savons parfaitement que tu te contrefiches de la prédictibilité et de l'impredictibilité et que ton problème est celui d'un hypothétique dessein intelligent.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 16:50

Ok, je reconnais aller trop loin.

Mais concernant tes remarques et objections, j'y ai répondu.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 17:42

Tu veux dire que chaque affirmation doit etre étayée par une argumentation complete ? Ca risque d'etre compliqué, toute argumentation scrupuleusement complete doit remonter la chaine causale totale, ce qui est impossible. Tes propres remarques et objections n'etaient pas de simples affirmations d'ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 18:25

Ben c'est toi qui affirme qu'elle est contestée. Et elle l'est surement, aucune affirmation ne fait l'unanimité. Cela dit je suppose que tu veux dire qu'elle est contestée par la majorité du monde scientifique. A ma connaissance, ce n'est pas le cas. Si selon toi elle est majoritairement contestée par le monde scientifique, alors donne moi au moins deux ou trois noms.
Revenir en haut Aller en bas
l'intondable
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 6406
Age : 67
Localisation : Europe
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 18:53

rouj22 a écrit:
Michel Onfray,voilà pour le philosophe matérialiste connu.
Merci de ta réponse.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
spamoi
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2557
Age : 40
Localisation : Val d'Europe
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Jeu 27 Aoû 2015 - 20:01

Tu en as bien le droit. Mais sur quelle base contestes tu ce que j'ai énoncé ? Ca n'a rien de bien extraordinaire ni révolutionnaire ce que j'ai dit . En gros c'est le principe anthropique faible. Il ne dit rien d'autre que les conditions d'apparition de la vie etaient présentes au moment du Big Bang puisque nous sommes là pour en parler. Ou bien peut etre contestes tu l'infime probabilité que ces conditions soient réunies. Effectivement ca se discute. Selon le modèle actuel de notre univers (Big Bang donannt naissance à un univers unique infiniment en expansion), cette infime probabilité est indiscutable. Selon d'autres modèles, cette infime probabilité n'a plus rien d'infime et devient triviale. Mais tout ca je l 'ai deja dit,donc je ne comprends pas bien ce que tu peux contester.
Revenir en haut Aller en bas
rouj22
Curieux
Curieux


Masculin Nombre de messages : 10
Age : 56
Localisation : USA
Date d'inscription : 17/08/2015

MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   Ven 28 Aoû 2015 - 15:16

A l'intondable: de rien, content que tu sois satisfait; à spamoi: oui, tout à fait, les animaux et les hommes préhistoriques étaient bien des robots organiques ou plutôt, biologiques, puisqu'ils appartenaient objectivement au règne du Vivant, quoique subjectivement non seulement ils n'étaient pas vivants, mais ils "n'étaient pas", tout court (ce qui est normal pour un robot). Les commentaires de spamoi sont bien pesés, et il est difficile de ne pas les approuver, même si le commun des lecteurs peut être dérouté par leur complexité;
à ptolemee: je comprends la gène que peut occasionner dans certains esprits, le fait de parler d'un niveau de programmation élevé, dans le déploiement et la formation de notre univers, qui  laisse au chaos une place trop limitée pour leur goût. Comme l'a souligné aussi spamoi, ce sont les données scientifiques actuelles qui nous obligent à donner une place très importante à la programmation: comme je l'avais signalé plus haut, 15 milliards d'années pour former notre univers, c'est vraiment trop peu sans programmation. Cependant on peut élargir notre vision et donner une part maximale au hasard, en affirmant que puisque "l'oeuf du monde" a une structure interne complexe (qui constitue en fait le "programme" de notre univers,qui est un programme viable puisque nous sommes là pour en parler), cette structure complexe est apparue par hasard en "jouant aux dés" pendant un temps immensément long,avec les micro-particules qui constitueraient cette "structure programmante" qu'est l'oeuf du monde. En "jetant les dés" une multitude de fois, on obtiendrait de temps en temps des "oeufs de monde" différents de notre oeuf, et, à un certain moment, on tomberait sur le "gros lot", c'est à dire notre oeuf viable.
Tout cela n'est  que l'expression en termes simples de ce à quoi faisait allusion spamoi lorsqu'il a parlé de prendre en considération de nombreux univers pour maximiser le hasard.
Ici, les nombreux univers sont représentés par les "oeufs de monde" différents du notre, dont je viens de parler.
Ceci dit, je doit préciser que le processus de formation d'une structure, est, comme c'est le cas dans d'autres domaines, un processus "bipolaire", qui est fruit de l'intéraction continue entre le "pôle programmation", et le "pôle hasard", les deux pôles étant irréductibles l'un à l'autre: de même que le zero pourcent de hasard n'existe pas, le zero pourcent de programmation n'existe pas non plus. Lorsqu'on met des billes dans un bocal et qu'on agite ce dernier pour que les billes s'agglutinent entre elles pour former des structures de plus en plus complexes, le hasard joue certes le rôle principal dans cette formation, mais la programmation quoique minime est toujours là, puisque dans notre expérience nous avons utilisé des billes à surface collante: elles étaient donc programmées pour s'agglutiner entre elles, même s'il n'était pas prévu qu'elles constituent une forme plutôt qu'une autre; il s'agit donc d'une programmation "a minima", mais d'une programmation tout de même, puisqu'on aurait pu mener l'experience avec des billes non collantes, qui rebondissent simplement entre elles sans jamais former la moindre structure.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les limites du matérialisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les limites du matérialisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Croire en l'esprit est une forme déguisée de matérialisme
» Matérialisme dialectique
» Réflexions (7) - matérialisme et progressisme
» Matérialisme philosophique et économique
» Le matérialisme est il explicitement condamné dans la bible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum inter-religieux-
Sauter vers: