Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Compagnon
Professeur
Professeur
avatar

Masculin Nombre de messages : 609
Age : 42
Localisation : Nanterre
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?    Lun 19 Déc 2016 - 10:26

Tiré de wikipédia :

---

Ptolémée II Philadelphe (en grec ancien Πτολεμαίος Φιλάδελφος / Ptolemaios Philadelphos : « Qui aime son frère / sa sœur ») né en 309/308 av. J.-C. à l'île de Cos1, mort le 28 ou 29 janvier 246 av. J.-C., est un roi pharaon de la dynastie ptolémaïque. Il a concouru à réaliser un certain syncrétisme entre la civilisation grecque et la civilisation égyptienne et a œuvré à faire de son royaume le foyer principal de la culture hellénistique.

Ptolémée II entreprend de grand travaux notamment à Alexandrie, Naucratis, Philæ et Tanis. Il développe également la région du Fayoum et enrichit la bibliothèque d'Alexandrie en y faisant venir Démétrios de Phalère. C'est sous son règne que s'achèvent les travaux du phare d'Alexandrie. Il apparaît finalement être le plus cultivé des rois hellénistiques de son temps.

Il envoie par ailleurs des ambassadeurs à Rome et auprès de l'Empire Maurya en Inde comme l'atteste Pline l'Ancien4. Il est aussi mentionné, avec notamment Antigone II Gonatas et Antiochos II, dans les édits d'Ashoka comme l'un des bénéficiaires d'une mission de prosélytisme bouddhiste envoyée par l'empereur de la dynastie Maurya.

La Septante :

Selon la lettre d'Aristée (IIe siècle avant notre ère), la Septante serait due à l'initiative du fondateur de la Bibliothèque d'Alexandrie, Démétrios de Phalère. Celui-ci aurait suggéré à Ptolémée II (au pharaon selon Aristée) d'ordonner la traduction en grec de tous les livres israélites, textes sacrés et narrations profanes. Très vite après la fondation d'Alexandrie par Alexandre le Grand en 331 av. J.-C., une population juive s'est en effet développé fortement, en particulier autour du Palais royal ; à tel point que deux des cinq quartiers sont réservés aux « descendants d'Abraham ». Ils continuent à y parler la langue hébraïque et à étudier les textes de l'Ancien Testament. Déjà intéressé par le sort de ses sujets israélites, le souverain apparaît également soucieux de connaître les règles des divers peuples qui lui sont assujettis dans le cadre d'une réorganisation de son royaume.

Les savants juifs au nombre de 72 (six de chacune des douze tribus d'Israël) sont chargés de cette traduction qui, en leur honneur, porte le nom de Version des Septante. La tradition prétend que le souverain sacrificateur de Jérusalem, Éléazar, n'accède à la demande de Ptolémée II qu'à une condition : l'affranchissement des Juifs de Judée que son père, Ptolémée Ier, a fait prisonniers et réduits à l'esclavage en Égypte.


La Septante (LXX, latin : Septuaginta) est une traduction de la Bible hébraïque en koinè grecque. Selon une tradition rapportée dans la Lettre d'Aristée (IIe siècle av. J.-C.), la traduction de la Torah aurait été réalisée par 72 (septante-deux) traducteurs à Alexandrie, vers 270 av. J.-C., à la demande de Ptolémée II.

Par extension, on appelle Septante la version grecque ancienne de la totalité des Écritures bibliques (l'Ancien Testament). Le judaïsme n'a pas adopté la Septante, restant fidèle au texte hébreu, et à des traductions grecques ou araméennes (Targoum) plus proches selon leurs autorités dudit texte.

Après le troisième concile bouddhiste qu'il organise à Pataliputra, Ashoka dépêche des missionnaires dans tout le pays. Cependant, même si le bouddhisme conserve pendant quelque temps une certaine vitalité au Bengale et dans le Deccan et s'il donne lieu à des centres culturels et artistiques importants à Sarnath, Nalanda et Ajanta, il reste toujours minoritaire en Inde puis disparaît presque totalement.

Ashoka envoie aussi des missions au-delà des frontières, son fils (ou son frère), Mahendra, convertit le roi de Ceylan et le bouddhisme se répand progressivement en Asie centrale, en Chine et surtout en Asie du Sud-Est où il est toujours présent. Les édits attestent également de missions de prosélytisme auprès d'Antigone II Gonatas, roi de Macédoine, d'Antiochos II, roi de Syrie et de Ptolémée II, roi d'Égypte. Ce dernier aurait par ailleurs envoyé des ambassadeurs auprès d'Ashoka comme l'atteste Pline l'Ancien.
---


Il y a plus de 2000 ans déjà des souverains de spiritualité fort différentes en apparence, et plutôt éloignées géographiquement, échangeaient des ambassadeurs, et il n'est pas invraisemblable de penser que des érudits et pratiquants de 2 voies aient été en contact et aient dialogué, ne serait-ce que par écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Râm
Expert
Expert
avatar

Masculin Nombre de messages : 2089
Age : 63
Localisation : Chez moi
Date d'inscription : 04/09/2015

MessageSujet: Re: Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?    Lun 19 Déc 2016 - 12:18

En tout cas le contact entre les premiers chrétiens (Thomas) et les bouddhistes et hindous de la côte orientale de l'Inde semble un fait établi. L'apotre Thomas aurait accosté dans la région de Cochin en 52, où il y avait déjà une colonie juive. (A noter que l'évangile de Thomas est le plus proche des philosophies orientales).

Un écrit de l'Inde mentionne la rencontre entre un roi et un yogi venant du pays des mlecchas (occident) qui se fait appeler "Fils de Dieu", sans parler des légendes qui circulent au Cachemire et au Laddak sur la découverte de manuscrits dans des monasères tibétains relatant la visite d'un certain Isha Mashia, que l'on interprète comme étant Jésus lui-même, mais ça, ce n'est pas prouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Loganj
Exégète
Exégète
avatar

Masculin Nombre de messages : 6011
Age : 58
Localisation : France
Date d'inscription : 19/11/2013

MessageSujet: Re: Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?    Lun 19 Déc 2016 - 12:21

Les preuves sont pour les bidochons, alors comme t'es pas un bidochon tu as la preuve ...
Revenir en haut Aller en bas
Compagnon
Professeur
Professeur
avatar

Masculin Nombre de messages : 609
Age : 42
Localisation : Nanterre
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Re: Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?    Lun 19 Déc 2016 - 12:47

Wikipédia

Thomas (Teʾoma en araméen), est un Juif de Galilée et un des douze apôtres de Jésus. Son nom figure dans les listes d'apôtres des trois évangiles synoptiques et du livre des Actes des Apôtres. L'évangile selon Jean lui donne une place particulière. Il doute de la résurrection de Jésus-Christ, ce qui fait de lui le symbole de l'incrédulité religieuse. Diverses traditions le présentent comme envoyé (apostolos) en Adiabène à Nisibe, puis dans le royaume indo-parthe du Taxila. Il aurait porté la « Bonne nouvelle » jusqu'en Inde du Sud où il est considéré comme le fondateur de l'Église

Thomas évangélisateur en Asie, selon les Actes de Thomas

Selon le texte des Actes de Thomas, pendant syriaque (dialecte de l'araméen) des Actes des apôtres mais absent du corpus du Nouveau Testament et déclaré apocryphe au vie siècle, l’apôtre Thomas a d'abord quitté Antioche vers l'an 37 pour aller évangéliser Ninive en compagnie de Barthélémy ou bar Tolmaï (fils de Tolmaï). Il crée des églises dans le nord de l'espace perse, dominé à l'époque par les Parthes, l'Adiabène et l'Arménie. Il fait ensuite la même chose dans le Gandhara (Taxila), où son roi Gondopharès Ier, accueille favorablement sa prédication, en dépit d'un conflit sur la façon de payer les ouvriers qui travaillent sous les ordres de Thomas à la construction d'un palais royal. Jusqu'en 1834, date à laquelle on a découvert des pièces frappées à son nom à Calcutta le roi Gondopharès Ier n'était mentionné que dans le texte apocryphe chrétien appelé « Les Actes de Thomas ». L'existence de ce roi de Taxila était donc très fortement mise en doute, de même que les textes apocryphes chrétiens qui relatent l'évangélisation des régions au-delà de l'Euphrate au Ier siècle sont qualifiés de « Légendes » — comme la « Légende d'Abgar » pour dénommer l'ensemble de textes qui parlent de la première évangélisation de la région d'Edesse —. Depuis cette découverte, d'autres éléments sont venus compléter nos connaissances et plus personne ne met en doute l'existence de ce roi. Thomas quitte le pays après la mort du roi (v. 48)12,13,14, peut-être à cause de l'invasion des Yue-Tche (Yuezhi) en 51. Les traditions des Chrétiens de saint Thomas datent son arrivée à Cranganore au Kerala à la fin de l’an 52.

Probablement après son retour à Jérusalem pour assister à ce que le mouvement de Jésus sacralisera en l'appelant l'Assomption de la mère de Jésus, Thomas repart pour un second voyage qui le mène en Inde du Sud par bateau. Il arrive à Cranganore au Kerala à la fin de l’an 52, où l'araméen était parlé et où vivait une communauté juive. Il tente de l'évangéliser, mais aurait eu plus de succès auprès des autochtones, et baptise de nombreuses personnes de la haute caste et de la famille royale, qui forment alors le noyau de la première communauté chrétienne en Inde. De 52 à 63, il fonde au total sept Églises au Kérala ainsi qu'au Tamil Nadu et au Sri Lanka, alors appelé Taprobane.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un point de contact historique entre judaïsme et bouddhisme ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le contact physique
» Les ovnis sont de retour dans le ciel belge
» Evolution vers le monothéisme d''un point de vue historique
» Impôts musulmans du point de vue historique
» Nouvelle revue bouddhiste : regard bouddhiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: SCIENCES :: Sciences humaines :: Histoire-
Sauter vers: