Forum des déistes, athées et inter-religieux

Forum de partage sur la spiritualité et la philosophie. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux enseignements religieux, à l'athéisme ainsi qu'à la morale dans un bon climat
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attentat islamophobe de Christchurch : le tireur inculpé de meurtres est en prison

Aller en bas 
AuteurMessage
florence_yvonne
Admin
Admin
florence_yvonne

Féminin Nombre de messages : 32208
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Attentat islamophobe de Christchurch : le tireur inculpé de meurtres est en prison   Sam 16 Mar 2019 - 16:32

Brenton Harrison Tarrant, l'auteur présumé des fusillades contre deux mosquées de Christchurch qui a coûté la vie à une cinquantaine de personnes, en Nouvelle-Zélande, a été inculpé de meurtres et sera maintenu en détention provisoire jusqu'à sa comparution devant la Haute Cour le 5 avril prochain.

Brenton Harrison Tarrant, un ressortissant australien âgé de 28 ans, est accusé d'avoir abattu 49 personnes et blessé plusieurs dizaines d'autres vendredi 15 mars à l'heure des prières dans deux mosquées de Christchurch.

Il est apparu menotté et vêtu d'une tenue de prisonnier blanche samedi devant le tribunal du district de Christchurch. Il ne s'est pas exprimé durant l'audience. Son avocat commis d'office n'a pas demandé de mise en liberté sous caution.

Des chefs d'inculpation supplémentaires devraient être retenus contre Tarrant, a indiqué la police. Jamais la Nouvelle-Zélande n'avait connu une telle tuerie de masse, qualifiée d'acte terroriste par la Première ministre Jacinda Ardern. Le niveau d'alerte a été relevé à son maximum.

Muni d'une caméra, le tireur a diffusé une partie du carnage en direct sur les réseaux sociaux après avoir publié un "manifeste" de plusieurs dizaines de pages sur un forum de discussion dans lequel il dénonce les immigrants, qualifiés d'"envahisseurs".

La vidéo, qui a largement circulé sur internet, montre le tireur se rendre en voiture devant une des mosquées visées, où il pénètre en ouvrant le feu sur les fidèles. Reuters n'a pas pu vérifier l'authenticité de la vidéo, que les autorités ont recommandé de ne pas regarder ou partager.

Le tireur voulait mener d'autres attaques

D'après le récit fait samedi par la police, le tireur présumé a été arrêté à bord d'un véhicule dans lequel il transportait des engins explosifs, 36 minutes après le premier appel reçu par les autorités pour leur signaler la fusillade. La police a annoncé avoir placé en garde à vue deux autres personnes, dont l'implication restait à déterminée.

On ne sait pas si d'autres tireurs ont pris part aux assauts. Jacinda Ardern a déclaré samedi que le principal suspect avait prévu de mener d'autres attaques au moment de son arrestation.

Elle a ajouté qu'il disposait d'un permis de port d'armes et avait utilisé cinq armes - dont deux semi-automatiques - lors de l'attaque.

La Nouvelle-Zélande va modifier sa législation sur le contrôle des armes à feu, a assuré la Première ministre. Les autorités cherchaient à déterminer la façon dont le tireur s'est procuré un permis de port d'armes et les armes, et comment il est entré en Nouvelle-Zélande pour perpétrer son attaque.

Aucun des suspects arrêtés par la police n'avaient d'antécédents criminels. Ils ne faisaient pas non plus l'objet d'une surveillance particulière de la part des autorités néo-zélandaises ou australiennes. Une forte présence policière a été constatée dans les hôpitaux où sont soignées les dizaines de personnes blessées lors de l'attaque. Onze personnes se trouvaient en soins intensifs, ont dit des représentants des hôpitaux. Les funérailles de plusieurs victimes, dont certaines étaient des ressortissants étrangers, étaient prévues samedi. Des dizaines de personnes ont déposé des fleurs à proximité des deux mosquées de Christchurch.

"Horrible massacre", déplore Trump

Quarante et une personnes ont été tuées dans la mosquée Al Noor, sept dans une autre mosquée du quartier de Linwood et un blessé a succombé à l'hôpital, a précisé la police. De nombreux dirigeants à travers le monde ont exprimé leur tristesse et leur dégoût après cette double attaque.

Via Twitter, le président américain Donald Trump a dénoncé un "horrible massacre" et assuré que les Etats-Unis se tenaient aux côtés de la Nouvelle-Zélande.

Dans son manifeste, le tueur fait l'éloge de Donald Trump, qu'il qualifie de "symbole du renouveau de l'identité blanche". Un rescapé de la mosquée Al Noor a décrit le tireur sous les traits d'un homme blond, portant un casque et un gilet pare-balles.

"Il avait une grosse arme à feu (...) Il est arrivé et a commencé à tirer sur tout le monde dans la mosquée", a expliqué Ahmad Al Mahmoud, qui dit s'être échappé en brisant une porte vitrée. Jacinda Ardern a déclaré avoir demandé aux autorités de s'intéresser à toute activité sur les réseaux sociaux antérieure à l'attaque qui auraient pu alerter les forces de sécurité.

Facebook, cible de critiques après que l'auteur de la fusillade a diffusé en direct sur le réseau social les images du massacre pendant dix-sept minutes, a dit avoir pris des mesures pour retirer les copies des vidéos. Les musulmans représentent un peu plus de 1% de la population néo-zélandaise, selon le recensement effectué en 2013.

Avant ce vendredi, la fusillade la plus sanglante de l'histoire récente de Nouvelle-Zélande était survenue en 1990. Elle avait coûté la vie à 13 hommes, femmes et enfants, dans le village d'Aramoana. L'auteur de la tuerie avait été abattu par la police.



LAURE DUCOS
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
florence_yvonne

Féminin Nombre de messages : 32208
Age : 58
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Attentat islamophobe de Christchurch : le tireur inculpé de meurtres est en prison   Sam 16 Mar 2019 - 18:28

L'auteur de la fusillade de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a coûté ce vendredi 15 mars, la vie à 49 personnes rassemblées dans deux mosquées de la ville de Nouvelle-Zélande, a diffusé les images du massacre sur Facebook pendant dix-sept minutes en utilisant une application à laquelle les amateurs de sports extrêmes ont habituellement recours.

Au moins 49 personnes ont été tuées et 48 autres ont été blessées, ce vendredi 15 mars, vers 13 h 30 (heure locale ; 1 h 30 en France) dans des attentats anti-musulmans contre deux mosquées du centre-ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Quatre suspects ont été arrêtés. Le principal tireur s’est filmé.

Des copies de la vidéo partagées sur les réseaux sociaux étaient visibles une dizaine d'heures après le drame. Les premières images de la plus grande tuerie de masse de l'histoire de la Nouvelle-Zélande ont d'abord été postées sur Facebook, avant d'être partagées sur Twitter, YouTube et WhatsApp et Instagram, qui appartiennent à Facebook.

Les images diffusées sur Facebook, Twitter, YouTube

Facebook, Twitter et YouTube ont dit avoir pris des mesures pour retirer les copies de ces vidéos. Facebook assure avoir supprimé les comptes du tireur "peu après le début de la diffusion des images en direct", après avoir été alerté par la police. Mais Reuters a pu retrouver des vidéos de la fusillade sur ces cinq plateformes dix heures après les faits, survenus à partir de 13 h 45 locales.

La diffusion en live du massacre s'est prolongée durant 17 minutes

Twitter et Google ont répondu qu'ils s'employaient à bloquer le partage de ces images. Facebook n'a pas immédiatement répondu. Selon Lucinda Creighton, consultante auprès du Counter Extremism Project, la diffusion en live du massacre s'est prolongée sur Facebook pendant 17 minutes.

"Les extrémistes chercheront toujours des moyens d'utiliser des outils de communication pour diffuser leurs idéologies haineuses", souligne-t-elle. "Les plateformes ne peuvent pas empêcher cela, mais elles pourraient faire beaucoup plus pour empêcher que de tels contenus s'installent et se diffusent."

ne application habituellement utilisée pour les sports extrêmes ou les concerts

Le tueur a filmé la fusillade en utilisant l'application LIVE4, qui permet à ses utilisateurs de diffuser directement sur Facebook à l'aide de "body cameras". L'application est généralement employée pour les sports extrêmes ou les concerts de musique.

Alex Zhukov, fondateur du développeur de LIVE4, VidéoGorillas, a indiqué que sa société n'avait aucun moyen de vérifier les images avant qu'elles ne soient diffusées.

Le coup de gueule du ministre britannique de l'Intérieur

"Vous devez vraiment faire plus @YouTube @Google @facebook @Twitter pour empêcher la promotion de l'extrémisme violent sur vos plateformes", a déclaré, sur Twitter, le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid. "Prenez vos responsabilités. Trop c'est trop."

"Un manifeste raciste" publié sur Twitter

Avant de passer à l'action, l'homme, un Australien de 28 ans, qui se présente comme un blanc de la classe ouvrière aux bas revenus, a publié sur Twitter un "manifeste" raciste de 74 pages intitulé "Le grand remplacement", en référence à une théorie née en France et populaire dans les milieux d'extrême droite selon laquelle les "peuples européens" seraient "remplacés" par des populations non-européennes immigrées.

Le document détaille deux années de radicalisation et de préparatifs. Il affirme que les facteurs déterminants dans sa radicalisation ont été la défaite à la présidentielle française de 2017 de la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen et la mort du petit Ebba Åkerlund à 11 ans dans l'attaque au camion-bélier de 2017 à Stockholm.

Les comptes Twitter, Instagram et Facebook où ont été publiés la vidéo, les photos et le manifeste ont été suspendus.

Le suspect interpellé comparaîtra ce samedi

Le principal suspect interpellé doit comparaître dès samedi devant le tribunal du district de Christchurch. Deux autres hommes sont en garde à vue, sans que l'on sache ce qui leur est reproché.

Les meurtres de masse sont rarissimes en Nouvelle-Zélande, qui a durci ses lois sur le port d'armes en 1992, deux ans après qu'un homme souffrant de problèmes psychiatriques eut tué 13 personnes sur l'Ile-du-Sud.

Surveillance renforcée en France

En 2012 aussi, Mohamed Merah s'était filmé

Ce n’est pas la première fois qu’un terroriste se filme avec une GoPro. En juin 2016, lors de l’attaque de deux policiers à Magnanville, Larossi Abballa avait diffusé en Facebook Live une vidéo de revendication depuis le pavillon du couple de forces de l’ordre.
En mars 2012, Mohamed Merah s’était également filmé quand il avait attaqué des militaires et une école juive près de Toulouse. Mais il n’avait pas diffusé les images en direct sur les réseaux sociaux et à la vue de tous. Idem pour Amedy Coulibaly lors de la prise d’otages de l’Hyper Cacher, en janvier 2015.

REUTERS

Revenir en haut Aller en bas
 
Attentat islamophobe de Christchurch : le tireur inculpé de meurtres est en prison
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Biomatech... un attentat ?
» Meurtres de chrétiens=signe des temps????
» Tentative d`attentat islamiste a Ottawa
» Attentat à la bombe à Bouira en Algérie
» Attentat à la bombe à Oslo (Norvège )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées et inter-religieux :: Débat de société :: Ouvrons le débat-
Sauter vers: