Forum des déistes, athées, inter-religieux et laïques
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum des déistes, athées, inter-religieux et laïques

Forum de discussion. Nous accueillons toutes vos opinions et témoignages relatifs aux sujets qui vous tiennent à cœur, dans un bon climat de détente et de respect.
 
AccueilPortailPublicationsS'enregistrerConnexion
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal

 

 Le problème Juif

Aller en bas 
+2
isima
mister be
6 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyMer 6 Aoû 2014 - 10:56

Rappel du premier message :

Extrait du livre "Les problèmes de l'Humanité" de Alice Bailey transmettant le Maître Djwal Khul et écrit en 1946:

Djwal Khul a écrit:
Il est si ancien et si connu, qu'il est difficile d'en dire quelque chose qui ne
ressemble pas à un lieu commun, ne trahisse pas un parti pris quelconque (du
point de vue du lecteur) et ne suscite chez le lecteur juif aucune réaction
pénible. Toutefois, cela ne m'intéresse pas de dire ce qui plaît à chacun, ou qui
correspond à tous les points de vue, ou qui répète ce qui a déjà été dit. Il faut
dire certaines choses qui ne sont pas si familières, car on les exprime rarement,
ou alors dans un esprit critique d'antisémitisme, au lieu de les dire avec
bienveillance, comme je le tenterai ici.

Considérons un instant la situation des Juifs, avant la cruelle et
impardonnable attaque lancée contre eux par Hitler et avant la guerre de 1939-1945.
Les Juifs se trouvaient partout, ils se réclamaient de la nationalité de tous les pays.
Au sein de la nation où ils naissaient, ils préservaient intacte leur
identité raciale, leurs coutumes particulières, leur religion nationale (ce qui est
le droit de chacun) et une adhésion étroite à leurs coreligionnaires. D'autres
groupes en ont agi ainsi, mais dans une mesure bien moindre, et ils ont été, par
la suite, absorbés et assimilés dans le pays dont ils avaient la citoyenneté. Les
Juifs ont toujours constitué une nation dans la nation, quoique de façon moins
marquée en Grande-Bretagne, France, Italie et Hollande qu'ailleurs. Aussi, dans
ces pays-là, l'antisémitisme est-il moins prononcé.

Partout et à travers les âges, les Juifs se sont adonnés au commerce et
occupés d'argent. Ce peuple strictement commercial et urbain, manifeste peu
d'intérêt pour l'agriculture, sauf récemment, parmi les Sionistes de Palestine. 78
% des Juifs palestiniens vivent à Tel-Aviv. A leurs tendances matérialistes, ils
ont joint un sens prononcé du beau et une conception artistique qui a beaucoup
contribué au monde des arts. Ils ont toujours été amis du beau et comptent
également parmi les plus éminents philanthropes, malgré leurs méthodes
tortueuses et peu louables en affaires qui les ont fait haïr et rendus suspects au
monde commercial. Ils sont et demeurent essentiellement orientaux.
L'Occidental a tendance à l'oublier ; s'il s'en souvenait, il comprendrait que
l'attitude de l'Oriental à l'égard de la vérité, de l'honnêteté, de l'usage et de la
possession de l'argent est fort différente de l'Occidentale et c'est là que réside
en partie la difficulté. Ce n'est pas tant une question de bien ou de
mal, que de normes différentes et d'attitudes inhérentes aux races, communes à
tout l'Orient.

Le Juif moderne est aussi le produit de nombreux siècles de persécutions et
de migrations. Il a erré de pays en pays, de ville en ville, et en cours de route, il
a forcément acquis certaines habitudes de vivre et de penser, que l'Occidental
ne comprend pas non plus et qu'il ne peut tolérer. Les Juifs sont par exemple, le
produit de siècles de nomadisme, aussi apportent-ils le désordre dans toute
communauté où ils vivent, chose que l'Occidental, mieux organisé (habitant des
cavernes) ne peut admettre.

Ils sont aussi le produit de la nécessité, où ils se sont vus pendant des siècles,
de vivre aux dépens des peuples, chez qui ils campent,
de saisir aux cheveux la chance qui se présentait de prendre ce qu'ils
désiraient, de veiller à ce que leurs enfants aient le meilleur de tout ce qui
s'offrait, quoi qu'il en pût coûter à autrui, de rester liés à leur propre race au
milieu des étrangers, parmi lesquels le sort les avait amenés, et de préserver
intacte, dans la mesure du possible, leur religion nationale, leurs tabous et leurs
antiques coutumes. C'était essentiel à leur survivance au temps des
persécutions ; ils étaient forcés de conserver ces facteurs, sous leur forme ancienne si possible,
afin de prouver aux autres Hébreux dans les contrées ou les villes nouvelles,
qu'ils étaient bien les Juifs qu'ils prétendaient être. C'est ce qui en a fait la race la plus réactionnaire
et la plus conservatrice du monde.

Leur histoire, longtemps déjà avant l'ère chrétienne, a été une migration
constante et le mot "exode" est et demeure caractéristique de cette race. Ils sont
les "Juifs errants", symboliquement et effectivement. C'est ce qui les a fait ce
qu'ils sont, dans une large mesure. Leurs caractéristiques raciales se sont
accentuées de plus en plus, à cause des mariages entre eux au cours des siècles
passés et l'insistance que mettait autrefois le Juif orthodoxe sur la pureté
raciale. Le jeune Juif moderne n'y tient plus et ne voit généralement nul
inconvénient à se marier parmi les Gentils, mais ce trait récent n'est pas
approuvé par les générations plus âgées et il est tard pour changer cela, car
maintenant c'est souvent du côté gentil que viennent les objections.

Le Juif est un bon citoyen, obéissant aux lois, modéré et décent dans ses
mœurs, désireux de jouer son rôle dans la vie publique et prêt à donner de
l'argent si on lui en demande, mais il demeure toujours à part. La tendance au
ghetto, pourrait-on dire, se répand partout, surtout dans les grandes
villes, en divers pays. A travers les âges, le Juif, par mesure de protection et
pour le bien-être de sa communauté, a eu tendance à vivre en troupeau et à
s'unir. Les Gentils, parmi lesquels il vivait, ont encouragé cette tendance et
ainsi se sont formées les habitudes d'association, encore valables. Au surplus,
et à cause de l'action séparative exercée par le monde des Gentils, des lieux
délimités et des villes ont été établis dans bien des pays, avec défense aux Juifs
d'y résider, d'y devenir propriétaires ou de s'y installer. L'aptitude juive à vivre
aux dépens d'autrui et au sein d'une nation, en profitant de ses coutumes, de sa
civilisation et de sa culture, tout en gardant son identité propre et sans faire
réellement partie de l'existence nationale, l'a exposé de tout temps aux
persécutions. En tant que race, le Juif n'est aimé nulle part et les gens se
méfient de lui et de ses méthodes.

Il me faut faire ici remarquer que cette généralité est souvent inapplicable
aux cas particuliers. Dans tout pays et dans toute localité existent des Juifs qui
sont profondément aimés par tous ceux qui les connaissent, Juifs ou Gentils,
respectés de tout leur entourage, recherchés et estimés autant, et souvent plus,
que n'importe quel Gentil. Ces Juifs appartiennent à la grande aristocratie
spirituelle de l'humanité et, s'ils existent dans des corps juifs et portent des
noms juifs, ils s'allient aux hommes et aux femmes d'élection parmi toutes les
nations et qui appartiennent à l'humanité car ils ont dépassé les caractéristiques
nationales et raciales. Ces hommes et ces femmes forment un groupe qui est l'espoir de l'humanité,
la garantie d'un nouveau monde meilleur, que nous attendons tous. Leur nombre croît journellement.
Dans une large généralisation à propos de toute race ou nation, l'individu souffre nécessairement,
mais les choses dites sur la race ou la nation dans son ensemble, demeurent correctes,
vraies et vérifiables.

Je voudrais vous prier de vous souvenir de ceci et d'y penser dans les cas
individuels, où la généralisation s'avère inexacte. La vanité intellectuelle du
Français, l'arrogance satisfaite de soi du Britannique, la puérilité de l'Américain
et la passivité sadique de l'Allemand sont toutes des caractéristiques justes de
ces races ; pourtant, quand il s'agit des individus, elles cessent d'être vraies. Il
existe bien des Français humbles, des Britanniques nantis d'un complexe
d'infériorité, des Américains dotés de maturité et de bons Allemands. Il en va
de même pour le Juif.

Peut-être le facteur principal qui a rendu le Juif séparatif et qui a cultivé en
lui le complexe de supériorité qui le distingue (sous son apparent complexe
d'infériorité) est-il sa religion. Cette foi est une des plus anciennes du monde ;
elle est plus vieille que le Bouddhisme de plusieurs siècles, plus antique que
bien des croyances hindoues, et bien plus ancienne que le christianisme ;
certains de ses traits ont nettement fait le Juif comme il est. C'est une religion
de tabous, soigneusement établie pour protéger le Juif au cours de son
nomadisme, d'une communauté à l'autre. Religion à base distinctement
matérielle, elle insiste sur le "pays découlant de lait et de miel" et ce n'était pas
un symbole au jour où ce fut écrit, mais le but proposé aux émigrants. La
séparativité colore toute la religion. Dieu est le Dieu des Juifs. Les Juifs sont
Son peuple élu. Ils doivent conserver leur pureté physique et leur bien-être est
d'une importance majeure pour Jéhovah. Ils ont une destinée messianique,
Jéhovah est jaloux de leurs contacts avec d'autres peuples ou dieux, ou de
l'intérêt qu'ils y portent. Ils ont obéi à ces exigences divines, d'où leurs
malheurs dans le monde moderne.

Le mot "amour", par rapport à autrui, est absent de leur conception
religieuse, quoique l'amour de Jéhovah soit enseigné avec menaces. L'idée
d'une vie future, dépendant de la conduite et de l'attitude envers le prochain et
d'une action juste parmi ses semblables fait presque entièrement défaut dans
l'Ancien Testament. Jamais l'enseignement de l'immortalité n'est mis en
vedette. Le salut dépend apparemment de l'observance des nombreuses lois
physiques et des règles se rapportant à la propreté. Ils vont jusqu'à établir des
boutiques, où ces règles sont observées, dans un monde moderne, où les
méthodes scientifiques sont appliquées à la pureté des aliments.
Tous ces facteurs, et d'autres moins importants, mettent le Juif à part et il respecte tout cela,
si périmé ou incommode pour autrui que cela soit.

Je fais valoir ici ces facteurs, car ils prouvent la complexité du problème
du point de vue juif, et sa nature irritante et cause de frictions pour le Gentil.
Cette cause d'irritation est rarement, si jamais, reconnue par le Juif. Le Gentil
actuel ne se souvient, ni ne se soucie, du fait que les Juifs ont été l'instrument
de la mise à mort du Christ (selon le Nouveau Testament), mais il se rappelle
plus volontiers que le Christ était Juif et se demande pourquoi le Juif n'est pas
le premier à Le réclamer et à L'aimer. Le Gentil se souvient bien plus nettement
des méthodes juives en affaires, du fait que le Juif orthodoxe
considère la nourriture du Gentil comme impure et les obligations de citoyen
comme secondaires par rapport aux devoirs raciaux. Il considère le Juif comme
observant une religion périmée ; il déteste le Jéhovah cruel et jaloux et voit
dans l'Ancien Testament l'histoire d'un peuple très cruel et agressif, sauf les
Psaumes de David, que tout le monde aime.

Tels sont les points, auxquels le Juif semble ne jamais faire attention et ce
sont ceux qui, dans leur ensemble, ont séparé le Juif du monde, où il désire
vivre heureux, et où il est victime d'un héritage, qui gagnerait à être modernisé.
Nulle part, l'émergence d'une nouvelle religion universelle n'est plus nécessaire
que dans le cas du Juif vivant dans le monde actuel.

Pourtant Dieu a fait tous les hommes égaux. Le Juif est un homme et un
frère et tous les droits appartenant au Gentil, il les a aussi sans exception. C'est
ce que le Gentil a oublié, en encourant de grandes responsabilités par ses
actions mauvaises et cruelles. Son frère gentil, depuis des siècles, ne veut pas
du Juif. Il le chasse de lieu en lieu. Constamment, sans cesse, le Juif a été
obligé de se sauver d'un endroit à l'autre, à travers le désert, de l'Egypte à
Canaan, de là, plusieurs siècles plus tard, vers la vallée de Mésopotamie et
depuis lors, c'est une série ininterrompue de migrations, avec de grands
courants de Juifs errants allant sans cesse vers le nord, le sud et l'ouest, même,
en nombre plus restreint, vers l'est. Chassés des villes ou des pays durant le
moyen âge, ils vécurent ensuite une période relativement tranquille et voici que
les Juifs déplacés se meuvent de nouveau à travers l'Europe, sans foyer, allant
ici et là (en compagnie de plusieurs milliers d'êtres appartenant à des
nationalités diverses, cette fois), sans recours contre un sort cruel, ou sinon
sans défense, du moins enrégimentés par des groupes politiques à des fins
internationales égoïstes. Dans des pays où l'antisémitisme était pratiquement
éteint depuis des années, l'antagonisme se réveille. Même en Grande-Bretagne,
il relève sa vilaine tête et aux Etats-Unis d'Amérique il devient une menace fois pour toutes.
Aux Juifs de prendre les mesures nécessaires pour ne pas exciter l'animosité des Gentils chez lesquels ils vivent.

La misère des Juifs à l'heure actuelle est cruelle et terrible, mais la
nécessité d'une solution apportée à cet antique problème, qui a troublé la paix
des peuples depuis des siècles, est encore plus urgente. La responsabilité des
Non-Juifs est vitale du point de vue humanitaire. L'histoire de la
persécution des Juifs est une triste et horrible histoire, comparable seulement au
traitement infligé par les Juifs à leurs ennemis, tel que le relate l'Ancien
Testament. Le sort des Juifs durant la deuxième Guerre mondiale est d'une
affreuse cruauté, torture, meurtre en masse, et le traitement des Juifs au cours
des âges est un des plus sombres chapitres de l'histoire humaine. Pour ce
traitement il n'est point d'excuse ou de pardon et partout, les Gentils de
jugement sain s'en rendent compte et demandent avec insistance que cessent
ces persécutions. Les forces spirituelles du monde et les chefs spirituels de
l'humanité (ceux qui agissent sur le plan matériel, comme ceux qui la guident
de l'autre côté du voile) cherchent une solution.

La solution, toutefois, ne se présentera que si les Juifs eux-mêmes essayent
de trouver une issue et renoncent à leur présente politique d'exiger que les
Gentils et les Chrétiens fassent toute la besogne, toutes les concessions, et
trouvent seuls la solution du problème, mettant un terme à cette fâcheuse
situation, sans l'aide des Juifs. Les Juifs réclament justice et secours à grands
cris et constamment. Ils accusent les nations non juives de leurs malheurs. Ils se
refusent toujours à admettre, de leur côté, certains traits qui justifieraient
l'inimitié générale qu'ils rencontrent. ils ne font ; aucune concession aux
cultures et aux civilisations parmi lesquelles ils se trouvent mais insistent pour
demeurer à part. Ils blâment les Gentils de leur isolement, mais le fait demeure
qu'ils ont eu les mêmes chances que tous les citoyens, dans tous les pays aux
idées larges. Leur contribution à la solution de ce vieux problème est matérielle
et ne manifeste aucune clairvoyance psychologique et aucune compréhension
des valeurs spirituelles impliquées. Aujourd'hui, nul problème ne peut se
résoudre entièrement sur le plan matériel. La race, dans son ensemble, a
dépassé ce stade. La solution immédiate que les Juifs ont présentée au monde
est la remise de la Palestine entre leurs mains 7 ce pays qu'ils avaient évacué
voici plusieurs siècles, appartenait, depuis des centaines d'années, à une autre
race et ne peut faire vivre à la fois la nation juive et ses habitants actuels. Ce
peuple répudie violemment ce retour et se battait pour chasser les Juifs,
si les grandes nations permettaient qu'ils restent. Ce n'est donc pas une vraie solution,
mais une exigence matérielle, basée sur de fausses promesses.

Le problème juif reste encore sans solution, car même si la Palestine offre une
solution aux Juifs déplacés, les milliers et milliers de Juifs résidant ailleurs, peu
aimés des nationaux qui les entourent et demeurant un groupe non assimilé,
présentent toujours le même problème. L'antisémitisme a toujours quelque
chose pour l'attiser. Il faut se souvenir aussi que les Juifs se sont installés en
bien des pays, dont ils réclament la citoyenneté sans aucune intention de
renoncer à cette citoyenneté, ni même à émigrer en Palestine, si c'est possible.
Une solution matérielle ne résout rien.

Ce problème est profondément ancré dans le domaine des justes relations
humaines. Il ne peut être résolu que sur cette base tout entière. Il a trait aux
réactions mutuelles entre peuples de races différentes, mais se réclamant de
leur fraternité dans la famille humaine. Il évoque tout le problème de l'égoïsme
et de son contraire, de la considération et de la justice, et tels sont les facteurs
qui doivent conditionner toutes les parties. Il faut que le Juif reconnaisse qu'il a
joué son rôle dans le déclenchement de toute la haine qui le poursuit partout.

Le Gentil doit reconnaître ses responsabilités dans les persécutions
interminables et payer le prix de la restitution. Le Juif a évoqué et évoque
encore l'animosité et c'est tout à fait inutile. En résumé, le Juif a maintenu un
antique mode de vie au sein d'autres peuples. Citoyen, avec tous les droits
civiques, il a dressé un mur de tabous, d'habitudes et d'observances religieuses,
qui le séparent de son milieu et le rendent non assimilable. Il lui faut les
supprimer et devenir un citoyen, non seulement de nom, mais de fait. Il n'existe
aucun problème semblable dans le monde actuel : un peuple entier, de race, de
religion, de buts, de caractéristiques et de culture distincts, avec une civilisation
réactionnaire d'une singulière antiquité, répandu, en qualité de minorité, parmi
toutes les nations, où il pose un problème international, doté de vastes richesses
et d'influence, citoyen de tous les pays, mais gardant délibérément son identité
raciale, créant des dissensions, entre nations, particulièrement maintenant,
n'essayant nullement de faire face à ce problème complexe sur une grande
échelle, avec une compréhension psychologique et la considération voulue à
l'égard des Gentils environnants, auxquels ils s'adressent sans cesse, avec des
exigences presque insolentes, en n'offrant que des solutions matérielles, et afin
que les Gentils acceptent tout le fardeau des blâmes et mettent fin aux
difficultés.

En regard, se place la longue et triste histoire de la persécution des Juifs
par les Gentils, fort répandue au moyen âge (sans remonter plus haut),
sporadique aux temps modernes, mais culminant avec la violence faite Juifs pendant la guerre.

Ce traitement ne leur fut pas d'ailleurs uniquement réservé, mais s'appliqua aussi aux Polonais,
aux Grecs et à bien des nations sans recours. C'est là un point que les Juifs inclinent à oublier.
Ils n'étaient pas les seuls persécutés. Les Juifs ne constituent en Europe que 20 % des personnes
déplacées.

Cette même triste histoire de la cruauté des Gentils comporte aussi la
croissance de l'antisémitisme, qui se développe même dans les pays qui en
étaient relativement indemnes. La discrimination s'exerce sans cesse contre les
Juifs dans le monde des affaires. Les endroits qui leur sont interdits deviennent
partout plus nombreux. Les écoliers juifs, par exemple, sont indésirables aux
Etats-Unis d'Amérique et leur situation est misérable, ils sont sifflés et insultés,
c'est un spectacle choquant. Ils se trouvent aussi dans cette situation que nul
pays, nulle part, ne veut ouvrir ses portes et donner asile aux Juifs indésirables.

Personne n'a envie de les admettre par centaines. Des gens au jugement sain
cherchent et continueront à chercher dans tous les pays une solution et on la
trouvera. Cet enfant difficile, au sein de la famille des nations, est l'enfant du
même Père unique et spirituellement s'identifie à tous les hommes. Les gens
savent qu'il n'y a plus "ni Juifs ni Gentils" comme disait saint Paul (au sujet du
même triste problème, il y a deux mille ans) et des hommes et des femmes
appartenant aux deux groupes ont constamment et de mieux en mieux prouvé
l'exactitude de cette déclaration.

Tel est le problème de la minorité juive, exposé avec une franchise, qui
suscitera bien des critiques, mais avec l'espoir qu'ainsi et puisque c'est l'amour
qui l'inspire, cela poussera les Juifs à endosser leurs propres responsabilités, en
cessant de supplier à grands cris les Gentils de résoudre seuls le problème en
commençant à y coopérer, avec une pleine compréhension spirituelle et en
aidant ainsi les milliers de Gentils, sincèrement désireux de les aider. Jamais, à
aucun moment, les Gentils n'ont plus ardemment souhaité agir selon la justice
envers le Juif et résoudre son problème, en le compensant pour tout ce qu'il a
souffert. Des deux côtés, il est nécessaire de changer les attitudes intérieures,
mais surtout du côte juif ; des preuves montrent que ces nouvelles attitudes
germent, même si bien du temps reste nécessaire pour trouver la juste
solution. Certains Juifs parlent aujourd'hui dans les termes mêmes où nous
nous exprimons ici.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Pandore
Exégète
Exégète



Nombre de messages : 7965
Date d'inscription : 14/05/2011

Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyMar 12 Aoû 2014 - 0:07

après tout le battage médiatique sur Dieudonné ,plus capable
c'était à l'emporte pièce ,misère un cauchemar

les shows off ,les quenelles, Alain Soral rejet, j'en croyais pas mes oreilles

J'ai suivi sur You tube ,le web.. c'était bien suffisant ,exagéré

la guerre se déroulai à nouveau en pleine télé ..lancement de livre chahutage  et coups blessures
ca dégénéré,dire que c'est dépassé ,ca l'air que non

le sujet affecte les gens encore aujourd'hui

J'ai suivi ,et j'ai même entendu il y a de vrai allemand et des faux

qu'est ce que tu veux dire
le régime ,la force de caractère ,la supériorité ca doit transparaitre
comme dans le groupe kkk !
oui
misère

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
florence_yvonne
Admin
Admin
florence_yvonne


Féminin Nombre de messages : 44080
Age : 61
Localisation : L'Hérault
Date d'inscription : 28/03/2006

Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyJeu 14 Aoû 2014 - 13:27

Heureusement que tous les juifs ne sont pas sionistes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyJeu 14 Aoû 2014 - 16:27

Les pires sionnistes sont les non-juifs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyDim 17 Aoû 2014 - 8:30

UmpluggedReboot a écrit:
Les pires sionnistes sont les non-juifs.

Les pires antisémites sont les sémites eux-mêmes... ils se mènent une guerre tribale depuis des millénaires.  Le problème Juif - Page 2 35987 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyDim 17 Aoû 2014 - 9:56

Dans ce cas, les arabes ne sont pas sémites parce que que les juifs tenaient à s'approprier toute la victimisation due a l'antisémitisme. Il n y en avait pas assez pour d'autres  Le problème Juif - Page 2 279563 .. Apres, On nous a collé l'islamophobie à la place, comme ca on a que ce qu'on mérite. Mais bon nous assumons pareil Le problème Juif - Page 2 307888
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité




Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyDim 17 Aoû 2014 - 19:08

Les yazidis ne sont pas des sémites mais des indo-européens. Une fillette yazidi.  

Ces peuples qu'on assassine au nom du livre maudit.

Le problème Juif - Page 2 10472110
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 EmptyDim 17 Aoû 2014 - 21:49

JR a écrit:
Les yazidis ne sont pas des sémites mais des indo-européens. Une fillette yazidi.  

Ces peuples qu'on assassine au nom du livre maudit.

Le problème Juif - Page 2 10472110

Je ne crois pas que le baghdadi et sa bande tuerait des petites gamines comme elle...... Je pense, malgré tout l'extremisme dont ils font preuve, qu'ils aurraient plus de scrupule a cet egard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Le problème Juif - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Le problème Juif   Le problème Juif - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le problème Juif
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Juif
» Les fondamentaux du judaïsme et du peuple juif
» Mais qu'est-ce qu'un Juif ?
» Histoire du peuple juif
» le converti au judaïsme est-il juif à 100% ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des déistes, athées, inter-religieux et laïques :: RELIGIONS :: Religions abrahamiques :: Forum judaïque-
Sauter vers: