Forum des déistes, athées, inter-religieux et laïques

Forum de discussion. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux sujets qui vous tiennent à cœur, dans un bon climat de détente et de respect.
 
AccueilPortailPublicationsS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -37%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
Voir le deal
158 €

 

 L'après-vie. Un témoignage.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



L'après-vie. Un témoignage. Empty
MessageSujet: L'après-vie. Un témoignage.   L'après-vie. Un témoignage. EmptyVen 31 Juil 2020 - 20:56

Alain Guillo fut emprisonné en 1989 : il avait été accusé d’espionnage et emprisonné à Kaboul pendant 9 mois par les soviétiques. Dans sa cellule, en état de confinement radical, des voix se sont mises à résonner en lui : il a pensé en devenir fou. Peu à peu pourtant, il a appris à filtrer ces voix, refusant de donner un écho à celles qui l'asphyxiaient, se mettant à l'écoute de celles qui semblaient lui vouloir du bien.

De retour en France, suite à d'intenses tractations diplomatiques, il rédigea sous dictée en une nuit un petit ouvrage : **"**A l'adresse de ceux qui cherchent".

Qui lui parlait ? D'abord dans la première partie du livre, sa propre mère : cette partie est consacrée à décrire ce qui se passe après la mort biologique : sa mère raconte de façon précise ce qu'elle a traversé, comment elle y a fait face, elle qui n'était pas du tout préparée à laisser un enfant seul au monde. Elle avait été emportée par une mine anti-personnelle au Vietnam...

La deuxième partie du texte émane d'une sorte de Conseil de sages réunis dans l'au-delà, et qui ont reçu la permission de s'adresser "à ceux qui cherchent', à travers Alain Guillo. Cette seconde partie nous parle aussi de l'au-delà, de ses relations avec l'ici-bas, et de l'ici-bas : comment ils l'ont traversé, comment nous pouvons le traverser au mieux, à travers tous les aléas de l'existence, dont la maladie, les échecs, les méchants, l'injustice, les obstacles : une mine de conseils extrêmement parlant.

Je consacre le présent Post à quelques passages du récit de sa mère. Si cela vous intéresse, je ferai d'autres Posts avec d'autres extraits du livre.

Voici donc, par extraits, ce que dit sa mère :




P. 31 : Même ici, nous ne sommes rien, tant que nous n’avons pas découvert notre « courant ». Moi, je vis avec toi depuis bientôt quarante-cinq ans, intégrée à ton âme, silencieuse et impuissante bien souvent, sauf quand tu ouvres ton cœur.

P. 32 : Tu nous as suffisamment élevés pour que nous soyons désormais un pont entre toi et notre Source. Ce pont est solide, je n’en suis qu’une petite pierre, mais j’ai maintenant le droit de te répondre.

P. 32 : Lorsque le moi véritable se sépare de son enveloppe de matière, le véhicule, il rejoint ce que j’appelle un « espace de décantation », qui se situe ici et nulle part, dans une dimension encore inhabituelle aux hommes d’ici-bas.

P. 33 : Il s’agit de faire le tri dans les bagages, de déterminer l’important, d’évaluer le superflu, tout seul, sans contact conscients avec ceux qui peuvent te réconforter. Ils sont autour de toi, prêts à t’aider, mais tu ne le sais pas. Moi, du moins, je ne le savais pas.

P. 33 : … il faut faire le point face à soi-même. C’est un auto-jugement, sans complaisance ni faux-fuyants. Tu n’as pour référence que ta propre loi, ton expérience, tes convictions, ta philosophie, tes principes religieux, ta morale.

P. 34 : Tu es seul. Pour en sortir, tu dois tomber d’accord avec toi-même, sachant que tu es ce qui te manque. Ainsi se détermine le niveau d’évolution qui permet ensuite de s’orienter.

P. 34 : Tu peux compter sur l’aide des anciens, ces esprits qui t’ont précédé et qui, en règle générale, ont profité de ton passage sur terre pour évoluer, eux aussi.

P. 35 : Je ne ressentais pas, comme je l’aurais dû, l’injustice ambiante, propres aux sociétés coloniales. Je me contentais de ne pas faire de mal, enfin d’en faire le moins possible, selon les critères de l’époque.

P. 35 : Brutalement séparée de l’enveloppe terrestre, je ne gardais en moi qu’une impression de lumière violente accompagnée d’un bouillonnement de pensées saugrenues, incohérentes.

P. 36 : Je sentais leur présence, sans pouvoir m’expliquer ce phénomène bizarre qui consiste à ressentir sans rien voir, sans rien entendre, sans rien comprendre. Des flots d’affection me parvenaient, c’était leur façon de m’aider à traverser l’épreuve.

P. 36 : Sentiments, sensations, idées reçues, idées acquises, flashes et tranches de vie, surréels de netteté, se bousculaient, se percutaient, s’amalgamaient, se défaisaient, se ré-imbriquaient, me submergeaient, m’agressaient.

P. 37 : J’avais atteint une position d’équilibre ou chaque composante de mon véritable moi s’était mis, sinon d’accord, du moins en accord avec les reste. Et Dieu qu’il est complexe, ce reste.

P. 37 : J’ai retrouvé ma mère, mon père, et une quantité de gens que je ne connaissais pas, que je pensais je pas connaître. Certains avaient partagé tout ou une partie de mon existence. Ils étaient moi, j’étais eux et je ne le savais pas.

P. 38 : J’étais au ciel, comme on dit, et bien embêtée d’y être.

« Pourquoi, pensais-je, le destin s’acharnait-il sur moi, en m’ayant faite différente des autres en m’imposant une existence hors-normes, puis en m’arrachant à l’existence, alors que j’avais tant de choses à faire ? »

P. 38 : Je trahissais mon devoir de mère en t’abandonnant. Il n’est pas besoin de te faire un dessin sur ce que je ressentais alors à propos de ce f… Destin, de cette s… de Providence ou de cet e… de Karma.

P. 39 : Une mort violente survient parfois avant qu’âme et esprit n’aient pu parvenir à l’accord dont je parle plus haut, une forme grossière d’harmonie. La vie terrestre, si elle est bien comprise, par les épreuves qu’elle impose, mène à cet accord, comme le prouvent ceux qui partent en paix, sereins, confiants. Ils sont attendus, ils savent que tout va bien.

P. 40 : Voilà la faveur accordée aux victimes d’une mort injuste, violente, non préparée. L’énergie qu’elles reçoivent leur permet de sortir plus vite de ce pétrin-là.

P. 40 : Aujourd’hui, avec le recul, je pense que mourir de la sorte est une bénédiction. J’étais jeune, mon passif n’était pas trop lourd, j’ai été infiniment aidée.
Revenir en haut Aller en bas
moi
Expert
Expert


Masculin Nombre de messages : 2977
Age : 47
Localisation : ici
Date d'inscription : 23/08/2012

L'après-vie. Un témoignage. Empty
MessageSujet: Re: L'après-vie. Un témoignage.   L'après-vie. Un témoignage. EmptyDim 2 Aoû 2020 - 8:33

Salut
Je veux bien d’autres extraits si tu peux, merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'après-vie. Un témoignage. Empty
MessageSujet: Re: L'après-vie. Un témoignage.   L'après-vie. Un témoignage. EmptyDim 2 Aoû 2020 - 9:14

moi a écrit:
Salut
Je veux bien  d’autres extraits si tu peux, merci Wink

Ok ! L'après-vie. Un témoignage. Smilejap
Revenir en haut Aller en bas
robert21
Professeur
Professeur
robert21

Masculin Nombre de messages : 570
Age : 87
Localisation : DIJON 21
Date d'inscription : 12/10/2012

L'après-vie. Un témoignage. Empty
MessageSujet: Re: L'après-vie. Un témoignage.   L'après-vie. Un témoignage. EmptyDim 2 Aoû 2020 - 18:42

Je plains le bonhomme qui a eu de nombreuses maîtresses et qui les retrouve là-haut! Il va subir un martyre effrayant et peut-être...éternel!
Revenir en haut Aller en bas
florence_yvonne
Admin
Admin
florence_yvonne

Féminin Nombre de messages : 38813
Age : 60
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

L'après-vie. Un témoignage. Empty
MessageSujet: Re: L'après-vie. Un témoignage.   L'après-vie. Un témoignage. EmptyLun 3 Aoû 2020 - 15:23

Heureusement qu'il y a la petite pilule bleu L'après-vie. Un témoignage. 279563
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'après-vie. Un témoignage. Empty
MessageSujet: Re: L'après-vie. Un témoignage.   L'après-vie. Un témoignage. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'après-vie. Un témoignage.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées, inter-religieux et laïques :: RELIGIONS :: Croire ou ne pas croire-
Sauter vers: