Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 des limites en matière de sexualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Agnostyxxx
Exégète
Exégète


Nombre de messages : 3107
Date d'inscription : 03/08/2012

MessageSujet: Re: des limites en matière de sexualité   Mar 22 Sep 2015 - 10:39

kawthar a écrit:
C'est bon ? t'as fini ton caca nerveux sur l'Islam ? Tu te sens mieux ?

non, envie de vomir ....

Citation :
à qui adresses tu ce procès d'intention ? 

procès d'intention... elle est bonne celle-là.
Citation :

Citation :
Et si c'était votre connerie qui était létale?

La connerie n'a jamais été létale mais visiblement, elle est contagieuse

en effet... la connerie est contagieuse.
et si, elle est aussi létale.

allez, je vais vomir. à un de ces 4...
Revenir en haut Aller en bas
kawthar
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2163
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: des limites en matière de sexualité   Mar 22 Sep 2015 - 10:59

5 granules d'Ipeca 5 CH, c'est un bon antiémétique, tu verras ça te passeras... à défaut tu peux toujours machouiller une racine de gingembre .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: des limites en matière de sexualité   Mar 22 Sep 2015 - 12:21

Citation :
La misère, c'est de voir quelqu'un qui sous prétexte de "moralité" revendique le droit se mêler de ce qui ne la regarde pas (la sexualité des autres) .
La misère c'est de constater que ce genre de personnes pourraient trouver leur bonheur en Arabie Saoudite  et sa police des moeurs mais qu'elles préfèrent rester dans des pays de mécréants et tenter de les islamiser.
La misère c'est de savoir que ces mêmes personnes te sortent le même discours sur la liberté d'expression "voyeeeez, je suis pour la liberté d'expression mais bon, il faudrait interdire les caricatures de mon prophète.... voyeeeez ?"
La misère est que cette même personne n'aurait rien à redire à propos  d'une cellule familiale composée d'1 homme et de ses 4 épouses parce qu'un bédouin du 7eme siècle a vécu comme cela. Un bédouin qui était esclavagiste, voleur, meurtrier, violeur et qui aimait les gamines mais ça, ça lui était permis car ça lui venait de *Dieu" via un archange que personne n'a jamais vu. Comment des adeptes d'un tel monstre osent parler de morale?
La misère c'est de voir que ce genre de revendications viennent encore d'une convertie. d'aucuns diraient d'une traitresse supplétive... ils veulent tous être plus royalistes que le roi.

La misère c'est surtout de voir que certains ont encore et toujours la tentation de s'occuper de la sexualité des autres y compris de ceux qui ne sont pas ses coreligionnaires mais sont incapables de nettoyer leurs propres écuries puantes pleines d'extrémistes.

Je te trouve effrayant et dangereux. M'as tu vu une seule fois manquer de respect à qqn en raison de sa sexualité? Ou de sa religion?
Tu projettes de choses à mon sujet qui virent à l'obsession comme tu le fais pour l'islam. Je n'ouvre pas tes lien, je ne regarde pas tes vidéos mais je devine bien leur contenu. Pourquoi tu t'alimentes de ça?
Tu vas te rendre malade (je me demande même si c'est pas déjà le cas) et devenir vraiment dangereux le jour ou tu estimeras que tes grandes idées doivent êtres mises en application.
Ce que tu as, ça s'appelle une obsession.

Moi il y a un sujet qui peut arrivé à m'obséder. Quand je pense aux enfants maltraités, vraiment ça me rend malade. Quand je vois un article sur le sujet, je sais qu'il faut que je lutte pour pas le lire, il m'est arrivé d'en perdre l'appétit plusieurs jours, d'en pleurer à chaude larmes. Bref d'avoir une réaction démesurée. Sur tout que je ne peux rien y faire. J'ai parfois eu envie d'aller frapper à la porte de chaque maison pour m'assurer par moi même qu'aucun enfant y est enfermé.

Je crois que tu as aussi cette même hyper sensibilité pour les violence faites aux femmes. Mais tu as couplé ça à une haine des musulmans complètement irrationnel. Allant jusqu'à y associer n'importe quoi et n'importe qui. Franchement, si tu savais me lire, tu réaliserais que je n'ai aucunement l'objectif de m'immiscer dans la vie intime des gens ni de la policer. Quand au fait d'islamiser la société, pour dire ça de moi, il faut vraiment pas me connaître. Parce que je crois qu'il n'y a rien de plus personnel que le lien que chacun tisse avec Dieu ou pas et qu'il est primordial de respecter cela. Je respecte toutes les religions et même l'athéisme.

Bon courage avec tes démons. On a tous les notre, mais les tiens ont l'air particulièrement coriaces en ce moment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: des limites en matière de sexualité   Mar 22 Sep 2015 - 13:22

Citation :
Je ne vois pas pourquoi il faudrait imposer une limite à des adultes consentants. Qui imposerait cette limite et selon quels critères ? Et comment controler les depassements de limite ? Une webcam dans chaque chambre à coucher reliée aux ecrans du Ministere de la Galipette  lol!  ?   Qu'on trouve son compte de manière sobre et classique ou qu'on ait besoin d'extravagance et de sensations fortes, ca ne regarde jamais que nous-mêmes.

Je ne dis pas le contraire. C'est un peu ce que j'ai essayé d'expliquer en préambule.

Mais les règles en matière de sexualité sont aussi faites pour protéger des abus et ça ne prend pas forcément l'apparence de chose observables. C'est aussi une des raison de l'interdit de l'inceste. La bulle familiale n'est pas censé être un lieu de tension sexuelle.




Citation :
En revanche, je suis complètement d'accord qu'il y a une propagande sociale qui va dans le sens d'un repoussement perpetuel des limites. Là où la société pré-68 enjoignait de brider ses désirs et de les refouler jusqu'à la nevrose, la société post-moderne pousse à leur assouvissement jusqu'à l'addiction et créé elle-même de nouveaux désirs à proposer à ses membres. On est passé d'un extrême à l'autre. Mais ce n'est pas qu'une histoire de sexualité, c'est simplement la ramification sexuelle du processus général d'individualisation de la société. On est passé brutalement d'une société basée sur la communauté et les valeurs traditionnelles (famille, religion..) à une société centrée sur l'individualité et les valeurs marchandes. Le vide existentiel créé par l'abandon des valeurs traditionnelles a été comblé par l'exacerbation des désirs individuels et de la consommation (consommation d'objets matériels autant qu’émotionnels ), l'un et l'autre s'alimentant mutuellement et créant le moteur de la prodigieuse croissance économique occidentale dont les banques auront été les plus gros bénéficiaires par la généralisation et la banalisation du crédit.

Oui, tu as raison, c'est 1 élément, qui s'inscrit dans un processus général.
Par contre j'ai toujours du mal à adhérer à l'idée que de supers puissances (banques, gouvernements, associations secrètes...) soient les responsables, les marionnettistes, de notre souffrance. La société bouge et elle évolue et on en prend tous une part.


En tout cas merci pour cette réponse intelligente, et qui m'a ouvert sur une autre façon de penser la question. Wink




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: des limites en matière de sexualité   

Revenir en haut Aller en bas
 
des limites en matière de sexualité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Les limites orientales de l'europe
» [Lempel] La galaxie tourne très bien sans matière noire, merci
» Combien de temps consacrez-vous par matière par semaine ?
» Qu'est-ce que la matière?
» Partiel d'histoire en petite matière!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: FORUM LAÏQUE :: Ouvrons le débat :: La famille-
Sauter vers: